Israël et ses extrêmes

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Israël et ses extrêmes
Tensions au coeur de l'armée

______On évoque souvent les conflits entre Israël et les Palestiniens, mais pas ou peu les conflits et les dérives internes de la société israëlienne, qui ne sont pas que sociaux, et plus récemment propres à l'armée (Tsahal), dont on connaît le poids dans ce pays.
L'influence croissante des ultra-orthodoxes dans la société inquiète les laïcs et une partie de la hiérarchie militaire supporte de moins en moins le zèle des religieux, souvent à l'origine de discriminations (vis à vis des femmes notamment)
__Plusieurs courants religieux, dont certains sont représentés à la Knesset , font entendre leurs voix de plus en plus bruyamment.
__Ils pratiquent un entrisme grandissant dans la société comme dans les forces armées, ce qui ne pose pas seulement un problème idéologique, mais met en danger les valeurs de l'armée, aux yeux mêmes des sionistes modérés:
__"..L'armée israélienne, matrice de la création de l'Etat juif, melting-pot, disait-on, de toutes les diasporas du monde, est-elle encore l'"armée du peuple" ou celle des religieux ?
__La question est stratégique : si une forte proportion des commandants d'unités et des soldats de Tsahal porte kippa, ils ne manifesteront pas beaucoup d'empressement le jour où il faudra évacuer les colons religieux établis sur le territoire du futur Etat palestinien. Parce que leur loyauté sera écartelée entre deux devoirs : la discipline militaire et les interdits du rabbinat militaire (…) Le phénomène est avéré : 35 à 40 % des conscrits et officiers d'infanterie sont religieux, de même que 30 % des effectifs des unités de combat. Tels sont les chiffres du Pr Yagil Levy, spécialiste réputé de l'interaction entre l'armée et la société israélienne : « C'est une évolution qui ne cesse de se renforc
er, nous explique-t-il. La plupart des commandants de la brigade Golani (prestigieuse brigade d'infanterie) sont des religieux. Quant à revenir en arrière, il est trop tard ».
____Le professeur Levy n'a rien d'une Cassandre, mais il estime sage de tirer la sonnette d'alarme. Il n'est pas le seul : en juin, le général Avi Zamir, directeur du personnel de l'armée, a quitté ses fonctions en envoyant un brûlot au chef d'état-major, le général Benny Gantz. Sous forme d'un appel à enrayer la radicalisation religieuse galopante au sein des forces armées, qui menace, écrivait-il, de détruire le modèle de « l'armée du peuple »...
_____On peine à croire que ces tendances se développent sans le consentement au moins tacite de Netanyahou et d'une frange du Likoud, qui ont l'habitude de jouer machiavéliquement avec les extrémismes pour ne rien céder sur la colonisation:
"A bien des égards, le glissement religieux de l'armée rejoint celui de la société israélienne dans son ensemble, de plus en plus dominée par la droite religieuse. Certains se rassurent en rappelant qu'il n'y a rien de commun entre Tel-Aviv l'hédoniste et la religiosité militante de Jérusalem.__Sauf que les politiques n'hésitent pas à jouer avec le feu : « Benyamin Netanyahou, souligne Mikhaïl Manekin, de l'ONG Breaking the Silence (Briser le silence), est passé maître dans l'art de dire à la communauté internationale : "Vous pouvez comprendre que, vu les partis qui me soutiennent et l'évolution de l'armée israélienne, je ne peux mettre un terme à la colonisation, ni évacuer les colons "!
_______La surdité continue...Les espoirs de paix sont en recul________________
- Israël, victime de sa sociologie

________________________________________

Commenter cet article