Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Questions du jour

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Questions du jour

__Problématique Schengen

Le traité de Schengen prévoit un contrôle provisoire aux frontières dans certaines situations d'ordre public.

Il commence à être contesté, du moins sous sa forme actuelle, par certains groupes politiques, par conviction ou par opportunisme, ou par certains pays.

Une réforme s'impose en tous cas.

Le problèmes est que, vu les circonstances actuelle, les contrôles tendent à devenir la règle.

La pression du flux des réfugiés met l'Allemagne dans une situation difficile, autant interne qu'externe.__________________

__ Fertilité en question

Les recherches, tardives en France, sur la reproduction humaine convergent vers l'observation d'une tendance à une réduction des spermatozoïdes.

La fécondité humaine serait donc partiellement en question.

Le rôle des pesticides a été maintes fois évoqué.

Les perturbateurs endocriniens seraient largement en cause

Une question complexe et encore débattue.A suivre.___________________________

__USA

Au Moyen Orient les Américains ont perdu leur boussole.

En plein désarroi devant le chantier qu'ils ont largement contribué à initier.

La situation complexe les place entre plusieurs chaises, souvent dans le double jeu, l'impuissance ou la contradiction

Les rivalités entre l'Arabie et l'Iran complexifie la situation._______

__ Pologne

La Pologne inquiète.

Tout autant que la Hongie.

Tensions au sein de l'UE._______________________________

Partager cet article
Repost0

Bombe démographique

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Bombe démographique

Quel contrôle démographique?
__Le "ventre des femmes":
__________Une excellente émission sur Arte, récemment diffusée, illustre de manière précise le traitement subi par des femmes indiennes pauvres au Pérou notamment, entre 1995 et 2000, au nom d'un programme de contrôle démographique d'une rare coercition, au nom d'une idéologie discutable , au mépris des droits humains. La presse en avait déjà fait écho il y a des années. _____ (Photo personnelle)
___Rockefeller lui-même avait donné le ton.
_Kissinger n'était pas en reste:
["Dans le National Security Memo 200, daté du 24 avril 1974, et intitulé « Implications de la croissance de la population mondiale sur la sécurité des Etats-Unis et ses intérêts à l’étranger », on peut lire :
"Le Dr. Henry Kissinger proposa dans son mémorandum au NSC que la dépopulation devrait être la plus haute priorité de la politique étrangère des Etats-Unis en ce qui concerne le Tiers-Monde. Il invoqua des raisons de sécurité nationale, parce que l’économie US aura besoin de quantités importantes et croissantes de matières premières de l’étranger, en particulier des pays moins développés... Là où une diminution de la population peut augmenter la perspective d’une telle stabilité, la politique démographique devient en rapport avec les ressources, les fournitures et les intérêts économiques des Etats-Unis." Kissinger prépara un manifeste de dépopulation pour le président Jimmy Carter appelé Global 2000 qui détaillait l’usage de la nourriture comme une arme pour dépeupler le Tiers-Monde.
http://www.schillerinstitute.org/food_for_...sm_jb_1995.html]
______-Quand l'équilibre démographique peut devenir enjeu(ou alibi) politique...__________________________
-"C’est l’accès pour les femmes, et plus globalement pour les populations pauvres, à l’éducation et à un emploi, qui régulerait le plus sûrement la croissance démographique, de manière consentie..."
- « Il existe à mes yeux une relation étroite entre la politique néolibérale imposée au Pérou par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, et le plan de planification familiale manigancé par Fujimori, soutient-il. En échange de crédits et d’une renégociation de la dette, le FMI a exigé les privatisations – y compris dans le secteur de la santé – et l’ouverture au capital étranger, mais aussi un contrôle de la croissance démographique. Les secteurs pauvres, voire très pauvres, potentiellement “dangereux”, sont visés. Cela a violé les droits individuels, les droits des familles, et plus largement les principes éthiques sur lesquels devrait reposer la société. » (A.Toledo)________________________
___-Le ventre des femmes:
"Ce document enquête sur la stérilisation forcée de centaines de milliers de femmes au Pérou dans les années 90, une politique mise en place par l'Etat.En cinq ans, au Pérou, plus de 300 000 femmes et près de 30 000 hommes ont été stérilisés de force par le gouvernement d'Alberto Fujimori, soutenu par les instances internationales. Au nom de la lutte contre la pauvreté, les Indiennes quechua en ont été les premières victimes. Yoni raconte qu'elle a été emmenée en salle d'opération, comme un animal. Comme des milliers d'autres femmes, elle a subi une ligature des trompes, une opération irréversible réalisée dans des conditions dangereuses. Beaucoup de femmes sont mortes après leur stérilisation. D'autres souffrent aujourd'hui encore de graves séquelles.
___Entre 1995 et 2000, au Pérou, 330 000 femmes et 25 000 hommes ont été stérilisés de force avec le soutien d'instances internationales. C'est ce que nous apprend ce remarquable document consacré à une tragédie longtemps cachée.
Tout commence avec l'élection d'Alberto Fujimori à la tête du Pérou en 1990, un pays de 26 millions d'habitants parmi les plus pauvres au monde, encore marqué par le mouvement de guérilla maoïste du Sentier lumineux. Pour plaire aux bailleurs de fonds internationaux, Fujimori décide d'engager une campagne de planning familial pour lutter contre la pauvreté en réduisant le nombre des naissances. Condition obligatoire pour bénéficier de prêts de la Banque mondiale et réduire la dette auprès du Fonds monétaire international (FMI).
Le président péruvien s'engage à utiliser toutes les formes de contraception afin de faire passer, en cinq ans, de 3,5 à 2,5 le taux de fécondité par femme.
Mais, en réalité, vasectomie pour les hommes et ligature des trompes pour les femmes sont privilégiées. Population visée ? Les Indiens de la forêt amazonienne et des hauts plateaux andins. Des paysans démunis, analphabètes, ne parlant que la langue quechua, dont les familles comptent en moyenne 5 ou 6 enfants. Des miséreux perçus comme une menace pour la sécurité du pays. Avec la collaboration de l'Unsaid, l'agence des Etats-Unis pour le développement international, de l'Association pour la Contraception chirurgicale volontaire (AVSC) qui en émane, et du Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP), le Pérou lance une vaste opération de stérilisation jusque dans les villages les plus reculés. « Quand mon fils est né ils m'ont dit : «Combien de fois tu vas encore mettre bas ?, raconte Michaela. Tu veux faire comme les lapins ou les truies ?» » Les médecins mentent à ces mères sans éducation en leur assurant que l'opération est réversible.
Au fur et à mesure que s'installe la dictature militaire d'Alberto Fujimori, les mutilations forcées s'accélèrent, jusqu'à la destitution du président péruvien en 2000. Comme en Inde, dans les années 1970, où 8 millions de personnes furent stérilisées, avec la complicité d'organismes mondiaux censés défendre les droits de l'homme...(Sylvie Véran)
___-Le ventre des femmes, un combat:
"...le scandale a fini par éclater en 1997. Mais, ironie de l’histoire, ces pratiques abusives ont été récupérées par le lobby anti-avortement, instrumentalisées au service d’une autre idéologie, conservatrice. Ce qui a eu pour effet de faire reculer, encore, la cause des femmes ! Aux Etats-Unis, le PRI (Population Research Institute), pilier du mouvement anti-avortement, utilise sans vergogne les stérilisations péruviennes pour mener campagne contre l’IVG et la contraception. En Equateur, la pilule du lendemain a depuis été déclarée anti-constitutionnelle Autre effet collatéral : le retrait par l’administration Bush en 2002 des aides allouées au Fonds de la population des Nations unies. Du coup, ce sont à nouveau les femmes qui trinquent, puisque ce sont autant de soins qui ne seront pas prodigués, notamment, aux femmes enceintes dans des pays où la mortalité en couche n’est pas rare
.Ce documentaire choc offre une réflexion globale, étayant son propos éclairé du témoignage des principaux acteurs : ex-responsables de la Santé au Pérou, représentants du PRI ou de l’Usaid, historiens, avocate féministe Avec toujours, au premier plan, la parole des victimes. Et ces visages qui en disent plus long que tous les discours.On retiendra le point de vue, juste, de cet historien de l’Université de Columbia en guise de conclusion : c’est l’accès pour les femmes, et plus globalement pour les populations pauvres, à l’éducation et à un emploi, qui régulerait le plus sûrement la croissance démographique, de manière consentie..."
-« Le Ventre des femmes » sur Arte______- Les stérilisations forcées au Pérou sous la présidence d’Alberto Fujimori_________________-Pauvreté - Démographie en Afrique__-DEMOGRAPHIE ET PAUVRETE : LES FEMMES D'ABORD_-Enjeux de la démographie politique_-Démographie et politique (selon Sarkozy)___________________________-Climatologie et démographie

Partager cet article
Repost0

A quoi sert (encore) le FMI?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

A quoi sert (encore) le FMI?

Le Fonds Monétaire International (depuis longtemps) en question

_____-Entre les objectifs déclarés et l'action réelle, un décalage.
Un double langage.
Une institution antidémocratique qui impose des politiques antisociales.
L'encouragement à la dérégulation du marché du travail, en liaison avec l'OMC et l'OCDE, en phase avec le Consensus de Washington, au service de la religion du marché dérégulé.
Passablement en déclin, on peut se demander à quoi sert encore cette institution, dont l'image ne cesse de se dégrader .
_____Une dérive manifeste, malgré des aveux tardifs et quelques concessions formelles
"Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie et vice-président de la Banque mondiale de 1997 à 2000, s'est aussi attaqué au FMI dans son livre "La grande désillusion", devenu un best-seller mondial. Il l'accuse de privilégier les intérêts de son "principal actionnaire", les Etats-Unis, avant ceux des pays en difficulté. D'autre part, prenant pour exemples la crise asiatique et la transition russe, Stiglitz démontre que les politiques d'ajustement structurel préconisées par le FMI ont souvent aggravé les problèmes, entraînant des conséquences sociales dévastatrices et un accroissement de la pauvreté." (L'internaute)
___________-"Lors des négociations de Bretton Woods, le représentant britannique, l’économiste John Maynard Keynes, souhaitait la création d’une institution bien plus importante, une véritable Banque centrale mondiale destinée à émettre une monnaie internationale, le « Bancor ». Cette proposition fut rejetée. Elle aurait signifiée pour les États-Unis une perte de souveraineté vis-à-vis d’une institution internationale et les aurait empêché de profiter de la position dominante du dollar américain à l’époque. »(Wk)

-Pourtant depuis sa création en 1944, l’obligation de favoriser le plein emploi figure explicitement dans les missions du FMI qui agit donc en violation de ses propres statuts.__La crise financière et économique mondiale souligne la faillite de la déréglementation des marchés financiers et de l’abandon du contrôle sur les mouvements de capitaux, prônés par le FMI. Cela rend indispensable la recherche d’une nouvelle architecture internationale basée sur le Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels (1966) et sur la Déclaration des Nations unies sur le droit au développement (1986). Mais une telle logique ne s’imposera pas sans inversion du rapport de force. Si, sous la poussée des mobilisations populaires, un nombre suffisant de gouvernements ne met pas en place une telle alternative, la Banque mondiale et le FMI seront en mesure de surmonter leur crise en mettant à profit la chute des prix des produits de base pour entraîner les pays exsangues vers une nouvelle dépendance envers leurs crédits, dont la substance visera davantage à sauver le système qu’à satisfaire des critères humains et écologiques.Pour toutes ces raisons, le CADTM demande l’abolition immédiate du FMI et de la Banque mondiale et leur remplacement par des institutions radicalement différentes, centrées sur la satisfaction des besoins humains fondamentaux."____Faut-il encore aider le soldat Strauss-Kahn ?________________________Le FMI à l'assaut de l'Europe:
"...A l’heure où le FMI et les Etats-Unis s’intéressent de près aux affaires internes de l’Europe, il est essentiel de savoir à qui l’on a à faire. Hier, le Figaro nous rappelait dans ses pages saumon (p18 et 19) que les ministres des finances des pays européens ont accepté l’obligation de soumettre leur budgets nationaux à un examen préalable devant les instances européennes. L’examen devrait avoir lieu au printemps, ce qui laisserait le temps de faire d’éventuelles corrections. C’est une nouvelle délégation de pouvoir vers les institutions non démocratiques de l’Union. Le FMI, lui, trouve ces mesures trop timorées et il presse l’Europe de créer une autorité commune qui soit chargée de déterminer le niveau de déficit budgétaire admissible pays par pays. Il réclame également que chaque pays membre adopte des règles internes contraignantes qui forcent à limiter le déficit. Ainsi, la stimulation keynésienne de l’économie par l’investissement public est en train de devenir de facto une politique interdite en Europe. La formule "There Is No Alternative" semble avoir de beaux jours devant elle. Si les peuples ne se défendent pas de façon concertée, il est probable que l’irruption du FMI sur la scène européenne ne signe le début d’un processus de tiers-mondisation du continent. Le Figaro nous apprenait encore hier que la Maison blanche fait pression pour que l’Espagne adopte son plan de rigueur. Les Etats-Unis, affublés d’un déficit abyssal, à la tête d’une économie à bout de souffle ont urgemment besoin d’énergie pour perpétuer leur non négociable "way of life", que seul le dollar-référence protège de l’effondrement. L’Europe sera-t-elle l’ultime richesse à venir alimenter la machine américaine ?"
-Le FMI dicte, la Roumanie abdique_-Le Fmi et la Lettonie_-Les mille et une facettes du FMI

_________________

Partager cet article
Repost0

Comment aider le soldat Hollande?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Comment aider le soldat Hollande?

Empétré dans un marécage juridico-politique
Mais qu'est-il allé faire dans cette galère?
Comme si les textes déjà en vigueur dans notre droit et les mesures juridiques préconisées ne suffisaient pas pour sanctionner les pires actes, comme les tueries hélas déjà répertoriées en France, même si elles sont d'une autre nature....
On peut dire que ça cafouille...
Le gouvernement s'est engouffré dans une impasse, s'est enfermé un piège, dont il ne sait plus comment sortir.

Au lieu de mettre le paquet essentiellement sur le travail de la police, qui manque de moyens, et des renseignements (dont la faiblesse a été reconnue), il semble ne chercher qu'à rassurer à tout prix une opinion désemparée et souvent peu au fait des problèmes de droit, de diviser la droite, de se donner une stature nouvelle de présidentiable, de sculpter une image de fermeté..
Dans l'imbroglio créé et le dialogue de sourds qui en résulte, on cherche une porte de sortie.
Les actes suivront-ils des paroles de modération et d'équilibre: le Président a salué récemment le Conseil constitutionnel et son rôle, qui est de « fixer les limites, de dire quand l’atteinte aux libertés devient injustifiée, de poser un cadre infranchissable au-delà duquel nous oublierions qui nous sommes et pour quoi nous nous battons », mais aussi pour « rappeler le droit et le devoir de résister aux solutions du repli, de la fermeture qui trahiraient l’esprit de la France », notamment « quand la peur se fait pressante, quand la menace est trop présente, quand l’actualité envahit les esprits »?
Bien dit, mais la déchéance de nationalité envisagée est une impasse juridique, malgré les entorses diverses, et on sait trop où elle peut mener.
Que faire des apatrides? Les envoyer dans le cosmos?
Créer des apatrides poserait un problème moral à la France, qui s’opposerait ainsi à la Déclaration universelle des droits de l’homme, dont l’article 15 dispose que « tout individu a droit à une nationalité » et que « nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité ni du droit de changer de nationalité ».
Certains socialistes so
nt conscients des impasses et des risques de ce débat mal engagé.
Notamment Bruno Le Roux sur France Info: «..On est (aussi) beaucoup au PS à être contre et penser que la France doit assumer ses propres enfants, rétorque une élue socialiste. Je suis encore moins d’accord que l’on étende la déchéance de nationalité à tout le monde.» «On est dans la déchéance de rationalité, se désole Maurel. On se met à trianguler en reprenant des propositions d’extrême droite, en perdant la gauche… et même le centre dont plusieurs représentants sont contre cette mesure ! Et pendant ce temps-là, on ne veut pas se cogner au réel et discuter des propositions pour résoudre l’urgence économique et sociale.»
A l’aile gauche, le député Pouria Amirshahi a, lui, expliqué que le PS était en train de «se perdre dans un délire pénal sans fin». «Soit, pour certains, ils sont convertis à cette bêtise réactionnaire, soit ils n’ont pour obsession que de sauver le soldat Hollande qui s’est mis tout seul (et le pays avec) dans la merde avec sa réforme constitutionnelle», explique-t-il.
Au milieu des interventions, le député de Paris Patrick Bloche, dont le soutien à Hollande n’a jamais manqué, a résumé la tristesse de plusieurs hauts responsables PS dans cette affaire : «On commence le quinquennat par le mariage pour tous et on finit par la déchéance pour tous.»

_______________________________

Partager cet article
Repost0

Monde à l'envers

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Monde à l'envers

Ou va-t-on?

Donc, ce qu'on nous raconte sur le sort des femmes dans ce pays n'est que de l'intox?
Pauvres Saoudiens harcelés!
Attention les mecs!
Les femmes prennent le pouvoir_. sont autorisées à voter pour la premiere fois. Mais faut pas pousser, seulement aux municipales...
C'est toujours ça, après les émancipations vélocipédiques à petite dose...et les incitations un peu viriles pour les stimuler un peu.
Peut-être seront-elles impitoyables au siècle prochain...

Partager cet article
Repost0

Enfin!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Enfin!

Cinglés Flingués!
__ Enfin, on va pouvoir montrer ses cojones et garder ses puits de pétrole.
Pouvoir même défendre à l'université ses copains et ses profs.
Pour éviter les tueries de masse.
Mais elles existent déjà dans ce pays surarmés.

Rassurant?
C'est la NRA qui va être contente!
Pendant ce temps, Obama-Sisyphe roule son rocher...

__________________

Partager cet article
Repost0

Patrons: toujours les mêmes

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Patrons: toujours les mêmes
Band of Brothers__Des hommes orchestre

De juteux jetons
-La consanguinité biologique est susceptible d'entraîner de nombreuses anomalies génétiques.
Dans le monde de l'industrie et des affaires, la concentration du pouvoir et des responsabilités entre quelques personnes souvent très proches, ayant entre elles des relations d'intérêt proches et croisées, ne peut produire que des dysfonctionnements.
>>>-Visualiser les liens de sang___________________________-"Cent personnes concentrent dans leurs mains, plus de 40% du total des mandats des conseils d'administrations des principales entreprises françaises. Pire, au sein du CAC 40, 98 administrateurs, soit 22% du total, détiennent 43% des droits de vote!!!!
Or plus qu'un problème déontologique fort, le cumul des mandats s'avèrerait de plus en plus nuisible à la bonne gouvernance des entreprises. Selon certains observateurs, les investisseurs, et notamment les fonds d'investissement internationaux, commenceraient même à se plaindre des risques liés à la disponibilité des administrateurs."
-De la consanguinité à la tête des entreprises françaises...
_____-Cac 40, la consanguinité des dirigeants:

"Non, on ne parle pas de familles ici mais plutôt de mariages blancs, des administrateurs de grandes sociétés qui se partagent les jetons de présence un peu partout.

Comment s’étonner après que les politiques soient à peu près les mêmes partout, en fait c’est simplement que les patrons sont les mêmes partout. Il fallait y penser !

Ils en ont de la chance ces Michel Pébereau, Jean-Martin Folz, Jean-René Fourtou et autres comparses, une vie tranquille, quelques réunions annuelles pour décider de l’avenir de millions de personnes et du moyen de rogner leurs droits sociaux.

Et de l’argent qui tombe, à 10 000 € minimum le jeton de présence ça fait un sacré pactole à la fin de l’année. La crise ils ne connaissent pas trop.

Non seulement tout ce beau monde a fait ses études ensemble mais ils se retrouvent tous autour des mêmes tables de réunions.

Et encore, parfois c’est la femme, le fils ou la fille qui est dans l’entreprise d’en face, cela dilue les traces et on fait comme si personne n’en parle en famille…

Bin voyons, on y croit !

Moi si on m’offre un poste d’administrateur, je promets de ne pas aller dans une autre société ! Mais en fait c’est tout l’intérêt ces manœuvres, il n’y a pas d’ententes illicites entre les sociétés, après tout on ne peut parler d’entente illicite avec soi même !

Et oui, la globalisation de l’économie tend vers l’uniformité des dirigeants.

J’attends impatiemment la carte des actionnaires des entreprises du CAC 40 sur le même modèle, à mon avis elle ressemblerait beaucoup à celle-là."

___-Grand patron, 2750 euros de l'heure à ne rien faire ?:

"...Les grands patrons sont confrontés à un curieux dilemme. Accusés de multiplier des responsabilités qu'ils ne peuvent honorer, ils tentent de rassurer leurs détracteurs et affirment consacrer l'intégralité de leur temps à leur entreprise. La polémique autour de la double casquette d'Henri Proglio, le nouveau PDG d'EDF, n'a certainement pas arrangé les choses. C'est d'ailleurs pourquoi certains grands patrons ont osé la justification dans les colonnes du Parisien de ce jeudi. Et le résultat est plutôt étrange. Exemple. Gilles Pélisson directeur d'Accor devrait percevoir 53 500 euros en 2009 au titre de ses deux mandats chez Bic et TF1. Au quotidien il explique que "les réunions du Conseil d'administration de TF1 demandent peu de préparation et durent deux heures en moyenne". Ses salariés peuvent donc se rassurer, leur PDG ne perd pas inutilement son temps mais est tout de même rémunéré 2700 euros de l'heure. De son côté, l'explication de Didier Lombard est encore plus énigmatique. "Je me consacre à 100% à mon entreprise". Ses autres activités étant réservées aux "week-ends et jour fériés", explique-t-il au Parisien. Tout compris pourtant, ses 4 mandats lui ont rapporté près de 170 000 euros en 2008..."
______-Le cas de Didier Lombard:
"...Outre son poste de PDG de France Télécom siège au conseil d’administration et au conseil stratégique de Thales, est administrateur et président du comité de gouvernance et de nominations de Thomson (devenu maintenant Technicolor), et siège aux conseils de surveillance de ST Microelectronics et de Radiall.Le quotidien indique que sa rémunération en 2009 a été de 1,655 million d’euros (900.000 € de fixe, 750.210 € de rémunération variable et 3.885 € de rémunération en nature). « Chez Thales, il a perçu 29.000 € en jetons de présence en 2008, et 33.938 € de jetons de présence chez Thomson. Au conseil de surveillance de ST Microelectronics, il a touché 98.250 € de jetons de présence en 2008. Et 7.000 € de jetons de présence chez Radiall. » Son commentaire au Parisien: « Didier Lombard explique qu’il se ‘consacre à 100% à son entreprise’. Ses autres activités sont réservées aux ‘week-ends et aux jours fériés’. »(sic!!)

______________________

Partager cet article
Repost0

Dossier retraite (suite)

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Dossier retraite (suite)
Ce qui pourrait nous arriver , derrière la dramaturgie organisée_________________Le point de fusion des retraites____________

Une analyse un peu technique, mais éclairante.
A diffuser.____________
"La répartition est par nature collective et fondée sur la solidarité entre générations, alors que la capitalisation induit l'idée que chacun cotise pour sa propre retraite._La capitalisation a pour inconvénient supplémentaire de soumettre les pensions à la volatilité des marchés financiers. _Ainsi, les actifs détenus par les fonds de pensions des pays de l'OCDE ont vu leur valeur diminuer en moyenne de 20% depuis le début de la crise financière. En Irlande, cette diminution a même atteint plus de 30% pour la seule année 2008…Cela ne peut qu'enfermer les futurs retraités dans un sentiment d'insécurité vis-à-vis de leur futur, les incitant à épargner plus, cassant de ce fait le dynamisme de l'économie..." (Pierre Polard)____________________-Fonds de pension : alerte !__-Affaires de famille
-Retraites : préparer les esprits__-Dossier retraites__-Retraites : d'autres pistes__- l’Etat fait cadeau de 172 milliards aux entreprises chaque année __-Retraites : les français se battent pour l’avenir de l’Europe__-Le capitalisme zinzin__-Les retraités ? Des rentiers ?...
-Fontionnaires à la peine_______Bernard Friot. L'enjeu des retraites
___________________________
-ARGENTINE • Le gouvernement met les fonds de pension à la retraite__-Les retraités trahis par les fonds de pension__-Fonds de pension dans la crise__-Pourquoi le recours à la capitalisation n'est pas la solution

___________________

Partager cet article
Repost0

Pétrole: l'aubaine?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Pétrole: l'aubaine?

Courte vue
Baisse à la pompe et illusions
Ce n'est qu'en
ayant une vision de très court terme que le consommateur glouton à la pompe peut se réjouir des prix du carburant qui continue à baisser.
Ce qu'il n'attendait pas.
Cela peut aider temporairement à la reprise, à doper la croissance, à réduire un peu les déficits, à développer certaines affaires.
Mais de manière très inégale et contrastée, sans assurances d'effets toujours positifs et surtout durables.. La bonheur des uns fait le malheur des autres.
Le FMI pèse le pour et le contre, mais sans se poser les questions de fond et de long terme.
Un jeu à somme nulle?
Les économistes restent perplexes, étant donnée la complexité des interactions.
Mais cela ne peut durer, n'est que circonstanciel.
Nous allons nécessairement vers un pétrole rare , même même si les pronostics plutôt pessimistes d' il y a dix ans se trouvent en partie démentis, ou plutôt nuancés.
Le ralentissement économique des grandes puissances et les conflits géopolitiques, surtout au Moyen-Orient expliquent largement les effets paradoxaux observés.
Le pétrole est (aussi) une arme...,dans une guerre qui pourrait vite changer.
Une nouvelle ère s'engage pour l'or noir ou plutôt l'excrément du diable, mais elle est le produit de circonstances qui peuvent se modifier très vite et retarder les "bonnes résolutions" prises à la COP 21...
Allons-nous vers une période de tempête?

_________________________

Partager cet article
Repost0

Repenser les délocalisations

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Repenser les délocalisations
Pour de nouvelles formes de protectionnisme?
___-La mondialisation dérégulée, uniquement générée par des considérations financières , où la concurrence " non faussée" ne fonctionne pas, fait de plus en plus problème, aboutissant pour une part à une désindustrialisation , une perte d'emplois dans l'industrie et certains services.

La finalité est de bénéficier d'une main d'oeuvre moins chère, de "s'affranchir de toutes les contraintes des pays occidentaux (taxes diverses, normes environnementales, investissement dans la protection des salariés sur le poste de travail,...), de bénéficier d'avantages offerts. Certains pays Low Cost, en plus de la main d'oeuvre moins chère, offrent des prestations supplémentaires aux grandes entreprises qui s'implantent. Terrains offerts, construction d'usine financée par les communes, exonérations d'impôts sur les bénéfices pendant 10 ans..." (Wiki)
-Un protectionnisme sélectif permettrait-il de sauver l'Europe, notamment, des effets pervers et ravageurs de ce processus, naguère présenté comme un dogme intangible par l'OMC ( et le Consensus de Washington)?
Nos rapports avec le grand atelier de la Chine notamment posent problème, même dans les secteurs les plus pointus , que nous revendiquions comme notre privilège et la source de nouveaux emplois et de nouvelles richesses.
"En effet dans les branches comme l’électronique ou la mécanique, la productivité des chinois se rapproche dangereusement de celle des européens, alors que les salaires sont dix fois plus faibles. A terme, la zone euro, Allemagne comprise – surtout lorsqu’on sait que la population active allemande est très faible – est condamnée. Donc si l’on veut préserver un minimum de niveau de vie et de protection sociale dans la zone euro, il faut se protéger de la concurrence déloyale de pays sans contraintes sociales et environnementales. Il ne s’agit pas de remettre des barrières douanières, mais d’instaurer une protection sélective – et je rappelle que la Chine est un pays très protectionniste pour tout ce qui touche ses propres marchés publics. "
____Il y aurait lieu de s'interroger sur les avantages d’un raisonnable protectionnisme européen
"La crise actuelle pose donc la question de la régulation des échanges : le libre échange intégral ne peut plus être un dogme incontesté parce qu’il n’est plus adapté à la situation actuelle qui a vu l’émergence de pays à forte capacité technologique mais à coûts salariaux bas, dans une économie internationale où le prix des transports et des télécommunications a chuté de façon vertigineuse. Du coup, la mise en concurrence de salariés venus d’horizons très divers a été rendue possible, et avec elle la stagnation de leurs rémunérations… et le développement de l’endettement pour remédier malgré tout à cette crise de la demande intérieure.
C’est Maurice Allais, prix Nobel d’économie en 1988, qui rappelle : « une libéralisation totale des échanges et des mouvements de capitaux n’est possible, elle n’est souhaitable que dans le cadre d’ensembles régionaux groupant des pays économiquement et politiquement associés, et de développement économique et social comparable ». (La mondialisation, Paris, 1999) (2).
Comme le rappelle Bruno Amable (Colloque Fondation Res Publica, Mondialisation régulée des échanges, 28 novembre 2005), « la théorie économique dit qu'il y a des bienfaits au libre-échange à condition de remplir certaines conditions. Notamment, il peut y avoir bienfaits du libre-échange s’il permet une meilleure réallocation des facteurs de production. Le problème est que si le libre-échange conduit à ce que, dans un pays, les facteurs de production ne soient pas réalloués mais inemployés – typiquement si ça conduit à mettre des gens au chômage – il est clair qu'on est hors du cadre des bienfaits du libre-échange. Si on a des difficultés de réadaptation de la main d'œuvre vers d'autres activités, il est clair que la protection est non seulement souhaitable, mais légitime d'un point de vue de théorie économique. »
___________Il ne s’agit pas évidemment de reconstruire des murs infranchissables et d’imaginer une autarcie absurde. Il ne s’agit pas non plus de tenter un protectionnisme national absolument pas adapté à l’horizon économique actuel qui est mondial.
Il s’agit simplement de réguler les échanges commerciaux en imaginant de grandes zones géographiques de taille suffisamment importante pour éviter la création de situations de rente – le risque du protectionnisme – tout en en faisant un moyen d’organiser le monde : c’est pourquoi il ne peut être imaginé qu’au niveau européen, ou américain, ou asiatique.. ."
_________Ne pas tenir compte de ces principes de bon sens conduirait à une Europe de plus en plus irréparable, où le social ne pourrait que s'aggraver.Il est urgent de civiliser la mondialisation
-Pour un nouveau protectionnisme européen__-Le protectionnisme européen au service du développement durable__-Pour ou contre un protectionnisme européen ?__________________
-Vers la déglobalisation ?__-Protectionnisme raisonnable ?__-Libre- échange en question

___________________________________

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 > >>