On continue

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Pourquoi se gêner?

                      La colonisation continue...Les grandes puissances se taisent, regardent ailleurs ou font juste les gros yeux Le projet de Sharon et de Netanyahou peut se poursuivre, à bas bruit. M. Gantz a pris le relai. En dépit des règles internationales, des résolutions de l'ONU...                                                                  ____ Clap de fin du projet d'un Etat palestinien? Vraiment? On peut douter de la résignation palestinienne apparente, malgré la mollesse de M.Abbas. La colère couve surtout dans le jeunesse et pourrait se montrer de nouveau  explosive: "...Il faut ici rappeler que, pour l’opinion palestinienne, M. Gantz est un criminel de guerre : il a dirigé les deux derniers conflits à Gaza, en 2014, comme chef des armées, puis, comme membre du gouvernement, en mai 2021. Si le « raïs » a pris le risque de franchir sa porte, ce n’est pas pour les quelques gages de « confiance » que la partie israélienne a prestement rendus publics. Elle a promis de régulariser la situation de milliers d’habitants des territoires sans statut légal, au titre du rassemblement familial, et d’accorder des permis de se rendre en Israël à des entrepreneurs et des membres de l’AP.   Ce que M. Abbas venait chercher, c’était « un horizon politique », a affirmé l’un des deux collaborateurs qui l’accompagnent partout et s’expriment pour lui, Hussein Al-Sheikh, le très impopulaire responsable de la coopération sécuritaire avec Israël, qui assistait à cette entrevue aux côtés de Majed Faraj, le chef du renseignement. Leur visite, estimait-il, représentait une « dernière chance, avant une explosion et que nous nous trouvions dans une impasse ».       Sur ce point, les deux parties s’accordent. L’Autorité palestinienne, en quasi-faillite, lâchée par les monarchies arabes du Golfe, obtusément autoritaire, est perçue par ses sujets comme un simple substitut de l’occupant israélien. La question palestinienne travaille indépendamment d’elle, comme l’ont montré l’explosion de Jérusalem et des villes mixtes d’Israël en mai 2021, durant la dernière guerre à Gaza. Elle déborde les institutions palestiniennes, tout comme le dogme de la solution à deux Etats – à laquelle une majorité de Palestiniens ne croit plus. Le parti de M. Abbas, le Fatah, paraît en état de mort cérébrale. Il renouvellera cependant ses cadres dirigeants en mars. M. Abbas doit donner des gages...."

 

         Il n'y a pire que l'eau qui dort. Le projet sioniste ancien se poursuit. La Cisjordanie est en miettes, rebaptisée Judée-Samarie. La colonisation par les routes continue comme jamais.Une annexion de facto. Le militarisme se renforce, n'augurant rien de bon pour l'avenir. L'ombre de Balfour continue de planer... __________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article