Nobody

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Les losers
             Ceux dont ne parle pas. Pauvres, précaires de toutes sortes....
Ceux ne comptent pas, ceux qui ne sont rien...ou si peu
               Ceux qui n'ont pas su réussir. De leur faute.
                          Et qui ne peuvent rivaliser avec les zeureux winners, les self made men de l'époque dite moderne.
   C'est vrai qu'on peut rencontrer des gens qui réussissent et d'autres qui ne sont rien.
  C'est une évidence. Enfin, presque...
    Comme à une autre époque, on pouvait trouver les hidalgos et les autres.
  Etre Hidalgo, ce n'était pas rien,
        Selon wiki,  "Le mot castillan hidalgo vient de hijodalgo ou fijodalgo, contraction de hijo ou fijo et de algo qui signifie « fils de quelque chose… », comprendre: fils de quelqu'un (...d'important). Il s’applique très vite à l’ensemble du groupe nobiliaire qui jouit d’un même statut juridique se transmettant héréditairement (exemption fiscale, privilèges honorifiques et judiciaires comme le droit de ne pas être soumis aux châtiments corporels). Des droits similaires à ceux de cette hidalguia castillane se retrouvent chez les petits nobles appelés infanzones dans la partie castillane du royaume de Navarre."  
       De basse extraction ou miséreux, on ne pouvait être que nadie ou personne. Existant à peine, quoique souvent utile...
  Quelques siècles sont passés, ainsi que quelques révolutions.
       Mais une nouvelle aristocratie est venue chasser l'autre.
       L'aristocratie d'argent a aujourd'hui pignon sur beaux quartiers et sur paradis fiscaux... La réussite sociale a changé de sens.
    Place aux winners! Honte aux losers, ces autres qui ne comptent pas...ou si peu. Ces pauvres qui pourront tout de même voyager plus librement...
   Devenir millardaires, voilà l'objectif ^pour une jeunesse désemparée. Le ruissellement fera le reste....
    L'avenir sourit toujours aux audacieux nouveaux chanceux, héritiers.
        Quand on vient des Hauts de France, on voit forcément les choses de haut.
               Dans les gares ou ailleurs...
______________________

Commenter cet article