Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Papa Cola

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Papa Cola

Le locataire du Vatican se prépare à un long voyage en altitude.

Pour tenir le coup, il réclame la consommation de la feuille sacrée bolivienne.

Il avait pourtant excommunié la mafia.

Papa cola n'a plus de tabou.

___________________

Partager cet article

Repost 0

Psychiatriser la vie

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Psychiatriser la vie

Psychiatrie de nouveau en question

_______________________________Une tristesse indéterminée, une mélancolie après un deuil, une nervosité soudaine sous l'effet d'une contrariété, une morosité tenace suite à un temps qui reste obstinément excécrable...Tous les bleus de l'âme.

Petits maux de la vie, sur lesquels parfois les mots n'existent pas...Aléas psychiques de l'existence, qui ne peut jamais être un long fleuve tranquille...Petits maux d'une civilisation qui supporte de moins en moins bien les frustrations inévitables, obsédée par une image du bonheur (impossible) qui hante notre environnement médiatique et nos désirs profonds.

Faut-il en faire faire l'objet de traitements médicamenteux? Psychiatriser, en plus des désordres psychiques majeurs, les mille et un problèmes existentiels? Et pourquoi pas les problèmes sociaux?...

__DSM, nouveau guide des maladies mentales, veut s'y employer, au grand dam de certains psychiatres à qui il reste encore un peu de bon sens et d'éthique professionnelle. L'existence tend à être médicalisée..dans ses dysfonctionnements normaux. Heureusement, des réactions se manifestent.

"Aux Etats-Unis et dans de nombreux autres pays dont la France, la tension monte dans les milieux psy, à quelques jours de la présentation officielle de la nouvelle édition du DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), prévue au congrès annuel de l'Association de psychiatrie américaine (APA) qui se tient du 18 au 22 mai à San Francisco."

Le débat est vif entre spécialistes.

_____Patrick Landman crie Stop DSM, la bible de la psychiatrie, déclarant: "La lutte contre ce détestable et dangereux DSM V est un long combat, mené dans le monde entier contre l'hégémonie imbécile d'une vision scientiste et d'une conception profondément réactionnaire de l'humanité et de l'esprit humain en général, de la folie et de la psychiatrie en particulier.

La politique scélérate de Sarkozy qui visait à criminaliser la folie cf (En France, les Innocents vont en prison ), et dont il faut souligner que pour l'heure Hollande n'y a rien changé, s'accomode parfaitement de ce DSM V, manuel de pilotage automatique dicté par une industrie pharmaceutique toute-puissante à une psychiatrie qu'elle espère réduire à un statut subalterne.

Une récente et très remarquable intervention sur France Info du psychiatre et psychanalyste Patrick Landman qui est à la pointe de ce combat en France mérite d'être écoutée attentivement ( ici)..."

_____Silvagni dénonce , " la situation désastreuse des malades mentaux, qu'ils soient hospitalisés, en obligation de soins, ou encore comme c'est de plus en plus le cas après les lois scélérates votées sous Sarkozy: en prison.

Quant à la psychiatrie, qui n'a plus d'internat, dont les infirmiers ne sont plus reconnus comme les vrais professionnels qualifiés qu'ils sont, et dont le budget est misérable: elle est à l'agonie, depuis que les DSM III et IV sont devenus, erreur fatale, la référence en matière de diagnostic et de prescription.

Avec le DSM V dont on annonce la prochaine entrée en vigueur, désormais il y a le feu.

Voici le texte intégral d'une pétition. C'est un texte long, détaillé, qui ne peut se permettre de simplifier mais qui est accessible aux non-spécialistes au prix d'un effort pourtant nécessaire.

De plus, ce texte révèle une situation sinistrée et peu connue de l'opinion publique: il mérite d'être lu attentivement par toutes celles et ceux qui savent à quel point ce qui se joue dans le domaine de la santé mentale, et ce qui s'ourdit contre les plus vulnérables d'entre nous, est annonciateur des pires dérives en matière de libertés individuelles..."

____La psychiatrie va mal. Elle est soumise à des dérives, à des pressions, perméable à trop d'intérêts.. PV signale que de récents rapports parlementaires font état de son coût (selon le dernier rapport du Sénat concernant la prise en charge psychiatrique des personnes atteintes de troubles mentaux, le coût social de la négligence de cette problématique coûterait 107 milliards d’euros par an à la France (une synthèse ici, et le document de 60 pages ).

Cette nouvelle édition, qui a coûté à l'Association américaine de psychiatrie 25 millions de dollars (19 millions d'euros), laisse... beaucoup à désirer sur le plan de la qualité scientifique, accusent les détracteurs du DSM-5. L'une des principales critiques, déjà ancienne, concerne la mainmise de l'industrie pharmaceutique sur les experts participant à l'élaboration du DSM. Ces collusions ont été notamment décortiquées par l'historien américain Christopher Lane, dans son ouvrage Comment la psychiatrie et l'industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions (Flammarion, 2009), et plus récemment par le philosophe québécois Jean-Claude St-Onge, dans Tous fous ? (Ecosociété, 236 p., 19 euros).

Allen Frances, professeur émérite à l'université de Duke (Caroline du Nord), qui avait coordonné le DSM-IV, note plutôt "les conflits d'intérêts intellectuels" des spécialistes des groupes de travail, "qui leur font voir les bénéfices possibles mais ignorer certains risques". Surtout, déplore-t-il, "le processus a été secret, fermé et incapable de s'autocorriger ou d'incorporer des réponses provenant de l'extérieur. Ainsi, les experts ont rejeté l'appel de 57 associations de santé mentale qui proposaient un examen scientifique indépendant".

Ce qui est rassurant, c’est que le DSM commence à être remis en cause aux USA.

____________Le normal et le pathologique restent des concepts flous et relatifs, qu'il faut sans cesse redéfinir, dans le cadre d'une société donnée, à une époque donnée.

Il reste à repenser une psychiatrie plus libérée des impératifs des laboratoires et d'une vision étroitement positiviste et organiciste , une véritable anthropologie politique de la santé au sens global.________________________

- DSM : quand la psychiatrie fabrique des individus performants et dociles

- Deuil, caprices, chagrin : l'invention de nouvelles "maladies"

-Classification très controversée

___________________________

Partager cet article

Repost 0

Ce que parler veut dire

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Ce que parler veut dire

________Les mots sont importants

Manuel Valls aime visiblement la transgression des mots. Depuis le début de l’année, on relève au moins trois occasions importantes au cours desquelles il a employé des formules inhabituelles dans la bouche d’un Premier ministre issu du Parti socialiste ; un choix de mots qui ne doit rien au hasard.

Premier acte, le 20 janvier, lorsque le Premier ministre parle d’« apartheid territorial, social, ethnique » pour décrire la situation des habitants des banlieues des grandes villes françaises. On était en plein débat post-Charlie et Manuel Valls avait utilisé l’occasion des voeux à la presse pour tester cette formule qui fit alors polémique.

Deuxième acte, mi-février, lorsque Manuel Valls évoque « l’islamofascisme », une formule controversée, peu employée à gauche mais surtout inspirée par la mouvance néoconservatrice aux Etats-Unis, et ultralaïque en France.

Le dernier épisode de cette offensive sémantique porte sur une formule encore plus connotée : « guerre de civilisation », qui évoque tout aussi bien la thèse très contestée du professeur de Harvard Samuel Huntington (le « choc de civilisations ») que le vocabulaire de George W. Bush déjà repris en France par Nicolas Sarkozy....______________________

Partager cet article

Repost 0

La grande évasion

Publié le par Jean-Etienne ZEN

La grande évasion

La brèche

_________ Hier soir, Elise Lucet nous a heureusement surpris sur Antenne 2.

Sa pugnacité enquêtrice sur un sujet d'intérêt national a tranché sur le caractère timoré des habituelles prestations de ce genre.

__Son émission courageuse, malgré l'excès d'effets de scène, trop de lenteurs, de détours inutiles, de propos superfétatoires, d'un certain mélange de problèmes (l'évasion fiscale n'est pas le lobbying) s'est faite remarquer par son audace journalistique.

Il est vrai que cette question de l'énorme évasion fiscale commence à agiter certains gouvernements, hantés par leur popularité et les urgences budgétaires.

_____Les montages exotiques et les acrobaties financières des enfers citoyens commencent à devenir trop connus, suscitent la colère dans le contexte d'austérité, et on ne peut plus rester à la traîne de Washington, qui a ouvert quelques brèches. Il faut donc arrêter l'évasion.

Les fraudes et les paradis fiscaux concernant des particuliers (« Plus de 100 000 personnes dans 170 territoires sont concernées », rappelle le Guardian), certaines entreprises et des banques sont dans le viseur. (*)

_____En France, on commence enfin à s'agiter..dans le bon sens. L'affaire Cahuzac n'y est pas pour rien...

"...Le compte-rendu du conseil des ministres annonce un gonflement des effectifs « de la justice, de la police, et de l’administration fiscale pour lutter contre les fraudes fiscales les plus complexes et les réseaux de blanchiment ».

Renfort attendu : 50 enquêteurs de police judiciaire, 50 magistrats et 50 inspecteurs du fisc. L’annonce sera forcément reçue comme une bonne nouvelle par les principaux intéressés, mais aussi par tous ceux qui multiplient, ces derniers jours, les propositions pour muscler la lutte anti-fraude. Yan Galut, député PS du Cher et cofondateur de la gauche forte, a ainsi déposé lundi 8 avril une proposition de loi en ce sens avec une vingtaine de députés ; le parti socialiste a aussi examiné la question lors de son bureau national mardi 9 avril ; les Verts et le PCF ont annoncé leur intention de se saisir du sujet ; une mission d’information sur les paradis fiscaux est enfin en cours à l’Assemblée, sous la houlette d’Alain Bocquet (PC) et de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République). Tous appellent en choeur à renforcer les moyens disponibles...

A priori, la mesure ne peut qu’être saluée. Néanmoins, les syndicats de policiers et de magistrats accueillent plutôt cette annonce avec circonspection : ils attendent de voir s’il s’agit vraiment de créations de postes ou de simples redéploiements ou réaffectations d’effectifs, comme cela se passait sous Nicolas Sarkozy, ou l’on déshabillait Pierre pour habiller Paul...

. Sous l’impulsion des États-Unis, et sous la pression des révélations de l’initiative « Offshore Leaks », les pays européens les plus réticents, farouches défenseurs du secret bancaire, sont en train de craquer. Après le Luxembourg, lundi, c’est l’Autriche qui a indiqué mardi qu’elle devrait céder à ce modèle d’ici le 1er janvier 2015.

Par ailleurs, le gouvernement a rappelé qu’il soutenait les initiatives internationales, menées par l’OCDE à la demande du G20, pour lutter contre l’optimisation fiscale des grandes entreprises. Google, Apple ou Starbucks sont dans le collimateur international parce qu’ils sont passés maîtres dans l’art de ne pas payer d’impôt, en jonglant avec les filiales judicieusement placées dans des paradis fiscaux (lire notre article). Un « avantage indu » fortement dénoncé par l’OCDE, qui devrait être abordé lors de la prochaine réunion du G20 qui s’ouvre demain..."

________Un tournant semble donc se concrétiser pour rendre possible une lutte frontale contre les enfers fiscaux.

Si on veut percer l'opacité en quelques années (ce qui ne peut se faire sans collaboration internationale étroite), on pourrait en France résorber le déficit.

Des mesures efficaces pourraient rapporter 30 à 50 milliards d'euros.

Mais les volontés politiques seront-elle assez fortes, assez constantes et convergentes? Le chemin va être long.

__Optimisons...le combat!___________

(*)_"... Les sociétés financières, les hedge funds et les fonds d’investissement sont les grands utilisateurs des paradis fiscaux. Ils connaissent sur le bout des doigts les méthodes pour échapper à l’impôt, faire circuler l’argent de structure offshore en structure offshore pour le mettre à l’abri des regards. L’opacité et le secret permettent toutes les pratiques inavouables, les détournements, les corruptions qu’officiellement, ils se sont engagés, charte déontologique à l’appui, à bannir.

Le plus grand mérite des révélations de l’ICIJ est de mettre en lumière le rôle des intermédiaires. Banques, avocats, notaires, conseillers fiscaux, auditeurs, experts-comptables, c’est une véritable industrie qui travaille au service des trous noirs de la finance. Tous ces professionnels ont pignon sur rue, entendent afficher une parfaite honorabilité. Mais dans les arrière-cours, ils emploient des escouades de salariés dont la mission est de tricher, truquer, blanchir l’argent sale, inventer les montages les plus sophistiqués pour faire évader l’argent, tout en semblant afficher la plus stricte légalité.

Le Monde a révélé le rôle obscur de certaines filiales de BNP Paribas et du Crédit agricole dans les îles Vierges britanniques et dans les îles Cook, servant de havres pour les entreprises fraudeuses. Sur son site internet, la branche de gestion de fortune de BNP Paribas n’hésite pas à vanter son savoir-faire dans l’instauration de trusts ou de fondations dans les paradis fiscaux. C’est dire le sentiment d’impunité qui règne dans le monde bancaire sur le sujet..."

[- Des ravages des paradis fiscaux par Nicholas Shaxson]

_______________________

Partager cet article

Repost 0

Grèce: la nasse

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Grèce: la nasse

Sauver ou punir?

____Le dilemme grec

______Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble, a estimé samedi que le gouvernement grec avait "mis fin unilatéralement aux négociations" avec ses créanciers (UE, FMI) en annonçant la tenue d'un référendum sur le plan de renflouement du pays.

__Ce qui se joue en Grèce et dans ses relations avec l'Eurogroupe nous concerne tous.

___L'Etat actuel de la Grèce est révélateur, non seulement d'une crise interne, qui a une longue histoire et qui aurait pu être minorée, mais surtout d'un système en faillite, fixée dans des dogmes obtus, les conséquences perverses d'un euro unique taillé à la mesure les pays du nord, qui favorise surtout l'industrie exportatrice de l'Allemagne, devenue la puissance donnant le ton à Bruxelles.

__Deux poids, deux mesures: Berlin l'a oublié...

Le péché originel fut l'acceptation de la Grèce de l'euro, sous la pression giscardienne, ce que de plus en plus de spécialistes finissent pas reconnaître.

__ L'austérité imposée ces dernières années a donné le coup de grâce à une économie fragile, peu exportatrice, et a contribué à forger les impasses dramatiques dans lesquelles se débat laujourd'hui la Grèce et l'âpreté de négociations qui fuernt un coup de force.

__ Les embrassades de façade de Bruxelles masquaient un rapport totalement déséquilibré et un volonté de faire fi des urnes, comme le reconnaissait Juncker, dont le discours louvoyant changeait selon les circonstances, faisant mine de ne pas comprendre que la dette grecque était en grande partie "fabriquée" et ne pourra jamais être remboursée.

Athènes avait pourtant fait des pas importants, au risque de se mettre en péril, et demandait du temps pour les réformes de fond.

__ La reconnaissance des erreurs successives, reconnues tardivement par Strauss-Kahn rejoint d'anciennnes et de plus récentes critiques du traitement du dossier, parThomas Piketty, Joseph Stiglitz, Marcus Miller et Massimo d’Alema

Mais il est un peu tard pour "apprendre de ses erreurs"...

______Objectivement, la Grèce n'en serait pas là sans les interventions bancaires qui ont investit très tôt avec le maximum de profit, en faisant silence sur la corruption.

Les créancier sont accusé à juste titre d'étouffer le pays.

Pour une fois qu'on laisse le peuple grec, courageux, mais désespéré ou résigné, parler sans pression ni chantage...

On perçoit bien le chantage bruxellois et la peur d'une remise en question d'institutions qui ont failli, la peur d'un Waterloo de l'euro, qui obligerait pour le moins à passer, de manière négociée, d'une monnaie unique à une monnaie commune

_______________________

Partager cet article

Repost 0

Tropisme

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Tropisme

Comme dit Karine Berger:

On ne peut pas passer notre temps à donner raison au Medef

C'est ben vrai ça!

Car à force de pencher..

Partager cet article

Repost 0

NSA: pour notre bien

Publié le par Jean-Etienne ZEN

NSA: pour notre bien

NSA en question

_______________« Chez Microsoft, votre vie privée est notre priorité. »

On s'en doutait...

__On savait notre liberté sous surveillance de manière de plus en plus sophistiquée et pointue. Mais nous ignorons tout des usages des données ainsi récoltées, à part l'aspect commercial, si évident.

Les grandes oreilles d’Obama

_____Le système Echelon, à l'écoute des mots-clés, avait déjà instauré une écoute à l'échelle mondiale.

La sécurité a bon dos. La NSA affirme avoir déjoué des tentatives d'attentat. Affirmation purement déclarative, difficile à vérifier. De plus, un attentat sur le sol américain n'est jamais prévisible, car leurs auteurs potentiels prennent le plus grand soin à utiliser des moyens artisanaux, à ne laisser aucune trace et à brouiller les pistes. Boston le montre avec éclat.

____La collecte des données transmises constituent une masse quasi inexploitable par son gigantisme ou exploitable à des fins discutables, du moins obscures, au coeur de la technostructure de surveillance us, le sécuritaire, le militaire et le commercial fonctionnant en symbiose. Le cyberespionage politique et industriel est facilité. C'est sans doute l'objectif inavoué du système.

___La traçabilité sans limites ouvre une voie nouvelle, ambiguë. Le monde entier est sur écoute. A quelles fins?

____La question se pose, au point que certains Etats s'inquiètent. Le scandale devient mondial. L'Europe est "préoccupée" , ce qui est un euphémisme.

______Même aux USA, le problème fait quelques vagues:

" En Europe, la réaction de Bruxelles est venue de Tonio Borg, commissaire à la santé, déclarant mardi que « la commission européenne demandait un engagement clair de la part des États-Unis quant au respect du droit fondamental de tous les citoyens européens à la protection de leurs données personnelles ». Une discussion doit avoir lieu « avec fermeté et détermination », vendredi, entre la commissaire chargée de la justice, Viviane Reding, et des représentants américains.

L’objectif est notamment de comprendre, selon Tonio Borg, « si l’accès à des données personnelles dans le cadre du programme Prism (permettant à l’Agence pour la sécurité nationale, la NSA, de surveiller l’activité d’étrangers sur Internet grâce à la collaboration de neuf géants du web basés aux États-Unis) se limite à des cas individuels reposant sur des soupçons fondés et spécifiques ou s’il s’agit d’un transfert en vrac ».

Aux États-Unis, les débats sur le programme Prism enflamment les médias et les défenseurs des libertés civiques, puisqu’il est difficile d’imaginer que ce programme n’ait été cantonné qu’aux « étrangers ». Selon le document secret sur le fonctionnement de Prism publié jeudi dernier par le Washington Post, le programme utilise une recherche par « mots-clés » devant lui assurer « à 51 % » que seuls des étrangers sont visés… Les inquiétudes sont encore plus vives sur le programme de surveillance téléphonique dont l’existence a été révélée par le Guardian : il aurait permis à l’agence entourée de secret qu’est la NSA de récupérer quotidiennement les relevés téléphoniques de tous les clients américains de l’opérateur mobile Verizon, à savoir de 98,9 millions de personnes, depuis au moins six ans.

Le Wall Street Journal avance en outre que Verizon n’est pas la seule entreprise concernée. Selon le quotidien, citant des sources anonymes, l’opérateur mobile AT&T, comptant 107,3 millions d’abonnés, et Sprint, 55 millions, auraient également été ciblés.

Mardi, huit sénateurs consternés par l’ampleur de ce système de surveillance, que l’administration américaine continue de présenter comme légal et efficace, ont donc introduit un texte de loi pour y voir plus clair. Cette proposition de loi veut obliger le gouvernement à rendre publics des documents actuellement classés secrets et qui permettraient de comprendre comment la loi a été interprétée pour justifier une opération de surveillance de cette ampleur. « Que les Américains comprennent comment notre gouvernement interprète le Patriot Act et le FISA Act », a ainsi déclaré Jamal Raad, le porte-parole du sénateur démocrate à l’origine de cette loi, Jeff Merkley. Ces deux textes ont servi de cadre légal aux systèmes de surveillance, selon le gouvernement.

Plus radicale est l’initiative de l’organisation américaine historique de défense des droits civiques, l’ACLU. La grande association vient de porter plainte contre le gouvernement qu’elle accuse de collecter abusivement des métadonnées (non pas le contenu des appels, mais les numéros appelés, les heures, les lieux et la durée des appels) dans le cas Verizon, et ainsi de violer des droits constitutionnels des Américains, de la liberté d’expression au droit à la vie privée..."

__Les révélations sur le système Prism met Obama sur la défensive:

"...Ce programme permet à deux agences fédérales, la National Security Agency (NSA, l’Agence de sécurité nationale) et le FBI, de collecter secrètement des informations échangées par des utilisateurs du Web, en comptant sur la coopération de neuf sociétés internet, dont Microsoft, Google, Facebook, Apple, Skype ou Youtube (Twitter n'en fait pas partie).

Le programme aurait été lancé en 2007, à la toute fin du mandat de George W. Bush, au moment où les réseaux sociaux étaient en plein boom et la NSA soucieuse de ne pas en perdre une miette. Puis il fut conservé et développé sous l’administration Obama. L’argument ? La lutte anti-terroriste, Prism devant servir à détecter toute menace potentielle à la sécurité intérieure..."

_______On exploite la peur. Une peur ancienne, à tous les niveaux. Celle qui fait là-bas la fortune des marchands d'armes.

Le Patriot Act a ouvert une voie dangereuse, une pente incontrôlable

______ « Les programmes évoqués ces deux derniers jours dans la presse sont secrets au sens où ils sont classés “confidentiel défense”, mais ils ne sont pas secrets au sens où, en ce qui concerne les appels téléphoniques, chaque membre du Congrès en a été informé [...].Concernant les appels téléphoniques, personne n’écoute vos appels. Ce n’est pas ce en quoi consiste ce programme [...].Je pense qu’il est important de reconnaître que vous ne pouvez pas avoir 100% de sécurité mais aussi 100% de respect de la vie privée et zéro inconvénient. Vous savez, nous allons devoir faire des choix de société. » (Obama)

Nous voilà rassurés...☺

Mais il y a pire que Prism_________________________________

- Prism: l'Union européenne a fait partie des cible de la NSA

- Keith Alexander, l’homme qui veut tenir Internet dans sa main

- Espionnage sur internet: encore pire que vous ne l'imaginiez

- Le monde redécouvre la suprématie de l'Amérique sur l'Internet

- «Briser la carapace du secret»

- "L'avancée des technologies de l'information annonce la fin de la vie privée"

- La NSA a violé de multiples reprises la vie privée des Américains

- Obama n'a pas su réformer les politiques sécuritaires

-Le Big Brother français existe aussi...

__________

Partager cet article

Repost 0

Incognito

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Incognito

Allo!

Chut! c'est un secret d'Etat.

Sarko prenait dee précautions.

Personne ne pouvait l'entendre.

Euh!.. C'est ce qu'il croyait.

Partager cet article

Repost 0

Low cost: toujours plus

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Low cost: toujours plus

Bas coûts ou coups bas?

_____________________Lowcostons à fond!...Jusqu'à la gratuité?

Cela devient, dit-on, une activité noble...

Le low cost est en train d'exploser, mais à quel prix?

__Mr X, en consommateur malin, à cheval sur les économies, parfois de bouts de chandelles, était toujours à la recherche de bonnes affaires, de prix cassés: du vêtement à la nourriture, du voyage aux opérations banquaires, du livre jusqu'aux futures obsèques....Des affaires jusqu'au dernier souffle! («Si vous trouvez moins cher ailleurs, nous remboursons la différence, plus 30 euros», clame ainsi la publicité de l'allemand SargDiscount qui propose des enterrements clé en main à partir de 479 euros, un prix bien inférieur à celui de la moyenne nationale qui oscille entre 2800 et 3500 euros", en se réfèrant au modèle Aldi, avec service ultra minimal et cercueil chinois...)

Mais Mr X s'est rendu compte un jour qu'il avait la vue un peu courte. Depuis que son épouse a perdu son emploi dans l'atelier de confection locale, pour cause de délocalisation au Bangladesh, que son gendre s'est fait viré de chez Truc qui a fait sa valise pour la Roumanie, que le centre de sa ville s'est désertifié, pour cause de commerces fermés, ne résistant pas aux mammouths de la grande distribution se fournissant chez les tigres orientaux, que sa bonne librairie a fermé, tuée par le géant Amazon, sa perception des choses a changé. Si tout ce qui est cher n'est pas forcément de qualité, ce qui est bradé peut l'être souvent....

___Toute baisse des prix, conséquence d'une meilleure productivité ou d'une concurrence normale, sans dumping d'aucune sorte, est en principe favorable au consommateur, mais celle que pratique le low cost, ajustée aux porte-monnaies dégonflées par la crise et le chômage, montre qu'en dessous d'un certain seuil plancher moyen, il joue indirectement en défaveur de tous.. Acheter chez Amazon, c'est favoriser un groupe qui ne paie presque aucun de ses impôts chez nous, donc qui contribue à dégrader le niveau des dépenses sociales et la qualité des services publics. La chemise chinoise achetée à au prix ridiculement bas contribue au chômage généralisé, dont Mr X souffrira forcément indirectement, notamment pour le financement de sa retraite. Mr X est depuis un peu plus raisonnable, ayant compris que consommateur et salarié ne font qu'un.

____Mais un Club d'entrepreneurs malins n'en n'a cure et foncent dans une brèche alléchante, l'intérêt à court terme étant le moteur essentiel de leur nouvelle campagne: Pouvoir d’achat en baisse, inflation des produits de première nécessité, chômage chronique et massif : les Français se demandent si leur situation va encore empirer. Les entreprises regroupées dans le Club des Entreprises Low Cost affirment qu’elles ont entre les mains une partie des solutions pour résoudre les problèmes des Français.
Grâce à une offre rénovée et simplifiée, elles rendent le pouvoir de l’arbitrage aux consommateurs. Les prix baissent mais pas la qualité. Le pouvoir d’achat des Français a été confisqué, nous allons le leur rendr
e. Les entreprises Low Cost en croissance offrent des emplois, des formations et des carrières valorisées. Dans le commerce, les services, la création, l’industrie, elles forment une véritable école de la deuxième chance et font confiance aux jeunes même sans diplôme...",

déclarent ces leaders d'un secteur s'estimant à la pointe du progrès social...

____Les laudateurs du low cost font souvent silence sur le niveau de qualité et les conditions de production de beaucoup de produits.

Mourir ne doit plus être un luxe

___En fait, " plus aucun secteur n'échappe au phénomène low cost. Synonyme d'achat malin, le low cost serait la pierre philosophale de l'économie moderne. Une formule magique capable de concevoir la même voiture, la même robe, le même billet d'avion, la même boîte de céréales ou la même opération chirurgicale pour deux fois, trois fois, voire dix fois moins cher. Les consommateurs suivent, les industriels jubilent. En réalité, le low cost se traduit le plus souvent par une logique folle de réduction des coûts au détriment de la qualité des produits, des conditions de travail des salariés, des emplois, de la santé et de la sécurité des consommateurs"

____Arnaque et mise en danger de la santé des clients, surexploitation des salariés, mépris total de l'environnement… et croissance à deux chiffres. C'est le monde du low cost, qui gagne chaque jour du terrain.

Mais qui en paie le prix ?

__________________________

Partager cet article

Repost 0

Charleston

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Charleston
Tuerie en Caroline du Sud
Certains Etats américains, comme l'Alabama, ne sont pas encore débarrassés de leur passé ségrégationniste.
D'une façon plus générale, le pays n'est pas guéri du racisme

.....Et de l'ennemi intime, l'addiction aux armes à feu

Charleston: Une ville très symbolique: Fondée en 1670 par les Anglais, Charles Towne, au début simple colonie de Charleston, est devenue au siècle suivant une ville commerciale importante et un grand centre de la traite des Noirs dans les années 1730. Sullivan's Island, aujourd'hui municipalité autonome et située à l'entrée du port de Charleston, était en effet une porte d'entrée comparable à Ellis Island à New York, puisque par elle transitaient 40% des esclaves amenés en Amérique du Nord. (Wiki)

A connotation raciste est aussi le drapeau confédéral, retiré finalement par l’Alabama.

L’église de Charleston est un douloureux symbole de la lutte des Noirs.

La réaction de Obama, qui a condamné l'acte et a vainement, une nouvelle fois, prêché contre la vente libre des armes a été immédiate.Le pouvoir de la NRA est si puissant...

Le présentateur Jon Stewart a pris un ton anormalement grave.

On se rappelle des paroles de W.Faulkner, célèbre figure littéraire du Sud «Le passé ne meurt jamais. Il n'est même pas passé», ( Requiem pour une nonne.)

S’exprimant au lendemain du massacre survenu dans une église noire de Charleston, Barack Obama a déclaré hier que l’Amérique n’était pas guérie du racisme. Le mot « nègre », utilisé par le président pour frapper les esprits, a beau être devenu tabou, les idées que son usage traduisait n’ont pas disparu. De manière emblématique, cette idéologie raciale imprégnait le premier long-métrage de l’histoire du pays. Œuvre phare que de nombreux Américains préfèrent occulter, Naissance d’une nation, de D. W. Griffith, a été projeté pour la première fois en février 1915.

Nul autre film n’a eu autant d’impact sur la société américaine, selon l’historien Melvyn Stokes, qui lui a consacré un livre. Cette fresque de trois heures raconte la guerre de Sécession et la reconstruction du Sud à la lumière d’une doctrine très répandue à l’époque : la suprématie blanche. Celle-là même dont s’est réclamé le tueur de Charleston. Les méchants sont les Noirs, les métisses et les politiciens du Nord ; les héros sont les membres du Ku Klux Klan, présentés en sauveurs du Sud blanc. « Les répercussions du film furent profondes et, à certains égards, paradoxales, écrit le réalisateur Godfrey Cheschire dans Books. D’une part, sa sortie coïncida avec la renaissance du Ku Klux Klan, qui avait été interdit en 1871. De l'autre, Naissance d’une nation donna son élan à l’Association nationale pour la promotion des gens de couleur (NAACP). Fondée tout juste cinq avant la sortie, celle-ci devint une force nationale en s’opposant à lui. »

Mais Naissance d’une nation a surtout été l’un des plus grands succès de l’histoire du cinéma. Sa projection galvanisait le public dans l’ensemble des Etats-Unis. « Les sentiments exprimés dans le film de Griffith sont inscrits dans l’ADN du pays, conclut Godfrey Cheschire. Naissance d’une nation reste sans doute le plus grand documentaire jamais réalisé sur la tache laissée par le racisme sur l’âme de l’Amérique. » (Books)

C'est le film le plus raciste de l’histoire, selon le New Yorker. Il reste encore considéré comme un chef d'oeuvre hollywoodien.

___________________________________

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>