Japon: nucléaire en question

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Japon: nucléaire en question

(C'était hier...)
Nucléaire civil: une impasse?
(Jalons pour un débat)

____________Japon: la catastrophe nucléaire avait été prévue
_______« A moins que des mesures radicales ne soient prises pour réduire la vulnérabilité des centrales aux tremblements de terre, le Japon pourrait vivre une vraie catastrophe nucléaire dans un futur proche. » Cet avertissement est tiré d'un article paru le 11 août 2007 dans le quotidien International Herald Tribune/Asahi Shimbun (l'article est à lire ici). Son auteur est le sismologue Ishibashi Katsuhiko, professeur à l'université de Kobe (sa biographie est à lire ici).
_Ishibashi Katsuhiko faisait partie du comité d'experts chargé d'établir les normes sismiques des centrales nucléaires japonaises. Il en avait démissionné pour protester contre la position du comité. Il estimait que les recommandations fixées par le comité étaient beaucoup trop laxistes._En d'autres termes, le professeur Katsuhiko avait prévu ce qui est en train de se produire à la centrale de Fukushima. Il avait prévenu les autorités de son pays que les centrales japonaises souffraient d'une «vulnérabilité fondamentale» aux séismes. Mais ses avertissements ont été ignorés tant par le gouvernement que par Tepco (Tokyo Electric Power Company), premier producteur privé mondial d'électricité, qui exploite un tiers des centrales nucléaires japonaises, dont celle de Fukushima....
____L'une des raisons pour lesquelles les centrales japonaises sont vulnérables aux séismes est qu'elles ont été construites pendant une période où il s'est trouvé que l'activité sismique était relativement faible - du moins pour le Japon. On s'est basé sur cette activité pour définir la résistance anti-sismique des installations nucléaires, et on en a construit 55, ce qui fait du Japon le troisième producteur mondial d'électricité nucléaire.
_Or, à partir de 1995 et du grand tremblement de terre qui a dévasté la ville de Kobe, il y a eu un regain d'activité sismique sur l'archipel. Il aurait été donc nécessaire de revoir à la hausse la protection anti-sismique des centrales. Pour Katsuhiko, les centrales qui ne pouvaient pas être suffisamment sécurisées devaient être fermées. Cela n'a pas été fait. Et Tepco n'a pas pris en compte les failles sismiques sous-marines, notamment dans la zone de Kashiwazaki-Kariwa. Le risque lié aux tremblements de terre a été systématiquement sous-estimé, aussi bien par les experts nationaux de la sûreté nucléaire que par l'industriel._Au demeurant, Tepco n'en est pas à son premier manquement en matière de sécurité. En 2002, l'entreprise a été au centre d'un scandale après avoir falsifié des documents d'inspection pour dissimuler des problèmes survenus sur certains de ses réacteurs. Le PDG, le vice-président et le président du conseil d'administration durent démissionner en chœur. La falsification concernait au moins trois incidents qui affectaient déjà les centrales de Fukushima et de Kashiwazaki-Kariwa... " (Mediapart)
_____________La part d'ombre de la filière nucléaire japonaise
Les centrales japonaises, «un problème sérieux» pour l'AEIA:L'Agence internationale de l'énergie atomique avait dénoncé en 2009 l'obsolescence des critères de sécurité nippons
____Opacité ou transparence?__Nucléaire japonais : la réalité explosive des privatisations en France Japon: nouvelle déconvenue pour l'énergie nucléaire__Coup de semonce pour l'énergie nucléaire mondiale__Comment la catastrophe japonaise menace le nucléaire français__Réouvrir le débat en France____L'énergie nucléaire en France: un dossier spécial de Mediapart__Des choix différents__Au Japon, le séisme déclenche l'alerte nucléaire__« C'est le sauve-qui-peut »Il est plus facile de construire une centrale nucléaire que de la démanteler__EPR: un fiasco industriel?__Soutiers du nucléaire__Nucléaire français: retrouver l'esprit de service public__EDF: privatisation en vue__EDF :déréglementations__Nucléaire: RAS?

____________________________________

Commenter cet article