Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La mort, principe du vivant

Publié le par Jean-Etienne ZEN

La mort, principe du vivant
Le paradoxe de la mort créatrice, de la mort au coeur de la vie

___« ...On y voit la vie et la mort
– la synthèse du monde –
qui dans l’espace profond
se regardent et s’enlacent. » (F.Garcia Lorca)
__-« Ce qui fut se refait ; tout coule comme une eau,
Et rien dessous le Ciel ne se voit de nouveau ;
Mais la forme se change en une autre nouvelle
Et ce changement là, Vivre, au monde s’appelle,
Et Mourir quand la forme en une autre s’en va » (Ronsard)______________________
________Une lecture fascinante où s'expliquent mieux les grandes contradictions qui opposent vie et mort des cellules, individualisme et altruisme, santé et vieillissement, normal et pathologique...
___" Pour chacune de nos cellules, vivre, c'est avoir réussi à empêcher, pour un temps, le suicide ", résume Jean Claude Ameisen. Pas à pas, rouage après rouage, il montre comment, " à la représentation ancienne de la mort comme une faucheuse surgissant du dehors pour détruire, s'est peu à peu substituée une autre image, celle d'un sculpteur, au cœur du vivant; faisant, jour après jour, émerger la complexité "
_______-"Vivre, pour chaque cellule qui compose notre corps, c'est à chaque instant avoir réussi à réprimer le déclenchement de son suicide [...]. Au cœur de chaque cellule, la mort est enfouie, tapie, prête à bondir." C'est ainsi que Jean - Claude Ameisen définit cette "mort créatrice" qui, selon lui, nous construit. Depuis quelque temps, déjà, on parlait de mort naturelle programmée : sans accident, sans maladie, sans modes de vie "usants", les fonctions du corps humain s'éteignent d'elles-mêmes au bout d'environ cent-vingt ans... Mais la thèse de Jean-Claude Ameisen va plus loin : la mort est le principe même du vivant. C'est parce que des centaines de milliers de cellules meurent que la vie s'élabore et cela dès le stade embryonnaire. Alors même que le corps grandit, des pans entiers de son être disparaissent. Mieux : ces disparitions massives constituent la condition même de la complexité de notre organisme. C'est le cas, par exemple, de l'apparition des doigts : notre main naît d'abord sous la forme d'une moufle contenant cinq branches de cartilage, qui vont progressivement constituer les doigts séparés grâce à l'élimination des cellules qui les reliaient. La mort sculpte le vivant..." (A.Poulantzas) ___________________
_____-La Sculpture du vivant
"Nous sommes chacun une nébuleuse vivante, un peuple hétérogène de milliards de cellules, dont les interactions engendrent notre corps et notre esprit. Aujourd'hui, nous savons que toutes ces cellules ont le pouvoir de s'autodétruire en quelques heures. Et leur survie dépend, jour après jour, de leur capacité à percevoir les signaux qui empêchent leur suicide. Cette fragilité même, et l'interdépendance qu'elle fait naître, est source d'une formidable puissance, permettant à notre corps de se reconstruire en permanence. A l'image ancienne de la mort comme une faucheuse brutale se surimpose une image radicalement nouvelle, celle d'un sculpteur au cœur du vivant, faisant émerger sa forme et sa complexité.__Cette nouvelle vision bouleverse l'idée que nous nous faisons de la vie. Elle permet une réinterprétation des causes de la plupart de nos maladies et fait naître de nouveaux espoirs pour leur traitements. Elle transforme notre compréhension du vieillissement.

____.C'est un voyage que propose ce livre. Un voyage à l'intérieur de nous-mêmes, de nos cellules et de nos gènes. Une plongée vers le moment où commence notre existence, à la rencontre du suicide cellulaire à l’œuvre dans la sculpture de notre corps en devenir; mais aussi une plongée vers un passé plus lointain, au travers de centaines de millions d’années, à la recherche des origines du pouvoir étrange et paradoxal de s’autodétruire qui caractérise la vie. Un voyage à la découverte de l’une des plus belles aventures de la biologie de notre temps. Comme toute exploration d’un pan inconnu de notre univers, ce livre nous révélera des paysages d’une grande beauté. Il nous permettra aussi de ressentir combien la science peut parfois entrer en résonance avec nos interrogations les plus intimes et les plus anciennes."-

- Mort cellulaire (concept de suicide cellulaire)________Mort biologique __-Analyses - La sculpture du vivant___________-« Nous vivons dans l’oubli de nos métamorphoses »_-Heritage de darwin : entretien
-Sur les épaules de Darwin____Dans la lumière et les ombres____Année Darwin __________________
-Le dur désir de durer France 5 _-ÉLUARD, Paul_-Héraclite: Thanatos et Hypnos_- Arthur Schopenhauer
-Les couleurs de l'oubli

_____________________

Partager cet article
Repost0

Point d'histoire: 1916

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Point d'histoire: 1916

Il y a cent ans
Le premier janvier, c'était l'entrée en vigueur effective de l'impôt sur le revenu.
Et l'établissement du calendrier de la nouvelle année de guerre aux thèmes ultra-patriotiques.
Plus long que prévu, l'état de guerre, qui saigne les finances nationales, impose un certain contrôle des prix.
On établit déjà une comptabilité morbide: ...600 000 tués, 400 000 disparus. Il faut combler les vides. Les armées ont besoin de 1 600 000 hommes pour tenir le front, ils ne sont que 1 230 000. Les jeunes recrues de la classe 1916 arrivent dans les bataillons de l’avant. La mobilisation dans les colonies s’accentue. En plus des Sénégalais, voici des Malgaches et des Annamites qui rejoignent les armées...
_______Après 1914, qui vit les prémisses d'une guerre parfois non désirée, mais que tout préparait, supposée courte et joyeuse, vint l'effroyable année suivante.
1915 vit la stabilisation d'un conflit destiné à s'éterniser...
1916, c'est l'entrée dans la guerre totale, avec deux épreuves majeures: la bataille interminable de Verdun, hécatombe visant pour le Kronprinz à saigner la France, et la terrible bataille de la Somme.
Engagements titanesques qui ne firent pas bouger pratiquement les lignes d'un front décidément enterré.
Il ne fut plus question de fraternisation, la discipline militaire redoubla.
Entre les périodes de désoeuvrement , d'écriture et de lectures, dominèrent le harassement, la démoralisation, la désillusion, après les fragiles espoirs des débuts, les fugaces moments de fraternisation localisée. Ce n'est pas encore la révolte dans les rangs (*), mais bien la fin des utopies.
En 1916, les affrontements titanesques et terriblement meurtriers de Verdun symbolisèrent les moments les plus absurdes d'une guerre industrielle qui suivait une folle logique.
L'offensive franco-anglaise de la Somme fut une des plus meurtrières du conflit dès les premiers jours. On dénombra en tout 1 060 000 victimes, dont environ 442 000 morts ou disparus.
L'Artois labouré porte encore les stigmates de ces luttes fratricides, mais aussi les symboles de la mémoire et d'une réconciliation longue à s'installer.
Il fallut du temps et des remises en question
L' anneau symbolique de ND de Lorette symbolise depuis peu le mélange des noms et des nationalités sur une terre où les cadavres fusionnèrent dans un même chaos, dans un même absurde bourbier?

___________________________

Point d'histoire: 1916
Partager cet article
Repost0

Israël: rompre l'engrenage

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Israël: rompre l'engrenage

Un appel à la raison
___Effet Obama
après un coup de froid entre les Etats-Unis et Israël?
- Guerre ou paix?
_____________ Des Juifs se manifestent pour sauver Israël de lui-même, de son aveuglement , de sa surdité, de son intransigeance, du piège dans lequel il s'est enfermé...
[-A welcome Jewish voice - Haaretz ]
Mais la diaspora s’écharpe sur la politique d’Israël
__« Le temps n’est plus, n’en déplaise à l’ancestrale loi mosaïque et autres pharisiens épris de sentences tout aussi dogmatiques, à l’obsolète et encore plus condamnable loi du talion : œil pour œil et dent pour dent ! C’est là, de plus, un très cruel et dangereux engrenage. Pis : une très périlleuse et irrationnelle spirale de la haine dont les conséquences pourraient s’avérer tragiques, à long terme, pour l’ensemble de notre planète. ».(DSS)
__- « La diversité qui caractérise la nation israélienne, le monde juif doit la revendiquer pour lui-même pour qu’il puisse y être débattu de tout, à légitimité égale, sans que les uns soient traités de fascistes et les autres d’antisionistes car nulle part, il doit être dit que celui qui questionne est moins pertinent que celui qui affirme. »(P.Klugman,Patrick Klugman, ancien président de l’UEJF (« Union des étudiants juifs de France)

-"Je signe (...) l'appel de J-Call. Parce qu'il est urgent de s'engager dans la voie de la paix, et de le faire savoir, aujourd'hui encore plus qu'hier, étant donné l'impasse actuelle, grosse de nouveaux conflits meurtriers. Je le fais sans illusion et sans naïveté, pour que cet appel, malgré ses défauts, ne se délite pas, comme se sont délités « La Paix Maintenant » et les « accords » de Genève.Pour qu'il ouvre sur autre chose, devienne une force de persuasion, passe de l'état de pétition à celui de force agissante. Signons-le malgré nos réserves ou nos doutes, pour faire entendre la voix de la sagesse et de l'éthique, notre bien commun. Le radicalisme ne réussit pas aux juifs. Ni d'ailleurs aux autres."(E.Benbassa)__________________________________

_________-Israël, les intellectuels et la raison :

Le contenu, en substance, de ce texte qui se verra présenté officiellement, ce lundi 3 mai au soir, au Parlement Européen de Bruxelles afin que l’Union Européenne aussi bien que les Etats-Unis fassent réellement pression tant sur les Juifs que sur les Palestiniens ? Ce point, particulièrement sensible : « L’alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien est dangereux car il va à l’encontre des intérêts véritables de l’Etat d’Israël ». Et ladite pétition de critiquer alors ouvertement « l’occupation et la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est, qui sont une erreur politique et une faute morale ».

Soit. Jusque-là, rien à redire, pour ma part, même si une tout aussi légitime contre pétition, intitulée « Raison Garder » et signée par des intellectuels aussi prestigieux que Raphaël Draï, Pierre-André Taguieff ou Shmuel Trigano, a aussitôt vu le jour, attribuant, quant à elle, la responsabilité de l’échec du processus de paix aux seuls Palestiniens. Mais ce qui frappe, en revanche, dans la première pétition, lancée donc par le Jcall (dans la foulée de Jstreet, la branche alternative des juifs américains), c’est que, parmi ses signataires, se retrouvent également, toutes tendances politiques confondues et par-delà tout clivage idéologique, des noms (outre ceux d’Elie Barnavi, de Daniel Cohn-Bendit ou d’Ivan Levaï) tels qu’Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy, ardents et même inconditionnels défenseurs, jusque là, d’Israël.

Car, en ce qui concerne ces deux derniers, on ne les entendit guère, sauf pour justifier envers et contre tout Israël, lorsque Tsahal bombarda de façon disproportionnée, durant l’été 2006, le Sud Liban pour se protéger des roquettes lancées sur son territoire par les fanatiques du Hezbollah. C’est d’ailleurs là ce qui me poussa à écrire, le 20 juillet 2006, dans un important quotidien belge, un article intitulé, précisément, L’assourdissant silence des intellectuels : papier où je faisais alors allusion notamment, quoique sans jamais les y mentionner nommément, à un Finkielkraut et à un Lévy !.."
____-Pourquoi je signe l'« Appel à la raison » du collectif J-Call

Selon une enquête menée en 2007 par Stephen Cohen et Ari Kelman, plus de la moitié des jeunes juifs non religieux aux États-Unis, de moins de 35 ans, ne verraient pas la disparition éventuelle d'Israël comme une tragédie individuelle. Plus généralement, la grande masse des jeunes juifs américains manifeste un net manque d'intérêt pour le judaïsme.___Dans les campus américains, où Israël est souvent comparé à une puissance coloniale oppressive, nombre d'entre eux préfèrent ne pas y être associés. Ces constats n'ont pas laissé indifférentes les futures chevilles ouvrières de J-Street.__Un peu de la même façon que le mouvement libéral ou réformé a sauvé le judaïsme américain de l'assimilation en donnant leur place aux femmes, aux gays, aux couples mixtes et aux enfants qui en sont issus, J-Street pourrait aider à pallier l'affaiblissement des deux marqueurs de l'identité juive que sont le judaïsme et le soutien à Israël en offrant à une large partie de la diaspora juive, hors pratique religieuse, le moyen de se rassembler et de se reconnaître sous une bannière faisant d'elle, face à Israël (ce qui ne signifie pas contre lui), une interlocutrice à part entière.

J-Street n'élude nullement la question des réfugiés palestiniens, ni celle du Hamas, partenaire incontournable dans de futures négociations.__Selon un sondage, 69% des juifs américains interrogés soutiendraient sans réserve les efforts de leur pays pour aboutir à un accord de paix associant un gouvernement d'unité nationale, réunissant le Hamas et l'Autorité palestinienne.__Lorsque j'avais écrit cela, avec François Burgat, dans une tribune parue dans Libération en 2006, et que j'y étais revenue en 2009 dans Le Monde au moment de l'offensive contre Gaza, quel tollé de protestations et d'insultes n'avais-je pas soulevé, la doxa communautaire et la propagande israélienne considérant qu'on ne négocie pas avec ses ennemis mais seulement avec ses amis !__Tout cela comme si le Fatah n'avait pas été, dans le passé, un mouvement terroriste et n'avait finalement pas reconnu l'existence d'Israël sur le tard. Aujourd'hui devenu Autorité palestinienne, le Fatah est soudain considéré comme le seul interlocuteur fréquentable, malgré la victoire électorale du Hamas dans les Territoires. On ne choisit pourtant pas ses ennemis, et s'il veut vraiment la paix, Israël ne pourra pas longtemps faire comme si le Hamas n'existait pas.En soulignant fortement le rôle que les Etats-Unis pourront jouer dans le processus de paix, J-Street est réaliste. De ce côté-ci de l'Atlantique, il est difficile de croire que l'Europe ait les capacités d'agir concrètement à l'instar des États-Unis. On connaît la tiédeur de l'Union européenne dès qu'il s'agit de pousser Israéliens et Palestiniens à la paix. L'Europe n'a de toute façon pas ce pouvoir pour la simple raison qu'elle a été le lieu du crime, celui de l'extermination des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, et que cette culpabilité-là l'empêche de critiquer la politique d'Israël avec toute l'énergie nécessaire...." (Esther Benbassa)__-JCall, analyses d'un appel __-Palestine: la fin d'Oslo et le début d'autre chose ?________________________

-Nethanyou humilie Obama_-USA-Israël: relations particulières

_______________

Partager cet article
Repost0

H1N1: la peur?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

H1N1: la peur?


Beaucoup de bruit pour un danger finalement limité et à relativiser.
____Scandaleuse surmédiatisation et instrumentalisation de la peur?
-"Il existe « une mise en scène de la peur », instaurée sournoisement avec la complicité des politiques, des laboratoires, des médias et d’une partie de la population" (Véronique A.F)
___"Une maladie supposée très dangereuse où tout le monde est touché et qui n’est du qu’à « pas d’chance » fait plus peur qu’une crise financière dont on connait les responsables..." (Romaeterna)
-H1N1 : épidémie de panique organisée ? - AgoraVox-_-Bernard Debré : la grippe A "n'est pas dangereuse"
-L'hyperprécaution : le syndrome pandémique de H1N1 - AgoraVox ___________________
Aide au Tiers monde en matière de santé
"Mécanisme très bien décrit par John Perkins dans sa récente autobiographie.
http://www.youtube.com/watch?v=R6Ws...__http://www.nexus.fr/PDF/M54P554.pdf
Tout vient de la question « Quel développement ? » les pays occidentaux souhaitent voir naitre dans ces pays.. Le plus souvent cela correspond à un développement pour eux, synonyme de croissance et de conquête de marché pour nous.
C’est le cas en agriculture, comme j’ai cherché à le démontré précédemment, mais aussi sur des domaines tel que la santé... Les pays en voie de développement sont des marchés, ou non. Ils ne sont quelquefois au mieux que des réservoirs de cobayes pour expérimentation pharmaceutique..." (V.1919)________________________
__-Le professeur Michel Kazatchkine, directeur du Fonds mondial contre le sida, déplore que "lorsque les pays développés le veulent, ils peuvent dégager aussitôt des milliards d’euros et de dollars", alors que dans le même temps, ces mêmes pays ont remis en cause leur engagement financier dans la lutte contre le sida lors du dernier G8.
De même, Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales et ancien président de la Croix-Rouge française, trouve que ce "feuilleton de l’été 2009" est "indécent" vis à vis des drames sanitaires dans d’autres régions du monde. (Bob G.)________________
Explosif : le professeur Marc Gentilini, au micro d’Hélène Cardin, de France Inter (1'0-Quand les pays riches s'enrhument, la planète entière éternue - AgoraVox:
___"Le paludisme tue un être humain toutes les 30 secondes en Afrique. 500 millions de cas cliniques sont recensés chaque année. Cette maladie, qui pourrait être éradiquée si on y mettait les moyens, touche encore une centaine de pays dans le monde, en particulier les zones tropicales d’Afrique (90% des cas), d’Asie et d’Amérique Latine.

En mai dernier, au moment même où l’OMS commençait à parler de l’épidémie de grippe « porcine » rapidement rebaptisée « grippe A (H1N1) », la méningite foudroyait 2.000 personnes en quelques semaines au Nigeria. MSF déclarait avoir enregistré plus de 40.000 cas dans toute l’Afrique de l’Ouest. Les plus gros foyers d’épidémie s’étendant de la Mauritanie à l’Ethiopie. Le nombre définitif de victimes n’est pas encore connu et il faudrait vacciner plus de 8 millions de personnes précise l’ONG… Mais cela a un coût évidemment, que les pays riches ne sont pas prêts, visiblement, à payer, trop occupés par la grippe A (H1N1) et tout empêtrés qu’ils sont par la crise économique qui n’est pas encore réglée…
___La grippe « saisonnière » tue entre 250.000 et 500.000 personnes par an !
L’état de pandémie dû à la grippe A (H1N1) a été déclaré et annoncé officiellement par la direction de l’OMS. Le directeur national de la santé publique, Dr David Butler-Jones, a cru bon de préciser –et on le remercie- que le niveau d’alerte de l’OMS dépendait de la vitesse et du degré de propagation de la maladie et et non de sa sévérité (de sa gravité). « La maladie est semblable à une grippe saisonnière » a-t-il ajouté. Attendons-nous à ni plus, ni moins de morts que pour la bonne vieille grippe « commune ». On en sait un peu plus aujourd’hui sur les « vrais » chiffres :

  • Selon l’Organisation mondiale de la santé, depuis le début de la propagation du virus, la grippe A (H1N1) a causé la mort de 700 personnes sur quelques dizaines de milliers de malades infectés dans le monde à la date du 21 juillet (sur un total de 6.795.265.688 de Terriens recensés à ce jour). Tant qu’à donner des chiffres, soyons précis...
  • Les pays les plus touchés sont les États-Unis, le Mexique, le Canada et le Chili. Même pas la France…
  • Au Canada (selon le bilan de Santé Canada du 10 juin dernier) : 2.978 personnes ont contracté le virus et, sur ces 2.978 cas, 4 malades sont morts. Certains malades « auraient pu mourir » de causes multiples car ils étaient déjà en mauvaise santé… Sans blague ?

A titre de comparaison, la grippe "saisonnière" (celle que tout le monde connaît) tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes ((environ 2.500 décès par an en France) ! Un chiffre important et habituel visiblement, pourtant passé sous silence dans les grands médias. Pourquoi parle-t-on de la grippe A (H1N1) plutôt que de la grippe saisonnière ? Serait-ce pour ruiner l’économie du Mexique, mis en quarantaine au nom du sacro-saint « principe de précaution » par toute la communauté internationale ? Un pays qui vit du tourisme et qui a perdu des millions de touristes en quelques jours. Forcément, une véritable catastrophe pour ce pays émergent qui sortait à peine la tête de l’eau.

J’aimerais que quelqu’un m’explique pourquoi les Etats-Unis, qui sont l’un des pays les plus touchés aujourd’hui par la pandémie ne sont pas, eux aussi, placés en quarantaine ne serait-ce que par précaution ?
Au nom du principe de précaution…

Il existe « une mise en scène de la peur », instaurée sournoisement avec la complicité des politiques, des laboratoires, des médias et d’une partie de la population (oui, chers lecteurs, certains d’entre vous sont complices car un « gros » mensonge n’est possible et efficace que si celui qui le reçoit s’en fait le complice…). La question est, comme toujours, à qui profite le crime ? J’ai appris, comme vous tous, que les laboratoires internationaux s’étaient rapidement lancé dans une course contre la montre pour produire le plus vite possible un vaccin. Tiens, tiens…

Il y a une dizaine de jours, la France annonçait fièrement qu’elle débloquait plus de 700 millions d’euros (prélevés sur les caisses de l’Etat et de la Sécurité Sociale, ah ces braves contribuables toujours prêts à payer de leur poche…) pour acheter (au prix de gros sûrement…) 100 millions de doses de vaccins, soit de quoi vacciner à peu près deux fois la population française ! Rappelons qu’à la date de cette décision, l’Institut de veille sanitaire affirmait avoir recensé 403 personnes (sur 63 millions de Français…) touchées par le virus.

Rappelons aussi que la vingtaine de petits Savoyards et leurs deux animateurs victimes de la grippe A, partis avec leur colo à Megève en juillet dernier, ont été remis sur pied avec du paracétamol en quelques jours. Même traitement qu’une grippe bénigne. Un gros rhume, quoi… Moralité : quand les pays riches s’enrhument, c’est toute la planète qui éternue !

Tout en rappelant que la pandémie de 1918-1919 avait fait 50 millions de morts, le 29 mai dernier, le journal La Tribune citait Albert Osterhaus, professeur du laboratoire Erasmus de l’université de Rotterdam aux Pays-Bas : « Dans un scénario catastrophe, nous aurions une grave pandémie, similaire à la grippe espagnole, qui pourrait provenir de la mutation du virus(…) Je ne prédis pas que cela va arriver, mais même s’il n’y avait que 10% de chance d’avoir un scénario comme celui là, nous ferions mieux d’être préparés ». Finalement, tout ça pour ça ? Pas de quoi fouetter un chat alors… juste une mesure de prudence… Quelle trouvaille tout de même que ce « principe de précaution » !
Vacciner les personnes âgées ou immuno-déprimées, le personnel soignant, voire les fonctionnaires, pourquoi pas ? Mais toute la population française… Diantre, quel programme ! Compte tenu de la rapidité avec laquelle les labos ont dégainé leur potion magique anti grippe A (H1N1) qualifiée, sans rire, de « plus grande pandémie mondiale du siècle », moi je me méfierais des effets indésirables à long terme pour vos chères petites têtes blondes… Ca sent quand même le travail bâclé !).
On apprend par communiqué de presse, publié dans Le Parisien début juillet, que les heureux gagnants sont 4 grands labos : GlaxoSmithKline et Sanofi-Aventis, Novartis et Baxter. L’union fait la force et empêche surtout les mécontents de dénoncer d’éventuels petits arrangements entre amis dont de mauvais perdants auraient été privés…"(Véronique A.F)
--Questions sur un virus grippal inconnu

_________________

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12