Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maxivoyages et mégaventures

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
 Toujours plus loin, toujours plus près...

L'homme ne cesse d'affiner ses outils d'exploration.

     Le plus grand télescope du monde , immense capteur à photons, est en cours de réalisation. Une étape de plus dans le gigantisme.
    Combiné au plus grand réseau d'antennes radio ALMA, à 3.060 mètres d'altitude, dans le désert hypersec de l'Atacama,  le site propose des nuits d'un noir profond, éloigné de toute pollution lumineuse, la plupart du temps sans nuages et un air très peu turbulent. 
      Avec Hubble, aux déjà riches moissons, notre petit horizon s'élargira encore. __(1
                            Galilée aurait aimé Gaïa, "capable de distinguer un cheveu à 700 km de distance, grâce notamment à son plan focal gigantesque d'un milliard de pixels..." 

Un microscope géant permet d'aller à un niveau encore inédit , capable de travailler à l’échelle atomique. Une incroyable loupe qui permet non seulement d’observer des colonnes d’atomes, mais aussi de mesurer les champs magnétiques et électriques ainsi que les déformations quand on les manipule.
100 millions de fois plus petit que l’épaisseur d’un cheveu… C’est à cette échelle que travaillent les chercheurs dans le nouveau bâtiment «picoLab.

Cela permet de fantastiques voyages aller et retour: d'un infini à l'autre 

      Notre vue deviendra un peu moins courte, notre intelligence moins bornée... 
_________________________ 
Partager cet article
Repost0

Deutsche Bank: Achtung!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
Nouvelle menace bancaire
                                           Hier soir, Arte a eu la bonne idée de diffuser un document allemand qui pose un certain nombre de questions sur la santé plus que douteuse de la méga-banque à la stature internationale. Un document parfois un peu brouillon, entrecoupé de propos se voulant rassurants de certains responsables de la respectable maison, dont l'origine a correspondu à l'expansion industrielle allemande du la fin du XIX° siècle.
    Mêlée à toutes sortes d'affaires plus ou moins opaques et douteuses, bien avant la crise de 2008, cette banque est encore sur le fil du rasoir, traînant avec elle nombre de produits toxiques et de produits dérivés des plus scabreux.
    Malgré quelques redressements,  récemment claironnés, les propos de Eric Albert, spécialiste bancaire, sont loin d'être optimistes.
   Propos qui concernent sa capacité de nuisance, étant donné sa taille, son caractère systémique  et son importance dans le système fragile du monde interbancaire. La théorie des dominos est ouvertement évoquée. Le plus gros problème est que les agences régulatrices n'ont apparemment qu'un vue partielle du système, comme à une certaine époque certains banquiers n'avaient aucune idée des opérations de trading, qui les dépassaient et les menèrent là où on sait.
   On soutient la Deutche Bank comme un enfant malade, craignant le pire. Le contribuable paiera les soins intensifs.
    C'est un nouveau chaos économique qui menace, dont on entrevoit les conséquences possibles.
     Le FMI lui-même est monté au créneau pour tirer la sonnette d'alarme: la Deutsche Bank présente le plus gros risque ... Pour les Echos, la banque allemande est de nature à propager les plus grands dommages dans le système financier.
   Un appel  à une réforme en profondeur, dont on doute qu'il soit vraiment entendu, étant donné la quasi-surdité, les propos plutôt lénifiants de certains responsables, confiants comme pouvaient l'être d'autres à la veille du cataclysme de 2008, dont Roubini et Jorion annoncèrent  les premices. La banque systémique la plus risquée pour le système financier  annonce le Capital, étant donné ses liens avec les plus grandes banques du monde.
    Pendant que Américains et Européens continuent à ferrailler sur le contrôle bancaire, non sans arrière-pensées, que la séparation un temps annoncée des banques d'affaires et de dépôts s'annonce comme l'arlésienne, certaines banques continuent le jeu pervers et dangereux, que laissent faire les décideurs politiques, soumis à leurs oukases, jusqu'au jour où l'explosion des crédits à la consommation ici, la dette étudiante là-bas mettra le feu à un mélange explosif qui "surprendra" tout le monde. L'euphorie ne pourrait être que de courte durée.
    Le grand corps malade n'a pas fini de donner des sueurs froides à Angela et à quelques autres...
_____________________
Partager cet article
Repost0

Portugal: économie de guerre

Publié le par Jean-Etienne ZEN

(C'était il y a quatre ans...)

 
  Fuir le désastre...    
                                     Cela fait plus d'un an qu'on évoquait un cauchemar éveillé  à propos de la situation du Portugal, tellement la situation paraissait hallucinante
S'annonçait une sorte de tremblement de terre à Lisbonne, qui n'a pas fini de produire ses effets. Un mal qui vient de loin...
  Déjà toute une population s'éloigne du  séisme économique. Un vrai fuite des cerveaux.
        Certains n'hésitent pas à évoquer aujourd'hui une économie de guerre
"... Le Portugal est ce pays où l’on peut dire, avec la précision d’une expérience menée en laboratoire, que les milliards d’euros de sacrifices imposés à la population n’ont eu aucun effet sur la dette dont la progression est vertigineuse ni sur le déficit, systématiquement revu à la hausse à chaque évaluation de la troïka.
C’est pourtant muni des résultats de cette expérimentation que Lisbonne vient de présenter le budget le plus austère de l’histoire de la démocratie depuis 1977. L’ajustement budgétaire représente 2,3% du PIB et se fait essentiellement par la ponction directe sur les salaires des fonctionnaires et sur les retraites de la fonction publique.
Dans ces conditions, seul le gouvernement peut feindre de croire qu’en dépit de la nouvelle réduction drastique du revenu disponible des ménages à laquelle conduira inévitablement «son» budget, la consommation privée et l’investissement seront là pour soutenir son hypothèse de croissance de 0,8%. Ceci d’autant plus que la ponction fiscale violente de 2013 sera maintenue et que 2014 verra de nouvelles réductions dans les dépenses de l’éducation, de la santé et des transferts sociaux. Reste les exportations, mais celles-ci sont tributaires de la demande extérieure.
Comme dans toute économie de guerre, celle qui a cours au Portugal ne fait pas que des perdants..."
   Cela se vérifie: un tout petit nombre n'est pas en crise!
Le Portugal en est réduit à vendre ses meubles
       Le précepte biblique est toujours de rassurer les marchés (ou la spéculation), ces sacro-saints marchés, malgré l'échec patent des politiques d' austérité dictées. Trop tard, disait naguère Delors...
Mais d'où vient la toute-puissance des marchés financiers?["La domination de l'Union européenne par les marchés financiers a été construite patiemment par les traités européens, notamment par trois articles. L'article 63 instaure la libre circulation des capitaux, laissant ainsi l'UE sans protection contre la spéculation des capitaux venus du monde entier. L'article 121 § 1 interdit à la Banque centrale européenne de prêter aux Etats-membres et d'acquérir directement des titres de la dette publique de ces Etats. L'article 125 §1 interdit à l'Union de prêter à un Etat-membre ou à un Etat-membre de prêter à un autre Etat-membre. En l'absence de tout budget fédéral européen digne de ce nom, un Etat n'a donc plus d'autre solution que de faire appel aux marchés financiers lorsqu'il lui est nécessaire d'emprunter."]
                  Il y a deux poids deux mesures:
"... Si le Portugal cumulait ces mêmes indicateurs (que l'Irlande), nos taux d'intérêt dépasseraient allègrement les 6 % actuels. Mais l'Irlande peut se permettre de prendre le risque d'aller sur les marchés, car elle bénéficie de taux à 3,5 %. Et si les taux lui sont si favorables, c'est parce que, malgré l'austérité et le déséquilibre de ses comptes publics, Dublin affiche un volume d'exportations supérieur à 100 % de son PIB et jouit de facilités d'accès au marché financier nord-américain – tout cela grâce à l'anglais, que les Irlandais ont en commun avec les Etats-Unis..."
   Une économie cannibale et une politique suicidaire qui ne produira qu'une vaste dévastation
Les  men in black sont d'une surdité sans pareille."...les inspecteurs de la "troïka" ne regardent que leurs tableaux de chiffres, obsédés par les exportations, censées augmenter, le marché du travail, censé s'assouplir, et le niveau des salaires, censé baisser. "Notre salaire minimum est de 485 euros !..moins que la Grèce..."
        Qu'en dit notre président portugais Barbarosso, l'optimiste bruxellois, qui fut un temps aux commandes à Lisbonne?
Il pense à autre chose..
__________________________
Partager cet article
Repost0

Psychiatrie (toujours) en question

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
Psychiatrie en mauvaise santé       [Notes sur un dossier à revoir]
     C'est peu dire que la psychiatrie française va mal depuis le virage pris depuis quelques dizaines d'années, suivant un modèle discutable.
  Sa crise s'aggrave.
      Comme le dit Philipe Petit, qui critique les tendances néo-scientistes de la psychiatrie d'aujourd'hui Il est impératif de juger de la société à la façon dont elle traite ses fous, ses handicapés, ses déviants, ses fatigués de la vie. Et par conséquent aussi à la façon dont on considère les bien-portants, fussent-ils les victimes indirectes de ce lavage de cerveau, et de cette hécatombe morale.
     Les dérives  positivistes et médicamenteuses  s'accentuent: l’industrie pharmaceutique est devenue experte en désinformation : elle dissimulerait les résultats négatifs, sélectionnerait les résultats favorables, et orchestrerait de coûteuses campagnes de publicité pour promouvoir les études qui vont dans le sens de leurs intérêts, c’est-à-dire celles qui attribuent quelques propriétés curatives aux médicaments qu’elle commercialise.
        Télérama consacre un dossier spécial sur le problème:
- Concernant notamment les dérives de l'internement psychiatrique, surtout depuis les mesures Sarkozy.
- Les problèmes concernant l'internement d'office, la question des soins sans consentement: Aujourd'hui, en France, environ 400 000 personnes sont hospitalisées chaque année dans un service public de psychiatrie, dont 92 000 sous contrainte, c'est-à-dire sur demande d'un tiers ou sur ordre d'un représentant de l'Etat. A partir des années 1990, le nombre de patients subissant des soins psychiatriques sans consentement n'a cessé d'augmenter, avec un fort coup d'accélérateur depuis 2011, « ce qui constitue un véritable scandale, dans un pays qui s'enorgueillit d'être la patrie des droits de l'homme », s'indigne le psychiatre Thierry Najman, auteur du livre Lieu d'asile. Manifeste pour une autre psychiatrie (1) . « La France est même le pays d'Europe qui a été le plus condamné par la Commission européenne des droits de l'homme pour des abus psychiatriques », souligne-t-il, tout en déplorant le « grave déclin de la réflexion sur la pratique des soins » dans notre pays. Le Dr Najman incrimine principalement la loi du 5 juillet 2011, « sécuritaire et liberticide », votée sous le quinquennat Sarkozy...
   Par rapport aux orientations de la psychiatrie italienne, par eemple, et notamment les expériences menées  a Trieste, nous avons fait un bond en arrière, par souci d'économie à courte vue et de méconnaissance de plus en plus grande de la complexité du monde des désordres mentaux, la relation humaine et le souci de  réinsertion devenant presque secondaire. Un système devenu opaque.
     Un état toujours inquiétant...qui nécessiterait une urgente refonte, notamment après les recommandations du Sénat.
____________________
Partager cet article
Repost0

Veni vidi VINCI

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
PPP: Dérives d'un système 
                                                        Vinci, se déclarant premier groupe mondial de construction et de concession de services publicsétend son empire à l'international.
Ses marchés explosent. 
            Son gigantisme aux multiples facettes ainsi que certaines de ses méthodes posent problème.
   On l'a vu avec la distribution de la manne autoroutière par Villepin, critiquée par la Cour des Comptes et certains responsables politiques de premier plan.
    Une opération très juteuse, une rente abondante, grâce à la générosité de l'Etat, aux relations poreuses entre la direction de certains grands groupes et certains responsables ministériels.
"...Depuis la privatisation du réseau en 2005, des milliards filent dans les poches de concessionnaires privés. Une manne qui enfle à rythme constant, mais dont ni l’Etat, qui en aurait bien besoin, ni les usagers ne profitent. 
  C’est une exception française. L’une de ces exceptions dont on n’a malheureusement pas envie de se vanter . 
Notre réseau autoroutier, le deuxième en Europe avec ses 9 000 km – derrière l’Allemagne qui en possède près de 13 000 –, rapporte des fortunes. Mais, alors que l’Allemagne n’en retire que 4,5 milliards d’euros hors taxes (chiffres 2010), les autoroutes françaises génèrent 8,11 milliards d’euros par an. Le hic ? Depuis la privatisation du réseau en 2005, ce grassouillet pactole financé en partie par les impôts des citoyens, cette cagnotte qui enfle au rythme de 3 % chaque année, file dans la poche des concessionnaires..
."

      La remise en cause probable du projet nantais risque de coûter très cher aux contribuables. 
Ce qui est surtout en question, c'est le problème des concessionsqui sont la poule aux œufs d’or de ce groupe et d'autres.
 " Pour réduire le poids de la dette, l’Etat a de plus en plus recours aux Partenariats Public Privé, où des entreprises privées réalisent des missions de service public contre espèces sonnantes et trébuchantes.  
On a pu voir récemment toutes les limites de ce système avec l’écotaxe..." 
 « Il n’y a pas un scandale de l’ écotaxe, il y a un scandale Ecomouv », a dénoncé Joël Giraud, député radical de gauche lors de la séance des questions d’actualité. Le sénateur PS François Rebsamen demande une commission d’enquête parlementaire pour mettre au clair les conditions d'attribution de ce partenariat public-privé. Il avoue avoir des « doutes sur la création de cette société censée collecter l’écotaxe ». __ Une usine à gaz, monstre de complexité, enfant de laprivatisation des autoroutes]
     Les PPP, engagés sous Raffarin, suite au modèle anglais, sont en plein essor, avec emballements coûteux et dérives manifestes. 
                     Pour éviter le développement de la rente aux dépens des services publics et de l'argent du contribuable, il est urgent d'instituer de nouvelles formes de contrôle.
________________________________________  
Partager cet article
Repost0

L'ortografe, pourquoé fére?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Ji conpran rien
                        C'est comme  la langue française en général, aux usages parfois étranges.
             On se demande, par exemple: l’ortografe, ça sert à koi ?
                                                  Même si elle a ses raisons...que la raison ne connaît pas toujours.
  Périodiquement, on parle de réforme.
Mais le terrain est miné, comme avec l'accent circonflexe, qui en désarme plus d'un.

    Alors, à Dieu l’Orthographe?
Mais où irait-on dans la compréhension de l'écrit?
  Vers l'arbitraire des SMS? Bonjour les dégâts!
Il faut s'y faire: la langue française (comme toutes les autre) est faite de paradoxes et de bizarreries qui laissent souvent songeur un esprit étranger et qui parfois émerveillent.
              De quoi mettre la puce à l'oreille.
             ________
Pourquoi dit-on qu'il y a un
Embarras de voitures
quand il y en a trop, et
Embarras d'argent
quand il n'y en a pas assez ?
 
 
Pourquoi parle-t-on des quatre coins de la Terre,
alors qu'elle est ronde ?
 
 
Quand un homme se meurt,
on dit qu'il s'éteint.
Quand il est mort,
on l'appelle « feu » ?!
 
Pourquoi appelle-t-on
« coup de grâce »
le coup qui tue ?
 
On remercie un employé
quand on n'est pas content de ses services.
  
Pourquoi dit-on d'un pauvre malheureux, ruiné
et qui n'a même plus un lit dans lequel se coucher, qu'il est dans de beaux draps ?
 
Comment distinguer le locataire du propriétaire
lorsque ces deux personnes vous disent à la fois :
« Je viens de louer un appartement » ?
 
  Pourquoi un bruit transpire-t-il avant d'avoir couru?
  
Pourquoi lave-t-on une injure
et
essuie-t-on un affront ?
  
 
On passe souvent des nuits blanches
quand on a des idées noires.
  
 
Pourquoi, lorsqu'on veut avoir de l'argent devant soi,
faut-il en mettre de côté ?
 
 
Pourquoi,
lorsque vous ne partagez pas l'avis de quelqu'un,
dit-on que "les avis sont partagés " ?!
 
 
Et pour en terminer,
réjouissons-nous que ce soient les meilleurs crus
qui donnent les plus fortes cuites !.........


 

________________________________________
Partager cet article
Repost0

L'orthografe, pourquoué fère? Ji conpran rien                         C'est comme   la langue française...

Publié le par Celmar Etienne

L'orthografe, pourquoué fère?
Ji conpran rien                         C'est comme   la langue française  en général, aux usages parfois étranges.              On se demande:l ’ortografe, ça sert à koi ?                                                   Même si elle a  ses raisons ...que...

Partager cet article
Repost0

La faucille et le goupillon

Publié le par Jean-Etienne ZEN

L'Evangile est-il Kapital?
                                          Et si Jésus était un capitaliste?
          C'est  un membre du "Tea Party", réagissant aux récents propos du pape, Jonathon Moseley, qui a jugé utile de préciser que, selon lui, "Jésus était un capitaliste prêchant la responsabilité personnelle, pas un socialiste"  (il faut savoir qu'aux USA, "socialiste" désigne ce que appelons chez nous communiste)

                  Diable! comme si la responsabilité était une valeur strictement libérale! Il aurait dû dire responsabilité sans solidarité, car pour les néolibéraux, la notion de responsabilité implique celle d'individualisme, comme Ayn Rand, leur idole, le préconisait, elle qui jugeait immoraux les programmes sociaux.
    Toute cette effervescence évangélico-économico-politique chez les ultra-conservateurs américains , vient d'une récente déclaration du locataire du Vatican. 
          Il est vrai que François est décidément un pape incontrôlable imprévisible.
Il n'en fait qu'à sa tête et n'en loupe pas une. Il file un mauvais coton (rouge)...
  Celui que certains appellent familièrement Pancho n'a pas fini de surprendre son entourage et certaines de ses ouailles.
     Voilà qu'il avoue avoir fréquenté des  mécréants gens infréquentables, de nombreux marxistes.
    Des gens très bien, dit-il.
Pour aggraver son cas, il fréquente un cardinal allemand qui s'appelle Marx!(sic!) et pour couronner le tout, il stigmatise la tyrannie du capitalisme sauvage. De plus, il accueille à sa table des sans abris...Mein Gott! Voilà qui ferait frémir la moindre grenouille de bénitier.
   Bon, qu'on se rassure à la Curie! Il n'a pas encore lu das Kapital, même si un jésuite comme lui a commis autrefois un gros livre sur ce sujet, malgré les condamnations venues d'Outre-Atlantique:
  ..Fidèle à son image de défenseur des pauvres, François, dans son exhortation apostolique "Evangelii Gaudium", publiée fin novembre, a dénoncé de manière très appuyée la dictature d'un marché "implacable" qui crée une "culture du déchet", rejetant des populations entières à la marge.
Rush Limbaugh, un animateur radio américain conservateur (méthodiste) très écouté, a qualifié ce texte de "marxisme pur".
Un membre du "Tea Party", Jonathon Moseley, a jugé utile de préciser que, selon lui, "Jésus était un capitaliste prêchant la responsabilité personnelle, pas un socialiste". Et un autre commentateur de la chaîne conservatrice Fox, Stuart Varney, de religion anglicane, a accusé le pape d'être un tenant du "néo-socialisme".
   C'est juste que l'ordre le désordre économique mondial et  les injustices liées au développement d'un libéralisme mondialisé commence à  soucier le locataire du Kremlin Vatican.
Il n'y a pas que les âmes qui l'intéressent...
  La théologie de la libération fut condamnée pas ses prédécesseurs.
Lui, il est pour une église pauvre, vraiment fidèle à son l'esprit de son fondateur
   Mais son fondateur Jésus fut-il communiste?
Il faudrait d'abord s'entendre sur le sens de ce terme, où chacun met des sens divers selon les époques et les courants de pensée. 
   JF Revel, un des meilleurs représentants et commis-voyageur de la pensée néolibérale en France, dans les années 70, écrivit: Ni Marx ni Jésus, mais le Saint Marché! Celui-ci s'accommode très bien d'absence d'idéaux, et surtout de luttes sociales. 
    Enfin, ne dramatisons pas. On va encore dormir tranquille du côté de Wall Street, à l'ombre des marchés financiers et dans les conseils d'administration des multinationales.
Ce n'est pas une parole, ni même une bulle papale qui va déranger le système.
   Le Vatican, malgré ses fonds, combien de hedges funds? 
________

Partager cet article
Repost0

Bon à penser

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
_La Jordanie et les réfugiés syriens
                      La Jordanie est l’un des pays qui accueille le plus de Syriens, accentuant les tensions économiques et sociales d’un pays déjà en prise avec la présence des réfugiés palestiniens et irakiens.

__  Le dégoût est éminemment social.

__ Comment la NSA peut secrètement soutenir des affaires criminelles,
 
__ Quand Paris est à vendre. 

__ Prémonition?... Le bâtiment du Parlement européen à Bruxelles menacé de destruction:

__ Flint : le scandale de l'eau contaminée continue: cinq inculpations pour homicide involontaire.

__ Comment la Chine étend son empire maritime:  c'est bien parti.

__  Enfants : plus d’écrans, plus de pub et… plus de malbouffe.

__ Le sabir des Macron boysgros potentiels de networking...

__ L’obésité, maladie de « pauvres »
       "Il fut un temps, lors des disettes médiévales, où les « clercs bien gros et gras » étaient valorisés, comme le décrit l’historien Georges Vigarello (Ecole des hautes études en sciences sociales, CNRS), dans Les Métamorphoses du gras. Histoire de l’obésité (Seuil, 2010). Le « gras » était alors ­synonyme d’opulence, bien loin de la dictature actuelle de la minceur. "
      L'avenir en XXL?
_________________________
Partager cet article
Repost0

Amazon: surveiller et trimer

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 
Un enfer amazonien?
                                 C'est bientôt Noël.
Livre disponible chez AMAZON
        Chez Amazon, l'activité atteind un niveau de haute intensité.
" Amazon réalise 70 % de son chiffre d'affaires à Noël. Début décembre débute ce que l'entreprise appelle la période de « rush ». C'est assez impressionnant quand on se rend aux abords des entrepôts à ce moment-là, d'ailleurs. Des cars de travailleurs qui habitent à plusieurs dizaines de kilomètres sont spécialement affrétés, il y a un va-et-vient de camions poids lourds incessant."
     Il faut expédier en temps et en heure livres, tablettes, et autres gadgets. Les clients, c'est sacré.
   La firme est en effervescence. On s'agite partout dans les mégacentres, selon des parcours Hi-fi programmés, tracé à la seconde, code-barré jusqu'au poignet, à grands renforts de personnels intérimaires.
Un modèle de gestion à la Big Brother. 
          Mais il y a quelques grains de sables dans la grande machine à distribuer.
   Comme en Allemagne où les gentils collaborateurs ont décidé de faire grève, une nouvelle fois, jugeant les salaires insuffisants mais surtout les conditions de travail inacceptables.
9000 personnes y travaillent dans 9 centres.
Il est pourtant rare que ce pays donne le ton en  matière de luttes sociales. 
     Le siège de Seattle commence à bouger lui aussi.
Le meilleur des mondes serait-il l'enfer amazonien, un monde de robots?
  Si tout paraît clean, organisé, ultrarationnel, les conditions de travail y sont particulièrement déplorables.
Les travailleurs chez Amazon, loin, très loin des progrès du XXIe siècle, ont des conditions de travail qui sont dignes du XIXe siècle. Que ce soit en ce qui concerne les conditions de travail des intérimaires, que ce soit dans les cadences qui sont imposées, dans les contrôles de productivité, dans les fouilles au corps qui sont réalisées chaque fois qu'un travailleur franchit les portiques. Les exemples foisonnent...et tendent tous à montrer qu'Amazon, en ce qui concerne le respect des droits sociaux, est une entreprise qui n'est pas progressiste mais parfaitement réactionnaire..."
    De nombreux témoignages le confirment, décrivant  un système anxiogène et humiliant, verrouillé, une sorte de monstre froid.
    La multinationale fait des mégaprofits, le cerveau Jeff Bezos-aux-dents-longues aux USA et la tirelire européenne au Luxembourg.
     L'aide publique est venue opportunément aider ce pauvre géant., qui ne doit que 198 millions au fisc français. La multinationale dit merci à Mr Montebourg!
Pour ce qui est de l'optimisation fiscale, tout baigne. Des records sont battus, surtout  en Angleterre.
L'Amazonie, un monde étrange, vraiment. _______
Amazon en position dominante 
_______________
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>