Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Philanthro-capitalisme

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Philanthro-capitalisme

Sauver le monde
_____ Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils ont riches et américains, ils sont souvent hyper-geek.
Ils veulent sauver le monde
__ Rien que ça!
__ L'ancien fantasme judéo-chrétien refait régulièrement surface à la faveur des problèmes, des défaillances, des crises et des impasses de l'humanité.
__ Trouver les solutions qui la remettent sur la voie d'une libération matérielle et spirituelle.
Qui ne serait pas prêt à adhérer à un tel projet, surtout quand tout ne va pas pour le mieux, quand le présent est si chaotique, quand les problèmes d'avenir se font si pressants et parfois si obsédants?
___ C'est le cas de Rockefeller, Carnégie, Buffet, Bill Gates, Zuckerberg..;(*), dans une longue tradition typiquement américaine où la charité individuelle compte plus que la justice sociale, où les fondations humanitaires prennent une telle place, où la philanthropie est, pour les plus fortunés, courante et affichée..
___ C'est ce qu'on peut appeler la Charity business.
Comme si faire don d'une (toute petite) partie de son immense fortune allait contribuer à régler les problèmes de l'humanité. Donner au Zimbabwe ou au Népal, pour lutter contre certains problèmes sanitaires, c'est bien, mais c'est une goutte d'eau et cela ne résout en rien l'injustice institutionnelle et politique (nationale et internationale) qui est souvent à la source des problèmes dénoncés. La politique du FMI n'a pas été sans créer des problèmes graves d'auto-alimentation en Afrique. Les inégalités ne cessent de croître aux USA...Mais ce ne serait pas le sujet....
___ Les nouveaux Saint François d'Assise n'ont pas de mauvaises intentions, tout ce qu'ils projettent n'est pas à critiquer, mais on ne peut pas ne pas y voir une opération assez rentable sur le plan de la notoriété, de la réduction d'impôts, un bon retour sur investissement et des actions peu coordonnées et n'allant pas aux causes des problèmes.
__ On ne parlera pas des pratiques financières discutables de ces généreux donateurs, assez indifférents au bien public. Comme le signale le New Yorker, ...les philanthropes comme Zuckerberg et [Bill] Gates placent de très grands pans de richesses de façon permanente en dehors des impôts gérés par l'Internal Revenue Service (l'IRS, le service des impôts américain). Le magazine poursuit: L'importance et la répartition dans le temps des avantages fiscaux dont bénéficieront Zuckerberg et Chan ne sont pas connus, mais ils sont potentiellement énormes.
La philanthropie reproduit les inégalités...
___Une "générosité" dont il serait utile de revoir les fondements et les conséquences réelles.
__________________________
___ (*) _Mark Zuckerberg et son épouse Priscilla Chan s’engagent à donner 3 milliards de dollars, via leur Fondation, pour éradiquer de nombreuses maladies. Une manière de lutter contre les injustices dans le monde ? Mikkel Thorup en doute. Selon cet historien des idées politiques, ce type de philanthropie sert in fine à reproduire les inégalités. Dans Pro Bono ?, il analyse les effets du philanthro-capitalisme des Zuckerberg, Gates et autres entrepreneurs milliardaires. Leur credo : l’initiative privée, qui a prouvé son efficacité sur le marché, est aussi la mieux à même de résoudre les grands problèmes sociaux de la planète. Bien plus à même, en tout cas, que l’action étatique, lente, bureaucratique. « C’est comme si nous étions en train de créer un monde post-ONU, déclare ainsi une employée de la Fondation Gates citée par Thorup. La population a besoin de résultats plus rapides. »Pour l’universitaire, ce discours fait bon marché des institutions démocratiques : « Le philanthro-capitalisme participe de l’actuelle redécouverte de la société civile, mais non comme un lieu d’interactions et de délibération collective indépendante à la fois de l’Etat et du marché, mais comme le site de la résolution efficace des problèmes », écrit Thorup. Cette nouvelle doxa contribue ce faisant au désengagement de l’Etat et à la légitimation des inégalités extrêmes : « Garder l’argent exclusivement pour soi n’est plus une option, conclut l’auteur. Avoir tant quand tant d’autres ont si peu doit désormais être justifié par autre chose que le mérite. La philanthropie fournit cette justification ». En suggérant que ce qui est bon pour les riches est bon pour les pauvres....
_______________________

Partager cet article
Repost0

Le prix des inégalités

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Le prix des inégalités

Le coeur du problème

___On entend beaucoup J.Stiglitz ces jours-ci sur nos ondes: France-Inter, France-Culture...
Son passage en France et ses propos assez inattendus pour un économiste américain, suscite l'intérêt.
__C'est un analyste reconnu et respecté, connu chez nous surtout depuis ses premiers écrits, notamment la Grande Désillusion, car il fut un homme de pouvoir, au sommet de la Banque Mondiale, connaissant de près les mécanismes et les actions du FMI , notamment en Europe, et ceux qui ont engendré la crise américaine qui nous affecte aujourd'hui.
__ L'austérité, analyse-t-il, mène au désastre et la mondialisation, telle qu'elle fonctionne, ne peut que renforcer la crise, tant que les Etats n'auront pas régulé les outils financiers.
__ "La lenteur dont font preuve les deux continents pour réguler la finance est remarquable. A vrai dire, je ne suis pas surpris, vu les pressions politiques des deux côtés de l'Atlantique... Aux Etats-Unis, la réforme de Wall Street est un succès. Mais cette réforme ne fait que déléguer à des régulateurs. Or, aux Etats-Unis, les régulateurs qui sont aux manettes aujourd'hui, sont ceux qui nous ont conduits à la crise de 2007. On a donc changé la loi, mais pas ceux chargés de l'appliquer. Ces gens-là n'ont toujours pas compris la nécessité de réguler." (J.Stiglitz)
__On ne peut lui reprocher d'être socialiste, terme qui aux USA est à peine prononçable. Il est seulement un keynésien conséquent.
__On peut par contre contester la confiance qu'il accorde à Obama. Mais, comme il le dit, de deux maux il faut choisir le moindre.
___Les fortes inégalités , construites, la baisse des salaires, ainsi que l'endettement et les déséquilibres qui en ont résulté, sont une des causes essentielles de la crise, qui, elle-même, génère plus d'inégalités. La Chine représente à ce sujet un cas particulier et une caricature.
_Le creusement des inégalités a été la contrepartie de l'exigence d'une rentabilité excessive du capital qui, elle-même, est à l'origine de la crise actuelle. Pour éviter le retour de telles crises, il faut donc d'urgence limiter de nouveau ces inégalités.
__L'austérité, telle que la met en oeuvre Bruxelles, ne pourra que produire des effets inverses aux buts recherchés.
_C'est aussi la conviction d'un autre prix Nobel américain, Paul Krugman.
____Pour les plus favorisés, il y a toujours un Samu patronal...________________________________
- Le prix de l’inégalité, par Joseph Stiglitz

____________

Partager cet article
Repost0

Deutsche Bank: l'agonie?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Deutsche Bank: l'agonie?

Unglaubbar!
__________On prend la mesure une fois de plus de la folie du capitalisme financier.
C'est énorme,tout simplement ENORME...mais c'était prévisible, quoi qu'on en dise.
___Qu'arrive-t-il à l'Allemagne si vertueuse, même si les problèmes gravissimes de la Deutsche Bank dépassent ses frontières et rappellent de sombres souvenirs.
__On n'aurait rien vu venir? Une blague...
Plus jamais ça! disait-on il y a ...huit ans. Et on critiquait la Grèce à Berlin!
Cette fois-ci, on n'utilise plus le conditionnel: La Deutsche Bank est en état de faillite.
____Tous les grands titres de la presse économique convergent. On parle d'agonie.
Mein Gott! Was ist denn passiert?
__Quel bon docteur viendra régler cet énorme problème de liquidités et éviter l'embolie?
Sigmar Gabriel n'est pas content, mais pas content du tout.
Mais est-ce seulement une affaire de responsabilité, de morale politico-financière?
___La direction réagit à ce risque de cataclysme financier et économique mondial. Ouf! Mais l'incantation n'a jamais marché...sur un problème comparé, pour cette banque la plus systémique du monde, à celle de Lehman Brothers...en pire..
___Les hedge funds sont en action, produits financiers pourtant critiqués par Angela Merkel depuis des années.
__L'ivresse du grand casino se termine dans la fébrilité, voire les larmes. Cela rappelle des scènes de Margin Call.
_____On avait bien dit que les Banque étaient bancales et que les risques pour la DB étaient imminents.
__Angela ne voulant pas intervenir dans ce problème hautement politique...Que celui qui a tout compris et qui voit une solution lève le doigt.
______Il faut faire vite avant les obsèques...

__________________

Deutsche Bank: l'agonie?
Partager cet article
Repost0

Hollande comme Schröder?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Hollande comme Schröder?

(C'était déjà hier...)

Tournant?

_____On attendait Roosevelt, on pourrait avoir Schröder.

____Ce matin sur France-Culture, Nicolas Baverez, avec son sens habituel de la nuance de décliniste-provocateur de droite, proposait comiquement pour notre néo-Président deux voies, sinon rien : soit Schröder soit Papandréou...

___ Plus sérieusement, alors que le mot rigueur n'est officiellement plus tabou, les accents furent plutôt churchilliens (du sang et des larmes...) et le ton plus notarial et technique que politique: il fut beaucoup question d'agenda.
__ « Je dois fixer le cap et le rythme. Le cap, c’est le redressement de la France. (Le rythme, c’est) l’agenda du redressement de deux ans », a expliqué d’emblée le chef de l’État, parlant de deux « batailles » : contre le chômage et contre la dette. La rhétorique rappelle l’Agenda 2010 lancé en 2003 par l’ancien chancelier allemand, le social-démocrate Gerhard Schröder, qui avait imposé de brutales et profondes réformes à Allemagne. François Hollande a, lui, voulu ancrer à gauche cet «agenda» et a pour cela confirmé la taxe, hautement symbolique, à 75 % pour les plus hauts revenus. « Sans exception », a dit dimanche François Hollande. Mais avec quelques aménagements tout de même...."
___Heureusement le mot gauche apparaît encore dans ses propos...
Les aménagements divers risquent tout de même de dénaturer le projet initial et les engagements électoraux.On peut le craindre, après seulement cent et quelques jours, qui devait être décisifs, disait-on
__Bref, il n'a pas suscité l'enthousiasme, ce qui n'est pas bon signe.
Il a beaucoup parlé des effets, mais pas des causes, internes et externes, circonstancielles et structurelles.
Un voile est-il tombé?
__Le seul remède est-il seulement la règle de plomb du TSCG?
__L' austérité, qui est une impasse et qui aggrave le mal, serait-elle notre seul avenir? La potion peut parfois être mortelle, quand nulle croissance ne se pointe à l'horizon.
Bercy, le nez dans les cahiers de compte, aura-t-il le dernier mot?
_______Cet automne, la bataille va être rude au sein même de la nouvelle majorité
__"Ce traité « sur la stabilité, la coordination et la gouvernance » (TSCG), déjà ratifié par onze pays, qui renforce la discipline et introduit une règle d’équilibre budgétaire, la fameuse règle d'or : pas plus de 0,5 % de déficit « à moyen terme ». Un traité controversé, puisque les écologistes et une partie du PS menacent de ne pas le ratifier, tandis que le Front de gauche votera non et réclame un référendum. De son côté, Jean-Marc Ayrault met la pression sur sa majorité pour qu’elle l'adopte. "
Piketty, l'initiateur du projet de refonte de l'impôt au PS, juge la copie insuffisante et exprime sa déception. ___Des économistes de gauche disent leur inquiètude.
Ne plus inquièter les marchés (sans remettre en question leur dictature), est-ce un objectif politique suffisant?

_____________________

Partager cet article
Repost0

Les aventures ordinaires

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Les aventures ordinaires

... D'un portable ordinaire
_____ Un objet bien pratique , qui ne pose pas que des problèmes techniques.
Il a fallu trouver d'abord un certain nombre de matières rares qui entrent dans sa composition.
__ Le coltan, il fallut aller le chercher, notamment au Kivu, dans des conditions d'exploitation et de commercialisation, sur lesquelles on s'interroge peu.
__ Ce coltan, deveu matière stratégique, tout le monde se le dispute, provoquant une flambée des prix et des luttes ouvertes ou masquées.
__ Mais il n'y a pas que le coltan et on connaît plutôt assez mal les dégâts environnementaux et humains qu'entraîne leur exploitation.
__ Toutes les marques sont concernées, peu ou prou,
dans ce parcours assez sulfureux, du début à la fin:
____ Une mission d’information pilotée par la sénatrice écologiste Marie-Christine Blandin (Nord) a rendu les conclusions de son enquête, jeudi 29 septembre, dans un rapport qui tente de retracer les étapes du cycle de vie de l’appareil, de l’extraction des matériaux qui le composent au recyclage… ou aux filières d’exportation illégales.
L’extraction des matières premières qui entrent dans la composition du téléphone portable pose plusieurs problèmes éthiques. Le plus emblématique se résume dans l’expression de « minerais de sang », exploités dans des zones de conflit armé, en particulier l’or, le tantale, l’étain et le tungstène. On estime par exemple que 80 % des réserves de coltan, d’où vient le si rare et cher tantale, se trouvent en République démocratique du Congo, notamment dans la région du Kivu. Leur exploitation, contrôlée par des groupes armés qui captent une partie des revenus au détriment des populations locales, alimente les conflits...
_ Les institutions européennes s’accordent sur un encadrement des « minerais de sang » Zones de conflit ou pas, les matières premières sont extraites par des sous-traitants qui, souvent, ne respectent pas les règles élémentaires du droit du travail , avec des conditions parfois « désastreuses » pour les mineurs. Cette industrie est enfin tout sauf durable puisque ces ressources sont épuisables, certains stocks comme ceux du cuivre, de l’argent, de l’or, du palladium ou du tantale étant même dans un état critique (rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement...Une fabrication sous le sceau du secret des affaires...

___Il ne s'agit pas de diaboliser le smartphone, mais de remettre à sa juste place, dans son contexte socio-économique mondial, cet outil souvent nécessaire, mais devenu aussi gadget chonophage.
____________________

Partager cet article
Repost0

Aspects du nomadisme (1)

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Aspects du nomadisme (1)
___L'affaire Arnault fait apparaître au grand jour une pratique déjà ancienne: le nomadisme fiscal, parfois accompagné de nomadisme résidentiel.

_____Rien à voir bien sûr avec le nomadisme ancestral et encore pratiqué dans certaines parties du monde._
Avant la Belgique, BA s'est installé aux USA plusieurs années avant de revenir en France et de profiter du démantèlement de l'empire Boussac, grâce à des appuis politiques et des aides publiques, qui devaient créer les bases de sa fortune. Son partenaire belge A.Frère réside le plus souvent à Monaco ou à Paris...Les pauvres n'ont pas le choix de changer de lieu de résidence à leur guise, sauf si on leur propose, par délocalisation, un emploi mal payé en Roumanie ou en Turquie...
_____ L'évasion fiscale planétaire prend une place considérable et pernicieuse dans l'économie souterraine, privant les Etats de ressources importantes, les obligeant à ponctionner les plus modestes et mettant en péril les services publics.
___Il est dans la nature des multinationales de chercher un peu partout sur la planète les lieux d'implantation les plus favorables pour leurs affaires, soit pour se rapprocher de matières premières, soit pour bénéficier de nouveaux marchés, soit par l'attractivité d'une main-d'oeuvre bon marché, soit pour plusieurs de ces raisons à la fois.
___Depuis surtout les années 70, profitant des technologies permettant la transmission ultra-rapide d'informations en continu, nuit et jour, sans limites territoriales et temporelles, les échanges boursiers, des fonds financiers, même les plus douteux, se font à la vitesse de la lumière, maintenant de manière robotisée, favorisant les déplacements quasi-instantanés de capitaux, déconnectés de l'économie réelle, pratiquement sans contrôle possible, avec le risque permanent de déstabilisation des économies, les prédations subites et l'accentuation des crises. Comme celles, surtout bancaires, qui ont inauguré lentement, puis brutalement la succession des convulsions que nous vivons, qui ne sont finalement que les effets d' une mondialisation anarchique, débridée, non régulée, censée favoriser d'elle-même le développement des richesses et leur ruissellement sur les parties les moins développées de la planète.
__ ___Le Consensus de Washington a représenté la Bible de cette croyance.

"... A la fin des années 1990, le modèle économique ultra libéral adopté par Thatcher et Reagan est devenu le nouveau dogme économique, et ses tables de la loi ont été rédigées par John Williamson, économiste en chef pour la région Asie à la Banque Mondiale. Devenues célèbres sous le nom de « Consensus de Washington », elles énumèrent les dix commandements auxquels devaient désormais se plier les états, et qui imposaient un revirement complet des politiques menées depuis l’après guerre.

Dérégulation, privatisation, monétarisme, réduction des dépenses publiques devenaient désormais d’ardentes obligations en dehors desquelles ils n’existait point de salut.

Le rôle de l’état, qui jusqu’alors avait été central, à la fois par les politiques économiques et budgétaires qu’il impulsait, et par son rôle redistributeur des richesses produites par les nations, devait à tout prix être réduit à la portion congrue. Ronald Reagan avait résumé cette nouvelle vision prônant le « moins d’état » lors de son discours d’investiture par sa formule fameuse : « l’état n’est pas la solution, c’est le problème ». ____Nomadisme économique (délocalisations), fiscal, financier...phénomène qui s'est amplifié et généralisé, jusqu' à échapper à leurs initiateurs, comme à leurs régulateurs réels ou supposés. J. Stiglitz reconnaît que la régulation banquaire qui se met en place partiellement et par nécessité revient maintenant aux pouvoirs financiers à l'origine de la crise! Wall Street contrôle Wall Street.____J.Attali est la figure ambiguë, le grand gourou du nomadisme des années 80, le symbole et le théoricien du monde des affaires libérées des contraintes nationales, au coeur d'une mondialisation heureuse (ou implosive?) annonçant les migrations futures et les reconfiguration culturelles en vue, dans le sillage des délocalisations.___" Ce qui est certain c’est que les migrations à venir, et celles liées au climat tout particulièrement, bouleverseront l’ordre établi, elles définiront de nouveaux rapports de société, détermineront de nouveaux enjeux. En un mot, elles marqueront l’histoire future.___Tout cela modifiera profondément la nature de la culture de nos sociétés. Nous entrons dans une société de nouveaux nomades. Non seulement des milliards de gens seront conduits à redevenir nomades pour survivre, mais encore, les plus riches seront eux aussi hyper-nomades, soucieux de préserver leurs libertés et de vivre sans contrainte de territoire ou d’appartenance." (JA)__La migration des Européens pauvres du 19° siècle vers les USA (Irlandais, par exemple) a-t-elle quelque chose à voir avec celles de Maliens poussés aujourd'hui vers le Nord par une pauvreté endémique? Le cosmopolitisme est limité pour les pauvres, il ne ressemble en rien au bougisme de l'homme d'affaires ou du bobo fortuné parisien, un soir à New-York, le lendemain à Dubaï_________L'influence des idées libérales-libertaires n'a pas été pour rien dans la quasi-idéalisation mythique du nomadisme contemporain, conditionnée par les révolutions technologiques, commerciales, financières et l'évolution des moeurs__"On peut (ainsi) observer une corrélation étroite entre la promotion de l'individu comme élément central et autonome des sociétés contemporaines et les besoins du capitalisme tardif en agents de production totalement flexibles et disponibles. En transposant sur l'individu les caractéristiques de sociétés passées et/ou exotiques, et en réemployant l'anthropologie libertaire des sociétés nomades, l'idéologie néo-libérale n'a pas seulement déshistoricisé les communautés de chasseurs collecteurs, elle leur a également emprunté, dans une optique "new age", certaines de leurs pratiques. Les coach-chamanes, la sophrologie et le "développement personnel", par exemple, font désormais partie de la panoplie d'adjuvants accompagnant la proclamation de l'autonomie de l'individu en tant qu'entrepreneur de lui-même.Au jeune cadre dynamique toujours sur la piste d'un emploi mieux rémunéré correspond le "chasseur de têtes" qui traque les meilleurs éléments pour répondre aux besoins des multinationales qui l'emploient. Dans les sociétés de chasseurs-collecteurs, comme les Jivaros, on s'approprie le corps de son ennemi en réduisant sa tête pour l'exhiber comme trophée, dans notre société, c'est le capitalisme qui en individualisant le travailleur parvient le mieux à dévorer ses proies. Deux variantes de l'exploitation de l'homme par l'homme, en somme..."___Il y a nomadisme, nomadisme...et nomadisme fantasmatique.

____________________

Partager cet article
Repost0

Alertez B.Bardot!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Alertez B.Bardot!

Luttes des ergots
__ On les disait interdites
__
__ Mais c'est ce qu'on croyait.
Parfois clandestins, ils reviennent en force dans nos gallodromes.._

C'est la bataille des egos.
__ Il va falloir faire quelque chose.
Cela ne peut plus durer.
Le spectacle est souvent sanglant et forcément primaire.
Tous les coups sont permis de la part de nos coqs, gaulois,comme il se doit.
___ Personne n'épargne personne.
___Les zêlées z'ailées zélites sont sorties du poulailler
Et on ne les tient plus!
___ Il est temps que l'on change le système...
_______ O! Monde cruel....
________________

Partager cet article
Repost0

Nomadisme d'aujourd'hui

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Nomadisme d'aujourd'hui

Nomadisme, individualisme, déracinement.

_______A l'extrême mobilité des capitaux, des industries et des hommes correspond, dans nos sociétés dites post-industrielles, une grande instabilité dans les modes de vie, les engagements, les choix...et dans les structures psychologiques.
Sous la pression de l'air du temps, qui doit beaucoup aux mutations économiques, à l'esprit des affaires (Le nouvel esprit du capitalisme), le bougisme est devenu une deuxième nature, la vitesse tend à être la règle.
__On change aujourd'hui facilement non seulement de travail (par nécessité le plus souvent), de relations, affectives notamment (les divorces explosent), et les partenaires se font plus nombreux au cours d'une vie, que l'on ne conçoit plus comme liée une fois pour toutes à une seule personne. La fidélité est relativisée, comme l'attachement aux objets. On est prêt comme jamais auparavant à changer d'option religieuse ou philosophique ou à abandonner toute option définitive en ce domaine: le marché des croyances est devenu très vaste. Au gré des modes, de l'obsolescence programmée des produits constamment changeants, sous la pression constante des marchés et de la publicité omniprésente et intériorisée, le renouvellement des objets apparaît comme un impératif de bonheur, qui diffuse ses normes insidieusement.
__Le zapping devenu est une seconde nature dans les loisirs, les programmes récréatifs, les quêtes d'information sur internet ouvrant un champ d'exploration qu'une vie ne saurait combler. Le nomadisme virtuel s'est imposé.
_________________________Le zapping est aussi dans les têtes. Jusqu'à la confusion mentale. Difficulté de rester concentrés pour les plus jeunes, de mener une réflexion suivie et même de se fixer sur une lecture de longue haleine. Maladie de l'attention. qui devient un problème, comme celle d'une certaine discipline de l'esprit pour mener une réflexion conséquente et un tant soit peu approfondie. L'effort d'attention, de concentration n'est surtout pas encouragé par le milieu marchand, qui valorise au contraire la spontanéité, l'impulsivité. Et comme les règles de l'école tendent à passer au second plan par rapport aux pulsions d'achat, à la jouissance immédiate, à l'opinion spontanée, l'esprit d'analyse et la formation critique sont perdants...Problème de relative perte de mise à distance, de maîtrise intellectuelle du réel, de contrôle de soi. Relativisme dominantLe nomadisme des moeurs et le bougisme des comportements et des esprits créent les conditions d'un individu sans liens, coupé de ses racines, sans mémoire générationnelle, parfois sans lien dans le travail, le passé étant presque toujours dévalorisé au profit du présent de la jouissance et de l'avenir obsédant. Le savoir et l'autorité fléchissentL' individualisme , fortement encouragé par le système, comme le narcissisme (parce que je le vaux bien...) en est la cause et la conséquence, comme le culte de la performance, distillé par les nouveaux rapports managériaux dans l'entreprise, le sport et la vie courante.
La solidarité devient une valeur en baisse et l'engagement politique, le militantisme, problématiques.
________Ces tendances font système.
On a parlé d'homme sans qualités, ou sans gravité (ayant perdu ses repères), déraciné, sans ancrage et sans attachesCe n'est pas seulement un système économico-social qui est soumis à une fuite en avant à la logique peu contrôlée, ce sont aussi les hommes qui subissent à leur insu de profondes transformations internes. Les rapports de soi à soi se modifient, le rapport au temps s'altère, avec un sentiment d'urgence permanent, l'instabilité et l'inquiétude prenant le dessus sur la constance et la sérénité, le consommateur prenant le pas sur le citoyen, la consommation primant la réalisation de soi.
Mais le pessimisme ne se légitime pas en cette période de transition et de recompositio" Une société individualiste ne peut être viable et juste que moyennant des règles et des limites fixées au droit de chacun d'exercer sa liberté. Individualisme ne signifie pas droit de tout faire et anarchie des comportements mais souveraineté individuelle dans le cadre général de la loi.
Il ne fait pas de doute qu'une des pentes des sociétés marquées par l'éclatement des encadrements familiaux et religieux ainsi que par l'argent-roi ne conduise à l'affaiblissement de la force d'obligation de tout un ensemble de devoirs, au primat des intérêts privés, au « après moi le déluge », autrement dit un individualisme sans frein, sans souci des autres, sans respect de la loi. Tout simplement un individualisme irresponsableNéanmoins comment ne pas voir qu'une autre pente existe qui mène les individus à combattre les turpitudes et le racisme, à se soucier des autres, prendre en compte l'avenir de la planète, lutter pour plus de justice et de solidarité ? C'est ainsi que l'individualisation extrême de nos sociétés n'a nullement empêché la multiplication des associations et des bénévoles. C'est ainsi que les individus sont toujours capables de s'indigner, de faire acte de générosité pour les plus mal lotis de la planète. Tel est l'individualisme responsable, individualisme que l'on peut qualifier de raisonnable, autolimité, respectueux du droit des autres. Ne diabolisons pas en bloc l'individualisme qui constitue le fondement d'une société de liberté et d'innovation. S'il y a un individualisme négatif, il existe aussi un individualisme positif qui signifie indépendance d'esprit, affirmation de la personnalité singulière, esprit d'initiative et de recherche. Et aussi respect de la loi et des droits de l'Homme. L'individualisme n'est pas une malédiction, c'est aussi la chance d'une société plus humaniste, plus tolérante, plus inventive de l'avenir. L'école doit se proposer pour but non l'effacement de l'individualisme, mais le combat contre l'individualisme irresponsable afin de faire progresser l'individu libre et responsable. Aucune tâche n'est plus grande, plus cruciale pour l'avenir de nos sociétés que celle-l
à"._Gilles Lipovetsky

___________________

Partager cet article
Repost0

Colonisation et dénégations

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Colonisation et dénégations

Shimon Peres: mythe et réalité
____ Au milieu des éloges convenus en de telles circonstances, des dissonances se manifestent sur le rôle réel joué par le militant et le pionnier des premiers jours, son rôle de fondateur et d'homme politique, jugé souvent ambigü.
___ Une vie complexe, à l'image de la société israëlienne, de sa nature particulière et des ses évolutions.
___ Que des voix palestiniennes ne ménagent pas leur critiques, cela n'a rien pour étonner, lui qui ne fut pas toujours du côté des négociateurs les plus engagés, comme Rabin, qui, bien que militaire, voyait avec dégoût se développer l’idolâtrie de la terre, le Bloc de la foi et écrira dans ses mémoires, que c'était « un cancer au sein de la démocratie israélienne, mais le combat ne pouvait réussir alors que le parti travailliste était profondément divisé face aux militants du Goush Emounim, des gens que le ministre de la Défense, Shimon Peres, qualifiait de véritables idéalistes et soutenait... »
____ L'instrumentalisation des idéaux sionistes modérés du début fut assurés par des groupes de plus en plus radicaux, qui causèrent sa mort et pesèrent de tous leur poids pour radicaliser le pouvoir et s'engager dans une occupation, dite d'abord illégale, de ce qu'ils appelèrent Judée-Samarie, avec toutes les conséquences que l'on sait. Charles Enderlin a bien décrit le processus.
___ Un Shimon Peres de légende, qui lâcha prise avec la montée de la droite, du Likoud, puis de l'extrême- droite avec l'équipe de Netanyaou, de Liberman et des religieux les plus radicaux, avec l'ambition affirmée d'un Grand Israël, malgré toutes les protestations internationales et en dépit des accords signés.
___ Ils sont beaucoup à ressentir au moins une certaines gêne devant tant d'unanimisme officiel à la fin de sa vie. Le pragmatisme étatique a le plus souvent pris le pas sur la véritable volonté de paix, malgré le Prix Nobel de circonstance.
___ Un faucon devenu colombe, dit-on. C'est un peu plus compliqué que cela, quand on se rappelle la critiquable expédition libanaise, ses silences sous Sharon et ses initiatives dans les premières formes de colonisation, qui ne disait pas encore son nom. . La presse critique israëlienne, ou ce qu'il en reste, en est d'accord. Dans les années 70, alors qu’il est devenu ministre de la Défense, il cautionne l’émergence des premières colonies juives de Cisjordanie occupée
__ Leila Shahid a un jugement plus tranché: il y a eu plusieurs Shimon Peres. L’homme qui a eu l’image respectable, cosmopolite, internationaliste et plutôt laïc d’Israël. Il y a eu plusieurs personnages parce que, comme tous les grands hommes politiques, il était complexe. Mais, pour les Palestiniens, il restera l’homme qui n’a pas mis en œuvre les accords d’Oslo, celui qui n’a pas su succéder à Yitzhak Rabin après son assassinat, celui qui a d’ailleurs perdu les élections face à Netanyahu et, pour cette raison-là, il a été décevant pour les partisans de la paix palestiniens mais aussi israéliens. Et puis surtout, l’homme qui a, au lieu de continuer à défendre le parti travailliste, a choisi d’aller avec Ariel Sharon.
___Un bilan mitigé, très mitigé.. Même certaines voix israëliennes tempèrent les hommages des inconditionnels.
____ Certes il ne fut pas un faucon, mais il fut un pur sioniste, conforme aux idéaux de Ben Gourion, puis de Golda Meir,,pour qui la Palestine était considérée comme sans hommes.Les projets d'extension étaient déjà présents dans les projets secrets initiaux.
___ La colonisation, engagée par Peres est devenue avec la droite, un phénomène qui est devenu grandissant, encouragé par les gouvernements successifs, qui faisaient semblant de le nier officiellement, poussé par les extrêmistes religieux, les born again, et les opportunistes en tous genres.
__ Puis bientôt naquit l'idée d'un Etat binational, que beaucoup voient comme débouchant nécessairement sur un système d'aparthed.
_ Un désastre pour le présent, une menace pur l'avenir.
______ Arte a récemment très bien décrit l'état et les impasses de ce système. Une bombe à retardement pour un avenir qui risque d'être proche..
... En 2016, la colonisation a pris des proportions si vertigineuses qu’elle conditionne littéralement la politique et l’identité d’Israël. Mais les films consacrés par le passé ces implantations condamnées par les conventions de Genève se sont souvent focalisés sur leurs répercussions, plus rarement sur les forces idéologiques et historiques qui les ont impulsées....
___La situation semble bloquée, sans qu'aucun processus de paix n'apparaissent à l'horizon d'un développement que certains jugent irréversible. désespérant, juge le journaliste franco-israëlien Charles Enderlin. Déjà autour de 500000 colons...

___ Le journal Haaretz dénonce régulièrement toutes les dérives, connues ou non, qu'engendre cette situation explosive, en modérant les propos excessivement élogieux tenus sur un personnage devenu mythique.
__ Les accords d'Oslo furent une initiative qui eut pu aboutir... mais qui fut cousu de fil blanc, comme le reconnut la Banque Mondiale.
__ En attendant, la colonisation continue...
___Est-il encore vrai que la disparition de Peres éloignera toute solution de paix initiée par les Israëliens, ( que)Les Palestiniens ont perdu un interlocuteur digne de leur confiance. Le statu quo a de longs jours devant lui?...Il y a beau temps que Peres ne pesait plus sur le cours des événements qui tendent à s'emballer, sans qu'on en voit une issue. A Washington, qui finance encore Israël, on ferme les yeux ou on regarde ailleurs, dans une politique à courte vue.__________
_____ Palestine ___Israël

Colonisation et dénégations
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6