Vers une biométrisation généralisée?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Vers une biométrisation généralisée?

Fichier des "gens honnêtes":
_____De retour au Sénat

____Une petit carton bleu plastifié.
Cela ne paraît rien.
Et pourtant il y a des questions à se poser à son sujet. Officiellement fait pour notre bien: faciliter l'identification et éviter les fraudes.
__A l'heure biométrique, au temps de l'évolution fulgurante de la collecte possible des multiples données personnelles, on peut s'interroger...
___Censée protéger de l'usurpation d'identité (dont le nombre est discuté, sans doute un peu supérieur à 10000) , elle pourrait bien devenir une source de fichage généralisée, de traque et de contrôle , si elle débouche, comme c'est presque inévitable, sur un fichier général centralisé. On peut au moins le redouter, combinée comme elle peut l'être de plus en plus facilement avec d'autres données privées de moins ne moins dispersées...De plus, son contenu sera évolutif.
Ce risque n'est pas théorique comme le signalait à maintes reprises Alex Türk, poussé vers la sortie de la CNIL:
___"L'informatisation apporte autant de risques nouveaux que de possibilités nouvelles : comme tout outil l'informatique peut indifféremment servir la barbarie ou la civilisation, le meurtre ou le bien-être.
Or la technique évolue plus vite que ne peuvent le faire nos savoir-faire, notre savoir-vivre, le droit, la compétence de l'appareil judiciaire, et ses effets peuvent être irréversibles.
Nous risquons d'aller vers une société du traçage généralisé, utilisant conjointement des techniques dont les applications se développent rapidement : « les caméras nous filment, les lecteurs biométriques nous identifient et nous reconnaissent, les dispositifs de géolocalisation nous repèrent et nous suivent, les applications Internet nous profilent, analysent nos goûts et enregistrent nos habitudes, les micros nous écoutent, l'arsenal des fichiers nationaux, européens et internationaux se déploie, le nuage numérique enveloppe la planète, l'informatique contextuelle comblera peu à peu les espaces disponibles entre nos pensées respectives, les nanotechnologies rendront les systèmes invisibles et donc innombrables et irréversibles »
___Il est maintenant très facile et très rapide de constituer des fichiers centralisés et riches de données, au prétexte que les gens honnêtes n'ont rien à craindre.
S'il n'y avait pas de possibilité d'usages dévoyés, pourquoi deux pays sont-ils en train d'abandonner la biométrie, en raison des risques pour les libertés publiques et du manque de fiabilité?
Déjà, les fichiers de police sont incontrôlables par leur masse et leur manque de cohérence.
Pourquoi tant de questions se demanderont certains, jugeant cette carte sécurisante?
«L’histoire montre de nombreux détournements» "La proposition de loi envisage la constitution d’une base centralisée dans laquelle seront conservées les données biométriques de chaque titulaire de la carte. Si la création de ce fichier centralisé ne semble plus faire débat, c’est l’usage dont il pourra faire l’objet qui est au cœur de toutes les polémiques. Servira-t-il uniquement à authentifier le demandeur d’une carte… Ou bien à des fins généralistes d’identification policière ?"
___Et puis, ne serait-ce pas aussi un probleme de gros sous?...
________________-Les failles du futur «fichier des honnêtes gens»

______________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article