La bible et le fusil

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
 Une petite ville si tranquille...
_____________________Les mots manquent encore pour qualifier et expliquer l'horrible drame de Newtown, qui consterne l'Amérique.
Une fois de plus!
Comme le signale avec tristesse et un certain fatalisme Michael Moore, auteur d'un documentaire sorti en 2002 sur la fusillade de Columbine, qui a aussitôt publié sur Twitter : "Trop tôt pour débattre d'une nation dingue de flingues ? Non, trop tard. Au moins TRENTE-ET-UNE fusillades dans des écoles depuis Columbine", déclare-t-il.
Obama se sent obligé de réagir, mais il s'avance en territoire miné, connaissant le pouvoir d'influence de la NRA (aujourd'hui bouleversée...-sic!-), qui tient la politique...:"Nous reconnaissons les traditions de la possession d’arme qui ont été transmises de génération en génération, que la chasse et le tir font partie de notre héritage national le plus cher..." 
Le président démocrate n’a pas vraiment d’intérêt politique à adopter une approche trop favorable à un contrôle des armes à feu "Mais je crois aussi qu’un grand nombre de propriétaires d’armes à feu conviendraient que des AK-47 doivent être entre les mains de soldats, pas de criminels. Que ces armes de guerre appartiennent aux champs de bataille, pas aux rues de nos villes",
 __ Le lobby pro-armes est un véritable poison, la liberté de tirer 100 cartouches sans recharger ne pose pas problème et il est plus facile d'acheter une arme qu'un camembert...
______Certes les armes parlent aussi ailleurs sur ce continent, surtout au Brésil et au Mexique (où les narcos criminels s'alimentent aux USA) , mais le rapport aux armes, surtout de gros calibre, est spécifique aux USA, enraciné dans une culture et une histoire particulière et encouragé par des lobbies puissants, dont le  NRA.. est la plus connu (Armez-les tous, disent-ils...) On connaît le slogan largement diffusé: ce n'est pas l'arme qui tue, mais l'homme. Jamais on ne s'interroge sur les conditions qui rendent certains hommes capables de se livrer régulièrement à des tueries sans nom...
L'hypocrisie règne, même en plus haut lieu. La compassion et la prière tiennent lieu d'analyse, jusqu'au prochain massacre...
________________Comme le dit un internaute qui pointe des valeurs sous-jacentes à une certaine culture de mort, propre à son histoire:
" Le fait que cet événement se soit passé encore une fois de plus aux States, n’est pas étonnant. Il est à la croisée de plusieurs paramètres, qui ne peuvent que le réamorcer.
Toutes les larmes de crocodiles versées, médiatiquement, par les responsables politiques et les habitants, ne veulent dire qu’une seule chose : Nous préférons l’émotion à la réflexion. Dans ce sens, nous ne voulons pas changer.Nous assumons donc le prochain passage à l’acte.
Les enfants sont les victimes expiatoires de notre manque de courage,Nous préférons garder nos panoplies de cow boys, et nos postures infantiles.Ce pays a une particularité. Il s’est construit sur l’expropriation des terres, sur le meurtre et sur le crime. Il s’est construit sur un mensonge : Un pays vide, pour des gens sans terres.L’ouest, la frontière, c’était le modèle, le pays où l’on pouvait tout se permettre, où l’on pouvait prendre sa revanche. Le fait est que les pionniers, dans leur grande majorité, étaient des exclus de l’ancien monde, pour ne pas dire des repris de justice, avides de prendre leur revanche, et de le montrer ensuite. Il existe sans doute à l’état inconscient une culpabilité, une peur que l’histoire ne soit pas finie. Un retour de ce qu’on a volé. Ce n’est pas pour rien qu’ils sont là tous à hurler sur la bible, comme dans un exercice conjuratoire. Le fusil, la bible, voilà les deux composantes de l’identité. N’essayez pas trop de leur prendre. Autant tenter de piquer une de leur drapeau,accroché au toit de leur maison
" (sic)
_____________________Difficile de discerner la véritable personnalité du jeune tueur, si on y arrive un jour....
Une  pulsion de mort aux composantes multiples a sans aucun doute été à l'oeuvre, qui relève probablement de la psychiatrie, mais pas seulement...Une chose semble sure: les conditions de l'environnement particulier dans lequel il baignait contribuent à mieux comprendre comment la peur (dont on sait qu'elle est un puissant ressort de violence potentielle) a pu conditionner une psychologie envahie par une certaine folie apocalyptique:
 La mère du tueur de Newtown « se préparait au pire », accumulant les armes, au cas où...
Elle" se préparait à la faillite économique. C’est une crainte à la mode chez les preppers ces derniers mois. Arte a consacré un reportage aux preppers anglais et rencontré Simon Dillon, un habitant de la banlieue de Manchester qui craint une bulle inflationniste en Angleterre, comme dans les années 20.‘"Je me prépare à l’effondrement de l’économie. Regardez ce qui se passe en Grèce. Les gens ont faim et n’ont plus les moyens de s’acheter à manger pour la simple raison que le pays est en faillite. Et ça peut arriver n’importe où ailleurs. Donc si tout part en vrille, c’est bien de faire des réserves.’.."
Influencés par les rumeurs de fin du monde,  toujours réactualisées depuis les mythes ancestraux, relayées par certains films, comme 2012, ces gens entretiennent une sorte de besoin de catastrophe
 L'apocalypse n'est certes pas pour demain, mais les peurs alimentées par la crise, ou ce qui en est perçu à travers le prisme de certains medias, renouent avec celles des vieux messianismes.
Quand la raison s'égare ou s'éclipse, il n'est pas étonnant de voir surgir un monstre sous le fragile vernis d'humanité.
Dans ce pays qui comporte bien des valeurs et bien des failles, le mythe américain, ou ce qu'il en reste, est une fragile construction. La Destinée Manifeste bat de l'aile...
________________
-_Les armes ne tuent pas...
-Pauvreté: un mot banni 
- Après la tuerie de Newtown, les ventes d'armes ont bondi aux Etats-Unis
- Les professeurs américains bientôt armés ?
- Pourquoi tue-t-on aux États-Unis beaucoup plus qu'ailleurs ?
- Armer les professeurs : après la tuerie de Newtown, l'idée fait son chemin
- Une ex-élue du congrès américain, rescapée d'une fusillade, face au lobby des armes à feu
_________________

Commenter cet article