Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fait divers

Publié le par Jean-Etienne ZEN

( Il y a quatre ans)

 
 Le voleur et le bijoutier
                                          Une fable inquiétante.
    Mais ce n'est pas une fable...  
Plus qu'un fait divers: un e-lynchage mediatico-symbolique, révélateur de l'état délétère actuel d'une frange de la société, d'une partie de l'opinion, les e-justiciers sur clavier. 
Ce qui est en question est plus la réaction visible et bruyante de certains, manipulés ou non,  l'emballement passionnel, médiatique et panurgique, que le fait lui-même, injustifiable a priori, qui reste à bien établir, à qualifier et à juger.
"   L’éloge de l’autodéfense, l’appel au meurtre ou la condamnation du laxisme de la justice sont malheureusement des opinions d’une grande banalité, qui s’expriment volontiers au zinc après un fait divers. Seule l’ampleur de la réaction collective confère à ce réflexe une signification particulière...
Il s’agit d’un lynchage virtuel. Faut-il rappeler qu’en d’autres temps, des foules ont assassiné, molesté ou chassé ceux qui étaient désignés à sa vindicte? Rien de tel aujourd’hui. Comme tous les signes échangés sur Facebook, les formes de la colère restent théoriques – et c’est peut-être ce qui explique leur apparente virulence...
Peut-on imaginer expression plus limpide de la désagrégation du lien social que la revendication de se faire justice soi-même – qui est précisément le contraire de la justice? Maître Eolas nous rappelle gravement que la légitime defense ne couvre pas les atteintes aux biens, et que la justice se doit d’être équilibrée et dépassionnée. Mais ce que disent les soutiens du bijoutier de Nice est plus brutalement qu’ils ont perdu toute confiance dans le fonctionnement normal des institutions supposées donner sens à la vie démocratique. Il n’est pas certain qu’un appel à la raison suffise à les faire changer d’avis."              
      La vengeance n'est pas la justice. La vendetta et la loi du talion sont liberticides.
Il a fallu des siècles pour établir le droit et pour le faire prévaloir.
La  légitime défense ne peut s'exercer que dans des conditions et limites bien définies. 
   Que le développement de la petite et moyenne délinquance soit en train de créer un climat particulier d'exaspération en certains lieux, c'est un fait que l'on ne peut nier. Mais ce phénomène ne justifie pas le geste meurtrier et la passion vengeresse. Ce qui ne peut cautionner, bien sûr, l'acte délictueux à l'origine de l'affaire.
On évite soigneusement d'évoquer la grande délinquance invisible qui a contribué à créer une situation économique dégradée, terreau de beaucoup de dérives...et le traitement médiatique de certains faits divers, qui pose problème.
        Il est nécessaire de faire le point juridique sur  l'affaire du bijoutier de Nice
"... La sanction d’un braquage, c’est 15 voire 30 ans. Ça n’a jamais été la mort. Et certainement pas administrée par un particulier. Pas plus qu’être victime d’un braquage n’ouvre de droit à ouvrir le feu dans la rue..."
______________________
Partager cet article
Repost0

Tour d'horizon

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
__  La barbe!  Cette nouvelle tendance est vraiment rasoir
                      Barbélysée?

__  Des emplois? c'est possible.

__  L' Egypte m'inquiète.

__   Après la 4G, la 5G : révolutionnaire?

__   Pour un renouvellement du code du travail.

__   Le prix des médicaments innovants contre le cancer  doit changer..

__   Qu'attendre de l'« effet Schulz » en Allemagne?

__  VTC contre Uber.

__  Ca gaze pour Moscou.

__  La  presse française:  une aubaine 
                                                              Bon retour sur investissement.
           Mais danger pour la démocratie.
____________________________________________________
Partager cet article
Repost0

Grèce: faillite européenne

Publié le par Jean-Etienne ZEN

DÉBÂCLE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE

__________________________Une excellente émission sur France 3, le 20 de ce mois, qui retrace les origines de la crise grecque et qui démystifie les croyances, les mensonges politiques, les raccourcis et les poncifs médiatiques sur cette véritable faillite européenne.
   Un pays sous le choc, qui connaît une régression accélérée.
S'agit-il vraiment de sauver la Grèce, quand on sait que, dans le plan de sauvetage,  77 % des fonds sont allés à la finance?
  Sauver un euro moribond, voilà l'urgence pour les banques surtout, non pas sauver un pays en état de coma dépassé. où le marché du travail est à l'agonie, ce qui augure mal d'un redressement possible, dans le cercle vicieux de  la paupérisation et de la dépendance.
        Cette situation n'était-elle pas prévisible, du fait de la situation initiale de ce pays, connue, mais soigneusement masquée et de la divergence des économies qui n'a fait que se creuser? 
"...A son début, le système de l’Euro a semblé fonctionner, mais l’excédent commercial allemand créait une illusion d’optique en absorbant les déficits des autres pays. Des déficits commerciaux qui, dans le cas de la France, de l’Espagne, de l’Italie et de bien d’autres pays, traduisaient un mouvement profond de désindustrialisation et une perte considérable de compétitivité par rapport à l’industrie allemande, et que la surévaluation de l’Euro a encore accélérée. Loin de converger comme les pères de l’Euro en avaient l’ambition, les économies de la zone ont massivement divergé. La construction même de l’Euro s’est révélée mortifère pour les pays du sud de la zone, et par extension la France, dont les systèmes productifs sont organisés sur un modèle différent du célèbre « modèle allemand », avec des exportations très sensibles aux taux de change. La part de la France dans le marché mondial a ainsi régressé de 5,1% en 2002 à 3,8% aujourd’hui, et la zone Euro dans son ensemble et sur la dernière décennie a subi une croissance bien plus lente que celle des Etats-Unis ou de pays européens n’ayant pas adopté la monnaie unique comme le Royaume-Uni ou la Suède. De sommet de la dernière chance en sommet de la dernière chance, la monnaie unique semble vouée à l’éclatement, et de nombreux économistes ou acteurs financiers l’envisagent ouvertement. Pour éviter une dissolution sauvage, il y aurait potentiellement une perspective : la transformation de l’Euro de monnaie unique en monnaie commune. Ce scénario serait à priori préférable à un éclatement sauvage de la zone Euro et à un retour chaotique aux monnaies nationales..." 
           Comme un article du Spiegel le reconnaît, la dissolution de l'euro, tel qu'il s'est mis en place et qu'il fonctionne, construction baroque et artificielle, n'était-elle pas prévisible dès l'origine, la crise grecque n'étant qu'un révélateur de cette tare congénitale?
______________________________

Partager cet article
Repost0

Partie de campagne

Publié le par Jean-Etienne ZEN

C'est fou!

         Poutou fout tout en l'air
                         Il casse la baraque, brise les codes et les usages..Vous me direz, ne rien avoir à perdre rend plus libre. Mais il y a des vérités qui sont bonnes à dire et l'irrévérence à ses droits. On n'est pas au salon de Mme de Rothschild.
               Sans cravate, s'il vous plaît! Shocking!
    C'est fou, on ne parle que de cela. Pour l'essentiel, on verra plus tard...
         Luc Ferry en a fait une attaque, le pôôvre!
               Pourtant, ce devait être un "débat" bien léché, bien comme il faut, poli et tout et tout.....
       Bien organisé et théâtralisé, hyper-médiatisé. BFMisé, .quoi..
           Les détails sont montés en épingle,dans ce spectacle-rituel.
    Un simulacre de débat, encore confisqué par la forme.
             On notera une percée de Jean-Luc Mélenchon, essayant de jouer à contre-courant.
Une percée remarquée et saluée, même par la presse de droite, tentant de réhabiliter la politique
Président? Il ne faut pas rêver, mai il faudra compter un peu plus avec lui.
Son programme  peut être jugé ambitieux, il n'est pas utopiste, vu les problèmes du temps et de l'Europe. Une question-clé porte sur les moyens de faire fléchir la droite allemande pour refonder d'autres institutions européennes. De Gaulle est allé beaucoup plus loin en son temps, dans le contexte d'une autre crise. L’avenir n'est pas si bloqué qu'on ne le croit.
       Macron, venu de nulle part, comme ils disent, continue à cultiver gentiment l'ambiguïté.
                 Pendant ce temps, les sondages vont et viennent...suivant des vents capricieux. Les instituts et la presse font leur beurre. C'est déjà ça.
                         Les supprimer  au moins en fin de campagne. serait une bonne chose.
        Pour renvoyer le citoyen bien informé et rendu plus autonome à son propre jugement.
_________________

Partager cet article
Repost0

Partie de campagne C'est fou!           Poutou fout tout en l'air                          Il casse ...

Publié le par Celmar Etienne

Partie de campagne
C'est fou!           Poutou fout tout en l'air                          Il casse la baraque, brise les codes et les usages ..Vous me direz, ne rien avoir à perdre rend plus libre. Mais il y a des vérités qui sont bonnes à dire et l'irrévérence à ses droits....

Partager cet article
Repost0

Quand Jésus tweetait

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Hors du tweet, point de salut!
                                                   C'est un cardinal qui nous le dit:  Jésus a été la première personne à tweeter.
 Gianfranco Ravasi, ministre de la Culture du pape, a osé cette formule, sans doute inspirée par l'Esprit Saint, qui lui aurait envoyé un mail sur son Galaxy dernière génération.
     C'est la fin de la technophobie naguère cultivée par l' Eglise frileuse de papa.
Ouverture maximale sur le monde! 
Le Vatican se veut maintenant hyperbranché, à la pointe du progrès numérique. François lance l'Eglise dans le XXIe siècle.
   Benoit, avait  ouvert la voie, avec la médiatisation que l'on sait...
  Habemus Tweeter! s'extasiaient les fidèles, conquis par cette audace ecclésiale.
Mais ce que l'on ignorait, c'est que le divin Patron avait depuis longtemps lancé la mode, du côté du lac de Tibériade. 
Sa vie de bohème faisait de lui un hippie, mais branché 4G.
   Délaissant les antiques tables de la Loi, celle qu'un Dieu lointain avait dictées à Moïse, il optait pour la tablette et la paternelle connexion divine permanente, qui lui inspirait tant de formules édifiantes, qui resteront pour l'éternité.
Tweetamus et salvamus!
Tweetons, mes frères! 
C'est en tweetant que l'on peut sauver son âme et rejoindre (peut-être...) un jour le Tweeter Suprême.
Amen!☺ 
________
 

Partager cet article
Repost0

Questions

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
Pour un rebond

__  Le robot va-t-il un jour remplacer le maçon?
                 Comme ici ou comme là...

__ Une bonne carte ne vaut-elle pas parfois mieux qu'un long discours?
                                   Dans plus d'un domaine...

__ Fukushima : une fin rapide est-elle envisageable, six ans après?
                          Des pressions insoutenables.

__ Fut-il continuer à sacrifier le bien être à la fuite en avant du développement aveugle?

__  Beaucoup ont des fins de mois difficiles,
            Mais la situation n'est-elle pas pathétique pour certains?
                 Y a le château, les voitures de course et tout ça...
                     Qui coûtent un max. Il faudrait une aide d'urgence.

__ Qui voit clairement où nous entraîne le Brexit?
                      Dans une Europe en panne, vers une reconstruction ou un délitement?
 

__________________________________________________________________
Partager cet article
Repost0

Il n'y aura pas d'Etat palestinien

Publié le par Jean-Etienne ZEN

(C'était il y a trois ans...)

Neuf mois pour (ce qu'ils appellent) la paix?
                                Le temps d'une gestation normale...
Mais on peut prévoir sans trop se tromper que le bébé sera mort-né.
Après tant de négociations avortées et de vaines et formelles tergiversations, la colonisation de la Cisjordanie ne cessant jamais et même parfois s'accélérant pendant les discussions. Demain, toujours demain... 
On aimerait y croire, mais Obama a échoué jusqu'ici, comme ses prédécesseurs, tant est grande notamment la pression de l'Aipac sur les élus US et la Maison Blanche. Il fait mine d'y croire encore mais est  sans réelle volonté politique, alors qu'il détient les clés du problème.
 Mme Livni est déjà sceptique avant de commencer...comme beaucoup à Jérusalem ou à Ramallah.
             Netanyahou l’a déclaré, « reprendre les négociations de paix avec les Palestiniens est dans l’intérêt stratégique d’Israël ». Ce sont donc les négociations (sans fin) avec les Palestiniens qui sont dans l’intérêt stratégique d’Israël, pas la paix. Gagner du temps surtout, jusqu'à l'irréversible.
Nouveau leurre, nouvelle mascarade. 
Il est plus que probable que, une fois encore, la Palestine attendra.
Il n'y aura pas d'Etat palestinien  avant longtemps, si les choses restent ce qu'elles sont, selon Ziyad Clot,ancien négociateur à Annapolis 
Personne n'a l'air d'y croire vraiment, souligne-t-il. 
 L'impasse est totale. La colonisation se poursuit. 
Le voeu de S.Hessel restera lettre morte.
_____Le temps joue contre les Palestiniens mais l'intransigeance de la droite israëlienne, plus ultra que jamais, radicalisant un peu plus l'aile dure du Hamas, joue contre l'avenir du pays.
 Olmert, dans un moment de lucidité disait:"Si nous ne faisons rien,nous perdrons l'occasion de voir coexister deux Etats. Nous serons alors devenus un Etat d'apertheid et les organisations juives américaines seront les premières à contester notre existence" ( declaration à Yedioth Ahronoth)
 Une spirale suicidaire est en marche, le fondamentalisme religieuxs'imposant de plus en plus.
 Pour sortir de cet enfermement mortifère, beaucoup d'Israëliens pensent qu'il est temps, dans leur propre intérêt, de passer à une autre stratégie.
Mais le courage politique fait défaut. 
Le réalisme politique à courte vue le dispute au cynisme et à la résignation.____________
-Vers l'apartheid
-Les leurres d'Oslo
-Accords biaisés  
__________________________________________________________________

Partager cet article
Repost0

Panama Papers: et après?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
C'était il y a un an
                        ...Une éternité.
        Ce n'était pas un  poisson d'avril. L'affaire a fait grand bruit.  Ce fut comme une bombe, mais si ça ne surprit vraiment que ceux qui minimisaient l'importance de l'évasion fiscale et des pratiques bancaires de l'ombre.
      Des pratiques par delà les règles, au-dessus des lois.
  
  Ce fut une séries de révélations importantes mais partielles, qui devait avoir une suite.
    On l'attend encore, surtout du côté des USA, toujours si prompts à condamner pour détourner le regard de leurs chers paradis.
        "Barack Obama a beau avoir récemment fait passer une loi qui impose aux deux états les plus secrets de la planète, le Delaware et le Nevada, de ne plus enregistrer les entreprises sans connaitre l'identité de leurs propriétaires effectifs. Ce qui est un pas en avant indéniables, les Etats Unis refusent toujours de rejoindre la cohorte de 100 pays qui se sont engagés à échanger automatiquement leur renseignement fiscaux à partir de 2018. S'ils ont l'information, ils la garderont pour eux.
      Début décembre, le GAFI, le groupement contre le financement du terrorisme, relève dans un rapport sur les Etats-Unis rendu en décembre que c'est un manquement grave à la lutte contre le blanchiment d'argent, pour autant, les Etats Unis ne figureront en 2017 sur aucune liste post Panama Papers, on peut dores et déjà prendre les paris."
             ____ Il y a encore beaucoup de pain sur la planche », a expliqué à l’AFP Manon Aubry, porte-parole de d’Oxfam, pour qui les « Panama Papers » ne sont que « la partie visible de l’iceberg » car ce sont les documents d’un seul cabinet d’avocats. Elle en veut pour preuve l’étude publiée lundi par son ONG, qui dénonçait les bénéfices réalisés par les vingt plus grandes banques européennes dans des pays comme le Luxembourg ou l’Irlande.
          En effet, si les « Panama Papers » ont attiré l’attention sur le Panama, les suites du scandale ont mis en lumière les Iles Vierges Britanniques, où nombre de structures offshore gérées par Mossack Fonseca étaient situées, et d’autres paradis fiscaux particulièrement secrets....
     Les Etats américains du Nevada, du Wyoming et du Dakota du Sud en font partie. Les ONG anticorruption rappellent que les Etats-Unis n’ont toujours pas signé la convention multilatérale contre la fraude fiscale élaborée par l’OCDE, qui impose de transmettre des informations fiscales à tout pays signataire en faisant la demande.
       En parallèle, les Etats-Unis sous la présidence Trump et la Grande-Bretagne, qui vogue vers le Brexit, examinent des mesures fiscales qui pourraient renforcer leurs pratiques et celles de leurs territoires, dont les Iles Vierges des Etats-Unis, les Iles Vierges Britanniques et les Iles Cayman."
                Les banques ne sont pratiquement jamais inquiétées.
    Cette situation, qui met en péril l'économie réelle et pas seulement les finances publiques, lèse aussi les contribuables et plus généralement les citoyens.
   Une question de justice et de souveraineté.
____________________________________
Partager cet article
Repost0

Point d'histoire: Varsovie, 1er Aout

Publié le par Jean-Etienne ZEN

  En revenant de Varsovie...
Notre séjour ne fut pas assez long pour avoir l'occasion d'assister à un événement qui fait partie intégrante de la mémoire polonaise:
                               Quand la capitale s'arrête...
            Tous les ans au 1er Août, les sirènes retentissent dans la ville de Varsovie, immobilisant la ville pour une minute de silence commémorative. 
Quand on visite la capitale de la Pologne, aujourd'hui en plein développement, on peine à imaginer qu'elle fut réduite à un champ de ruines en 1944. La vieille ville notamment, reconstruite à l'identique, donne l'impression d'une cité restée intacte depuis la Renaissance.
 
         On l'oublie souvent, mais le 1er Août 1944 à 17 heures débutait le plus important soulèvement contre l’Allemagne nazie qui ait eu lieu en Europe occupée : l’Insurrection de Varsovie. Les combats entre la résistance polonaise (Armia Krajowa), livrée à elle-même, et l’occupant allemand durèrent 63 jours, et se soldèrent par la capitulation des insurgés.
  Les pertes furent importantes. Le conflit fini, l’AK déplorait la mort de 18.000 soldats. En outre, entre 160.000 et 180.000 civils périrent durant les affrontements. Point de vue allemand, 17.000 soldats disparaissaient. La ville de Varsovie était aussi à compter parmi les nombreuses victimes de guerre : entre 1939 et 1944, environ 85% de la cité avait été rasée…
        Depuis, chaque année, les habitants de Varsovie rendent hommage aux victimes de l’insurrection en observant une minute de silence à la date du 1er AoûtLe Musée de l’Insurrection de Varsovie a eu l’idée de filmer la parenthèse muette et immobile de l’année dernière, et, à partir des rushes recueillis, de monter une petite vidéo qui a été mise en ligne aujourd’hui.
  Les images, à la fois poétiques et impressionnantes, permettent de constater que le devoir de mémoire n’est pas une affaire prise à la légère par les varsoviens, et ce même si 69 années se sont écoulées depuis le sanglant événement…
     Un long passé de résistance. 

Face à l'ennemi aux abois, qui reconstitua rapidement des forces importantes, bien que fuyant les armées russes arrêtées au bord de la Vistule par une décision machiavélique de Staline(*)l'insurrection fut soigneusement préparée, mais n'eut pas les soutiens attendus.
      63 jours de combats acharnés, d'une rare intensité. Des  pages tragiques furent écrites dans cette capitale, déjà martyre en 1939 
Chopin_Varsovie_(Photo personnelle)
."...Conformément à la consigne donnée dès les premiers jours d'août par Himmler, de faire de Varsovie "un exemple terrifiant" pour l'Europe, la contre-offensive allemande se déroule suivant un programme méthodique combinant plusieurs registres d'horreurs déjà expérimentées par le III° Reich : bombardements intensifs, nettoyage des quartiers au lance-flammes, massacre de civils à grande échelle, viol, torture, assassinat des blessés et des personnels soignants, civils utilisés comme boucliers humains et obligés de marcher en colonnes devant les chars. L'écrasement de l'Insurrection donne à Hitler l'occasion de parfaire un programme d'anéantissement arrêté bien avant la guerre. La Pologne doit être niée comme nation et comme civilisation, au point qu'après la capitulation et l'évacuation de Varsovie début octobre, les divisions allemandes s'acharnent sur la capitale morte et détruisent tout ce qui a survécu au siège de septembre 1939, à presque cinq années d'occupation et à l'enfer de l'Insurrection. Comme dans le cas de la Shoah, dont le Reich poursuit obstinément la réalisation jusqu'à la veille de sa chute, le règlement de comptes avec la Pologne procède d'une nécessité idéologique, renvoyant elle-même à la structure profonde du nazisme. Le grand voisin oriental de l'Allemagne ne saurait avoir d'existence autonome sur la scène de l'histoire, il doit même comme espace perdre toute spécificité : Varsovie doit être réduite à un simple point géographique, recommande personnellement le Führer. La destruction matérielle de la ville doit s'accompagner de sa liquidation comme pôle d'identité morale et culturelle, dans le droit-fil d'une politique d'occupation ciblée sur les élites. L'Insurrection, largement menée par la jeunesse bourgeoise varsovienne, confirme aux hitlériens que les générations montantes et les élites sont leurs adversaires les plus pugnaces, qu'ils ont tenté d'abêtir pendant cinq ans en fermant les lycées et les universités. Symétriquement, il leur faut éliminer le patrimoine polonais, témoignage du génie des anciennes générations..." 
 ____________Un film célèbre et des documents  donnent une idée de cette résistance, que les Nazis, dans leur rage destructrice, voulaient anéantir par tous les moyens.
_______
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>