Billet du jour

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Billet du jour

_No stupid boy!
:Cameron contre-attaque avec de nouvelles mesures contre l'évasion fiscale
Mais ne dit mot
sur la City...
Ni sur l'effarant budget antisocial du Royaume Uni.
Un contre-feu.

_______Comme dit J.Attali dans l' Express: ...J’attends avec gourmandise la publication, un jour, des « London Papers », qui dévoileront comment la si respectable City abrite bien des turpitudes financières et fiscales, au détriment des pays dans lesquelles les richesses sont créées. Ce sera infiniment plus important et signifiant que les quelques révélations de Panama.


___Il y a des jours où l'on aurait envie de tout plaquer
Ou de partir au Népal ou aux îles Marquises..
De ne plus lire un journal ou de regarder le JT.
Surtout quand on est informé comme on est informé.


___ Big data Brother, plein de sollicitude
Des puces obsédantes.
Dans son étude sur les algorithmes, Eric Sadin pointe le risque d'un profilage généralisé et indifférencié, d'un Data-panoptisme insidieux, d'une visibilité tendanciellement continue de la vie, d' un passage insensible de la vie privée à la vis privatisée, dans l'espace public comme dans l'espace individuel.
D'où y a-t-il tant d'yeux qui vous épient si ce n'est de vous, disait La Boétie


___ Corruption: police et justice n'y arrivent plus
Le Parquet national financier (PNF),(concernant) l’affaire des « Panama papers » vient de replacer (le problème) sur le devant de la scène médiatique. Le 4 avril, dès le lendemain des premières révélations sur cette affaire d’évasion fiscale à l’échelle mondiale, la magistrate Éliane Houlette, qui dirige le PNF, a ouvert une enquête préliminaire « du chef de blanchiment de fraudes fiscales aggravées », pour des « faits susceptibles de concerner des résidents fiscaux français ». L’exécution de cette enquête a été confiée à l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), créé lui aussi après l’affaire Cahuzac...Cette réaction rapide de la justice risque cependant de se heurter, concrètement, à un sérieux problème de manque de moyens. Avec actuellement plus de 300 enquêtes complexes (corruption, fraude fiscale, blanchiment…) en cours, le PNF est proche de l’engorgement.
Alors qu’il devait initialement être doté de vingt magistrats, huit greffiers et douze fonctionnaires de catégorie C, le Parquet national financier ne compte en effet que treize magistrats et cinq greffiers, comme s’en inquiète le député (PS) Yann Galut, dans un courrier à François Hollande en date du 7 avril (lire ici le courrier de Yann Galut).

___ Nouvelles d'Allemagne
-Les moteurs de la baisse du chômage
-Du rififi chez chez VW
- La Deutsche Bank encore plus dans la tourmente
_______________________

Commenter cet article