Palestine: le défi

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Palestine: le défi

_Le 20 septembre, les Palestiniens lancent le défi de leur Etat.
Dans un contexte inédit.
Sur de nouvelles bases.
__Succès non garanti cependant.
Une naissance aux forceps.
Mais le train est en route...
_Il y a quelques mois, on pouvait noter un sérieux pas en avant dans l'interminable conflit du M.O., où la puissance israëlienne menait le jeu, en fonction de ses intérêts internes et géostratégiques, sous l'égide des USA.
Etions-nous victimes une nouvelle fois d'un leurre, d'effets d'annonce souvent réitérés, d'espérances trompeuses destinées à gagner du temps?
Il semble que non, aujourd'hui.
Un processus est en marche. Une déjà (trop) longue marche semée d'embûches...
Une perspective qui effraie la Maison Blanche _-Obama tenant des propos contradictoires_(« la tentative palestinienne à l’ONU est une erreur »)-et qui ambarasse l'Europe, divisée sur le sujet et manquant de courage, malgré sa contributionfinancière.
_Israël n'est toujours pas disposé à ouvrir des négociations sérieuses...bien que "ce qu'oublie de dire Benyamin Nétanyahou c'est que l'accord entre les deux organisations palestiniennes prévoit la mise en place d'un gouvernement de techniciens au sein duquel ne siègera aucun parti, que le même accord ne s'oppose pas à la perspective de pourparlers que pourrait mener le président Mahmoud Abbas et qu'un hypothétique accord de paix pourrait ainsi engager la totalité des Palestiniens, donc aussi le Hamas."
___" Mais Il arrive simplement que les intérêts des uns et des autres divergent. Et, comme le souligne Alain Juppé, « le statu quo au Proche-Orient n’est plus tenable. Il l’est d’autant moins que le contexte régional s’est profondément modifié du fait de la révolution égyptienne et des événements dramatiques qui se déroulent en Syrie. » Il ajoute qu’« il faut reprendre le dialogue (...) sur la base de paramètres clairs », avec « le retour aux frontières de 1967 avec des échanges agréés de territoires, des garanties de sécurité et d’intégration régionales pour Israël (et) Jérusalem capitale des deux États ». Rien d’autre en somme que ce qui a déjà été approuvé et signé mais qui n’a jamais été mis en place. Ce qui se produit actuellement éclaire les responsabilités des uns et des autres. Car on ne peut, dans un même geste, blâmer l’occupant et l’occupé. Pour le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, c’en est trop ! « Une recherche sérieuse de la paix ne peut intervenir que par la négociation, par la négociation entre Israël et les Palestiniens, pas à travers un diktat de l’ONU »
On notera l'estime du chef actuel du Likoud à l'égard de cette instance, certes imparfaite, mais pour l'instant encore nécessaire.
__________"...« Nous remplissons les critères qui définissent un Etat. La Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l’Union européenne ont déclaré que nous étions prêts pour être un Etat. Enfin toutes nos tentatives de négociations basées sur les accords d’Oslo avec Israël ont échoué. Le temps est donc venu d’emprunter la voie légale pour une pleine reconnaissance en tant qu’Etat membre de l’ONU dans les frontières de 1967 », expliqueIbrahim Kraishi, l’ambassadeur palestinien auprès des organisations internationales à Genève. « Le train palestinien est désormais en route pour New York », expliquait il y a peu à ses partenaires arabes le négociateur palestinien Saëb Erakat. Pour ceux qui en douteraient encore, le président de l’AP, Mahmoud Abbas, répète depuis des mois qu’il ne s’agit « pas d’une manœuvre » pour renforcer sa position face au gouvernement israélien. Cette fois-ci les Palestiniens sont sérieux.
___Le problème est que Washington a déjà annoncé son intention d’opposer son veto au Conseil de sécurité à une telle demande décrite comme « unilatérale ». A un an de l’élection présidentielle, l’administration démocrate ne peut pas se permettre une confrontation avec le puissant lobbyy pro-Israélien au sein du Congrès..." (1)
se trouve un des principaux risques d'échec._____________________
-L'Etat de Palestine à l'ONU : beaucoup de bruit pour rien ?
-L’Etat palestinien en septembre, les Israéliens n'en ont cure

________________________

Commenter cet article