Alibaba et les quarante zerreurs

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Alibaba et les quarante zerreurs

Il monte, il monte
Comme un soleil d'Orient.
Sourire candide, main sur le coeur, tel un Amazon de nouvelle grandeur.
Mais, fait rarissime pour un Chinois conquérant qui ne voudra jamais perdre la face, il se met à table et reconnaît ses erreurs.
Ce Baba-cool en a trop fait, dit-il. IL passe à confesse publiquement, mais sans aller jusqu'à s'autopunir.
Trop d'argent (deuxième fortune de Chine), trop de soucis.
Sincérité ou fausse humilité, dans une subtile stratégie commerciale?
Plus modeste en tout cas que l'Alibaba du Qatar.
C'est pas demain qu'on verra B. Arnault avouer les soucis que lui cause sa fortune..
_______________________________

Commenter cet article