Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tutelle européenne

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Tutelle européenne

Les dessous de Bruxelles (suite)
Beaucoup l'affirment: l'Europe est devenue une usine à gaz et avance comme un mastodonte géant sans cap ni souplesse, ni véritable idéal démocratique.
Une équipe de comptables à courte vue, loin des idéaux des fondateurs, gérant sans âme un espace de libre-échange, que J. Delors regrettait bien tardivement et bien hypocritement.
C'est Jean-Claude Juncker qui l'affirme: "Les Européens n’aiment pas l’Europe"
S'est-il déjà interrogé sur les causes profondes de cette désaffection? Il s'enferme, comme tant d'autres, dans l'incantation et le déni.
Certains rêvent d'une nouveau traité, celui qui changerait tout...
La fuite en avant sans perspectives mobilisatrices sur le fond sur les sentiers ultralibéraux, la politique de l'autruche, l'inertie sans auto-critique n'ont que trop duré.
La direction "disciplinaire" de Bruxelles Berlin ne peut durer sans préparer un avenir plus qu'incertain.
Les peuples doivent reprendre leur place, dans une nouvelle configuration, qu'il reste à repenser, sans attendre des divorces violents au sein de l'Union
L'euro-mark bride les économies, les investissements de croissance, tout en favorisant les intérêts à court terme d'une Allemagne viellissante, mais devenue hégémonique.
La voix des critiques les plus chevronnés, comme celle de Krugman ne parvient pas aux oreilles de nos experts, qui défendent un « pragmatisme » qui dissimule des choix théoriques marqués....Tusk ne s'en cache pas, toujours dans l'entretien du 17 juillet (dans la version publiée par le Financial Times, cette fois), où il dresse l'éloge de l'ordo-libéralisme,(ce libéralisme à la sauce allemande) cette théorie économique dominante à Berlin, arc-boutée, pour le dire vite, sur la lutte contre l'inflation et l'indépendance de la Banque centrale à l'égard de tout pouvoir exécutif.
Les dessous de Bruxelles sont généralement peu connus.
____On comprend mieux pourquoi pourquoi Paris tremble devant Bruxelles:
Pour comprendre la difficulté dans laquelle se situe le nouveau gouvernement français actuellement face à la Commission européenne, il faut avant tout saisir la réalité et le sens de la nouvelle architecture institutionnelle européenne mise en place pendant la crise. Cette architecture a cinq volets qui s'entrecroisent, ce qui rend sa visibilité parfois complexe....
L'esprit de ces réformes est clair : il s'agit de limiter le plus possible l'autonomie budgétaire des Etats. Certes, en théorie, nul ne peut contraindre directement un parlement à voter un budget qui accroit son déficit et ne respecte pas les recommandations de la Commission ou le pacte budgétaire. Mais désormais, un tel comportement est un revers infligé à la volonté du conseil européen, donc à la solidarité européenne. Et à ce titre, elle se paie directement par des sanctions quasi-automatiques. Les Etats sont donc contraints désormais de négocier avec Bruxelles et de suivre ses recommandations. La marge de manœuvre des Etats membres est très réduite..
..
Chaque Etat doit « faire ses devoirs », comme on dit en Allemagne et ne dispose pas d'éléments de solidarité ou d'aides à la croissance pour y parvenir. La solidarité n'intervient que de façon conditionnelle en cas de crise grave, notamment d'absence d'accès aux marchés pour se financer par le Mécanisme européen de Stabilité (MES), qui, par son traité fondateur, doit imposer, en retour, des « plans d'ajustement.
____ Bruxelles-Berlin ont donc mis l’Europe sous tutelle:
.............En particulier, la surveillance des politiques économiques des États membres ne devrait plus se limiter à la surveillance budgétaire, mais devrait inclure un cadre plus détaillé et formel en vue de prévenir les déséquilibres macroéconomiques excessifs et d’aider les États membres affectés à établir des plans de mesures correctives avant que les divergences ne s’ancrent. Cet élargissement du périmètre de la surveillance des politiques économiques devrait aller de pair avec un renforcement de la surveillance budgétaire....
___Du début à la fin, règnent le juridisme et l'économisme:
..... Les États membres conduisent leurs politiques économiques en vue de contribuer à la réalisation des objectifs de l’Union, tels que définis à l’article 3 du traité sur l’Union européenne, et dans le contexte des grandes orientations visées à l’article 121, paragraphe 2. Les États membres et l’Union agissent dans le respect du principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre, favorisant une allocation efficace des ressources, conformément aux principes fixés à l’article 119....____On est loin de la réalité.
____Le projet politique attendra..._______(Suite...)

_______________________________

Partager cet article
Repost0

Les (demi) vérités de Giscard

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Les (demi) vérités de Giscard

VGE sur le tard...

___ La vérité sort parfois de la bouche des ...anciens

Eloignés des affaires, à l'ultime étape de leur vie, parfois pour continuer à exister au moins médiatiquement, certaines anciennes figures de la République, qui ne vivent pas de peu, se rappellent à notre bon souvenir et semblent éprouver un plaisir parfois malin (pervers?) à mettre les pieds dans le plat, à revenir les yeux à demi-ouverts sur leurs actions passées et leurs conséquences.

__Des aveux ou des demi-aveux souvent tardifs, qui ne manquent pas toujours d'intérêt.

_____ Giscard fut un président se voulant atypique, avec son mode de rupture avec un certain protocole empesé gaullo-pompidolien, sa proximité plutôt jouée avec le peuple, son allure résolument moderne. On changeait d'époque, après un Mai 68 qui avait ouvert une brèche dans la société française jugée sclérosée. Il fallait selon lui ouvrir les portes à cette puissance moyenne.et la faire entrer dans la nouvelle ère libérale qui s'annonçait.

Il fut, avec la foi d'un croyant, un des pères fondateurs des institutions européennes...mais reconnaît aujourd'hui que son oeuvre a dérapé.

____ Comme J. Delors, l'autre initiateur désabusé, un géniteur qui ne reconnaît plus son enfant.

Pourtant la troisième voie ouverte par Valy ne pouvait aboutir essentiellement qu'à dissoudre peu à peu la souveraineté en aboutissant à un vaste marché libéral satisfaisant pleinement les intérêts américains.

___Le Traité de Lisbonne ne fut, comme il le reconnaît qu'une copie presque illisible des précédents traités. Une ruse électorale en quelque sorte.

«Dans le traité de Lisbonne, rédigé exclusivement à partir du projet de traité constitutionnel, les outils sont exactement les mêmes. Seul l'ordre a été changé dans la boîte à outils. La boîte, elle-même, a été redécorée, en utilisant un modèle ancien, qui comporte trois casiers dans lesquels il faut fouiller pour trouver ce que l'on cherche.»

__Ardent militant d'une nouvelle Europe, Il finit par en briser les dogmes.

Notamment en envisageant (inconstitutionnellement) une sortie possible de la Grèce qu'il a contribué à faire entrer contre l'avis de l'Allemagne ( La Grèce, berceau de la démocratie, ne peut jouer en deuxième division) et reconnaissant finalement qu'il était absurde de la faire entrer dans la zone euro..

Repentance, cynisme ou inconsciente?

____ Sur la crise russo-ukrainienne, il se fait remarquer par ses remarques non orthodoxes, mais ne manquant pas de bon sens.

, _ VGE: l'apôtre d' une modernisation contestée, aux zônes d'ombre reconnues?

___Favorisant l'entrée des capitaux privés danx la gestion financière de l'Etat et affaiblissant l'autonomie budgétaire, dont nous héritons aujourd'hui, après une ére de désindustrialisation poursuivie par Mitterand, d'inspiration thatcherienne. L'OMC dictait une nouvelle religion., Lamy (même repenti), son prophète.

____Un miroir des contradictions de la construction européenne, aujourd'hui déséquilibrée et à l'arrêt, bien en panne..sur le bas côté d'une route aujourd'hui sans panneau indicateur.

__ On attend le dépanneur...

__________________________________________

Partager cet article
Repost0

Survivre...

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Survivre...

Comment sortir du trou?

DSK fait un tabac...

Il a fumé la moquette...

__________________________

Partager cet article
Repost0

Florence Aubenas, journaliste

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Florence Aubenas, journaliste

Une résistante dans la monde des médias

__________L'admiration devient une valeur rare ,en général et dans le domaine journalistique.. La critique ravageuse prédomine le plus souvent à l'égard de cette sphère où sévissent trop souvent la routine, le conformisme, l'obséquiosité, l'intérêt, parfois la complicité et l'autocensure

Quelques figures échappent, à mon avis, à ce qui tend à devenir la règle

Denis Robert est de ceux-là, par exemple, empêcheur de juger en rond

___Florence Aubenas me semble être une figure exemplaire, par son courage,sa ténacité, son enthousiasme , son indépendance, sa cohérence, son souci de ne pas séparer engagement citoyen et journalisme d'investigation et d'immersion.

Elle l'a prouvé , depuis qu'elle s'est fait remarquer lors de son « aventure » en Irak, dans son implication personnelle dans l'affaire d'Outreau, dans son engagement sur les prisons, dans sa récente immersion dans le monde obscur d'un travail mal connu et déconsidéré...dans la peau d'une femme de ménage précaire,

___Pour "Voir les choses à hauteur d'être humain"

Oui, cette femme courageuse, sans ostentation,se présentant comme "spécialiste de rien du tout", mérite admiration.

Nous avons besoin d'exemples.

Juste quelques mots sur elle, en guise d'hommage...__________________

« Nous voyageons pour des guerres, des faits divers, des tsunamis, des catastrophes en tout genre. Nous nous retrouvons à partager avec des inconnus ce qui restera sans doute la période la plus tragique de leur vie, exceptionnelle au sens propre du terme. On me demande régulièrement si je rencontre souvent des vedettes, des hommes politiques. La réponse est non. Ce que j’aime, c’est cette humanité nue, ces gens ordinaires confrontés à l’extraordinaire, emportés malgré eux dans la tempête et qui n’auront jamais de statue. »
« Les journalistes n’ont pas une très bonne image en France (…) Nous avons une drôle de position dans la société française aujourd’hui. Les journalistes ne sont ni aimés, ni respectés, mais en même temps leur métier fait envie. Cette situation est assez bizarre. »
« Je suis très critique par rapport à ma profession. C’est vrai. Je m’en vante. J’ai toujours pensé que quand on aime vraiment son métier, ce qui est mon cas, il faut être le premier à le critiquer.( …) Parmi les grands adversaires des journalistes, je citerai les journalistes eux-mêmes. Pour prendre un billet d’avion, se catapulter à l’autre bout du monde, il faut en avoir envie. Or, la profession s’apparente de plus en plus à un statut social, une position enviable et privilégiée. C’est très chic. On s’y vit davantage comme des personnages importants que comme des Tintin reporters »(F.A.)________________________

-Florence Aubenas : pratique de l'immersion en temps de crise | Rue8

-Florence Aubenas: six mois dans la peau d'une travailleuse précaire
-Moi, Florence Aubenas, femme de ménage pendant six mois en CDD
-Libération de Florence Aubenas et Hussein Hanoun
-Florence Aubenas, la libération
-“Grand Reporter”, de Florence Aubenas
-Videos Florence Aubenas
-L'immersion ou le journalisme à visage humain

_________________________

Partager cet article
Repost0

Petit panorama d'aujourd'hui

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Petit panorama d'aujourd'hui

__Trading haute-fréquence : un jeu dangereux, pas seulement pour les banques qui le pratiquent, comme le dit Paul Krugman, et bien d'autres économistes de renom.

Avec l'informatisation à outrance développée au coeur du vaste casino des opérations financières, on joue les apprentis sorciers.


__ Il y aurait un problème avec Bercy...

D'un côté, on rejette la faute sur Bercy" ?

D'un autre côté, des observateurs de la chose économique française ne cessent de condamner le verrou de Bercy.


__Comment Bruxelles a-t-elle pu fermer les yeux si longtemps sur l’évasion fiscale interne?

Un problème que l'on prétendait résolu. Pas seulement au Luxembourg..

On se demande si ce grave problème pour les finances publiques, donc pour chacun d'entre nous, pourra un jour être résolu.


__ En Roumanie, un grand ménage audacieux et inattendu. Pourra-t-il aboutir?

__L'impunité fiscale sélective en France: une tolérance coupable.

Un problème à prendre à bras le corps.


__Crise financière: pour que la même chose ne se reproduise pas...

Le chemin sera long...Quelle réforme bancaire?

__ Stupéfiant: L'Allemagne de Merkel assure toujours la rente d'anciens collaborateurs nazis

___________________________________

Partager cet article
Repost0

Total-ement crédible?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Total-ement crédible?

Baisse de la consommation inéluctable ou déménagement vers un ailleurs plus profitable?

__Délocalisations prévues
Exporter la pollution et produire à moindre coût-"Le sort réservé à la raffinerie des Flandres s'inscrit pour la CGT dans un plan de délocalisation et de désengagement progressif de l'outil industriel européen du groupe Total au profit d'investissements importants dans des pays (Asie ou Moyen-Orient) où la législation est moins contraignante en matière de droit du travail et d'environnement"
__________________________________ -Total : appel à la grève dans les raffineries

"...Jeudi, le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky, a qualifié la situation dans le raffinage de «critique». Selon lui, il faudrait fermer 10 à 15% des 114 raffineries en Europe pour rétablir l'équilibre avec la demande.En France, la consommation de produits pétroliers a reculé de 2,8% en 2009 et de 8,9% en dix ans, selon l'Ufip.
Mais pour Charles Foulard (CGT), «certes la consommation baisse en Europe et aux Etats-Unis, qui étaient notre marché pour nos excédents, mais il y a aussi des choix d'investir dans les zones de croissance et de préparer la France à importer davantage de produits raffinés, notamment via le port de Marseille». Dans ce contexte, la CGT «demande une table ronde sur le raffinage français, car la situation est extrêmement grave».

__Total: mouvement de grève dans la quasi totalité des raffineries françaises
___-Quel avenir pour le raffinage en France ?

"...L'inquiétudes ne se limitent pas à la seule question du devenir du site Total de Dunkerque"Nous voulons interpeller les pouvoirs publics sur l'avenir du raffinage", explique Laurent Delaunay, délégué CGT d'ExxonMobil. "Comme chez Total à Dunkerque, ExxonMobil ferme des sites. C'était le cas à Noroxo près de Lens. Et le groupe se désengage du raffinage en Espagne, au Portugal, en Autriche. Nous avons donc toutes les raisons d'avoir la trouille !"Les raffineries françaises, comme leurs homologues européennes, connaissent une période difficile. Début février, l'Union française des industries pétrolières avait évoqué une situation "critique", évoquant des pertes, pour les douze raffineries françaises, de "150 millions d'euros par mois"
Après une période sombre, dans les années 80, qui a vu la fermeture de 13 raffineries en France, le raffinage a connu une période plus faste, dégageant des milliards de bénéfices, grâce aux prix très bas du brut. Les sites européens, excédentaires dans leur production d'essence, exportaient facilement aux Etats-Unis. Mais tout s'est arrêté brutalement avec la crise économique et la diffusion des idées écologistes : la consommation des Etats-Unis a chuté, et les Européens se sont retrouvés avec leurs excédents sur les bras", explique Jean-François Gruson, chef du département économie à la direction économie et veille de l'Institut français du pétrole.
Du nord au sud de la France, en Normandie comme dans les Bouches-du-Rhône, chez Total, ExxonMobil, I mais s'étendent plus globalement à l'avenir de cette industrie en France et en Europe. depuis mars 2009, un recul de la demande de 2,8 % en 2009 et de près de 9 % sur dix ans...neos ou même LyondeBasell (ex-Shell) qui n'est pas encore touché par le mouvement, les syndicats expriment tous la même crainte : voir à moyen terme l'ensemble des activités de raffinage délocalisées dans des pays du Sud. "Le raffinage n'intéresse plus nos entreprises : c'est une industrie lourde, dangereuse, exigeante en main-d'œuvre et qui rapporte beaucoup moins que l'exploration de pétrole brut. Les sociétés comme les nôtres investissent au Moyen-Orient ou en Inde, où ils profitent de réglementations plus souples, que ce soit sur le plan environnemental, de la sécurité ou des droits sociaux, pour gagner plus d'argent", développe Laurent Delaunay..." ____-Total ne délocalise pas par hasard :

"...Les salariés savent que les réserves de pétrole diminuent, mais que l’« or noir » sera exploité pendant encore plusieurs décennies. Ils savent que l’avenir du raffinage en France est plus que jamais compromis. Ils savent aussi que le groupe Total a réalisé en 2008 des bénéfices records : 12,2 milliards d’euros. Le prétexte du « manque de marges » est assez difficile à digérer.

« En trente-cinq ans de travail ici, je n’ai jamais vu une direction aussi autiste », confie Didier Demuyter, l’ancien secrétaire de la CGT, aujourd’hui retraité. « Christophe de Margerie, directeur général de Total, est le financier de Desmaret : son objectif est de faire plus de fric, un point c’est tout. » Pour l’ancien syndicaliste, la décision de Total est directement liée aux futures taxes dont devront s’affranchir les groupes les plus polluants. « Total ne veut pas payer les taxes écologiques européennes qui lui tomberont bientôt dessus, comme la taxe carbone. L’entreprise préfère aller là où on extraie le pétrole brut et où les charges sont les moins élevées, pour conserver et augmenter ses marges. » Didier Demuyter déplore les effets indirects de cette fermeture pour le tissu économique local. « Ça aura un coût terrible pour la région. Total est extrêmement lié aux entreprises du coin et, mine de rien, l’entreprise finançait beaucoup de projets. Ça va faire mal au tissu économique mais aussi social .

__ » À Dunkerque, 20 000 emplois sont liés à cette industrie.« Il y a dix ans, on disait que Total faisait 7 à 8 milliards de bénéfices. Mais c’étaient des francs. Aujourd’hui le groupe fait 12 milliards de bénéfices, mais ce sont des euros ! Jusqu’où ira cette logique du profit à tout prix ? »...
Christophe, 37 ans, calaisien d’origine, travaille à l’inspection de la raffinerie depuis dix ans. Son métier consiste à superviser la distillation du pétrole brut dans les grandes cheminées de production. En haut, c’est le GPL, au milieu, le gazole et en bas, restent les résidus retraités qui sont revendus à des dizaines d’entreprises avoisinantes, comme Polimeri, Lesieur. « Le pétrole, il y en a encore, dit-il. On ne conteste pas le fait que les stocks diminuent et que l’or noir est de plus en plus rare. Mais que l’on ne vienne pas nous dire qu’il n’y en a plus et que c’est à cause de ça qu’on se retrouve sur le carreau. Dans ce cas-là, pourquoi est-ce que Total construit une méga-raffinerie à Jubail ? » Le groupe pétrolier a lancé en 2006 la construction de la « méga-raffinerie » du XXIe siècle, dans la ville de Jubail, en Arabie Saoudite. Un investissement de 9,6 milliards de dollars, en partenariat avec Saudi Arabian Oil Company (Saudi Aramco). Avec une capacité de 400 000 tonnes par jour, cette unité, qui doit entrer en fonctionnement fin 2011, permettra à Total de continuer à raffiner du pétrole, plus près des lieux d’extraction... Tout en tenant des discours « écologiques » en France.
____Pour Total, qui reste un des plus gros pollueurs français de la planète, avec ArcelorMittal et EDF (tous trois sont présents dans le port de Dunkerque), l’opération pourrait bien ressembler à du green-washing. Ou du moins à un contournement des règlementations internationales : fermer des raffineries en France, où le groupe est soumis depuis le protocole de Kyoto à des « droits à polluer » concernant les émissions de CO², pour les délocaliser en Arabie Saoudite, pays qui n’est pour l’instant pas concerné par les quotas d’émissions de gaz à effet de serre. Cela permet en tout cas au groupe de continuer à marteler un discours éco-responsable aussi inique que mensonger : « Tout en poursuivant la croissance de ses activités, Total a la volonté de contribuer à l’effort international de lutte contre le changement climatique. Le Groupe s’inscrit dans l’esprit du protocole de Kyoto sur le long terme et poursuivra les efforts réalisés pour atteindre ses objectifs volontaires de maîtrise des émissions de gaz à effet de serre », peut-on lire dans un document mis en ligne par le groupe. « L’esprit » du protocole de Kyoto (s’échanger des droits à polluer) convient donc assez bien à Total, qui polluera moins en France, mais davantage en Arabie Saoudite, en toute légalité..."

-Grève des raffineries : le gouvernement met Total sous pression____>Total : Frédéric Lefebvre soutient l'action de la... CGT

Y aura-t-il de l'essence au mois de mars? | Mediapart__

"...L'exécutif avait tout fait pour que Total ne vienne pas polluer sa campagne électorale avec des annonces potentiellement explosives. Docile, le pétrolier français avait dans un premier temps reculé, à l'après-régionales, toute annonce définitive sur son usine de Dunkerque. Mais la grève illimitée des raffineries, et le durcissement du mouvement, ont plombé cette stratégie. Conséquence: à la demande de l'Elysée, la direction de Total s'est trouvée contrainte d'avancer, du 29 au 8 mars, la tenue de son comité central, censé régler l'avenir de la raffinerie des Flandres et du raffinage français. L'affaire Total, au cœur de la campagne régionale dans le Nord-Pas-de-Calais, pourrait bien s'imposer comme l'un des sujets explosifs du scrutin national tout entier...."

_Total rame, malgré ses bénéfices importants et ses astuces pour payer moins d'impôts.

-Total: on nous refait le coup de Gandrange

-Des superprofits pour Total
-Total | Eco89_______________________

Aides de l’Etat : -L'Etat donne 7 millions à Total pour fabriquer des biocarburants -Aide à Total
-14 milliards de Bénéfices: La Cerise sur le Gateau du Mépris « Total »__________________

-TOTAL-ment choquant

___________________________

Partager cet article
Repost0

Merdum!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Merdum!

On ne peut pas tout savoir.

Sauf que dans son domaine de compétence...

...ça fait un peu désordre.

______________

Partager cet article
Repost0

Mondialisation et désindustrialisation

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Mondialisation et désindustrialisation

Désindustrialisation de la France: mythe ou réalité?
__Délocalisation,conséquence du progrès technique? (R.Reich):

_________-"...Dans un processus de production morcelé et extrêmement concurrentiel, où de plus, le capital a acquis un pouvoir de nuisance considérable par son chantage au départ et son exigence accrue de rémunération, l’ancienne solidarité de destin qui existait dans les entreprises entre les agents est morte et avec elle le partage des gains. Les salariés de la sous-traitance, des multinationales, des services peu qualifiés, sont aujourd’hui non seulement démunis mais aussi dépourvus de moyens de rétorsion leur permettant de faire valoir leur droits à partager les fruits du progrès et les gains de productivité réalisés par la société dans son ensemble. Classiquement, l’autre force redistributrice capable d’imposer sa volonté, c’est l’Etat. Mais la charge qu’implique son rôle maintenu d’amortisseur en Europe continentale, et tout particulièrement en France, est de plus en plus mal tolérée par une société où l’individualisme est roi et où les entreprises délocalisent vers le moins-disant fiscal. En résumé, le morcellement des processus de production, la segmentation et l’inégalité croissante des niveaux de création de valeur ajoutée, l’ouverture à la concurrence internationale, qui ont laminé le pouvoir des négociation des salariés, et la réduction progressive du rôle organisateur, régulateur et redistributeur de l’Etat, ont donc eu pour résultat une privatisation par une minorité des fruits du progrès résultant des avancées du savoir de l’humanité. Et c’est cette double contrainte, cette double impasse, qui dessine le contour du problème qui est le nôtre. Reich conclut son texte en estimant que le plus grand défi actuel est celui de faire remonter le niveau de rémunération des emplois peu qualifiés..."

_____-"Nicolas Sarkozy a raison de s'inquiéter: la position industrielle de la France ne cesse de se dégrader. En 2010, l'industrie emploie 500 000 personnes de moins qu'il y a dix ans. Le secteur salarie 3,3 millions de personnes contre 3,8 millions en 2000. Une étude de la direction du Trésor intitulée "La désindustrialisation en France", consultable sur le site Internet du ministère des finances, estime que deux millions d'emplois ont disparu en trente ans.
Le secteur manufacturier français participe à hauteur de 16 % à la création de richesses alors que la moyenne s'établit à 22,4 % dans les pays de la zone euro et à 30 % en Allemagne. Sur trente ans, la perte de valeur ajoutée est de 40 % selon l'étude du Trésor précitée.
Pourtant, en termes de recherche et de développement (R&D), les investissements rapportés au produit intérieur brut (PIB) sont supérieurs en France à ceux effectués en l'Allemagne et au Japon dans les secteurs suivants: chimie, machines et équipements, machines électriques, technologies de l'information et transports. Mais, du fait d'une orientation vers des activités peu intenses en R&D, l'industrie française est en position de faiblesse par rapport à d'autres pays concurrents, notamment l'Allemagne. C'est ce que souligne le rapport issu, le 10 février, des états généraux de l'industrie organisés par le ministre de l'industrie, Christian Estrosi." (Y.M.)__________________________
- Désindustrialisation et faiblesse de l’innovation -Désindustrialisation, délocalisations -La désindustrialisation en France, un mythe ? -Les délocalisations détruisent au moins 15.000 emplois par an en France -Délocalisation - Wikipédia -Gros plan sur la désindustrialisation de la France -Une désindustrialisation difficile à enrayer -La désindustrialisation française en question. -Délocalisations -Délocalisation entreprises françaises__________-Libre- échange en question

______-Emplois de demain...___________-Retour au protectionisme ?___________

________-63% des destructions d’emploi dans l’industrie française dûes à la mondialisation!

" Depuis 1980, l’industrie française a détruit près de 2 millions d’emplois. Un document de Bercy estime que, entre 2000 et 2007, 63 % de ces destructions sont le fait de la concurrence internationale. Une étude que le ministère de l’Economie assume mal.

A quelques jours de la présentation de son projet de « nouvelle politique industrielle », Nicolas Sarkozy a sans doute eu vent du document de travail publié par la très sérieuse Direction générale du Trésor et de la politique économique (DGTPE). Si le Président, qui se rêve comme le meilleur opposant à la « France sans usine », avait encore des doutes sur l’ampleur de la tâche qui l'attend, les résultats de cette étude ont dû définitivement les dissiper. En 1980, l’industrie au sens large avec ses services attachés, comme l’intérim, employait 6 millions de personnes. 27 ans plus tard, elles n’étaient plus que 4,6 millions. Et à peine 4,1 millions, selon nos calculs à la fin de l’année 2009. 2 millions d’emplois détruits purement et simplement. La faute en revient à la désindustrialisation en marche dans le pays depuis le double choc pétrolier des années 80 et la politique de désinflation de la décennie suivante. Ce phénomène s’est accéléré une première fois depuis 2000, avec la montée des délocalisations dans les pays émergents comme l’analyse l’étude et une seconde depuis la crise de 2007...."

___________

Partager cet article
Repost0

Hold up

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Hold up

Se méfier des mots,

Des hold-up lexicaux

Quand les mots doivent être interrogés......

__________________________________

Partager cet article
Repost0

France: diagnostic social

Publié le par Jean-Etienne ZEN

France: diagnostic social

Crise et pauvreté

____-"Je suis inquiet car je perçois, à travers les dossiers qui me sont adressés, une société qui se fragmente, où le chacun pour soi remplace l'envie de vivre ensemble (...). Cette société est en outre en grande tension nerveuse, comme si elle était fatiguée psychiquement"- Jean-Paul Delevoye -

-Lutte contre la précarité et la pauvreté-________________________________

___-Jean-Paul Delevoye : "Je suis inquiet, le chacun pour soi a remplacé l'envie de vivre ensemble"

-"Médiateur de la République depuis 2004, Jean-Paul Delevoye est un observateur privilégié de la société française. Ancien ministre de la fonction publique de Jacques Chirac, ancien président de l'Association des maires de France, maire de Bapaume (Pas-de-Calais), c'est vers lui que se tournent les citoyens lorsqu'ils sont en litige avec l'administration. Son constat d'une société émiettée et en tension alimente le rapport annuel qu'il remet, mardi 23 février, au président de la République et au Parlement.
Cela sonne comme un cri d'alarme et un appel politique à retrouver le goût du vivre ensemble. Jean-Paul Delevoye, dont le mandat devrait expirer fin 2010, évoque aussi le futur défenseur des droits, qui se substituera au médiateur de la République en 2011.
Quel diagnostic portez-vous sur l'état du pays ?_Je suis inquiet car je perçois, à travers les dossiers qui me sont adressés, une société qui se fragmente, où le chacun pour soi remplace l'envie de vivre ensemble, où l'on devient de plus en plus consommateur de République plutôt que citoyen. Cette société est en outre en grande tension nerveuse, comme si elle était fatiguée psychiquement.
_Qu'est-ce qui vous fait dire cela ?_La moitié des 76 000 dossiers qui remontent à l'Institution sont des demandes d'information de droits. Un fossé s'est creusé entre le citoyen et l'Etat. Les personnes qui frappent à notre porte ont été mal comprises et mal orientées. Elles se sentent dépassées par des lois devenues trop complexes et changeantes. Elles se sentent mal défendues par l'Etat._Par ailleurs, des exigences démocratiques nouvelles - besoin de transparence, de dialogue - ne sont pas satisfaites : dans le pôle santé-sécurité des soins que j'ai créé en janvier 2009, 56 % des réclamations sont des demandes d'informations concernant notamment les dossiers médicaux : les patients veulent une information que le monde médical, sous pression, a du mal à lui garantir._J'ajoute enfin que les Français qui s'adressent à moi sont souvent en situation de grande fragilité sociale.
La crise économique n'obscurcit-elle pas votre jugement ?_La France a de bons amortisseurs sociaux. Mais je ne peux que constater que l'angoisse du déclassement augmente. Sont déjà confrontés à cette réalité un certain nombre de nos concitoyens, ceux qu'on ne connaît pas, que parfois on ne soupçonne pas, et qu'on peine à dénombrer, formant la "France des invisibles".__J'estime à 15 millions le nombre de personnes pour lesquelles les fins de mois se jouent à 50 ou 150 euros près. Je suis inquiet de voir que des personnes surendettées peuvent se retrouver en plan de redressement personnel (PRP) pour la deuxième ou troisième fois parce que leurs dépenses dépassent structurellement le montant de leurs ressources.
Pourquoi l'Etat a-t-il autant de mal à répondre à ces fragilités ?_Parce que sa boîte à outil est mal adaptée. Aujourd'hui, les parcours de vie s'opèrent sur des trajectoires de plus en plus fracturées : le même boulot, le même conjoint pour la vie, c'est fini. Des échecs importants peuvent se produire en cours de route. Or l'administration gère des dossiers, non des personnes dans la difficulté. L'octroi des aides se fait avec un décalage de plusieurs mois.__C'est pourquoi je défends l'idée d'une fiscalisation à la source et individuelle. Elle seule permettrait d'adapter, en temps réel, l'octroi des aides compensatrices à la réalité de la situation des personnes. L'enjeu, c'est de les aider au bon moment, faute de quoi elles s'installent dans une spirale du fatalisme, persuadées qu'elles ne sortiront pas de leur condition sociale.Je suis frappé par la cohabitation de deux types de sociétés : l'une officielle, que nous connaissons tous, l'autre plus souterraine qui vit d'aides, de travail au noir et de réseaux. Ces deux sociétés ont des fonctionnements parallèles, elles ont leur propre langage, leur propre hiérarchie, leur propre chaîne de responsabilité..."

-L'impact de la crise sur la pauvreté sera «considérable»
"L'étude, encore inédite, devait être rendue publique jeudi matin 25 février. C'est ce jour-là que l'Observatoire nationale de la pauvreté et de l'exclusion sociale (Onpes), un organisme gouvernemental, doit remettre son rapport annuel sur la pauvreté, en présence de deux membres du gouvernement, Martin Hirsch, haut-commissaire à la jeunesse et aux solidarités actives, et Benoist Apparu, secrétaire d'Etat au logement. Cette année, l'Onpes a demandé à plusieurs équipes de chercheurs de travailler sur les conséquences de la crise. Une équipe de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le centre d'économie de Sciences-Po, s'est penchée sur une question cruciale: «L'impact de la crise sur la pauvreté». La France, lit-on, a connu en 2009 «sa plus profonde récession depuis la Grande Dépression des années 1930». Pourtant, jusqu'à aujourd'hui, très peu de données prospectives sur les conséquences de la crise étaient disponibles. Etonnant, alors que le chômage augmente et qu'un million de personnes perdront leurs droits à l'indemnisation chômage cette année...
«La brutale montée du chômage [..] va se poursuivre dans les années qui viennent, préviennent-ils en introduction. [...] On entre aujourd'hui dans une phase de chômage durablement élevé. Cette hausse du chômage aura des conséquences considérables en termes sociaux.»[> Cliquer ici pour télécharger le document (PDF, 417 Ko)]...
Les principaux enseignements de cette note, établie à partir des statistiques disponibles et de modèles économiques développés par les chercheurs eux-mêmes, sont très inquiétants. Malgré quelques signes encourageants, la crise n'est pas terminée: «Au cours de l'année 2010, l'activité devrait croître de nouveau (0,8% en moyenne annuelle) mais à un rythme très faible, insuffisant pour parler de reprise.» Mauvaise nouvelle: cela va durer. En 2011 et en 2012, la croissance ne serait, selon l'étude, que de 1,8%. Pas assez élevée pour résorber l'hémorragie des emplois héritée de la crise. Du coup, on comptera de plus en plus de chômeurs de longue durée, et la pauvreté va gagner du terrain..."

Vivre avec 1.000 euros par mois__-Julien, 25 ans, sans permis et prisonnier de sa campagne__-Les nomades de la misère__-Trop pauvres pour se chauffer__-Sans argent donc sans amis__
______-Un million de chômeurs en fin de droits en 2010:
"...Seuls 38 % de ces "fins de droits" devraient bénéficier de la solidarité nationale : "Sur la période de juillet 2008 à juin 2009, 16 % des chômeurs en fin de droits étaient éligibles à l'allocation spécifique de solidarité (ASS), et 22 % au revenu minimum d'insertion (RMI), remplacé depuis par le revenu de solidarité active (RSA)", indique Jean-Paul Blouard, directeur adjoint de cette direction de Pôle emploi. L'éligibilité à l'ASS comme au RSA est en effet soumise aux conditions de ressources du foyer et non de l'individu.Ce sont donc plus de 600 000 chômeurs qui verront leur sort remis au seul soutien familial, entraînant un accroissement sensible de la pauvreté en France..."

- Explosion du chômage des jeunes

-Chômage : alerte rouge

-Chômage : une hausse, une ! - AgoraVox_______________________________

-Pauvreté en France
-France:inégalités croissantes

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>