Savoir arréter une guerre

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Savoir arréter une guerre

Retrait ou retraite?

______________(C'était hier)

_________Départ ou déroute?

On part, c'est irrévocable...enfin presque

Les formes seront respectées....

C'est officiellement un départ volontaire, programmé.

En fait, Obama cède, même s'il avait déclaré vouloir finir le boulot.

Il faut savoir arrêter une guerre ingagnable, aux objectifs réels inavoués et aux méthodes discutables.

En fait, la paix était inaccessible.

Il sera sans doute question, comme en Irak, de ne laisser qu'un minimum de troupes pour garder un semblant de contrôle politique de la situation.

Alors que depuis longtemps, dés 2008, et pour certains généraux eux-mêmes, beaucoup aux USA ne se faisaient aucune illusion sur l'avenir de leur aventure à visée géopolitique et pétrolière.

Le doute était installé depuis longtemps

Pour l'Elysée, c'est mission accomplie.

Accomplie?

La corruption est au plus haut niveau

La sécurité est dévoyée

____________________Malgré (ou à cause de) ses richesses, l'avenir de l'Afghanistan est totalement incertain

Difficile de faire des prévisions pour ce pays , qui a si souvent déjoué les plans des envahisseurs ...

Le pays possède assez de ressources pour qu'il puisse se développer vite et bien, mais l'absence d'institutions démocratiques, la proximité d'un Pakistan instable, sa position géostratégique essentielle..font douter d'une reconstruction rapide et indépendante.

Le problème posé par la narcoéconomie est central:

"... L’opium est un produit hautement addictif aussi sur le plan politique. A l’origine de nombreux problèmes sanitaires, de l’affaiblissement de l’Etat et de la déstabilisation régionale, sa culture joue un rôle économique et social clé en Afghanistan que seul un plan de « sevrage » à l’échelle du pays, sur un temps long, compensé par l’encouragement d’une agriculture de substitution subventionnée pourrait contribuer à éliminer. C’est le prix de la reconstruction politique et sociale de l’Afghanistan."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article