Ces chers petits

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
________________Lorsque l'enfant paraît...
Trop mignon!
Comment trouver la bonne autorité?

 Aujourd'hui objet de tous les soins, de toutes les attentions, l'enfant est devenu progressivement, surtout depuis la fin du 19° siècle,  un être considéré comme un humain à part entière, ayant une spécificité propre, des droits, objet d'étude et de sollicitude particulière, centre de la cellule familiale.
Rousseau a fait progresser considérablement la réflexion sur le caractère spécifique de  l'enfance, par opposition au traitement dont elle était l'objet sous l'Ancien Régime, plus encore au  Moyen-age.
[ L’enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n’est moins sensé que d’y vouloir substituer les nôtres....Laissez mûrir l’enfance dans les enfants._JJR] 
De l'adulte miniature qu'il fallait re-dresser et intégrer rapidement dans le monde adulte, il est devenu, dans notre culture, l'enfant à part entière, à comprendre et à traiter comme tel.
__Les modèles éducatifs ont évolué. Le regard sur l'enfance et son traitement se sont transformés avec le temps, la société, les idéologies, les structures socio-économiques.
___Mais aujourd'hui, revers de la médaille, nous sommes parvenus à un stade où l'enfant, parfois unique, est hypervalorisé, adulé, objet d'investissement parental souvent excessif, parfois culpabilisant. Les désirs, ou plutôt les pulsions, infantiles prennent le premier plan de l'attention des géniteurs, finissant par démissionner de leur rôle de formateurs. L'éducation à la juste et nécessaire frustration est devenue l'exception, en tous cas est rendue plus difficile.
La société libérale-consumériste a engendré l'enfant-roi et souvent les parents infantilisés.
Le comble ce sont les enfants chinois uniques, ces petits empereurs, surtout dans les classes favorisées, terriblement exigeants et indifférents à tout sauf à leurs objets valorisants.
L'ambivalence continue à prévaloir: l'enfant est-il ange ou démon, roi ou tyran?
Les parents s'angoissent, semblant souvent ne plus maîtriser ou seulement comprendre le processus éducatif, l'apprentissage équilibré aux droits et aux devoirs.
Les psychiatres sont préoccupés par un phénomène qui prend de l'ampleur, pouvant déboucher sur certaines formes de  violence, voire de délinquance future. 
L'enfant, dès son plus jeune âge, est devenu l'objet chéri de la  publicité, qui voit en lui un futurconsommateur, un être facile à formater par le biais de ses envies.
____L'enfant d'aujourd'hui est pris dans un réseau de contradictions:
 " L'enfant d’aujourd’hui doit être dans la performance et tout réussir : scolarité, activités extrascolaires (gagner le prix de natation, le concours de piano, tracer son chemin de danseur (se).étoile,...), faire attention à son poids, maîtriser Internet,...et tout cela le plus tôt possible. Paradoxalement, on assiste à une sacralisation des valeurs de l’enfance qui invite à ne pas la quitter et à une « philosophie » de vie tendue vers l’épanouissement. Ces valeurs propres à l’enfance qui deviennent centrales dans nos sociétés sont l’insouciance, l’innocence, la plasticité, la spontanéité,...Dans ce contexte où l’enfant est sollicité de partout et se voit confronté à l’exigence de la réussite, le regard des parents sur l’éducation de leurs enfants est empreint d’une angoisse et inquiétude constantes... l’injonction à la performance génère aussi ses contre.modèles (« carence parentale », « démission des parents »,...) et nombreux sont les spécialistes qui estiment cette pression sur les enfants contreperformante...."
L'enfance n'est pas une sinécure... 

__________________________

Commenter cet article