L'autre façon d'être une banque

Publié le par Jean-Etienne ZEN

L'autre façon d'être une banque

Protéger les contribuables?____________________________

_Une fois de plus, ces règles présentées comme devant, enfin, assurer la régulation des opérations bancaires apparaissent comme des filets troués..Nous «pouvons faire confiance» à la capacité des grandes banques – entre autres celles qui ont le plus à craindre d’une régulation, même limitée, soit Goldman Sachs et Morgan Stanley – pour retarder toute réglementation un peu sérieuse.
Et si un «gros accident» arrive: la FED, l’Etat et donc les contribuables passeront à la caisse. Il ne s’agit donc pas de réguler, il faut déprivatiser ceux qui ont une telle emprise sur des segments décisifs de l’économie..." (C.A. Udry)

______________

Ça se passe comme ça chez Goldman Sachs...

Une sorte de société secrète, une culture d'entreprise unique au monde, un Big Brother à sa manière, un Etat dans l'Etat.

Ses pratiques douteuses sont dénoncées depuis longtemps.

Mais la banque, ayant bien profité de l'affaiblissement des autres, fait la pluie et le beau temps et continue son lobbying à la Maison Blanche, où pullulent les conseillers spéciaux

Les présidents américains passent, Goldman Sachs demeure...

.__________________Et chez JP Morgan, baleine échouée...
on assiste à un scandale historique

__Dans la finance, le casino continue...

__ "...Les banquiers l’avaient promis. Ils avaient tiré les leçons de la crise financière. Plus jamais ils ne céderaient aux sirènes de la finance casino. C’en était fini des spéculations à outrance, des parties de poker sur les marchés, des inventions diaboliques. Les subprimes [2], CDO [3], CDS [4] et autres leur avaient servi de leçon. Ils ne se laisseraient plus entraîner dans des dérives risquant d’amener le monde entier au bord du gouffre. On ne les reverrait plus pris dans des scandales comme l’affaire Kerviel [Jérôme Kerviel opérateur de marché de la française Société Générale, accusé par cette dernière d’être à l’origine de pertes à hauteur de 4,82 milliards d’euros]. Désormais, ils renouaient avec les usages traditionnels de la banque.
Les différents gouvernements avaient écouté avec attention ces engagements, puis avaient décidé de remiser sagement l’essentiel des réglementations qu’ils envisageaient d’imposer au monde bancaire, sous la pression de l’opinion publique. Les banquiers avaient compris. Il n’était pas besoin d’en rajouter, affirmaient-ils, sensibles au lobbying intensif du monde bancaire pour éviter toute réforme dure...
___Quatre ans après, il apparaît que rien n’a changé dans le monde de la finance. La première banque américaine, JP Morgan, vient d’annoncer une perte de 2 milliards de dollars, liée à des spéculations erronées sur des dérivés de crédit. C’est une des pertes de trading les plus élevées dans l’histoire de Wall Street. Et elle pourrait encore augmenter: la banque pourrait avoir à enregistrer un milliard de dollars de pertes supplémentaires, dans les semaines à venir...."
__________ Les bonnes résolutions n'auront eu qu'un temps. Le capitalisme toxique continue ses ravages.
Quel Roosevelt sortira la finance de l'économie casino?

_________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article