Mauvaise nouvelle pour les cardiologues

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

La ruée durera-t-elle?
                     C'est presque la pénurie chez les vélocistes, du moins dans les villes.
  Presque plus de biclou en stock. C'est fou!
La vélorution s'est emparée des foules comme un retour aux années 30.


    Cette furie vélocipédique tiendra-t-elle dans la durée? Rendez-vous dans un an...Ce sont les cardiologues qui vont perdre des clients...
   Même les patrons s'y mettent, comme un élément fédérateur. Mieux que le Golf! Très tendance!
 Des écrivains vantent les mérites de la petite reine
    Les véloroutes se développent vitesse "grand V" à travers toute l'Europe, de Riga à Malaga, de Brest à Brestlitovsk.
  Gain de temps, gain d'argent, c'est tout bon...Même les pros s'organisent.
       En tous cas, la petite reine s'envole.
             Mouvement de circonstance ou tendance durable?
   C'est le grand retour, après les années fastes du tout-automobile, de la conquête de l'asphalte  par les quatre roues, des congestions qu'elles provoquaient de plus en plus souvent, jusqu'à la paralysie parfois. Sans compter la pollution provoquée, aux effets souvent sévères sur les organismes des urbains. Mais pas seulement.

 


        Les effets de la crise sanitaire ont mis en évidence les conséquences bénéfiques d'une circulation réduite à son minimum. On redoute le retour à la "vie normale", déconfinée, et le retour accentué des files de voitures, plus longues qu'avant, étant donné le trafic réduit des transports collectifs et le caractère rassurant de  l'isolement dans l'espace de l'habitat automobile. 
       D'où le nouvel et exceptionnel intérêt des particuliers et des édiles pour une circulation vélocipédique renforcée. On voit dans les villes importantes des installations rapides  de nouvelles pistes autonomes réservées pour les seuls pédaleurs, des rushs chez les vélocistes, une production exceptionnelle dans le domaine du VAE, qui améliore sans cesse ses modèles, des primes accordées à ceux qui veulent faire réparer le biclou oublié, relégué au fond de la cave.
   Et puis un besoin de mouvement autonome se manifeste, après ces semaines de relative claustration et de frustrations certaines. Vive le vélo donc!
      Le mouvement sera-t-il durable? On en jugera plus tard, mais il en restera sûrement quelque chose. Sans atteindre sans doute les sommets de Copenhague, d'Amsterdam ou même de Berlin. Mais Strasbourg a déjà ouvert la voie. Montpellier se prépare. Hidalgo bichonne ses vélos.
    Une certaine effervescence règne autour de la petite reine
        Avec la reprise progressive des activités, on peut s'attendre à un surcroît de circulation dans les grandes villes, les transports en commun étant considérés comme à risque sanitaire.
  Ce n'est pas la santé qui va en pâtir
      A la reconquête du pavé, la bicyclette a de l'avenir
                                                                                  Le vélo ira loin....
___________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article