Colonisons, colonisons...

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Colonisons, colonisons...

_________Il en restera toujours quelque chose...

On va négocier, ont-ils dit, sous la bénédiction de l'Oncle Sam.

Mais l'irréversibilité s'est installée, dès la cinquième année après la Guerre des six jours : par grignotages successifs, investir la Cisjordanie, rebaptisée Judée-Samarie pour les besoins de la cause.

_____ C'est le but recherché, avec ses vicissitudes, ses allers et retours, une ligne cohérente mais masquée, déniée.

Il y a quelques mois, la position de Netanyaou et de son ministre de la défense ne faisait plus dans l'ambiguïté.

On voit mal en quoi elle s'adoucirait aujourd'hui, alors que les religieux radicaux surenchérissent tous les jours, auxquels la Torah sert de manuel de droit et de cadastre et dont on continue à favoriser l'implantation si généreusement pour créer une situation de non-retour.

_______ Comme d'habitude, pendant les négociations, les implantations, la colonisation continuent..., comme le reconnait Haaretz. Cela s'est toujours déroulé ainsi. Gagner du temps, tel a toujours été le but, dans ces échanges non symétriques.

Se voulant d'un optimiste naïf ou d'une duplicité toute diplomatique, Kerry vient de déclarer :

« Pour que les choses soient claires, les Etats-Unis considèrent illégitimes ces implantations. En même temps, le Premier ministre Netanyahu avait été bien franc devant moi et le président Abbas en nous prévenant qu’il annoncerait de nouvelles implantations de logements dans des endroits qui n’affecteraient pas le plan de paix, qui n’auraient pas d’impact sur la possibilité de parvenir à un accord de paix...Nous comprenons tous qu’il y a urgence à entrer dans la discussion sur les frontières et la sécurité », a-t-il souligné. « Si vous réglez la question des frontrières avec Israël - et vous ne pouvez le faire qu’en résolvant les problèmes de sécurité pour Israël-, vous règlerez également toutes les questions sur la colonisation parce que vous saurez alors ce qui est à l’intérieur d’Israël et ce qui ne l’est pas »

_____Quand on sait que Netanyahou est le spécialiste du double langage diplomatique, dictant parfois ses exigences à la Maison-Blanche et que c'est Tel-Aviv seule qui définit et impose ce qui lui apparaît être sa sécurité et ses frontières, surtout depuis 1967...

Alors, sur quoi vont déboucher ces négociations, si elles tiennent neuf mois comme prévu ? Un peu plus d'intransigeance d'un côté et de renoncement et de fatalisme de l'autre, avec ses conséquences...

S'agirait-il, selon C.Enderlin, d'un nouveau subterfuge pour cacher la réalité ? On a là un angle mort diplomatique. Ce qui se prépare n'est pas ce qui se dit.

________Non, il n'y aura pas d'Etat palestinien

Sauf virage improbable, l'avenir logiquement prévisible ne peut plus être qu'un Etat unique, binational, mais dans ce cas le projet sioniste acceptera-t-il de se perdre dans les sables, avec des chances d'aboutir à un Etat d'apartheid, dèjà redouté par A.Joxe.

L'identité du projet sioniste est en question. Mais les fondamentalistes, qui ont le vent en poupe, menacent l'avenir du pays.

________________Si le concert des peuples que symbolise l'orchestre israëlo-palerstinien de Ramallah pouvait être prémonitoire !...

Mais que peut la musique contre les intérêts cyniques et le bruit des armes ?

__________________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article