Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Problèmes de l'heure

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Problèmes de l'heure

* Le trou noir de l'or noir
La "logique du marché" n'est plus de mise quand il est soumis aux conflits régionaux.

En ouvrant les vannes afin de conserver leurs parts de marché (= mater la concurrence du schiste US, punir financièrement la Russie et couper l'herbe sous le pied de l'Iran "désanctionné"), les Seoud ont joué une carte bien dangereuse. Le gambit de Riyad n'a guère fonctionné jusqu'ici, pénalisant principalement l'Arabie Saoudite elle-même. Le déficit explose, les mesures d'austérité sont multipliées... Dangereux dans un pays où la dynastie régnante domine grâce à l'achat des fidélités des différents groupes sociaux/tribus/camarillas princières. Certains analystes considèrent même que Riyad est désormais à genou.
Mais les Seoud semblent décidés à entraîner tout le monde dans leur chute. Et d'abord l'ancestral ennemi perse. Si, avec la levée des sanctions, l'Iran comptait revenir en fanfare sur le marché pétrolier, c'est raté. Riyad a gâché le retour de Téhéran sur la scène internationale et plusieurs projets énergétiques sont annulés. L'OPEP survivra-t-elle à la lutte sans merci entre les deux rivaux ? Rien n'est moins sûr...
L'effet d'aubaine que présente la baisse actuelle du pétrole est trompeur.

* La Turquie dans l'oeil du cyclone
A force de semer le vent, elle se trouve aux prises avec plusieurs conflits, en plus du retour de l'insoluble (?) problème kurde.

* Ponction des comptes en cas de crise bancaire: aux Etats-Unis aussi
Cela débute depuis le début de cette année.
Après l'affaire de Chypre, pourra-t-on compter sur la garantie de l'Etat ?
Ce n'est pas du tout sûr...

* Il n'y a pas que des "extrémistes" illuminés jusqu'au-boutistes contre le projet de ND des Landes
Mais des experts de bon sens.
Le gouvernement ne sait plus que faire, malgré les temporisations.
Le cafouillage semble plaider en faveur d'un renoncement de fait.
Le problèmes est maintenant; comment s'en sortir?
_________________________

Partager cet article
Repost0

Allemagne: xénophobie

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Allemagne: xénophobie
Merkel sur la vague?
Thilo Sarrazin veut bouter les Sarrasins..et les pauvres.

______________"..Dans un sondage organisé par l’édition dominicale du quotidien populaire à grand tirage « Bild », 51 % des 501 personnes interrogées se disent en grande partie d’accord avec les propos de M.Sarrazin contre seulement 9 % qui rejettent ses déclarations. Matthias Matussek, journaliste du magazine « Der Spiegel » estime que le social démocrate « a crevé l'abcès », et Gerda-Marie Schönfeld publie dans l’hebdomadaire « Stern » un article intitulé « Sarrazin hat Recht » (Sarrazin a raison)..."
__________________-"L'Allemagne court à sa perte" (Sarrazin)
Difficile d'apprécier l'ampleur du mouvement xénophobe en Allemagne, d'autant plus qu'il n'est pas nouveau, sans être véritablement structuré, sinon sous forme de groupuscules déjà anciens.
_______-Schwarz auf Weiß avait déjà dénoncé le racisme en Allemagne. Des violences contre des immigrés, turcs notamment, dont les industriels avaient et ont besoin, ont déjà eu lieu depuis des années, notamment des meurtres xénophobes.
_________-Mais, depuis quelques semaines, il semble que l'on ait franchi une étape nouvelle, l'exemple venant de haut. Posture "décomplexée" d'un membre de l'institution: l'affaire Sarrazin, "héros populaire" pour der Spiegel, qui a dû finalement démissionner de la Bundesbank pour les propos qu'il a tenus, vient au premier plan de l'actualité , comme révélatrice d'un mouvement de fond et des clivages de la société allemande.
Il n'en était pas à ses débuts :"...Thilo Sarrazin, ce sexagénaire moustachu, a accumulé ces dernières années les déclarations sulfureuses.Lorsqu’il était responsable des finances mal en point de la ville de Berlin, le social-démocrate défrayait la chronique avec des sorties sur les plus pauvres, très nombreux dans la capitale allemande. Il avait concocté un menu pour prouver aux bénéficiaires de l’aide sociale qu’on pouvait se nourrir de façon équilibrée avec 4,50 euros par jour. Plus tard, il conseillera aux plus modestes, face aux augmentations des charges locatives d’enfiler un pull et de baisser leur chauffage..."
-Bien que réprouvé d'abord par A.Merkel, ses sorties xénophobes finissent par amener le chancelière à durcir son discours sur l'immigration, à surfer sur la vague. Les thèses racistes de Thilo Sarrazin divisent l'Allemagne. Racisme qui semble croître, du moins dans ses manifestations visibles.
Les dessous de l’Allemagne nous sont souvent mal connus.
Cette affaire n'est-elle qu'un épiphénomène ou est-elle révélatrice d'un mouvement profond, qui touche de nombreux pays d'Europe, un racisme qui se développe, sur fond de crise économique?
-Comme récemment en Suède, en Suisse, comme en France sous d'autres formes...Des dérives qui ont été encouragées à des fins électoralistes, comme l'affaire récente des Roms. La théorie du bouc émissaire fonctionne, hélas!, trop bien. Elle a un passé déjà ancien.
__________Peut-on parler d' un racisme européen , qui s'exprime notamment par un désir de sécurisation des frontières? L'absence d'une politique économique d'ensemble, de principes clairs en matière de contrôle des flux migratoires, le désamour vis à vis d'institutions qui ont failli... accentuent les clivages et stimulent les replis nationaux, voire nationalistes, donc xénophobes._________
-Délires de Sarrazin, ou quand l’islamophobie rend fou( Marsu)
-Derrière la fin du multikulti, la crise du modèle allemand ?

_____________________

Partager cet article
Repost0

Résurrection à la russe

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Résurrection à la russe

Mein Gott!
Un coup pour rien et on remet ça!
L'art de mourir...provisoirement.
La Vodka l'a sauvé, c'est sûr.
Même si là-bas on en boit un peu, beaucoup...trop
C'est l'antigel du pauvre...
Gorbatchev avait tenté de fermer les vannes, Poutine est plus libéral.
Mais si la foi se porte mieux, les foies se dégradent...

___________________________

Partager cet article
Repost0

Nez: en avoir ou pas

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Nez: en avoir ou pas
L'odorat, un sens mal aimé, mal connu, mais aux pouvoirs insoupçonnés.

_Le nez, métaphore aux aspects multiples, mais un NEZ ZEN...______
__Je vais mettre mon NEZ dans un sujet rarement évoqué, parfois jugé peu convenable ou peu digne d'intérêt: une anthropologie de l'odorat, le sens généralement le moins valorisé, le plus profond,le plus mystérieux, longtemps le plus associé à l'animalité.____________
___Ce sens subtil peut-être plus ou moins éduqué (les parfums, les vins...), son intensité et sa sélectivité varient selon les périodes historiques et les cultures, le conditionnement.
_____Des goût et des odeurs à travers l'histoire et les cultures: un fascinant objet d'étude...
La notion de "mauvaises odeurs" est une construction sociale, qui s'inscrit dans les transformations des moeurs et des pratiques.
L'hygiénisme s'imposera au 19° siécle. Ses excès et ses dérives (parfois morales) à notre époque, avec la chasse obsessionnelle aux "mauvaises petites odeurs", même les plus tolérables autrefois. Les paysans d'antan "sentaient la vache", mais ne le remarquaient pas...Avec le développement de la ville, tout change. Quoique dans certains quartiers de Dakar, le nez occidental est un peu à la peine.
L'abondance des déodorants ne nous coupent-ils pas d'une partie concrète de notre existence? Ne serions-nous pas devenus, par l'effet d'un conditionnement marchand, des handicapés du pif?...
"L'abaissement de la tolérance vis-à-vis des mauvaises odeurs joint à l'émergence de l'hygiène corporelle et à la mode des parfums délicats constituent des faits historiques se situant dans les années 1750. Tout à coup, il y a des lieux où l'imprégnation est devenue extrême, la puanteur soudainement insoutenable, la menace imminente. Les années passant, des voix s'élèvent pour constater que cet abandon, ces spectacles de boues, d'égouts à ciel ouvert, d'ordures déposées au pied des murs nuisent à la renommée de la cité. Mieux encore que les textes des scientifiques, les récits des voyageurs « délicats » expriment cette différence nouvellement apparue..."
L'étude des parfums à Versailles aux XVIIe et XVIIIe siècles nous en dit long sur la médecine et les fantasmes d'une époque encore proche de la nôtre...
____________-L'odeur peut être enivrante, attractive, mobilisant les fibres les plus profondes de l'individu, érotique parfois (fabuleux marché pour les parfumeurs!), ou désagréable, répulsive, quand elle est associée à la mort, à la charogne. L'odeur des "cocottes" attirait ou éloignait: l'odeur et la morale se mariaient intimement. Dis-moi ce que tu sens, je te dirai...
Une rose respirée peut changer l'humeur et le rapport affectif à la nature. L'odeur d'un cadavre, plonger l'individu dans une sorte d' effondrement psychologique. L'un fuira les odeurs d'hôpital, l'autre sera attiré par l'odeur si particulière du jeune chiot. Extrêmes variations subjectives de l'odorat et de ses affinités...
La puissance et le développement de l'odorat plongent leurs racines dans la toute première enfance: les premières odeurs, celles du corps de la mère, reconnue à distance, alors qu'il ne voit pas encore, celles du lait nourricier...celle des excréments, neutres ou attirants au début pour le bébé, attraction narcissique refoulée sous l'effet de l'éducation _stade anal_ (qui s'obstine à appeler "caca", tout ce qui "sent mauvais", mais aussi tout ce que les conventions réprouvent)
-On comprend que la psychanalyse se soit intéressée à cet aspect , parfois toujours en éveil, hyperdéveloppé dans certains cas, parfois dormant, anormalement réduit, pour des raisons obscures. Le roman (et le film) de Süskind nous donne une idée vertigineuse des contrastes et des capacités d'un pouvoir olfactif hors du commun, où Grasse est un des acteurs...
_________________Pour approfondir: on peut y mettre son NEZ avec profit...

___________________________________

Partager cet article
Repost0

Chine en pointe

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Chine en pointe
(Malgré les déboires en cours...)

La Chine brûle les étapes
__________________Lorsqu'on évoque la Chine, les propos sont presque toujours ambivalents. Il sont à la fois, ou tour à tour, critique et/ou élogieux. A l'égard de ce pays, exceptionnel par sa vitesse de développement, énigmatique souvent, nous sommes tantôt craintifs , tantôt admiratifs, souvent fascinés même.
_______-Nous redoutons cette puissance économique montante, en pleine mutation, atelier du monde, profitant des délocalisations d'une partie de notre industrie traditionnelle, qui font la fortune de certains capitaux, mais contribuent à détruire inexorablement nos emplois, donc à compromettre notre niveau de vie, par les salaires qui stagnent ou qui baissent, par le chômage qui se développe.
Nous finançons ainsi la montée en puissance de la Chine, qui nous concurrencera de ce fait encore plus , prenant d'autres parts de marché....et soutenant financièrement l'économie américaine défaillante, pour continuer à y exporter ses produits.
"Les dirigeants chinois ont parfaitement mis en pratique la stratégie des arts martiaux et de la sagesse orientale: utiliser la force de l'adversaire contre lui-même."
Processus qui pourraient être partiellement contrarié si des relocalisations voient le jour, pour diverses raisons, dont l'augmentation du prix du pétrole
___-Puissance travailleuse et habile, qui sait faire siens brevets et innovations, pour concurrencer efficacement nos entreprises, même de pointe. Le temps n'est pas loin où la Chine construira ses avions de ligne, comme elle fabrique aujourd'hui ses trains à grande vitesse. Des Silicon Valleys se créent un peu partout. La Chine revendique maintenant la première place du classement mondial des superordinateurs . De plus en plus de jeunes ingénieurs bien formés, à l'étranger ou dans de modernes universités, entrent sur le marché du travail .
___On peut constater beaucoup de retards et de dysfonctionnement, certes, dans nombre de domaines (infrastructures insuffisantes, déséquilibres régionaux, santé mal prise en charge, aides sociales insuffisantes ou inexistantes, corruption à de nombreux niveaux...) mais qui commencent à connaître rapidement des débuts de solution.
De toutes façons,"...La Chine n'est pas pressée. D'ailleurs, les autorités évoluent rapidement dans le domaine monétaire, notamment avec la réévaluation progressive du Yuan. Pékin accompagne le développement du pays, et plus particulièrement au niveau régional en permettant aux investisseurs étrangers de recourir au Yuan et d'améliorer la valeur de leurs actifs. Si la Chine poursuit sur sa lancée, nul doute qu'elle parviendra à ravir aux Etats-Unis le rang de première puissance économique mondiale, à horizon 2025, comme le prévoient la Banque mondiale et Goldman Sachs. " (Valérie Lion)
___-Bien sûr, ce développement comporte ses revers, de grandes fragilités. Des salaires bas (mais cela ne durera pas, sous l'effet de luttes sociales en cours), de gigantesques défis à relever: pollution, manque d'eau, démocratie dans le berceau (même si elle devra se développer par nécessité sociale), censure sévère, notamment sur le net, mais qui ne sera pas toujours efficace...Certains penseurs chinois n'en doutent pas: « La Chine deviendra une démocratie . Sous quelle forme?
________Mais ce qu'il y a de fascinant dans le modèle de développement chinois, c'est sa capacité à brûler les étapes, dans de nombreux domaines.
La croissance est vertigineuse, même si on peut être réservé sur les données officielles. Les grandes inventions ont fait le passé prestigieux de la Chine. Elle renoue aujourd'hui avec cette tradition, un temps éclipsée: recherche de pointe sur les cellules souches, grande percée sur les véhicules électriques et surtout des avancées spectaculaires dans le domaine des économies d'énergie et de la réduction de la pollution, qui a fait dire qu'elle va peut-être devenir la première superpuissance verte , nous donnant des leçons dans de nombreux domaines...[L'irrésistible ascension de la recherche chinoise]
"...S’il est souvent de bon ton en Occident de stigmatiser la Chine pour sa pollution, le réveil pourrait s’avérer douloureux. Dans sa course vers la modernité, la Chine en est déjà à l’étape suivante, intègre désormais largement les préoccupations du développement durable, et aura sans doute sous peu une longueur d’avance sur l’ouest, toujours prompt à donner des leçons, nettement moins à passer à l’acte. Certes, il est plus aisé d’innover sur une page blanche. Mais en Chine comme ici, la clé d’un développement maîtrisé, c’est le pilotage public. Et sur ce plan, en termes d’avantages comparatifs, si chers aux économistes, nos nations partent avec un très lourd handicap. Celui de s’être dessaisies de leurs prérogatives et souveraineté, au bénéfice du court termisme d’un secteur privé dominé par un actionnariat prédateur, par nature incapable de conduire un changement structurel coordonné..."
Entre autoritarisme et fragilité, superpuissance potentielle, l'Empire du Milieu est en passe de devenir la deuxième économie mondiale, ce qui ne sera pas sans conséquences sur le marché de l'énergie et dans le domaine géopolitique.
La Chine TGV est lancée, mais les incertitudes restent grandes..

___________________.

Partager cet article
Repost0

De Détroit à Sochaux

Publié le par Jean-Etienne ZEN

De Détroit à Sochaux


Des robots et des hommes
__________________Vu à la télé... _France 5_
__Deux univers , semblables et différents.
-Hier: Le fordisme commençant, inspiré de Taylor, quelque part dans le nord des USA, dans les années vingt.[-Même si Les temps modernes ne correspond pas à une description au sens strict-]
-Aujourd'hui: la robotisation poussée, à Sochaux ou à Onnaing-Valenciennes, sous l'influence du toyotisme.
_Toyota, le nouveau modèle?
Des voitures. Un cadre gris, un autre coloré. Deux mondes éloignés?____________________
____Sur le fond, des principes semblables: la lutte pour du temps gagné, l'organisation rationnelle des tâches, l'économie du geste, sa répétitivité, la standardisation, la polyvalence des activités, la rentabilité (produire plus en moins de temps)
-Mais un système encore "rudimentaire" jusque dans les années 80, avec des machines assez traditionnelles, quoique parfois sophistiquées, un monde "gris", plutôt rebutant, peu souple, très hiérarchisé : "le travail à la chaîne de papa".
-Un monde plus "clean" depuis une trentaine d'années, plus pensé dans le détail, plus organisé (le numérique est l'outil de base, qui calcule le geste, le déplacement, le mouvement de la "file", qui découpe plus finement l'activité et régit la logique, le management d'ensemble), moins hiérarchisé en apparence, plus souple, le système étant sensé reposer sur la responsabilité valorisée des "opérateurs", voire des "compagnons", à forte polyvalence.
_____Un point de convergence: le même objectif, théorisé dès le 18° siècle par Adam Smith, "père de l'économie moderne": dans le cadre de la concurrence des entreprises entre elles, la baisse du coût de la force de travail ("capital variable") est primordiale, car elle détermine le prix, la valeur étant conditionnée par le temps de travail moyen pour produire une marchandise. D'où l'exigence de réduction du temps de travail moyen, d'où la nécessité de sa rationalisation, couplée à de nouvelles machines qui la renforcent. Time is money...La rentabilité et le profit sont l'alpha et l'omega. De proche en proche, on est arrivé à la forme, pour l'instant la plus aboutie d'organisation : le toyotisme, devenu un modèle universel. A quand l'usine complètement automatisée (dont rêvait Aristote comme un mythe), où l'homme serait définitivement absent? On s'en approche parfois...
____Une libération du travail?
Des gains formidables de productivité certes, dans cette course permanente pour le temps, mais à quel prix?
-Moins d'efforts physiques, mais réduction de l'espace de travail, isolement des opérateurs (le mot "ouvrier" , OS, est devenu has been), augmentation des cadences, pénibilité, responsabilité accrue, vide de la pensée et du goût du travail, qui perd de son sens, management permanent et impersonnel, stress important lié au "juste-à-temps", au flux-tendu
. D'où la démotivation, les affections squeletto-musculaires, l'effacement de la solidarité, la crainte constante de la délocalisation ou/et du licenciement (une partie du personnel temporaire_volant de sécurité, "matelas" commode quand chutent les commandes_ étant sous le régime de la précarité)
__________________-Une organisation logique mais impitoyable, dont les enjeux sont aujourd'hui mondiaux. Se développer ou mourir: quel fabricant dominera les marchés demain, en éliminant les concurrents? De ce point de vue, rien n'a changé depuis le 19° siècle...sauf la priorité donnée aujourd'hui au capitalisme financier et à l'actionnariat toujours plus gourmand.
Le capitalisme financier: le grand acteur non visible dans les ateliers de montage.________________________
Faut-il licencier les robots ?
"...Deux chercheurs français ont découvert que l'annonce des plans de licenciement présentait ces dernières années un étrange phénomène: ils surviennent en masse deux fois par an. Pourquoi? Tout simplement parce que les dirigeants, talonnés par la crise, cherchent obsessionellement à augmenter leur productivité juste avant l'assemblée générale des actionnaires (en hiver) et les résultats intermédiaires pour les investisseurs (en été). Or il est bien plus facile de réduire les dépenses salariales que d'augmenter les ventes ou d'inventer de nouveaux produits... Les temps sont révolus où un patron était fier du grand nombre de ses employés. Le grand chic, aujourd'hui, c'est d'écrémer. Au nom d'un pseudo-ratio économique trompeur. «La productivité par employé a augmenté de 40000 à 50000 francs», déclarent triomphalement les directeurs à leurs actionnaires. Or la productivité n'est pas le rapport entre chiffre d'affaires (au-dessus de la barre de fraction) et nombre d'employés (au-dessous). En réalité, elle comprend aussi tous les autres facteurs de production: investissements, en machines ou autres, stocks, etc. On peut être aussi mauvais patron en achetant des machines ou en laissant dormir des stocks qu'en engageant des travailleurs inutiles, des conseillers parasites, des restructurateurs bidon... ou en se taillant un salaire de lion. Quand les actionnaires l'auront compris, le nec plus ultra sera peut-être de licencier ses robots, les consultants... ou les patrons..."...ou les taxer ?

______________________

Partager cet article
Repost0

Repenser l'agriculture

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Repenser l'agriculture

Décroissance ou bien-être et démocratie
______“Les agriculteurs ont perdu leurs repères”
Pour un virage à 180°
_____La spéculation s'apprête à se tourner massivement vers les produits agricoles, comme il y a deux ans, tirant des profits de la famine mondiale, jouant sur la volatilité des prix.
Les proucteurs _pas seulement européens_, comme les consommateurs, craignent le disparition de certains pans de l'agriculture et une envolée des prix de première nécessité, créant de véritables pénuries, provoquant parfois des émeutes dans certains pays.
Beaucoup de pays à dominante agricole traditionnelle, déjà paupérisés par une politique agricole mondialisée, qui fait le jeu des superpuissances, craignent pour leur autosubsistance.
Que peuvent les velléités de la FAO face à la loi d'airain de l'OMC ?
______________C'est dans ce contexte que le concept de décroissance reprend de la vigueur, à la faveur de la montée des prix et de la crise qui rabote les revenus les plus bas, dans la perspective d'une rigueur qui ne dit pas son nom.Un concept ambigü, qui ne signifie rien pour ceux qui passent l'essentiel de leur temps à trouver de la nourriture, mais qui peut prendre un sens si on veut signifier par là une réduction à l'essentiel, au raisonnable d'une surconsommation folle, conditionnée par les transformateurs agro-alimentaires, destructrice du milieu et de la santé, qui conditionnent la logique de l'agriculture "industrielle" depuis des décennies, dominée par les exigences de certaines multinationales.
Pour une autre régulation et une véritable souveraineté alimentaire...
__________"...La faim naît de la pauvreté des gens du Sud.Les agriculteurs du Nord sont, c'est vrai, excédentaires pour les produits de première nécessité (céréales, légumes secs, viande…). Ils pourraient donc nourrir le monde entier : il faut 200 kilos d'équivalent céréales par an pour nourrir un habitant, et la production mondiale totale est déjà de 330 kilos par habitant.Mais voilà, les gens sont pauvres, dans les pays du Sud, mais aussi en France, aux Etats-Unis, en Argentine ou au Brésil. Les 130 kilos d'excédents vont ailleurs, vers des marchés solvables, comme les usines d'aliments pour bétail. Et depuis peu, une part de cette énergie alimentaire va aussi abreuver nos voitures sous la forme de bio-carburants._____C'est donc un déséquilibre chronique… mais il concerne le système économique mondial, et pas seulement l'agriculture.Les pays du Sud sont dans une compétition totalement inégale, une course entre un coureur à pied et un pilote de Formule 1 et où celui qui est subventionné, c'est le pilote !Prenons un paysan de Casamance (Sénégal), qui repique du riz à la main :
Il cultive 0,5 hectare, avec un rendement de 1,1 tonne à l'hectare

  • Il produit 550 kilos de riz par an, quantité utilisée en partie pour les semences
  • La valeur ajoutée de son travail est donc de 0,5 tonne de riz par actif et par an
  • Un agriculteur de Camargue qui plante du riz avec son tracteur :
  • Il cultive 100 hectares, avec un rendement de 5 tonnes à l'hectare
  • Il produit 500 tonnes de riz par an, 400 servent à pauer les semences, le prix du diesel, des engrais…
  • La valeur ajoutée de son travail est donc de 100 tonnes de riz par actif et par an.Vous avez donc un rapport de 1 à 200 entre ces deux agriculteurs.A Dakar, le paysan va essayer de vendre sur le marché le peu de riz qui lui reste pour acheter des produits de première nécessité.Sur ce marché, son riz est en concurrence avec les autres riz (chinois, thaïlandais, vietnamien…) qui, tous, se vendent au même prix. Or, dans le sac de riz de Casamance, il y a 200 fois plus de travail que dans celui de Camargue. Donc, le paysan sénégalais ne pourra produire assez pour acheter ce dont il a besoin.Pire : ceux qui s'endettent, à défaut de pouvoir épargner, sont obligés, au moindre accident climatique, de vendre leur terre et de s'exiler en ville.."

Un nombre croissant de gens souffrent de l'obésité, du diabète, du cholestérol, de cancers dont l'origine pourrait être lié aux excès de ce bonheur consommateur. C'est avéré dans le cas du cancer de la prostate à cause du chlordécone utilisé aux Antilles.__Les gens ne sont plus si heureux à surconsommer un certain nombre de produits. Donc, il ne faut pas exclure de sortir de cette addiction, comme pour la cigarette.
_Pour l'agriculture, il faut un virage à 90 degrés. Les agriculteurs ne sont pas responsables de cette situation, même si certains ont crû que la vocation de la France était de nourrir la planète.__S'il y a une vocation, c'est de faire de bons produits, bons aussi pour la santé, en revenant aux principes fondamentaux de l'agronomie. Dans les urgences françaises, il faut reconstituer l'humus de nos sols, remettre de l'azote dans la terre par les légumineuses et rediversifier nos agricultures.__Quand on discute, les agriculteurs me disent : « On a fait ce qu'on nous demandait, dans un marché où le client est roi. » Je leur réponds : « C'est vrai, mais entre vous et le client, il y a l'agro-industrie et la grande distribution qui formatent le comportement des consommateurs, souvent stupide dans les supermarchés. »Les agriculteurs ont aussi souffert de l'amont : la recherche et les agronomes technocrates. « Améliorer un rendement », ce n'est pas scientifique, c'est un jugement de valeur. Le meilleur et le bien-être, ce n'est pas à l'agronome de le décider..."(D.Servenay)_________________
- Le monde paysan : une vision d'avenir__-Les riches savoir-faire des paysans du Sud__-De l'agriculture familiale à l'agrobusiness__-Les agriculteurs ont perdu leurs repères____________
-L'Argentine, le soja et Monsanto__-Famine mondiale : causes, remèdes ?__-Terres à vendre__-PAC en question__-Agrobusiness et subventions_ -Colère paysanne__-Lait à gogo ___-Etre sans terre

________________________

Partager cet article
Repost0

Nuit du 4 aout

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Nuit du 4 aout
(C'était hier...)
I had a Dream last Night...

Mais il ne s'est rien passé
__________ce qui explique un réveil un peu difficile...
__Ayant entendu J.F.Copé évoquer "une atmosphère de nuit du 4 Août", à propos des dernières manifestations et des rumeurs circulant concernant les "affaires" récentes, qui ébranlent le Château, on pouvait croire qu'il faisait allusion à la nécessité de prochains et radicaux changements , une sorte de révolution, analogue à ceux qui caractérisèrent cette fameuse nuit où furent abolis les privilèges de l'Ancien Régime (même s'ils demeurèrent en fait encore bien présents jusqu'au 19° siècle pour certains, avant que ne s'en reconstituent d'autres, de nature différente, avec le développement industriel et le triomphe de la bourgeoisie entrepreneuriale et affairiste, bien décrits par Balzac et Marx...)[_-voir décret-_]
-[Il est vrai que Mr Copé avait pris soin de souligner le caractère "malsain" de cette "atmosphère", au cas où on aurait pu le prendre pour un dangereux révolutionnaire, contestant les fastes et l'arbitraire du nouveau régime.Mais prendre des libertés avec l'histoire ne le gène pas...]
_______On pouvait s'attendre à ce que notre Monarque célèbre avec faste l'événement, en passant la nuit au Fouquet's, en brillante compagnie, s'engageant à renoncer aux petits et aux grands privilèges, aux déjà anciennes et nouvelles féodalités, pour lui même et ses soutiens fortunés, s'engageant à préparer une session exceptionnelle du Congrès (Assemblée Nationale et Sénat réunis à Versailles), afin de refonder une société sur des bases plus justes, en instaurant des mécanismes économiques d'une autre nature, en supprimant les nouvelles féodalités qui se sont constituées depuis surtout une vingtaine d'années, notamment la dictature des puissances financières, qui ont colonisé le pouvoir politique, au mépris de l'intérêt général.
On ne demandait pas un acte de générosité individuelle des plus fortunés, propre à soulager leur conscience, qui ne résoud rien,comme ces 40 milliardaires qui s'engagent à donner la moitié de leur fortune...
______On attendait aussi qu'il s'engage à préparer un sommet européen concernant la résolution de ces problèmes, qui débordent les frontières de la "doulce France", et à convoquer rapidement une réunion d'un G (20 ou 30), pour faire enfin une analyse des causes profondes de la crise (prévisible) et prendre enfin des mesures concrètes concernant, entre autres problèmes de fond:
-une vraie réforme monétaire, consacrant la fin du dollar-roi, notamment
- des règles strictes concernant les super-concentrations industrielles et les pratiques des multinationales, qui dictent leurs intérêts aux Etats
- un rééquilibrage économique et politique des superpuissances, une modification en profondeur des finances mondiales, des systèmes bancaires, des finances publiques, la fin réelle des paradis fiscaux, une remise en question des inégalités qui se creusent, une refonte des institutions internationales :ONU, FMI, OMC..., etc...
Bref, une "révolution".
________________I had a dream...
________________________________

Partager cet article
Repost0

Brève bafouille au Trés-Haut

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Brève bafouille au Trés-Haut

Cher Dieu
Si ce n'est trop vous demander,
( Car je sais que vous avez beaucoup à faire dans le b****** ambiant au MO, avec toutes ces panier à crabes, où chacun tire la (sainte) couverture à lui, et où Mohamed ne sait plus à quel saint se vouer quelle fatwa prononcer en Absurdistan)

Ramenez-nous David, vous qui pouvez tout, dit-on, ou presque.
Ce n'était pas mon idole, mais j'en ai d'autres: Georges, ainsi que Jacques et toute la bande...
Je sais, il sont déjà éternels dans nos coeurs, mais si on pouvait encore les écouter autrement que par le truchement du numérique...Deezer, c'est pas mal, mais rien ne vaut la présence.
Tant que les promesses d'éternité des boys de la Silicon Valley n'ont pas abouti, faites quelques chose.
Ce ne devrait pas être pour vous trop compliqué, puisque la toute-puissance est votre attribut, dit-on à la Mecque au Vatican.
Même si, sorry, je suis très un peu sceptique.
Vous êtres réputé avoir de la patience et de l'humour;
En attendant, laissons les Immortels vieillir gentiment...
Dans l'espoir de votre réponse...(e-mail: jean.saisrien.com

Partager cet article
Repost0

Frontières du moi

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Frontières du moi

Enigme de l'identité
___ L'homme, unique et divers
_Les progrès de la recherche microbiologique nous confrontent de plus en plus à une complexité que naguère encore nous ne soupçonnions pas et à des questions paradoxales, qui élargissent notre notion du vivant et notamment la notion d'identité (biologique): nous sommes à la fois permanents dans le temps et sans cesse en transformation interne, de manière à la fois déterminée ET aléatoire, le vieillissement repérable extérieurement n'étant qu'un épiphénomène.
Cela étonnait déjà certains philosophes de l'Antiquité
"...Cette exploration de cette part de l'identité de l'individu qui traverse le temps interroge la philosophie autant que la biologie, car la définition même de l'individu ne va pas de soi. C'est même, observe Thomas Pradeu, «un des problèmes les plus débattus de la philosophie de la biologie contemporaine».L'individu, un problème? Voilà qui est pour le moins contre-intuitif. Ne savons-nous pas, comme le soutenait déjà Aristote qui prenait l'exemple du cheval, qu'un individu biologique est un organisme, cas particulier d'une espèce, que l'on peut délimiter par des frontières, et qui est unique? Les choses sont bien plus complexes.Un être humain, qui ne peut vivre sans les millions de milliards de bactéries qui peuplent son corps, est-il un individu? Ne faut-il pas plutôt considérer l'écosystème que son corps forme avec ces bactéries comme le véritable individu? Le vertige identitaire s'accroît encore lorsque l'on considère l'ensemble du vivant..."(JJ.Kupiec)___________________
__________Pistes...:
«J'ai une barque faite de planches et les planches s'usent une par une. Au bout d'un certain temps, toutes les planches ont été changées. Est-ce la même barque?» interrogeait l'oracle de Delphes. Depuis deux millénaires, la question passionne les philosophes. Ce qui reste identique lorsque tout change, est-ce l'âme, la conscience, l'esprit? Quelle est la nature de l'ipséité, selon le néologisme forgé par le philosophe Paul Ricœur dans Soi comme un autre (Le Seuil, 1990) pour désigner cette identité de l'individu qui traverse le temps de sa vie. Ces vieilles questions taraudent à présent les biologistes. Alors que les molécules et les cellules qui composent notre corps ne cessent, comme les planches de la barque de Delphes, de se renouveler, qu'est-ce qui fait que nous restons nous-mêmes? ...
«On a longtemps pensé que la disparition de nos cellules –comme notre propre disparition, en tant qu'individu– ne pouvait résulter que d'accidents et de destructions, d'une incapacité fondamentale à résister à l'usure, au passage du temps et aux agressions permanentes de l'environnement. Mais nous savons aujourd'hui que la réalité est de nature plus complexe. Une vision radicalement nouvelle de la mort s'est révélée comme un mystère au cœur du vivant», explique le biologiste Jean-Claude Ameisen, professeur d'immunologie à l'université Paris 7....
__[La mort est vraiment au principe même du vivant]
________________________________________...Loin d'être pathologique, ce suicide cellulaire est partie intégrante du fonctionnement normal d'un organisme, dès les toutes premières étapes du développement. L'apoptose contribue ainsi àconférer sa forme au corps. A l'âge de trois mois, le fœtus a par exemple les doigts réunis entre eux. C'est la mort cellulaire qui, «sculptant le vivant, comme pour dégager un gant d'une moufle», selon l'expression d'Ameisen, va permettre l'individuation de chacun des doigts.Le phénomène est encore plus massif dans le système immunitaire et le cerveau. Quelque 99% des lymphocytes produits sont ainsi éliminés dans le thymus, au cours de la vie embryonnaire et il en va de même d'une bonne moitié des neurones. Chez l'adulte encore, la mort cellulaire participe au bon fonctionnement du corps. Le remodèlement, tout au long du cycle menstruel, de la paroi utérine, est ainsi permis par l'apoptose des cellules qui le constituent. Autre exemple: l'érythropoïétine, plus connue sous le nom d'EPO depuis de retentissants scandales de dopage dans le cyclisme, stimule la production de globules rouges en inhibant leur mort programmée. Le corps génère ainsi en permanence un excès de cellules, dont la plupart sont vouées à la disparition. «L'identité d'un individu ne peut se comprendre sans prendre en compte tout ce qui a disparu dans un corps en reconstruction permanente», souligne Ameisen...
__Les biologistes rechignent à abandonner une théorie qui a été hégémonique pendant des décennies et qui reprend, comme le souligne le philosophe des sciences Thomas Pradeu de l'université Paris 4, «des idées philosophiques remontant au XVIIIe siècle, comme le préformationnisme qui soutient que l'œuf contient déjà tout l'individu à venir»...
_Jean-Jacques Kupiec, [qui] défend depuis 25 ans une théorie alternative au programme génétique rencontre de plus en plus d'écho. Kupiec s'efforce de tirer les conséquences théoriques de la découverte que le hasard est au cœur du fonctionnement cellulaire. Pour lui, chaque cellule fluctue de manière aléatoire entre différents états d'expression de ses gènes en fonction des interactions qu'elle établit avec ses voisines. Seules celles qui sont le mieux adaptées à cet environnement cellulaire survivent. «Ma théorie, mélange de hasard et de sélection, est conceptuellement analogue à celle de Darwin, à la différence près qu'elle s'applique au milieu intérieur d'un organisme. L'échelle à laquelle s'opère la sélection n'est donc plus l'individu mais la cellule», explique le chercheur ...
Si l'on adopte la perspective du darwinisme cellulaire, il est en revanche logique que les fluctuations aléatoires de l'expression des gènes au sein d'une cellule conduisent à de nombreuses aberrations rendant la cellule non viable et entraînant sa mort. C'est aussi ce qui expliquerait que les trois quarts des embryons meurent dans les premiers jours suivant leur nidation dans la paroi utérine. Ces avortements spontanés et invisibles résulteraient de configurations impropres d'expression génétique nées du hasard et rendant les embryons non viables.
Mais si l'organisme se développe, puis fonctionne, de manière aléatoire, qu'est-ce qui rend compte de sa permanence? Une première réponse à cette question se trouve dans le cerveau. Ce n'est pas par hasard que les cellules nerveuses soient, des quelque 200 types cellulaires du corps humain, un des rares à ne plus se diviser. Contrairement à ce que l'on croyait il y a encore 15 ans, de nouveaux neurones peuvent bel et bien être formés chez l'adulte, même s'ils sont quantitativement peu nombreux. En revanche, les neurones formés lors de la vie embryonnaire ne peuvent plus, une fois intégrés dans les circuits cérébraux, se diviser. C'est donc dans le cerveau qu'il faut chercher l'explication de la permanence de la conscience de soi traversant les années. Mais force est de reconnaître qu'il existe à peu près autant de théories de la conscience que de chercheurs travaillant dans ce domaine. Le seul véritable acquis est l'idée que la mémoire fait appel au renforcement de certaines connexions au sein de réseaux neuronaux existant ou à la formation de nouvelles connexions. «De même que le système immunitaire ne cesse de changer au cours de la vie, en fonction du milieu dans lequel évolue l'individu, son système nerveux ne cesse de se remodeler. C'est ce changement permanent d'identité qui assure la mémoire des expériences passées. Si le corps peut se souvenir, c'est parce qu'il est devenu autre»...
____________[Voir:Plaidoyer pour un darwinisme cellulaire]
____[L'origine des individus]
... La véritable échelle de temps pour penser ce phénomène est celle des centaines de millions d'années de l'évolution, qui voient sans fin apparaître nouveaux individus et nouvelles espèces en un même processus..."
___-_Identité biologique : gènes génomes et environnement__________
(-Merci à Mediapart , à N.Chevassus et S.Dufeau)

_________________________________

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>