Donald, Angela et les autres

Publié le par Jean-Etienne ZEN


                                         Sans être grand clerc, en tenant compte des déclarations lapidaires du nouveau Président des USA, on peut affirmer que quelque chose va changer en Europe, si les paroles sont réellement suivies d'effets.

        Si America first à un sens, même forcément limité, ce n'est pas seulement pour Washington, mais aussi pour ses partenaires privilégiés, de l'autre côté de l'Atlantique. 
  Ce n'est pas seulement importer moins ou de manière plus draconienne, c'est aussi couper lecordon ombilical établi depuis la seconde guerre mondiale, c'est cesser de soutenir le projet européen dont les services américains  furent les fervents soutiens, c'est favoriser la dislocation d'une Union fragile, en soutenant le Brexit et d'autres formes de retrait.
   C'est un  défi colossal pour l’Allemagne et l’Europe, qui vont forcément devoir redéfinir leurs rapports, face à la nouvelle doctrine européenne de D.Trump.
      Notamment,"du côté du libre-échange, Trump a dit tout le mal qu’il pensait des accords commerciaux multilatéraux. Son élection constitue donc un sacré boulet pour le Tafta, auquel Angela Merkel tenait tant. Rappelons là encore que l’Allemagne est le seul grand pays européen exportateur net, donc bénéficiaire du libre échange. La signature du traité constituait donc un enjeu important pour Merkel....
    Avec l’arrivée de Trump, les termes même du commerce international pourraient connaître une profonde mutation. Dans la durée, la situation pourrait donc devenir très compliquée pour l’Allemagne."
    Cela inaugure-t-il un nouvel ordre américain en Europe?
        Entre l'Allemagne et le France, tout pourrait devenir plus compliqué, malgré certains démentisofficiels.
    Les caricutures de Trump, qui ne prend pas de gants, ignorant la géographie, l'histoire et la diplomatie, n'arrangeront pas les choses, en cognant fort, avec son habituel sens des formules à l'emporte-pièces
    Kerry a beau protester, il n'a plus de pouvoir.
         Les mesures de rétorsion commencent.
                  Dans le village des ancêtres de Trump, on se fait petit.
    Jusqu'où cette nouvelle logique conduira? Difficile à dire pour l'instant, mais nul doute qu'elle connaîtra assez vite ses limites, dans l'intérêt des USA eux-mêmes et que les effets ne seront pas tous négatifs, si l'Union Européenne, par nécessité, se décide enfin à se redéfinir.
____________________

Commenter cet article