Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Europédalons!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

__ L'Europe ne roule pas fort et pédale dans la choucroute.
                                        Mais on peut rouler fort (ou moins fort) en Eurovélo et pédaler sans souci.

 

              
          A l'heure de la sédentarisation accélérée et de la malle bouffe généralisée,
 du tourisme de masse normalisé et passif, de l'euroscepticisme démoralisant, le vélo, comme la marche, est libérateur.
  Physiquement et moralement.
       Peu à peu, mais trop lentement et de manière trop peu concertée, des voies spécifiquement dédiées au vélo se font jour un peu partout, la France accusant un sérieux retard sur beaucoup de pays voisins.
 La vélorution n'est pas pour demain, mais, c'est promis on y va.
L' UEC (l'union européenne du cycle), malgré les aléas de la politique dite commune, semble inéluctable
       L'exemple cylopédique vient de haut.
  Suivez le guide! ou le logo. Le long des forêts ou des fleuves. Par monts et par vaux.
           Le projet avance, lentement mais sûrement.
                     Du Cap Nord à Gibraltar, de Brest à Brest-Litovsk...
                          C'est tout bon pour la santé et l'avenir de la planète. Le nôtre.
__________________________

Partager cet article
Repost0

Il a dégainé

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

L'arme ultime
                        Il a sorti son  49-3.
                                                  Par surprise.
   Un samedi, ça passe mieux, surtout quand on regarde ailleurs. Le virus guette...
  Ce dispositif gaullistico-monarcho-républicain, le plus souvent contesté, a la vertu de couper court aux débats parlementaires et d'escamoter certains points mal éclaircis.
 En Suède, il a fallu dix ans de préparation pour aboutir à un compromis boiteux sur se sujet complexe.
  Tant pis pour les contradictions Vérité en deçà des Pyrénées...
   La blitzkrieg a été menée sans avertissement, à la Guderian.
    Un pari qui peut coûter cher, mais la campagne de France n'est pas pour demain et l'adversaire peut être facile à terrasser.
  Il n'y aura sans doute que des perdants, mais ce n'est pas pour aujourd'hui. 
 Le brouillard est intense, mais l'audace n'attend pas le nombre des années..

     La troupe grogne (un peu). Certains désertent. Mais il y aura encore assez de petits soldats pour en finir avec cette retraite de Russie.

 

             Point de recul possible.  On verra plus tard. Sans casser les niches.
   Mais quelle mouche l'a piqué quand il disait: 
  "... Tant qu'on n'a pas réglé le problème du chômage, dans notre pays, franchement, ce serait assez hypocrite de décaler l'âge légal. Quand, aujourd'hui, on est peu qualifié, quand on vit dans une région qui est en difficulté industrielle, quand on est soi-même en difficulté, qu'on a une carrière fracturée, bon courage déjà pour arriver déjà à 62 ans...Mais on va dire: "Maintenant il faut passer à 64 ans?...Vous ne savez déjà plus comment faire après 55 ans. Les gens vous disent: les emplois ne sont plus bons pour vous. C'est ça la réalité.. ...On doit alors gagner ce combat avant d'aller expliquer aux gens: "Mes bons amis, travaillez plus longtemps." Ce serait hypocrite...." (E.Macron, conf. de presse, 25 avril 2019)
                                                ____________________________

Partager cet article
Repost0

La grande confusion

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Les mots sont importants
                                      Au coeur du conflit qui se poursuit indéfiniment en Palestine, de façon sporadique explosive ou de manière durable larvée, mais toujours violente, la querelle des mots s' ajoute aux maux ambiants. Désespérément.
         Mais aussi en dehors, dans ce débat interminable et sans issue envisageable. De moins en moins envisageable.
       Toute critique de la politique israëlienne, dans les territoires occupés notamment, est vite taxée d'antisémite, ce qui rendrait presque impossible toute contestation de l'extrême droite actuelle israëlienne et de sa ligne politique aveugle et suicidaire à long terme. Contre le bon sens, les résolutions de l'ONU et les nombreuses voix éclairées en Israël même..
      Cette confusion entre sionisme conquérant et antisémitisme est régulièrement critiquée par nombre d'intellectuels occidentaux, même juifs, qui voient là un piège pervers.qui donne raison à la politique israëlienne actuellement la plus conservatrice et la plus rebelle à des négociations de paix, la plus alignée sur des positions ultraorthodoxes exigeant une colonisation sans fin, au nom d'un sionisme le plus radical.
        Macron est tombé dans le piège de la confusion entretenue par le régime, qui sert bien ses intérêts, oubliant la parole de bon sens politique de P.Mendès-France:  "Il n'est pas compréhensible que les Israéliens ne comprennent pas que les Palestiniens souhaitent pour eux la même chose qu'ils ont arrachée, c'est-à-dire un Etat." 
                          L’antisionisme n’est pas un antisémitisme réinventé. Beaucoup de Juifs eux-mêmes, religieux ou non, savent faire la distinction, en Israël ou ailleurs.
 Comme disait de manière raccourcie Esther BenbassaLa thèse de l’antisémitisme a été utilisée comme une arme pour rehausser l’image d’Israël et défendre sa politique 
     L'histoire est souvent oubliée. Un certains nombre de Juifs européens furent opposés au mouvement sioniste naissant, dans toute sa rigueur initiale.
    Depuis l'échec des tentatives de paix de Rabin, ruinées par son assassinat, la droitisation des régimes de Sharon et surtout de Netanyahu s'imposa et s'exprima, souvent en catimini, malgré les oppositions onusiennes et les protestations ambiguës de Washington, continuant à soutenir financièrement Tel-Aviv.
       La colonisation continue...:rendant aujourd'hui presque inconcevable la constitution d'un Etat palestinien, étant donné la densité des implantations israëliennes et le maillage serré des réseaux de communication entre implantations, compromettant toute continuité territoriale.
       L'accusation d'antisémitisme a donc souvent une fonction de couverture, de justification, d'arme contre toutes critiques politiques justifiées. Comme si on était antifrançais en faisant la critique de telle ou telle orientation de la politique française du moment.
       L' antisémitisme  doit évidemment être combattu, au même titre que les autres formes de racisme,
        Mais gare aux glissements de sens, volontaires ou non, qui ne peuvent que nuire aux intérêts véritables et à long terme d'Israël.
____
* A lire notamment: Charles Enderlin: -Au nom du Temple
                                                           _ L’histoire non dite de l’occupation israélienne: Un royaume d’olives et de cendres (Robert Laffont, mai 2017)
______________________

Partager cet article
Repost0

La Bible, le territoire

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

Et l'exclusion.
                     Après la nouvelle version du nouvel accord de "paix" (sic!)Trump Netanyahu, en l'absence des premiers concernés, qui fut aussi une pièce de plus dans les campagnes électorales respectives des deux signataires, aucune voix ne s'élève en Europe pour contrer le coup de force savamment orchestré..

               Avant hier soir, un débat sur LCP est venu utilement rappeler les nouvelles données du problème. notamment la politique de colonisation  accélérée qui ne dit pas son nom, notamment en Cisjordanie, devenue pour les orthodoxes Judée-Samarie, réduite déjà à une peau de léopard, où la vie quotidienne devient de plus en plus problématique pour les résidents palestiniens encore présents aux marges de murs qui continuent de s'ériger.
   Les projets de colonisation se succèdent sans cesse, soutenus et financés largement par l'Etat, avec un objectif très clair, mais jamais avoué: augmenter rapidement la population, l'objectif démographique étant une priorité politique. Faire des enfants, le plus d'enfants possibles, même chez les ultraorthodoxes qui ne partagent pas les objectifs de Tel Aviv, mais qui progressent dans des conditions particulières.
   Ils ont gagné et pèsent de plus en plus sur la politique israëlienne, qui n'a cessé de se droitiser depuis une dizaine d'années, surtout sous Netanyahou et les franges les plus sionistes-conservatrices-offensives de la Knesset. Le dogme de la terre (dite sainte) devient une obsession, dont la légitimation est recherchée avec fièvre dans les textes, les questions religieuses prenant le pas sur les problèmes politiques. Le Talmud devient une référence cadastrale indiscutée.. S'implanter et s'étendre, telle est l'objectif de ces nouveaux venus de Russie, des USA ou de France, souvent messianistes illuminés et intégristes.
     Depuis l'assassinat de Rabin surtout, une longue dérive s'est dessinée.
               "  ...En 2003, le grand historien Tony Judt, d’origine britannique et devenu l’une des figures du monde intellectuel juif new-yorkais, publiait dans la New York Review of Books un texte aux allures prophétiques et qui allait faire scandale. Analysant le sionisme comme un avatar des nationalismes ethniques centre-européens, il estimait que l’État d’Israël était un anachronisme et s’en prenait vivement aux dirigeants israéliens responsables d’un processus de paix assassiné. « La déprimante vérité est qu’Israël aujourd’hui est devenu mauvais pour les Juifs », écrivait-il.  Quinze ans plus tard, c’est au tour de la célèbre sociologue Eva Illouz de publier en septembre 2018 dans le quotidien israélien Haaretz un long article intitulé « L’État d’Israël contre le peuple juif ». Son propos: l’État d’Israël, son régime et les politiques conduites sont contraires aux intérêts des citoyens juifs israéliens et aussi à ceux des Juifs en général.  Fin connaisseur d’Israël, Sylvain Cypel s’est inspiré de ce titre pour publier un essai fortement documenté et qui mériterait un large débat en France. L’État d’Israël contre les Juifs (éditions La Découverte) n’a rien d’un pamphlet. C’est un livre fortement documenté, par les enquêtes de terrain de l’auteur, par les nombreux entretiens conduits mais aussi par une exploration minutieuse des débats extrêmement riches qui traversent le judaïsme américain et certains cercles intellectuels israéliens. En regard, l’impossibilité de mener en France de tels débats sans sombrer dans l’invective et les accusations immédiates d’antisémitisme apparaît désespérante.
Le propos principal du livre de Sylvain Cypel est de raconter la lente dérive de l’État d’Israël vers un régime ethniciste, raciste, belliqueux, faisant un usage systématique et disproportionné de la violence à l’encontre des Palestiniens. C’est la mise en place progressive de ce qui ressemble fort à un régime d’apartheid, c’est aussi un régime illibéral passant des alliances avec des régimes autoritaires tandis que l’extrême droite israélienne n’hésite pas à se rapprocher aux États-Unis avec des groupes évangéliques ou quelques porte-voix des suprémacistes blancs.   
    C’est cette dérive, écrit l’auteur, qui menace aujourd’hui les Israéliens eux-mêmes mais aussi, par ricochet, les Juifs du monde entier. L’alliance Trump-Netanyahou a accéléré encore cette évolution. Et c’est une droite nationaliste et coloniale (au pouvoir durant 39 ans ces 43 dernières années) qui a gagné la bataille culturelle et remodelé la société israélienne. Une illustration spectaculaire de cette dérive est l’adoption, en juillet 2018, d’une loi définissant Israël comme l’État-nation du peuple juif, un texte qui installe la discrimination entre citoyens israéliens juifs et non-juifs...".
     Toujours les mêmes confusions, les mêmes amalgames, les mêmes instrumentalisations. La moindre critique de la politique d'Israël, officielle ou non, est dénoncée de manière systématique comme (forcément) antisémite et paralyse les décideurs étrangers. L'Onu parle dans le vide..quand elle parle
  On peut s'inquiéter de ces dérives, comme le font maints journalistes de Tel-Aviv, dans Haaretz notamment, des historiens juifs comme Marius Schattener, des journalistes franco israëlien comme Charles Enderlin.  Il serait utile de revoir la mini-série anglaise sur les origines de la fondation de l'Etat  d'Israël: Le Serment et de relire le livre de Charles Enderlin: Par les feu et par le sang. Revenir sur le gènèse du pays n'est pas inutile.

 

   Le pays ne peut avoir un avenir que par l'abandon de certains mythes, dont l'alibi de la "Terre" dite promise, entretenus par une minorité dont la radicalité est tolérée ou encouragée.
   Les futures élections ont peu de chances de changer la donne. La situation est devenue inextricable.

 

Partager cet article
Repost0

Dunkerque "hors-sol"

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

(C'était hier...)

Actuellement sur vos écrans
                                            De gros moyens...pour une vérité réduite.
 

    
               Pour donner une certaine idée de la vérité historique de ce tournant décisif de la Seconde Guerre Mondiale, il fallait autre chose qu' un déluge de bombes hors sol.
    Une petite leçon d’histoire, qui reste au niveau événementiel, s'imposait d'abord, même si l'on ne peut attendre d'un film une reconstitution historique. Un blockbuster de plus.
      Epoustouflant, sans doute, mais pas apte à nos faire saisir, même partiellement, le contexte historique compliqué du moment...
___
- Point d'histoire
-Pour aller plus loin...
-Dominique Lormier: Dunkerque.
-Un film trop blanc pour être réaliste
- La guerre élémentaire en trois dimensions
_____________________

Partager cet article
Repost0

Les pieuvres

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

Mafia et finance noire.
                 La puissance de certaines mafias ne cesse de croître.
    Ce n'est pas la crise pour les mafias...
                                                          ...et la finance noire
 Il n'y a pas que la mafia corse ou la mafia calabraise , d'une autre ampleur.
        Profitant de la faiblesse de certains Etats ou y faisant de l'entrisme, on connaît leur poids en Italie et leurs prolongements en Europe et ailleurs.
Beaucoup ont une dimension internationale, une organisation géopolitique.
     Il existe une internationale des mafias, aux ramifications financières, présentes dans de nombreux secteurs. 
                   C'est la face obscure de la mondialisation
________________________________La mafia ne se réduit pas à l'image classique du Parrain. Elle a une histoire déjà ancienne, connaît des aspects divers et des formes d'action variées. Sa dimension internationale et ses liaisons dangereuses avec l'économie et la politique, pas seulement en Italie, sont généralement moins connues, du fait de ses zônes grises
     On a pu parler de capitalisme criminel.
Le trafic de drogues, gangrénant des Etats, n'est pas la seule activité de la pieuvre.
__Il existe une véritable géopolitique du crime organisé. Elle s'organise "en fonction de la conjoncture, on va les voir se livrer au trafic de drogues, d’armes, d’êtres humains, investir dans la contrefaçon ou les paris sportifs, etc. En ce sens, il existe une certaine similitude avec l’esprit d’entreprise, à la différence près qu’il s’agit là d’entreprises criminelles ! Deuxième particularité pour bien comprendre leur logique et leur puissance : toutes ont une dimension territoriale très forte. Territoire étant ici entendu comme réalité physique (rue, quartier, région, pays…), mais aussi espaces immatériels (marchés financiers, cyberespace, etc.), fluides, opaques, transnationaux, qui se prêtent parfaitement aux activités criminelles. Tous ces territoires ne doivent pas être appréhendés comme limite ou enfermement, mais plutôt comme étant une base forte de déploiement à partir de laquelle, depuis la fin de la guerre froide, ces entités arrivent à s’étendre, créer de nouvelles colonies, de nouveaux espaces d’activités à travers la planète entière. Le racket constitue un marqueur très net de ce lien entre organisation criminelle et territoire. Cet impôt illégal signe le pouvoir territorial. Invoquer à son sujet une "protection" est faux à 99 %, ce n’est là qu’un habillage sémantique et idéologique.
Polycriminelles, solidement territorialisées, ces grandes organisations, en particulier les mafias, sont aussi insubmersibles. Leur capacité à survivre et à s’adapter est impressionnante. Elles peuvent ainsi passer d’un monde rural à un monde urbain, d’une économie agraire à une économie industrialisée, d’un régime autoritaire à un régime démocratique, le tout sans aucun problème majeur. Elles résistent parfaitement à la répression, voire l’utilisent pour se renforcer..."
                      __Il arrive même que, favorisées par la crise, elles infiltrent les banques et volent à leur secours,  jouant aux  pompiers mafieux.
                                                                   _La question des mafias s’intègre dans un ensemble plus vaste : celui de la mondialisation et de la libéralisation de la sphère financière. C’est en effet dans un gigantesque partenariat avec les pouvoirs politiques et les multinationales de la finance et des affaires que le crime organisé se joue de la légalité des Etats.
Une fraction de ses gigantesques profits aboutit sur les comptes d’établissements domiciliés dans les paradis fiscaux, créés pour favoriser l’anonymat des opérations d’une clientèle « honnête » avide de discrétion. Là, tandis que dans leurs pays respectifs chefs d’Etat et ministres rivalisent pour imposer à leurs peuples des mesures d’austérité, se mêlent argent sale et capitaux « propres » des multinationales et des « évadés fiscaux ». Avec, de temps à autre, des déclarations tonitruantes pour donner l’impression de lutter contre un phénomène que les gouvernements, s’ils en avaient véritablement l’intention, pourraient mettre hors d’état de nuire.
     En effet, ces havres du secret bancaire ne nichent pas que dans des lieux « exotiques », tels que Singapour, le Liberia ou le Panamá : à côté de ceux situés au Liechtenstein, à Monaco ou en Suisse, l’Union européenne possède les siens, depuis l’Autriche et le Luxembourg jusqu’aux centres offshore de la Couronne britannique, dans les îles Vierges, Caïmans, Jersey et Guernesey. Sans parler des trois Etats américains qui abritent plus de sept cent mille sociétés offshore : le Delaware, le Wyoming et le Nevada..."
_______________________
Peut on lutter contre la mafia ?
*Roberto Saviano : « l’argent de la drogue sauve les banques de la faillite »
Roberto Saviano : « C'est 'argent de la drogue qui sauve les banques »(2)
*Elizabeth Warren, sénatrice américaine du Massachusetts pose des questions simples à propos des banques qui ont blanchi de l’argent de la drogue pour des 100aines de millions de dollars 
Les barons de la banque et de la drogue
______________________________________

Partager cet article
Repost0

Culottés!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Nounous en colère

Elles protestent et en remettent une couche.

Elles se rebellent, contre ceux qui en tiennent vraiment une couche.

Elles disent  non à la "taxe couche-culotte".
   Vers le retour des langes de jadis?
             
Comme les sans-culottes, elles descendront dans la rue s'il le faut.
      Avec les seniors culottés. 
                  Faudra-t-il aussi taxer les toutous?
 


_____________________________________

Partager cet article
Repost0

Juste en passant

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

__ Vers un Corona-krach?

__ Ça dé-rape à Riyad.

__ Libre, heureux et riche...Le paradis!

__ La galère.

__ On aimerait être viré comme ça.

__ SNCF: yoyo tarifaire.

__Quand la terre ségrègue.

__ Moi, je les aime bien.

__ Le filon de Fillon. Fin de la vie de château?

___ Point d'histoire: il y a 100 ans, le 1er octobre 1918, la grande tueuse commençait son oeuvre en France.
        L épidémie de grippe espagnole fait plus de 1 000 morts en une semaine.

                  La grippe espagnole: une "tueuse" oubliée.
                                                ____________________________
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6