Haine des livres

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Haine des livres

Signé Daesh

___ Ce n'est pas nouveau dans l'histoire.

Mais c'est toujours aussi terrible.

La haine étant le carburant de la pensée sectaire et fanatique

____Les autodafés, on connaît, malheureusement.

Les Talibans ont montré le chemin aux islamo-dingos de L'Etat islamique à Mossoul, enfants de l'Arabie Saoudite.

___ Daesh est à l'oeuvre, sur les sentiers de la purification.

Une pureté obsessionnelle et dévoyée qui mène au pire.

On trouve toujours plus impur, même dans la même mouvance croyante: c'est l'Islam contre l'Islam.

L'autodestruction à terme...

____ Une maladie de l'esprit sclérosé, où la raison est congédiée, encore plus l'esprit critique et l'autodérision.

Une religion du Livre, pris à la lettre, décontextualisé, fétichisé, détruisant les (autres)livres, vus comme des dangers.

__ Bagdad n'est plus Bagdad.

______ La peur est le pendant de la haine. Peur d'une remise en question. Peur du doute, qui pourrait naître au contact d'une pensée étrangère.

Le sommeil de la raison engendre des monstres, selon Goya.

____ C'est la marque de tous les fondamentalismes, à des degrés divers.

Brûler complètement, sans résidu, avec méthode, à la bonne température: Fahrenheit 451...

____ Lire pourtant libère, c'est le bon sens même.

H Heine disait avec raison: « Là où on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes. »

____C’est si dangereux, un peuple qui sait lire !
Mais c’est encore plus dangereux, un peuple qui ne sait pas lire. « Si vous trouvez que l’enseignement coûte trop cher, essayez l’ignorance »

Haine des livres
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article