Même Alain Minc...

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Panique à bord?..
                          Points de vue sur les évolutions profondes en cours.
      Il ne fait pas de doute que nous entrons dans une nouvelle ère, que nos sociétés commencent  à prendre  des virages importants, sans que nous en percevions clairement la direction que les mutations multiples imposent à bas bruit pour l'instant, que les responsables politiques subissent plus qu'ils ne les contrôlent.
      Il y a des signes qui ne trompent pas.
  Même notre grand gourou national,  prophète de la "mondialisation heureuse", l'homme qui parle à l'oreille des banquiers et des chefs d'Etat, se fait du souci sur le système ultra-libéral tel qu'il (dys) fonctionne et sur l'avenir tel qu'il se dessine, qui ne sera pas heureux sans profondes réformes. Même si Minc n'est pas Piketty.
     Les risques ne sont pas mineurs et les nuages s'amoncellent. Même les problèmes allemands de l'heure inquiètent toute l'Europe. Mauvaise passe ou crise durable et profonde?
     _________Point de vue:
                                                 " Une fois n'est pas coutume François Lenglet vient de faire un intéressant interview d'Emmanuel Todd sur LCI. Il semble que les élites commencent à paniquer devant la dégradation économique mondiale. C'est probablement la fin du modèle économique allemand qui a déclenché l'alarme chez les classes dominantes de notre vieux pays martyrisé par 40 ans de libéralisme décomplexé. Il n'y a pas que monsieur Lenglet qui panique, le chantre du libéralisme des années 90 Alain Minc vient de déclarer dans l'émission très libérale « C'est dans l'air » : « La part des revenus du capital s’est accrue de manière excessive aux dépens des revenus du travail. Il faudrait obliger les entreprises à distribuer pendant quelques années gratuitement 10 % de leur capital à leurs salariés" . »   On parle de l'économiste qui criait la mort du keynésianisme dans les années 90 et qui avait même eu le culot de sortir un livre intitulé « La mondialisation heureuse » en 1997. C'est que de l'eau a coulé sous les ponts et que les conséquences de leurs délires d'alors commencent à se voir fortement . Voici donc l'interview d'Emmanuel Todd
 
 
 
Que dois-je dire sur cette émission? Todd pour une fois a le temps de s'exprimer même s'il est toujours meilleur à l'écrit qu'à l'oral.
     - Sur la question des Gilets jaunes je suis totalement d'accord avec lui. Je dirai que c'est une jacquerie des temps modernes. Les participants des Gilets jaune soufre c'est indéniable. Ils sentent que la société se délite et qu'ils sont victimes d'un système, mais ils n'ont pas de structure politique ou d'idéologie pour les mener vers une direction constructive. C'est d'ailleurs probablement ce qu'il y a de plus dramatique dans l'affaire. On ne va nulle part. On sait que ça va mal. On l'exprime en groupe, mais personne ne semble savoir comment sortir le pays du bourbier. Le faible écho qu'a eu la question européenne aujourd'hui remplacée par les idéologies de diversion comme le climat montre que la population des Gilets jaunes dans sa masse ne comprend pas la problématique monétaire et macro-économique. Cela pourrait changer à l'avenir, mais pour l'instant il n'y a rien qui va dans ce sens. Et le système médiatique multiplie les débats sociétaux de moins en moins scientifiques pour détourner l'attention d'une population de plus en plus aux abois. La destruction de notre système social est maintenant clairement en marche sans mauvais jeu de mots. La prochaine cible après les retraites restant encore à définir. L'école publique ? La sécurité sociale ? La politique familiale ? On verra bien. Ce dont on est sur c'est que la destruction de la richesse du pays à travers sa désindustrialisation, le chômage de masse, et les déficits commerciaux produit par le libre-échange et l'euro, ne peut que conduire à la destruction de notre modèle social. C'est inéluctable et c'est une fuite sans fin, car la destruction de ce modèle sociale aggravera encore un peu plus la crise de la demande. Il suffit de demander aux Grecs dont la destruct[[ion du modèle social a finalement aggravé la dette du pays et aggravé la crise économique....
      -Sur la question migratoire, Todd continue de penser positivement. Comme je l'ai déjà dit, je pense que Todd est un chauvin qui surestime un peu la capacité d'attraction de la société française. Penser qu'il suffit d'un retour au plein emploi pour assimiler les populations immigrées actuellement en France relève plus de la croyance que d'autre chose pour moi. Je ne compte pas les personnes très bien intégrées économiques et qui rejettent pourtant parfaitement les valeurs françaises. À l'inverse, certains pauvres issus des minorités ethniques s'assimilent. Je crois que Todd est ici pris au piège par une trop grande référence à la pensée marxiste même s'il modère ses propos sur la question.
     -Le passage le plus intéressant est sur la question des pays de l'Est. Au détour de la question de la démocratie hongroise l'on voit que Todd introduit un vrai questionnement sur l'évolution de l'Europe de l'Est . Terre jadis victime de l'impérialisme russe à travers le soviétisme. Ces pays ont en fait été détruits physiquement par leur adhésion à l'Europe de l'Ouest. Le libre-échange et la libre circulation des capitaux et des personnes leur ont été en partie fatals. Todd est le premier à le souligner même s'il ne le dit pas comme ça. J'en parlerai plus longuement dans mon prochain texte. C'est un sujet très intéressant notamment la question de l'Allemagne de l'Est aujourd'hui à la pointe de la contestation sociale puisque le parti d'extrême droite allemand l'AFD y fait des scores très importants.
     C'est un bon retour de Todd dans les médias. Il a su remettre encore une fois la question du pouvoir politique au centre en mettant bien en avant l'impuissance volontaire des hommes politiques français en particulier d'Emmanuel Macron. Tant que la question de la souveraineté de la nation sur les plans monétaires et macroéconomiques n'est pas posée alors la politique reste juste un divertissement de masse entre deux élections, rien d'autre." [Du bon dosage]
                                        _____________________________________________
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article