Métaphore ascensionnelle

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 La métaphore et la vie.
                      Il est toujours exaltant de gravir les pentes ardues, l'oeil rivé sur les hautes cimes.
    Dans une atmosphère tonique et vivifiante. Ensemble.
        Surtout derrière un guide à l'oeil clair, au pas jeune et assuré, sans expérience mais déterminé.
   Crampons aux pieds, piolet à la main, mousquetons parés, préparons-nous à suivre la cordée solidaire; sans laquelle aucun dépassement n'est possible, même pour les moins expérimentés, les plus faibles.
    Ça ne stagne pas, ça ne descend pas, ça monte,
        Ça ne ruisselle pas, ça grimpe.
  Il ne s'agit plus d'attendre que la chance et la prospérité des meilleurs rejaillissent sur nous.
  Mais d'escalader ensemble les pentes escarpées vers les commets prometteurs.
      La richesse se gagne à la forces des poignets.
  Les premiers de cordée sont là pour pour nous entraîner.
      La solidarité doit l'emporter dans cette communauté de destin en action, pas la jalousie, les passions tristes.
  L'exemple vient du haut.
      L'épaisseur métaphysique du premier de cordée, son essence particulière lui confère une aura qui fait désirer les hauteurs. Sa pensée complexe et son parler de montagnard rude, mais vrai sont à la hauteur de ce pari commun. Avec un peu de participation, comme disait un ancien général, ça doit marcher...
     On ne devrait pas dévisser. Normalement. Mais même à Chamonix, on est prêt aux mauvaises nouvelles.
  Mais le guide est particulièrement charismatique. Il ne se prend ni pour un roi, ni pour un empereur (quoique..). Un sage seulement, formé par les meilleurs, mettant à la portée du commun des mortels Spinoza et la philosophe Simone Weil.)  Comme Platon, il nous fera passer de la Caverne à la lumière des sommets.
  Une modestie et une détermination à toute épreuve. De la conviction et un talent hors pair, qui laissent cois les contradicteurs et aplanissent toutes difficultés.
           [Questions à se poser tout de même avant d'enfiler les chaussures:
Les premiers de cordée seront-ils toujours à la hauteur et solidaires?
Les ci-devants « fainéants » sauront-ils trouver les ressources qu'ils n'ont pas eues? Le culte de la réussite sera-t-il un ciment assez fort pour renforcer l'esprit de l'ascension? ]
                                               Et si la belle métaphore relevait d'un conte pour enfants?
_____________________________________
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article