David contre Goliath?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

David contre Goliath?

Finance Watch
_______________Un oeil sur la finance, mais pas seulement.

Making finance serve society

_________________________C'est encore un nain. Mais qui a le mérite d'exister. Il fallait l'inventer.
Une ONG qui ne ressemble à aucune autre, pratiquant un anti lobbyisme à soutenir sans réserve, engagée dans une lutte nécessaire mais gigantesque, au coeur de l'Europe, contre les ravages des forces financières dévoyées qui minent les économies réelles.

____Elle ne changera pas le monde et ne fera pas de miracles toute seule mais pourrait bien contribuer à faire avancer de manière significative le problème crucial de la régulation bancaire, toujours promise, jamais réalisée, de la fin de la fraude, parfois insoupçonnée, qui contrôle une partie de l'économie, de certaines pratiques perverses à vaste échelle, avec le projet d'informer de manière précise et circonstanciée et d'influencer la politique de Bruxelles, les instances de pouvoir, les politiques souvent passifs, parfois complices.

"En juin 2010, 22 députés lancent un appel à la société civile pour qu’elle crée une organisation non gouvernementale capable de développer une contre-expertise sur les activités menées sur les marchés financiers par les principaux opérateurs (banques, compagnies d’assurance, hedge funds, etc.).

L’appel des députés européens prend le nom de Finance Watch. Son objectif: mettre fin à l’asymétrie entre la puissance de l’industrie financière et l’absence de lobbying des ONG dans le domaine de la finance qui constituent un problème démocratique."

La tâche n'est pas mince. On connaît la difficulté de contrôler les lobbies financiers, propre à en décourager plus d'un. Récemment créée, l'association Roosevelt 2012 se propose aussi de sensibiliser une opinion ignorante et passive et des décideurs acquis aux dogmes néolibéraux, tout juste prêts à changer les apparences ou des détails marginaux.

__ C'est encourageant, FW a déjà engrangé certains acquis, avec pour objectif de servir l'économie réelle mise en péril par l'économie casino et son court-termisme autodestructeur.

Il lui faut encore beaucoup d'appuis pour agir de manière plus significative, même si c'est déjà un succès prometteur. L'économie réelle reste encore oubliée et ne retrouvera un dynamisme que lorsque seront nettoyées les Ecuries d'Augias

" La situation où l'économie devient subordonnée à la fonction financière doit être rejetée car destructrice des structures économiques et sociales. » Une profession de foi résumée par un slogan : « Making finance serve society » (« Faire que la finance soit au service de la société ») et une conviction : Finance Watch n'est pas là pour combattre la finance, mais ses dérives. Dans ce combat, elle peut s'appuyer sur ses adhérents. Du lourd : cinquante-quatre membres de douze nationalités différentes (un an plus tard, ils sont soixante-dix), des ONG (Transparency International, le CCFD, le Secours catholique, Attac, Oxfam…), des syndicats, des associations, des personnalités spécialistes des questions financières, qui représentent ensemble près de cent millions d'Européens..".

__Selon Pascal Canfin, il est des mesures d'urgence à prendre pour commencer à juguler la finance. Le lobbying bruxellois est intense. Les loups sont dans la bergerie.
"...En matière financière, les moyens dont disposent les banques pour exercer ce lobbying sont totalement illimités. Ils ont un accès extrêmement privilégié aux décideurs, parce qu’un certain nombre d’entre eux étaient d’anciens banquiers ou des avocats qui ont travaillé pour des banques. Il existe donc cette consanguinité d’une partie de l’élite politique avec l’élite financière. Cette facilité d’accès de l’ensemble de l’industrie financière au personnel politique, pour défendre ses intérêts, est trop forte..."

Le capitalisme financier toxique, la finance prédatrice continuent, contournant ou détournant les règles, quand elles existent . Jean de Maillard avait bien noté que "La fraude est un rouage essentiel de ce type d'économie".

_La régulation financière, décisive, est encore un vaste chantier. L'affaire du «Liborgate», qui ébranle la City le montre avec éclat, comme les problèmes soulevés par les pratiques de Barclays.

Les manipulations bancaires restent encore d'actualité et la question des paradis fiscaux, des niches fiscales, si importante pour une vraie réforme, reste en suspens, malgré les prétentions ou les dénis des politiques.

_________David finira-t-il par décapiter Goliath?

Il y va de l'avenir de notre économie et de notre avenir.
______________________
-Le coeur de la city est pourri
- Les banques, championnes de l'opacité
- Quand les banques font main basse sur les politiques publiques
- Tricher est nécessaire selon 24 % des cadres de Wall Street et de la City
- L'élite mondiale détient 18 trillons de dollars dans les comptes offshore.
_________________________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article