Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De 2016 à 2017

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Vers un basculement d'un monde?
                                       On ne sait pas où on va...mais on y va.
      Le BILAN 2016  est, va-t-on dire...contrasté.
               Avec le peu de recul que nous avons, on ne peut pas dire qu'au niveau mondial ait prédominé la stabilité et l'ordre. Même si l'ordre en soi n'est pas toujours souhaitable. Le mouvement est la matière même de l'histoire, mais l'année passée a vu s'accélérer une montée de désordres pas toujours des plus rassurants quant à leur nature et leurs conséquences potentielles..Des désordes sans génération spontanée.
       Ce constat mitigé n'interdit pas de formuler quelqueespérancequand à des évolutions que l'on peut attendre, à la lumière de ce qui se dessine, toujours ambigü, à vrai dire.
      Mais bon, rien n'est jamais écrit, et le déterminisme n'a pas sa place en l'histoire, sinon par illusion rétrospective, et il importe de relativiser ce qui se passe sous nos yeux, dont le sens n'est pas toujours clair, dans le bruit et la fureur du monde, comme l'évoquaient Shakespeare.et Faulkner.
   . Comme le soulignait Tocqueville, en histoire, ce qu'il y a de plus difficile à apprécier et à comprendre, c'est ce qui se passe sous nos yeux
_____________________

Partager cet article
Repost0

Le vélo: en parler ou en faire...

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Il y a ceux qui parlent de vélo et ceux qui en font... sans en parler, ou si peu.
____La petite reine n'a pas encore conquis toutes nos villes, malgré des avancées par ci par là.
Les chevaux-encapotés tiennent toujours le haut du pavé.
Les journées du vélo et les campagnes promotionnelles ne font bouger que trop lentement les esprits rétifs et les corps en surpoids.
Combien  ont acheté un vélo ...qui finit par rouiller au fond d'un garage (ou pire!) ou par encombrer les pages du Bon Coin Coin?
Une subite pulsion écolo, un coup de tête de printemps ou un premier rayon de soleil  et on se rue chez Décathlon, qui vous promet la forme! A fond!
Attention! Une Hirondelle ne fait pas forcément le printemps...
____Il y a les cyclistes du dimanche  qui se  croient partis pour un Paris-Nice, claqués au retour, le temps de quelques pédalées et les cyclistes d'un jour, ceux du lundi de Päques, de la Journée du Coeur obligatoire  ou du 14 juillet, qui font sagement leur devoir d'écolocyclistes appliqués, en traînant dans leur sillage leur progéniture dûment casquée dans des aventures à l'issue incertaine, parfois dans des problèmes insurmontables.
Je roule, comme je peux,  donc je suis.
Le vélo est une chose trop sérieuse pour être laissé aux vélovélléitaires d'un jour.
__La politique du vélo  se construit peu à peu, méthodiquement, pas de manière désordonnée et sporadique
En ville, il est des vélos à vous dégoûter du biclou. De vrais 4*4 à pédales. Les publicyclettes, vouées parfois à la promotion de certains produits, prosaïques ou non  laissent rêveur sur les contradictions de notre temps ...
La Fête du vélo n'a de sens que permanente.
C'est comme la journée de la femme....sauf que le vélo ne change pas d'humeur: il vous tend toujours son guidon accueillant.
La  Vélorution reste encore  à faire, avec ou sans...

Mais, sans plaisir, laissez tomber, sinon, c'est la chute programmée...

___________________________

Partager cet article
Repost0

Revenu universel: toujours en question

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Belle ou "mauvaise" utopie?
                                          On en parle...et on en reparlera.                                            [Eléments pour la réflexion]
             Le revenu de baseparfois nommé universel, revient sur le devant de la scène
  Il plonge ses racines les plus lointaines dans la pensée utopiste de la Renaissance,
  revient sur le scène de la pensée économique libérale au début du 20ème siècle, puis refait surface à notre époque,
en période de chômage de masse et apparemment irréductible, comme solution rationnelle aux problèmes d'aide
sociale complexes et variées.
        C'est une idée à la géométrie variable , qui ne fait pas l'unanimité, au sein de la pensée libérale comme des
courants se réclamantt du socialisme.
     Benoit Hamon en propose une formule pour les 18-35 ans.
       La Finlande, comme le Canada, tente une expérience de ce genre à petite échelle
          Les socialistes suisses sont divisés sur la question. On en parle même du côté de la  Silicon Valley.
,Des économistes, comme J.GADREYsont résolument contre l'idée dans sa rigueur et sa généralisation

    D'autres dénoncent le monde merveilleux du revenu universel.
        Pour  Christian Paul, le revenu universel revient à accepter le chômage de masse.
Sans doute pas vraiment une  bonne idée, telle qu'elle a été pensée jusqu'ici.
 

 
Mais l'idée fait son chemin dans les pays riches -
                      "Longtemps cantonnée aux débats intellectuels, l'idée d'un revenu versé à tous, sans condition ni contrepartie, séduit de plus en plus de partis politiques ou de mouvements citoyens en Europe. La plupart des partis Verts européens la défendent. En Espagne, elle figure sur la plate-forme de Podemos. En Finlande, une expérimentation de "revenu d'existence" sera lancée en 2017 et 2018 [1] . En France, le récent rapport remis à la ministre du Travail par le Conseil national du numérique préconise d'expertiser les différentes propositions et expérimentations 

  Pourquoi cette idée, qui n'est pas nouvelle (l'Anglais Thomas Paine la défendait déjà au XVIIIe siècle), retrouve- t-elle de l'audience aujourd'hui ? Sans doute parce qu'elle répond à la fois à la crise de notre protection sociale (fondée sur une norme de plein-emploi qui ne correspond plus à la réalité) et aux mutations d'une économie cognitive qui brouille les frontières entre travail et non-travail.
  Mais au-delà de ce constat commun, on trouve parmi les défenseurs du revenu de base aussi bien des néolibéraux, qui y voient le moyen de simplifier et de limiter drastiquement la protection sociale, que des anticapitalistes d'inspiration marxiste, pour qui ce revenu représente une émancipation face au travail aliénant et repose sur une socialisation accrue des revenus. Et aussi bien des keynésiens en quête d'un moyen de soutenir la demande que des écologistes promouvant la sobriété volontaire…
     Au-delà de ces dissensions, le revenu universel pose une question de fond : faut-il défaire l'emprise de l'emploi sur la protection et l'intégration sociale ? Certains redoutent que cela entérine le dualisme de la société entre ceux qui ont accès à l'emploi et ceux qui sont relégués au dehors, ayant perdu à la fois les droits attachés au salariat et la reconnaissance sociale offerte par le travail. Pour le sociologue Robert Castel, par exemple, le revenu de base était le type même de la "mauvaise utopie". Présenté comme un instrument d'émancipation, il risque de se transformer en instrument de relégation et d'exploitation accrue : d'un montant trop faible pour se passer de travailler, il offrirait au capitalisme une "armée de réserve" où puiser à moindre coût des travailleurs déjà partiellement rémunérés par un médiocre revenu de subsistance. Un risque dont certains de ces promoteurs, à l'instar d'un André Gorz, sont conscients. Pour eux, le revenu d'existence n'est qu'un élément d'une transformation sociale plus vaste.(Alternative économique)

___________________________________________

Partager cet article
Repost0

Israël: pas de plan B

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 Pour que rien ne change
_________________________"Notre alliance est éternelle" a déclaré Obama en arrivant à Tel-Aviv, comme si la naissance de l'Etat d'Israël se perdait dans la nuit des temps...(en 2013)

C'était juste une petite visite, celle d'un  touriste, venu faire de la figuration, à usage surtout interne, sans intention de casser la Barack..
 Obama a été baladé comme dans un voyage organisé. 
Rassurer l'opinion américaine , certes, les électeurs de l' AIPAC surtout,donner l'image d'un homme encore concerné par la tragédie qui se joue là-bas. (Comme avait dit Georges Bush junior "J’ai des millions d’électeurs juifs, en ai je autant d’arabes ?". Tout est dit sur les choix stratégiques américains.  )   Words! words!
Alors que tout le monde sait que l'impasse est totale. 
Cette visite programmée était  donc un non événementL'échec était garanti.
La colonisation continue... 
Le pessimisme a rarement été aussi grand, même chez les Américains en Israël. 
 "...Lorsqu’on se souvient que le gel de la colonisation, réclamé par la feuille de route du Quartette (Etats-Unis, Nations unies, Union européenne, Russie) est la condition absolue exigée par les responsables palestiniens pour reprendre des négociations, on mesure la profondeur de l’impasse où s’est enfoncé le processus de paix. Car si les Palestiniens  sont disposés à faire preuve de souplesse sur d’autres points, ils risquent fort d’être intraitables sur cette exigence.
Et pour cause. Entre la signature des accords d’Oslo, en septembre 1993, et aujourd’hui, le nombre de colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est est passé de 200.000 environ à plus d’un demi million. Lorsqu’on ajoute à cela la multiplication des routes réservées aux colons, les réquisitions de terres et les démolitions de maisons qui se poursuivent, la construction du mur de séparation achevé à 70%, l’ouverture partout de nouveaux chantiers, l’aménagement, entre Jérusalem et la colonie géante de Maale Adoumim, d’une zone baptisée E-1 qui coupe en deux la Cisjordanie, il est clair que tout est fait, ou presque, pour rendre impossible la création d’un Etat palestinien. 
D’autant que nombre de membres du nouveau gouvernement israélien sont favorables à l’annexion pure et simple de la  "zone C", qui rassemble la quasi-totalité des colonies et représente plus de 60% de la Cisjordanie. 
La situation est si sombre que Tzipi Livni, nouvelle ministre de la Justice, qui a été chargée par Netanyahou du dossier des négociations avec les Palestiniens, n’a pas caché son pessimisme. L’ancienne ministre des Affaires étrangères, partisane de la création d’un Etat palestinien, qui semble avoir reçu cette mission de négociatrice pour rassurer les Etats amis d’Israël, favorables à la reprise du processus de paix, était l’invitée, il y a une semaine, du forum stratégique d’Herzliya, lieu de rencontre des décideurs et des experts, civils et militaires, israéliens. "Pour le cas où la solution à deux Etats serait impossible, a-t-elle averti, il serait sage de commencer à chercher un plan B."  
Mais quel plan B? 
___Le problème palestino-israëlien n'occupe plus une place centrale dans la politique étrangère de l'Oncle Sam. Les intérêts se déplacent peu à peu...

Partager cet article
Repost0

Le banquier et le "couillon"

Publié le par Jean-Etienne ZEN

David et Goliath ou Les bons et le "truand"...          [remake]
                                 Patatras!
                                        Dur, d'être trader
            Le film Margin Call (qu'il faut voir pour sa qualité) et son univers impitoyable en donne une petite idée...
        Monsieur K, l'homme qui volait 5 milliards, sort de la relégation.et ne serait plus que le "couillon de service", selon l'avocat des petits actionnaires.
                               Mais encore plus dur d'être une banque aux pratiques orthodoxes et strictement professionnelles! La SG, elle, s'est permise quelques fantaisies, protégée par son statut de maison vénérable et  too big to fall...Ce ne sont pas quelques  petites sanctions financières  qui vont modifier ses pratiques frauduleuses?
    Il était difficile d'imaginer qu'un simple trader, peut-être un peu mythomane, fasse autant de sorties de route, et de cette ampleur,  à l'insu de la direction ,et de ses plus hauts collaborateurs, dans les vastes transactions-casino, qui se faisaient pignon sur desk, même si les algorithmes sophistiqués dépassaient la compréhension d'une directeur lambda.
   La version officielle  s'effondre donc (*)
            Manipulé, il fut forcément. La loi du silence a prévalu.
    La Société Générale : une banque au-dessus de tout soupçon?.Il y avait déjà.'affaire euribor.et le reste.On savait encore peu de choses sur la Société Génarale, qui se posait en victime..

               Aujourd'hui on en sait plus sur les pratiques peu orthodoxes de cette maison.
L'affaire de Panama est encore toute fraîche.  On peut se forger un autre jugement sur ce qui restera l' affaire Kerviel
  La folie banquière s'est sans doute ralentie, mais ne s'est pas évanouie . Rien n'est réglé

____Affaire Kerviel: la version officielle s'effondre à l'audience (*)

                  En attendant, la  folie banquière, réparée par nos soins, s'est atténuée, mais rien n'est réglé.
                  La blague du contrôle bancaire continue? 
__On peut se forger un autre jugement sur  ce qui restera l' affaire Kerviel
_______________ 
(*)  ...Les juges de la cour d’appel de Versailles, qui conduisent le procès pour déterminer au civil les responsabilités entre Jérôme Kerviel et la Société générale, s’attendaient certainement à un procès compliqué, avec des coups d’éclat et le « cirque médiatique » si souvent dénoncé par les avocats de la Société générale. Mais ils n’avaient sans doute pas anticipé ce qui s’est passé à l’audience du 16 juin. Brusquement, le brouillard qui entoure ce dossier depuis plus de huit ans a commencé à se déchirer. Des témoins sont venus raconter à la barre des faits qui n’avaient jamais été entendus auparavant. Les juges eux-mêmes ont semblé mesurer une réalité qu’ils n’avaient jamais perçue dans les enquêtes judiciaires et les jugements d’appel.
      Ce changement fut perceptible dès le début d’audience. Le président de la cour d’appel, Patrick Wyon, avait pris en fin de séance, la veille, une décision inattendue : la cour allait écouter des extraits de l’enregistrement du vice-procureur de la République, Chantal de Leiris, révélé partiellement par Mediapart et 20 minutes en janvier, que la défense de Jérôme Kerviel avait déposé au dossier.
        Cet enregistrement d'une conversation entre Chantal de Leiris et Nathalie Le Roy, ancienne policière en charge de l'enquête, avait déjà causé beaucoup d’agitation dès l’ouverture du procès. Les avocats de la Société générale avaient tenté de s’opposer à sa prise en compte dans le dossier par tous les moyens. Était-on bien sûr qu’il s’agissait de Chantal de Leiris, avait questionné Jean Reinhart, avocat de la Société générale, mis en cause dans l’enregistrement pour essayer d’en différer l’écoute.
      Plusieurs contre-feux avaient été allumés auprès des journalistes afin d’en minimiser la portée : cette conversation n’était qu’amicale, la parquetière avait raconté à Nathalie Le Roy, qui aurait de « graves problèmes de santé et familiaux » (sic), ce qu’elle voulait entendre. Chantal de Leiris était une « vieille » parquetière, qui n’avait jamais vraiment traité l’affaire. D’ailleurs, que penser de ses propos, elle qui avait docilement requis pour amnistier Jacques Chirac dans le procès de la Mairie de Paris ? Bref, tout cela était « beaucoup de bruit pour rien ».
       Pourtant, quand la voix de Chantal de Leiris en conversation avec la commandante de police Nathalie Le Roy commença à être diffusée dans la salle, cela fit un certain effet, malgré la mauvaise qualité sonore. Toutes les questions posées de longue date sur le dossier Kerviel, sur la façon dont l’enquête avait été menée, sur l’indépendance de la justice face à la banque, trouvaient un certain écho.
« C’était surtout Maes [chef de la section financière de Paris à l’époque], sans arrêt il me disait : “Tu vas pas mettre en porte à faux, en défaut la Société générale”. » « J’ai trouvé que Van Ruymbeke [juge d’instruction chargé du dossier Kerviel en 2008], ça l’intéressait pas, je pense. C’est facile de dire “À toute vitesse, on avance, on boucle l’affaire”. Quand on voit que les scellés n’ont jamais été exploités. » « La Générale savait, savait, c’est évident, évident. Et alors, c’est vrai que sur le montant du préjudice, les 4 milliards et quelques, y a aucune expertise, y a rien », avait raconté la parquetière à la commandante de police.
                 Plus les extraits passaient, plus les avocats de la Société générale se tassaient sur leurs chaises, plus la cour était attentive, stupéfaite par ce qu’elle entendait. Une certaine vision de la justice s’émiettait. « Ils [le parquet de Paris] étaient complètement sous la coupe des avocats de la Générale. » « Ce que l’on dit, c’est que c’est pas Aldebert [procureur au parquet de Paris en 2008] qui a rédigé l’ordonnance de renvoi, c’est un des avocats qui lui a communiquée. » « Reinhart, du temps d’Aldebert et même encore Maes, il était tout le temps, tout le temps là. Il arrivait pour parler d’un autre dossier avec M. Aldebert, il se positionnait, il s’asseyait, “Ah mais, je serai peut-être bientôt l’avocat de telle société”. Ce que j’ai appris, c’est un type qui renseignait tous les grands cabinets parisiens des affaires nouvelles pour se partager le gâteau. » 
      La diffusion était à peine terminée que l’avocat de Chantal de Leiris, Olivier Baratelli, déboula dans la salle. Il annonçait que sa cliente allait déposer plainte, demandait le retrait de l’enregistrement, compte tenu de la manière illicite dont il avait été obtenu. « Sur le fond, précisait l’avocat, ma cliente ne regrette rien. C’est une conversation strictement privée. Mais cet enregistrement a été obtenu de manière illicite », a-t-il expliqué avant de demander son retrait du dossier.
     Après un long de débat de procédure, le président trancha : dans un tribunal pénal, la preuve est libre ; les faits reprochés s’étaient passés en dehors de la cour ; et de toute façon, la plainte n’avait pas encore été déposée, donc l’enregistrement restait au dossier. Sage prudence : en janvier, à la suite de nos révélations, Jean Veil, avocat de la Société générale, avait déjà annoncé que Chantal de Leiris allait déposer plainte. L’annonce est restée sans suite.
       Que dire après l’audition d’un tel témoignage qui décrit une justice manipulée, des petits arrangements entre parquet et avocats, au point qu’un procureur aurait pu accepter de se faire écrire une ordonnance de renvoi, les manœuvres en coulisses des grands cabinets pour se partager les dossiers ? Il n'y avait pas de mot. Le silence s'installa un moment. L’avocat de Jérôme Kerviel a toutefois annoncé qu’il allait déposer cette pièce comme nouvelle preuve auprès de la cour de révision.
               L’enregistrement n’allait être que la première surprise de la journée. Entendu comme témoin   de la défense, Jacques Werren, ancien directeur du marché à terme des instruments financiers (Matif), arriva très remonté à la barre. « Ce que j’entends, en résumé, c'est que la Société générale n’a pas vu les positions de Jérôme Kerviel. C’est un déni de bon sens, une insulte à la loi créée pour l’organisation de ces marchés à terme », attaqua-t-il d’emblée. Très remonté par ce qui lui semble être une grossière manipulation,  
   « Tous les jours, il y a un relevé des positions de chacun, des gains et des pertes. Tous les jours, les membres doivent régler en espèces leurs “déposits” [dépôts de garantie], leurs appels de marge. Il n’y a pas de dérogation à cette règle. Car c’est un mécanisme essentiel pour éviter le risque », expliqua-t-il. Avant d’insister : « Il n’y a pas de place pour la dissimulation dans ce système. » 
    Face aux juges qui semblaient découvrir certains détails, Jacques Werren entreprit de décrire ce fonctionnement : « Les traders n’ont pas accès au coffre-fort et heureusement », résuma-t-il. Le système informatique des traders par lequel ils passent leurs ordres est déconnecté des systèmes comptables. Avant de payer, tout est vérifié par les services des risques, des contrôles, pour s’assurer de la réalité des transactions, des contreparties. Bref, il y a des procédures, des vérifications, des contrôles des risques. Pouvait-on d'ailleurs imaginer qu'il puisse en aller autrement ?
      Dans ces conditions, les ordres fictifs réalisés par Jérôme Kerviel ne pouvaient avoir aucune incidence sur la comptabilité de la banque. Ils restaient en suspens, sans jamais être traités par les services comptables. D’ailleurs, précisa-t-il, « on nous parle d’un risque de 50 milliards d’euros pour Jérôme Kerviel. Mais le nominal ne correspond pas à l’exposition réelle. Les produits à terme ne se négocient pas comme cela, on évalue la volatilité, les risques de couverture. En gros, cela tourne autour de 5 % du montant nominal. L’exposition réelle de Jérôme Kerviel devait être de l’ordre de 2,5 milliards d’euros. La baudruche se dégonfle d'un coup. Cela ne représente pas un risque systémique. Pourquoi ce risque a-t-il été volontairement exagéré ? » s’interrogea-t-il.
       Mais comment expliquer alors que la Société générale ait fait autant de bruit autour de l’affaire Kerviel, en prenant le risque de se tirer une balle dans le pied, d’endommager sa réputation ? demanda en substance le président. « J’ai un scénario mais ce n’est qu’un scénario car je n’ai pas toutes les clés. Pour moi, il a pu y avoir un desk fantôme qui prenait des positions contraires à celles de Jérôme Kerviel. Tout était couvert », dit-il. « Mais si vous voulez vraiment savoir la vérité, ce qui s’est vraiment passé, combien la Société générale a perdu, faites faire une expertise, allez voir dans la comptabilité de la banque, allez voir à la chambre de compensation Eurex. Vous saurez alors la vérité », conseilla Jacques Werren.
Le desk fantôme évoqué par l’ancien directeur du Matif prit une soudaine consistance avec l’audition de Philippe Houbé. Ancien responsable du back office chez Fimat, le courtier de la Société générale par lequel Jérôme Kerviel passait tous ses ordres, il avait été entendu lors du procès en appel de l’ancien trader, en mai 2012. Les avocats de la Société générale et la présidente du tribunal, Mireille Filippini, avaient alors raillé « ce petit témoin du back office ». Philippe Houbé était ressorti en larmes du tribunal. Très peu de temps après ce témoignage, il a été licencié par la Société générale. Il n’a jamais retrouvé de travail depuis, figurant parmi la trop longue liste des « irradiés » de l’affaire Kerviel, punis pour avoir soutenu des propos contraires à la vérité officielle.
    Mais lors de cette audience, Philippe Houbé fut écouté, de plus en plus attentivement même, au fur et à mesure de sa déposition. Il commença par témoigner de son étonnement en entendant les responsables de la banque parler en nominal. « Les professionnels ne parlent jamais en nominal sur les produits à terme. Le risque n’a jamais été de 50 milliards d’euros », dit-il, confirmant les propos du témoin précédent. Selon lui, la perte pour la banque  non plus n’a jamais été de 6,3 milliards d’euros. « Si un compte a effectivement perdu cette somme, un autre a gagné entre la période du 18 et 25 janvier [dates de débouclage des positions prises par Jérôme Kerviel – ndlr] 1,8 milliard d’euros, et 2,2 milliards d’euros sur an », dit-il expliquant que, par sa position, il avait pu avoir accès à tous les comptes. La Société générale aurait donc menti ?
    Il poursuivit son récit. Il n’y avait pas que Jérôme Kerviel qui donnait énormément de travail au courtier Fimat, raconta-t-il. Deux autres comptes avaient aussi des volumes totalement délirants. L'un, semble-t-il, était celui de Maxime Kahn, le trader qui a débouclé les positions de Jérôme Kerviel et l'identité du détenteur de l'autre compte, SF 594, est inconnue. L’un de ces deux comptes était positionné exactement sur les mêmes produits de Jérôme Kerviel – des contrats Dax et Eurostoxx –, et pendant que Jérôme Kerviel se plaçait en position acheteuse, l’autre prenait exactement la position inverse. « Cela a continué pendant la période de débouclage. Il est resté vendeur jusqu’au bout », raconta-t-il devant des juges médusés. « Pour moi, la Société générale n’a rien perdu dans cette affaire, si on prend en compte le crédit d’impôt de 2,2 milliards d’euros », assura-t-il.
     L’embarras devenait palpable. Toute la procédure, tous les jugements ont été bâtis à partir des seules déclarations de la Société générale. Toutes les demandes d’expertise ont été refusées. Mais comment établir des dommages et intérêts, évaluer les responsabilités, alors que le doute s’est désormais insinué sur la réalité de la perte de 4,9 milliards d’euros affichée par la Société générale ? L’avocat de Jérôme Kerviel a annoncé qu’il allait présenter une nouvelle demande d’expertise, à la suite de ce témoignage.
    Mais les opérations fictives de Jérôme Kerviel ne faisaient-elles pas courir un risque ? hasarda le président. Philippe Houbé assura que non. Ces opérations mal renseignées, incomplètes, tombaient en anomalies mais n’étaient jamais prises en compte par le back office dans les résultats réels, les seuls qui importent, selon lui.
    Mais pourquoi Jérôme Kerviel faisait-il cela ? demanda le président. « Honnêtement, il était couillon », répondit du tac au tac Philippe Houbé. « Il pensait masquer ses positions, alors qu’au contraire il attirait l’attention sur lui. Les différents services se sont plaints à de nombreuses reprises de lui, parce qu’il les embêtait, parce que les écarts entre sa situation réelle et ses positions fictives leur donnaient un surcroît de travail. Il y a eu des réunions avec des responsables haut placés sur le sujet. Mais il n’y a eu aucune décision, aucune sanction, parce qu’ils savaient que ces opérations n’existaient pas. Ils ont laissé faire », constata-t-il. Avant de révéler qu’un rapport de la direction des risques de Fimat avait été réalisé en novembre 2007 sur l’activité délirante de Jérôme Kerviel et transmis à la banque, car la multitude de ces opérations saturait les serveurs du courtier !
Interrogé sur les dysfonctionnements de la banque, l’ancien responsable de Fimat commença à leur décrire longuement le fonctionnement quotidien. Entre 500 millions et 1,5 milliard d’euros étaient payés chaque jour par la trésorerie de la Société générale pour couvrir les appels de marge. Il fallait bien s’assurer de la conformité des opérations avant de payer de telles sommes.
     Chaque jour, toutes les opérations passées étaient donc vérifiées. Toutes les informations venaient de l’extérieur – chambre de compensation, contreparties. Des fichiers indiquant toutes les positions prises, les risques, les appels de marge, les gains et les pertes, compte par compte, étaient envoyés aux différents services de la comptabilité, de la trésorerie, du contrôle de gestion, de la gestion des risques et bien sûr aux responsables des différentes salles de marché. « Dire que la Société générale n’a rien vu, cela sous-entend que pendant un an, des équipes entières n’ont pas fait leur travail », asséna Philippe Houbé.
     Manifestement bousculé par ce qu’il entendait, un des assesseurs du président, chose rare, prit la parole pour demander s’il avait été interrogé lors de l’instruction judiciaire. « Non, jamais. Personne n’est jamais venu chez Fimat. Nous, on attendait le juge d’instruction. Il n’est jamais venu, on ne nous a jamais posé une seule question », répondit Philippe Houbé. Un gouffre semblait s’ouvrir sous les pieds des juges.
     La déposition de la commandante de police Nathalie Le Roy devant le juge d’instruction Le Loire revenait comme en écho. « J’ai eu le sentiment d’avoir été instrumentalisée par la Société générale », a-t-elle déclaré au juge. C’est la Société générale elle-même qui m’adresse les personnes qu’elle juge bon d’être entendues. Je n’ai jamais demandé : “Je souhaiterais entendre telle ou telle personne.” C’est la Société générale qui m’a dirigé tous les témoins », a-t-elle confié.
    Les avocats de la Société générale déclarèrent forfait : ils ne posèrent aucune question au témoin. Claire Dumas, la responsable de la Société générale qui conduit le dossier à la banque depuis le début de l’affaire Kerviel, se dévoua. Ses propos créèrent la dernière surprise, un aveu inattendu. Elle reconnut qu'il existait bien deux comptes chez Fimat, semblables à celui de Jérôme Kerviel, mais ceux-ci servaient à couvrir des portefeuilles actions par ailleurs et non à être en miroir avec les positions du trader, assura-t-elle. Avant de complèter : « Philippe Houbé a raison dans sa description des positions au quotidien. Tous les jours, il y a une réconciliation entre les données externes et les données internes sur les marchés des futures. Au niveau du back office, il n’y avait pas écart sur les positions de Jérôme Kerviel. »
En d’autres termes, les positions réelles prises sur le Dax et l'Eurostoxx par Jérôme Kerviel étaient relevées chaque jour. Elles étaient vérifiées par la banque. Elles correspondaient à ce que les contreparties extérieures déclaraient. « La Société générale savait, savait. C’est évident, évident. » (Merci à Mediapart)
                                                               - Manipulations certaines 
___________________________

Partager cet article
Repost0

<< < 10