Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une si grande famille

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

Des "cousins" partout?
                                   La grande famille humaine s'élargit encore.
    Bien plus que l'on osait l'imaginer il y a cinquante ans encore.
         C'est en creusant, l'oeil averti et l'esprit en éveil, que l'on découvre des mondes insoupçonnés, à partir d'indices ou de reliefs souvent minimes.
     Depuis qu'elle s'est ouverte à la préhistoire, notre petite histoire a ouvert des horizons autrefois inimaginables et nul ne peut prédire où les recherches nous mèneront encore, dans le gigantesque puzzle déjà élaboré, mais encore bien partiel et lacunaire.
    Depuis le tournant Darwin, de palier en palier, notre vision de l'humanité a progressivement été bouleversée.
    Et cela continue. D'autres révolutions nous attendent encore.


        Voici quelques dernières nouvelles des hommes.
   Il faut toujours s'attendre à des surprises, parfois de taille, dans le domaine de la recherche préhistorique, cette discipline si jeune qui n'en n'est qu'à ses débuts et qui élabore des hypothèses toujours nouvelles, sur la base de nouvelles découvertes.
    Tout est toujours moins simple que ce que l'on croyait. Il faut toujours s'attendre à des surprises
  C'est ainsi q'en Indonésie, un chercheur australien a découvert des traces osseuses de celui qu'on allait appeler, pour sa petite taille "hobbit" ou Homo floresiensis, qui est « est très certainement le descendant d’Homo erectus qui ont atteint l’île de Flores il y a plus d’un million d’années. Il y a 700 000 ans, et très probablement bien avant, les effets du nanisme insulaire se sont fait sentir sur ces populations isolées. C’est un cas unique au sein des primates. Homo floresiensis semble avoir ensuite relativement peu évolué du point de vue de la taille comme de celui de ses productions lithiques. »
     Notre cousin de Flores n'a pas fini de nous étonner.
  Depuis le Néanderthal, que de chemin parcouru!
L'Indonésie est devenue un champ d'exploration inattendu.
     Dans la grotte de Callao, aux Philippines, il reste aussi encore beaucoup à chercher et surtout à interpréter sur homo luzonensis.
    Tout se complique: on conjugue de plus en plus l'humanité au pluriel.
           "...En 2003, sur l'île de Florès, en Indonésie, de petits Hommes furent trouvés et appelés « Hommes de Florès », ou « Hobbits ». Onze ans plus tard, d'autres restes humains, ressemblants aux premiers mais plus anciens ont été découverts sur cette même île. Ils seraient en fait les ancêtres des « Hobbits ». De plus, puisque ces nouveaux fossiles évoquent Homo erectus, notre ancêtre, ces petits Hommes sont... nos cousins ! Ils auraient subi le phénomène évolutif du nanisme insulaire.    C'est probablement la fin des controverses autour de « l'Homme de Florès », cet hominidé dont plusieurs individus ont été trouvés en 2003 dans une grotte de l'île de Florès, en Indonésie. Datés de 50.000 ans et ne mesurant qu'un petit mètre, pour 25 kg, avec une petite tête, ce qui leur a valu le surnom de « Hobbit » (d'après les personnages imaginés par l'écrivain anglais J. R. R. Tolkien), ces humains-là intriguaient au plus haut point. Certains y voyaient des Homo sapiens difformes, atteints d'une pathologie qui restait à trouver, évoquant une trisomie.    D'autres en faisaient une espèce à part, Homo floresiensis, que l'évolution aurait conduit vers une petite taille après l'arrivée sur cette île, par un processus de nanisme insulaire, connu chez d'autres espèces animales, quand les ressources se font plus rares. Sa position dans la famille humaine reste méconnue, avec deux hypothèses en lice : une filiation avec Homo erectus (un ancêtre d'Homo sapiens), avec Homo habilis ou encore avec des australopithèques, peut-être déjà de petites tailles.      Deux études, parues dans Nature, viennent éclairer l'histoire d'un jour nouveau. En 2014, des restes ont été trouvés dans une autre grotte de la même île, sur le site de Mata Menge : un morceau de mandibule et six dents. Une récolte modeste mais bouleversante. La mandibule s'apparente à celle de l'Homme de Florès mais avec une taille encore plus petite que celle des fossiles de la grotte de Liang Bua (celle de la découverte de 2003). D'après les auteurs, il s'agit bien d'un individu adulte. Elle s'apparenterait davantage, ajoutent-ils, à H. erectus qu'à H. habilis. De plus, les dents semblent intermédiaires entre celles de H. erectus et celles de l'Homme de Florès de la grotte de Liang Bua. Nous partagerions donc un même ancêtre (H. erectus) avec l'Homme de Florès, qui devient un cousin....par la méthode des isotopes de l'argon(évaluant le rapport 40Ar/39Ar). Le résultat est lui aussi étonnant : 700.000 ans. Exit, donc la parenté directe avec H. sapiens puisque notre espèce n'existait pas encore. L'hypothèse qui est ainsi consolidée est celle d'une filiation avec H. erectus et un phénomène de nanisme insulaire, qui a par exemple, soulignent les auteurs, abouti à des éléphants mesurant 1 m au garrot, sur des îles de Méditerranée, et à des mammouths nains, retrouvés en Crète.
       Parvenu sur ces îles indonésiennes, ce descendant de H. erectus, confronté à des ressources alimentaires plus rares, se serait adapté au fil des générations par une taille plus faible. Les outils les plus anciens retrouvés sur l'île indiquent, selon Gerrit van den Bergh, coauteur des deux études, que H. erectus a dû arriver il y a environ un million d'années. La conclusion en rejoint deux autres.    Celle de Matthew Tocheri, du Muséum d'histoire naturelle de Washington, qui, en 2007, sur la base de comparaisons anatomiques, situait à au moins 800.000 ans la séparation entre notre propre lignée et celle ayant conduit à l'Homme de Florès. Et celle de Karen Baab, en 2013, rapprochant le Hobbit avec H. erectus. En quelques centaines de milliers d'années, l'espèce a pu augmenter sa population en réduisant sa taille, comme les éléphants de Sicile ou de Malte..."____________________
    ______ Un bon site de référence

Partager cet article
Repost0

Sous les mers...

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 ...D'inquiètantes poubelles.

                    La mère qu'on voit danser, le long des golfes clairs♪♫♪...nous cache bien des richesses, mais aussi bien des déchets dont beaucoup ne sont pas neutres et sans effets toxiques à venir. On trouve tout dans le fond des océans, ces masses aquatiques vitales pour la vie sur terre.  Pas seulement des plastiques qui se voient ou ne se voient plus, sous forme de microéléments que peut ingérer la faune marine. Pas seulement les épaves de toutes sortes, anciennes ou récentes, dont les contenus parfois douteux ou suspects doivent nous alerter.  Des milliers de conteneurs sont perdus chaque année. Leurs cargaisons sont une source de pollutions multiples dont les autorités n’ont pas pris la mesure, sans parler des déchets radioactifs.                                                                                                             De sérieux risques sont à venir, quoi qu'en disent certaines langues de bois irresponsables:  ..."De 1946 à 1983, la communauté scientifique a jugé que déposer des déchets radioactifs sur les fonds marins était une « solution sûre », « car la dilution et la durée présumée d’isolement apportées par le milieu marin étaient suffisantes », retrace l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). Cet établissement public à caractère industriel et commercial, chargé de la gestion des déchets radioactifs en France, réalise régulièrement l’inventaire national des matières et déchets radioactifsJusqu’en 1977, les états ont été libres de superviser eux-mêmes leurs opérations d’immersion. Puis le Conseil de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a obligé les pays membres à se soumettre aux directives et à la surveillance de l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN). En 1972, la convention de Londres interdit l’immersion de déchets fortement radioactifs. Un moratoire sur l’immersion des déchets est adopté en 1983, dans l’attente d’un examen global de la question. En 1993, les pays signataires décident d’interdire l’immersion de déchets radioactifs dans la mer, « davantage pour des raisons morales que scientifiques », ajoute Émilie Grandidier, chargée de communication à l’Andra, qui assure que tout débat sur d’éventuelles immersions futures est définitivement clos...." !

 

                Dans la Baltique et la mer du Nord notamment, des quantités d'explosifs, de véritables bombes chimiques risquent de faire disparaître à terme toute vie marine. Il y a pire, on a déversé il n'y a pas si longtemps des déchets radioactifs, qui constituent une menace encore plus grave. Au large du Cotentin, par exemple, la corrosion des fûts radioactifs se poursuit. Sans parler du rejet dans l'océan de l'eau radioactive à Fukushima et dans dangers potentiels de nos stockages nucléaires dans la Manche, notamment dans la fosse des Casquets. La récupération des déchets, nucléaires ou toxiques, dans ces zônes notamment est devenue pratiquement impossible. Mais qui en parle?   __________________

Partager cet article
Repost0

Quand tutoyer tue

Publié le par Jean-Etienne ZEN


Quand tutoyer tue
                               Vous permettez que je vous dise tu?
           Il est des ministres auxquels on ne dit pas tu.
                                                      Surtout bien costardés.
                     Il eût fallu que vous ne me tutoyassiez pas...
           On marche encore souvent sur les oeufs de pratiques culturelles  mal codifiées, d'usages changeants et incertains ,  historiquement lourds d'habitudes et de contraintes
     Le Britiche d'à côté dit you sans y penser.
        Le dernier des Romains tutoyait son empereur.
        Même Dieu est tutoyé par les fervents dans le vent, alors que chez les Le Quesnoy on vouvoyait les enfants.
            Contraintes de la langue et de pratiques évolutives mais héritières d'un passé qui ne passe pas. 
       Pièges hiérarchiques dans les rapports d'entreprise et les autres. Débats byzantins où on ne peut trouver que des compromis provisoires et limités...
________________

Partager cet article
Repost0

Exxon vend la mèche

Publié le par Jean-Etienne ZEN

  Climat: et pourtant, ils savaient!...

             Après avoir exercé pendant un siècle un pouvoir économique et politique hors de l’ordinaire, les géants étatsuniens du pétrole doivent rendre des comptes pour avoir été à l’origine de la plus grande menace existentielle de notre époque.                          Une vague sans précédent de poursuites judiciaires, intentées par des villes et des Etats américains, vise à obliger l’industrie pétrolière et gazière à rendre des comptes pour ce qui est de la dévastation environnementale causée par les combustibles fossiles – et dans le même mouvement à dissimuler ce qu’elle en savait tout au long des années passées.                         Les villes côtières qui s’efforcent de contenir la montée du niveau de la mer, les Etats du Midwest qui voient les ouragans détruire les cultures et les maisons, et les communautés de pêcheurs dont les prises diminuent à cause du réchauffement des eaux, tous ceux-là exigent maintenant que les conglomérats pétroliers paient des dommages et intérêts et prennent des mesures urgentes pour réduire les dégâts supplémentaires causés par l’utilisation des combustibles fossiles.   Mais ce qui est encore plus frappant, c’est que les quelque deux douzaines de poursuites judiciaires sont étayées par des accusations selon lesquelles l’industrie a gravement aggravé la crise environnementale en menant pendant des décennies une campagne de mensonges et de tromperie pour supprimer les mises en garde de ses propres scientifiques concernant l’impact des combustibles fossiles sur le climat et ainsi tromper le public des Etats-Unis.     L’écologiste Bill McKibben a un jour qualifié le comportement de l’industrie des combustibles fossiles de «dissimulation la plus importante de l’histoire des Etats-Unis». Aujourd’hui, pour la première fois depuis des décennies, les poursuites judiciaires ouvrent la voie à l’obligation de rendre des comptes au public, un processus qui, selon les militants du climat, pourrait rivaliser avec le déclin de l’industrie du tabac, qui avait dissimulé les véritables dangers du tabagisme.                                             «Nous sommes à un point d’inflexion», a déclaré Daniel Farber, professeur de droit à l’Université de Californie à Berkeley et directeur du Center for Law, Energy, and the Environment. «Les choses doivent empirer pour les compagnies pétrolières», a-t-il ajouté. «Même si elles ont de bonnes chances de gagner par endroits la bataille judiciaire, la découverte clarifiée de comportements fautifs – elles savaient que leur produit était mauvais et mentaient au public – affaiblit vraiment la capacité de l’industrie à résister à la législation et à des décisions.»                                Depuis des décennies, les principales compagnies pétrolières et gazières du pays ont intégré les éléments de la science du changement climatique et les dangers posés par les combustibles fossiles. Année après année, les cadres supérieurs des firmes l’ont entendu de la bouche de leurs propres scientifiques, dont les avertissements étaient explicites et souvent graves.      En 1979, une étude d’Exxon (voir Assessing ExxonMobil’s climate change communications, par Geoffrey Supran) affirmait que la combustion de combustibles fossiles «entraînera des effets environnementaux dramatiques» au cours des prochaines décennies. «Le problème potentiel est important et urgent», concluait l’étude.       Mais au lieu de tenir compte des résultats de la recherche qu’elles finançaient, les grandes sociétés pétrolières se sont concertées pour enterrer les conclusions et fabriquer un contre-récit afin de saper le consensus scientifique croissant autour de la science du climat. La campagne de l’industrie des combustibles fossiles visant à créer l’incertitude a porté ses fruits pendant des décennies en brouillant la compréhension du public sur les dangers croissants du réchauffement planétaire et en bloquant l’action politique.......   L’urgence de la crise ne fait aucun doute. Un projet de rapport des Nations unies (23 juin), qui a fait l’objet d’une fuite la semaine dernière, prévient que les conséquences de la crise climatique, notamment la montée des eaux, la chaleur intense et l’effondrement des écosystèmes, vont fondamentalement remodeler la vie sur Terre dans les décennies à venir, même si les émissions de combustibles fossiles sont freinées.    

 

               Afin d’enquêter sur l’ampleur des tromperies de l’industrie pétrolière et gazière – et sur les conséquences désastreuses pour les collectivités à travers le pays – le Guardian publiera une série d’articles, pendant un an, sur les efforts sans précédent déployés pour obliger l’industrie des combustibles fossiles à rendre des comptes.       Les procédures judiciaires devraient durer des années. Les villes de Californie ont intenté les premières poursuites en 2017. Elles ont été bloquées par des conflits de compétence, les compagnies pétrolières se battant avec un succès limité pour les faire passer des tribunaux d’Etat aux tribunaux fédéraux où elles pensent que la loi est plus favorable.      Mais les militants du climat voient des opportunités bien avant que les verdicts soient rendus aux Etats-Unis. La procédure judiciaire devrait s’ajouter aux révélations déjà accablantes ayant trait aux secrets bien gardés des géants de l’énergie. Si l’histoire est un guide, ces développements pourraient à leur tour modifier l’opinion publique en faveur des réglementations que les compagnies pétrolières et gazières ont passé des années à combattre...."

         ______Le doute distillé est parfois une arme au service d'intérêts puissants, pour neutraliser ou différer des mesures d'intérêt général.   Le doute, qu'il soit cartésien, méthodique ou plus modeste et circonscrit, est toujours une attitude qu'il importe de valoriser en toutes circonstances. Que soit dans la vie quotidienne, dans la recherche d'informations, ou dans celui de la recherche ou des débats scientifiques.

     Le doute est libérateur quand il est animé par le désir de sortir d'un dogmatisme trompeur,  de rechercher une vérité plus satisfaisante, d'oser penser par soi-même, comme disait Kant. C'est toujours possible, à des degrés divers, toujours libérateur.
    Mais le doute peut être instrumentalisé, utilisé à dessein comme un moyen d'instiller un soupçon, de faire naître une résistance vis à vis de connaissances pourtant bien ou assez bien établies. Parce qu'elles gêneraient, remettraient en question des vérités qui dérangent, qui mettent en péril des intérêts bien établis, un business fructueux, contestés par des esprits suffisamment éclairés et indépendants.
     C'est le cas bien connu des défenseurs du business de l'amiante, ce poison qui n'a pas fini de faire des ravages et dont les dangers ont été signalés dès le début du XX° siècle.
   C'est le cas, tout aussi connu du lobby des cigarettiers, toujours en action, qui dépensent des sommes pharaoniques pour produire des rapports à l'aspect "scientifique" pour justifier la poursuite de leurs affaires très juteuses, au détriment de la santé publique.
   Le plus insidieux, c'est lorsque une industrie, aux productions dûment contestées pour leurs méfaits, soudoient des "experts" complaisants pour susciter des questions là où il n'y a plus lieu d'en poser, pour relancer des recherches biaisées, pour éviter que le dernier mot de soit donné à ceux qui  ont fermement établi la nocivité de produits devenus d'un usage commun. 
    Au niveau politique, local ou plus large, des firmes savent aussi y faire pour influencer les débats sur les questions sur les réglementations ou des interdictions. Parce qu'elles ont de puissants moyens.
  C'est ce que montre bien, et depuis des années, certaines enquêtes, comme celle sur les produits à base de glyphosate,la molécule la plus utilisée au monde.
    Le dossier est déjà lourd. Les études de Marie-Monique Robin sur le sujet sont décisives, mais pas uniques.
    Ce qu'on a appelé la manufacture du doute dans différentes productions contestées, dont le monde rapidement grandissant des perturbateurs endocriniens.
   Parfois des questions légitimes peuvent encore se poser, mais il est des points qui ne peuvent plus être contestés sans être partisans intéressés.
   Mettre la science à l'abri des pressions de certains intérêts privés, dont le but est de distiller le doute, est aujourd'hui plus qu'hier un projet nécessaire, un combat permanent.  ______________
Partager cet article
Repost0

Train de sénateur

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 

Où va la SNCF?
                          C'est la question qui se repose après les ajustements et les réformes annoncées.
   Dans un secteur fondamental, à l'heure où l'on parle de désenclavement de régions isolées, de l'utilisation plus modérée de la voiture, de la suppression de nouvelles voies jugées pour l'instant déficitaires ou non assez rentables.


     Le dossier constitué sur le sujet est déjà épais et les analyses continent, pour éclairer la question qui fait toujours débat.
    Des constats pour décrire par exemple les causes d'une lente dérive d'un service dont on vantait autrefois la fiabilité et la ponctualité
   Des causes qui sont multiples, à la fois historiques, techniques et gestionnaires
   Une récente étude vient en  pointer quelques unes, connues ou moins connues, avec un titre provocateur. (*)
   Repenser le train est d'une urgence absolue. Mais pas n'importe comment..
       Une voie sans issue? Pour l'instant, c'est le stand-by ou le silence calculé. Mais la critique doit être mesurée et éclairée:
     Comme l’a écrit récemment l’éditorialiste Éric Le Boucher dans les Échos, "le train n’est rentable dans aucun pays » et, partout, même dans les pays les plus exemplaires pour ce mode de transport, comme en Suisse, au Danemark ou en Allemagne, il est largement subventionné..." (à des degrés divers)

            ...Un second argument, lié au précédent, qui circule dans les médias veut que la SNCF est très dépensière et peu efficace au regard de ce qu’elle coûte au pays. L’entreprise publique ne serait pas au standard des autres pays européens.
    Ce n’est pourtant pas ce que révèle le rapport publié en 2017 European Railway Performance Index (RPI) du cabinet international Boston Consulting Group, qui fait référence en matière de performance des transporteurs ferroviaires.    Ce rapport indique que la France se trouve dans le premier tiers des pays en matière de performance ferroviaire avec une note de 6/10, au même titre que la Suisse (7,2), le Danemark (6,8), la Finlande (6,6), l’Allemagne (6,1), l’Autriche (6,1) et la Suède (6).._____________

           (*)   "...Depuis les années 1980, et le sommet du lancement du TGV, quel changement! Tous les aspects du service se sont dégradés affirment les auteurs de l’ouvrage. D’abord sur le respect des horaires. «Tenir la minute» est un leitmotiv oublié, celui d’un âge d’or où les cheminots constituaient une sorte d’aristocratie ouvrière. Aujourd’hui, le cœur n’y est plus. Sur les 15.000 trains quotidiens prévus, 480 sont annulés en moyenne. Selon l’Arafer, l’autorité de régulation du secteur, un employé arrive en retard au moins une fois par semaine s’il utilise la SNCF en Île-de-France. Le facteur humain est souvent en cause. Que se passe-t-il chez les gilets rouges? Le livre mentionne bien sûr les syndicats et leur déni de réalité (c’est connu), avec une tendance facile au «débrayage» pour conserver des avantages parfois délirants. Il détaille aussi (c’est un peu moins connu) un management kafkaïen avec des responsabilités diluées et une bureaucratie extravagante.

        Quant au réseau, il est l’un des plus mal notés d’Europe, juste devant ceux de la Bulgarie et de la Roumanie. Passages à niveau, signalisations, rails datant d’avant la Seconde Guerre mondiale... Vétusté partout. Un rapport fait par des ingénieurs suisses pointait dès 2005 «les prémices d’une dégénérescence», mais rien de significatif n’a été fait jusqu’à l’accident tragique de Brétigny en 2013. Depuis, les promesses d’investissement pleuvent mais les problèmes continuent, avec des pannes parfois impressionnantes comme en juillet 2018 à Montparnasse. À croire que personne ne prend la mesure du problème. À commencer par l’emblématique Guillaume Pépy, à la tête de l’entreprise depuis 2008?
         Il est là tout au long du livre. Il règne sans partage sur la SNCF, et la représente sur les plateaux de télévisions. Serait-ce lui, le grand responsable du naufrage de l’entreprise? Non, semblent répondre les auteurs, qui rendent hommage à sa connaissance profonde d’une industrie complexe, et à son désintérêt pour l’enrichissement personnel. Lui et ses équipes ont même lancé l’entreprise dans une conquête internationale coûteuse en ressources, mais réussie. Pour ce qui concerne les trains français, il reste un commis d’État, puissant certes, et capable de tenir tête à ses ministres de tutelle, mais qui se soumet aux grands choix gouvernementaux, car l’homme tient plus que tout à rester en poste.
      D’ailleurs, là où l’énarque brille vraiment selon les deux journalistes, c’est certainement dans l’art de se rendre intouchable. Sa technique? «noyauter» tout cercle d’influence. Le maître de la communication cajole les journalistes avec des séminaires improbables (cours de cuisine, etc.), et distribue des cartes «T» (une carte VIP non disponible à la vente). À la fois homme d’affaires et haut fonctionnaire, ses réseaux lui ressemblent, du Siècle à tous les ministères où il fait avancer ses protégés. Tout cela assure un soutien sans faille dans les moments critiques, comme lors de la remise en jeu de sa place de président, en 2013. Le seul vrai grief que la Cour des comptes lui adresse est finalement sa propension à une «communication étouffante et dispendieuse»: 200 millions d’euros par an, et 700 salariés dédiés. Souvent, la SNCF s’abstient même de créer des appels d’offres sur ses achats de conseil en «com’», mais l’État actionnaire ferme les yeux, soulignent les auteurs.
    Et qu’a-t-il fait, ce propriétaire, sinon fermer les yeux depuis des décennies, sur la lente dérive de la SNCF? Là se trouve peut-être le vrai nœud du problème. Les gouvernements successifs ont tous approuvé sans réserve les décisions de Bruxelles sur la libéralisation du secteur ferroviaire ; ils ne les ont jamais traduites en une stratégie nationale. La réforme ferroviaire de 2018, qui fait reprendre par l’État une partie de la dette de l’entreprise et acte la fin du statut de cheminot, redonne un peu d’oxygène au groupe, et un peu d’espoir aux usagers. Mais sur l’ouverture à la concurrence, le gouvernement continue de faire croire aux Français que rien ne va changer, expliquent Marie-Christine Tabet et Christophe Dubois.
       Or tout va changer, et dans un futur proche. L’ouvrage renvoie à l’exemple du fret, déjà libéralisé: en quelques années, la SNCF a perdu 40% du marché, les effectifs concernés ont été divisés par deux, et l’activité continue à perdre de l’argent. L’ouverture au secteur privé pour le transport de personnes va en outre rendre impossible la mission d’aménagement du territoire qui incombait au ferroviaire. Les petites communes devront payer pour maintenir la ligne qui les dessert, tandis que les liaisons entre grandes smart-cities feront l’objet de guerres commerciales acharnées. La SNCF, avec ses surcoûts et son manque d’agilité, risque bien d’y laisser les plumes qui lui restent. Les auteurs concluent d’ailleurs le livre par un chapitre d’anticipation aussi triste que réaliste sur l’entreprise «publique» en 2037, cent ans après sa création... Il laisse le lecteur pris par une amertume très viscontienne, sur ce qu’a été le rail français et ce qu’il ne sera plus jamais...."
_____________________________
Partager cet article
Repost0

Monde à l'envers

Publié le par Jean-Etienne ZEN

 Ou nouvelle normalité?  (Point de vue)

               On s'interroge devant ce phénomène traumatique, cette catastrophe non annoncée, là où on l'attendait le moins. Témoignage:

J'ai rencontré Laurie Adkin à un colloque au Canada, il ya bien longtemps, et elle-même connaissait la France. Le bol de chaleur qui a touché la cote Ouest de l'Amérique du Nord (Oregon et Etat de Washington aux USA, Colombie Britannique au Canada) a franchi les Rocheuses pour atteindre les grandes plaines centrales dont l'Alberta, où Laurie est maintenant professeure. Elle a rédigé pour ses ami.e.s français.e.s le bouleversant témoignage suivant. _ A.Lipiez)

 

 

"Chaleur extrême au Canada
Laurie Adkin, 2 juillet 2021
Mes amis français m’ont gentiment demandé comment nous sommes affectés, ici à Edmonton, par la chaleur extrême qui est tombée sur l’ouest du Canada. C'était une semaine difficile, avec une température moyenne de 37 C. Je me suis mis les pieds dans un bassin d'eau froide, et j'avais un ventilateur à côté pour pouvoir travailler, mais c'était quand même difficile de se concentrer. Les plantes souffraient, aussi. C'est presque impossible de garder en vie les plantes à telles températures. Quant aux êtres humains, on compte les morts par centaines. Ce soir, le temps a changé rapidement, avec une baisse de température à 26 C. et la promesse de pluie (mais pas encore). Évidemment, nous l'apprécions beaucoup. Mais l'été n'est pas fini. Les feux sauvages et les fumées sont devenus notre "nouvelle normalité."
Vous avez probablement lu le rapportage sur Lytton, le village en Colombie Britannique où la température a atteint 49.6 C. Puis, le village a été rasé par le feu, si férocement que les gens devraient partir en quelques minutes. Il y a eu des morts.
Il y a cinq réserves indiennes autour de Lytton, qui sont aussi évacuées. Ils avaient des petites fermes et ils élevaient des animaux. Je me demande s'ils ont pu sauver les animaux. Donc, encore une fois, le capitalisme colonial détruit les conditions de vie des peuples autochtones du Canada--à cause du réchauffement climatique auquel il a contribué.
Le Canada accueille maintenant ses propres antipodes : il fait, souvent, plus chaud dans le nord que dans le sud du pays ! La hausse de température moyenne à notre latitude (à Edmonton) est déjà 2 fois et demi plus élevée que la hausse de la température moyenne globale. Donc, l'assèchement de la forêt boréale rend les feux plus fréquents et dévastateurs. (Depuis le feu à Lytton, 80 nouveaux feux en Colombie Britannique, une moitié à cause des éclairs provoqués par les cumulus de nuages de feux précédents.) Et dans l'Arctique, la hausse de température est quatre fois plus élevée : donc, fonte de la glace, dégel du pergélisol.... Les bâtiments dans les communautés inuites s'effondrent parce que le sol sous-jacent fond. Dans les Rocheuses, les glaciers sont presque finis. Le climat change plus rapidement que la capacité des animaux sauvages à s'adapter. A cause de la chaleur récente, il n’y aura pas de baies pour les ours, cet été. L’eau dans les rivières qui descendent des montagnes est maintenant trop chaude pour la survie des truites. Et, comme tout le monde se rend compte maintenant, les ours polaires ne peuvent plus chasser les phoques sur la glace – puisque pas de glace.
L'avenir du réchauffement du climat est arrivé.
J'ai tellement d'angoisse pour tout ce que nous sommes en train de perdre. Nous sommes la dernière génération qui a connu la Terre avant la déstabilisation de son climat. Il y a quelques jours, j'ai demandé pardon à mon fils pour l'avenir qu'il hérite. Toutefois, en même temps, je lui ai demandé de se souvenir (un jour) que sa mère a lutté à la limite de ses capacités --avec des millions d'autres, bien sûr--pour empêcher cet avenir. Nous avons échoué. On lutte maintenant pour ce qu’on peut sauver. Je ne peux pas exprimer combien je déteste la classe capitaliste et ses serviteurs qui ont sacrifié les merveilles de notre planète –ses systèmes de survie!-- pour leur profit.
Porter la connaissance de tout ce qui se perd est insupportable, alors je consacre mon énergie à l'activisme. Je ne sais pas autrement, psychiquement, survivre à ça."
____ Précédents. L'Espagne est concernée.
___ Une alternative? ____________________________
Partager cet article
Repost0

Fin du monde (2)

Publié le par Jean-Etienne ZEN

....(*) Même des millionnaires de la Silicon Valley se préparent à la fin du monde. C'est très tendance.
       " L’idée survivaliste est à l’œuvre depuis longtemps dans l’imaginaire américain. Il l’est encore plus dans la Silicon Valley, où le libertarisme à l’œuvre est aussi une célébration de l’auto-suffisance (on est content d’aider les autres quand on peut, mais on compte d’abord sur soi). Et puis il y a les films (“Deep Impact”, “Le Jour d’après”…), les séries (“The Walking Dead”…).
      Tout ça activé par le fait que ces gens de la Silicon Valley passent leur temps à imaginer l’avenir - c’est ça le mantra et la réussite de la Silicon Valley, imaginer le monde de demain - et donc dans cette projection, il y a les utopies, mais aussi les dystopies. D’ailleurs, chacun semble osciller entre les unes et les autres. Alors pourquoi faire le choix de se préparer à l’avenir le plus noir ?
    Et si tout ne tenait pas à l’argent ? D’abord parce que ces gens ont tellement d’argent que, même si la catastrophe est une hypothèse statistiquement faible, ça ne leur coûte rien de s’y préparer (avoir des maisons partout et un hélicoptère toujours prêt par exemple). En un sens, ils font donc un calcul rationnel. Mais il y a quelque chose de plus profond. Ces gens ont tellement d’argent que, eu égard au fonctionnement de la société américaine, ils ont tout, ils sont parés à tout. Il faut donc s’inventer une angoisse supérieure, un but ultime....
_____
       Mais il y a la tentation du pessimisme absolu
                                                     L' anthropologue-économiste P. Jorion est un homme passionnant, complexe et paradoxal.
   Très lucide sur la situation économique actuelle et les dérives financières récentes qui sont loin d'être réglées.
  Il fut un des premiers, avec Roubini et quelques rares autres, à annoncer la crise de 1998 et sa cascade d'ébranlements politico-économiques, qui nous ont amenés là où nous en sommes en nous faisant frôler le pire.
Sans doute parce qu'il n'est pas qu'un économiste pur et issu du sérail formaté et qu'il a aussi l'oeil surplombant et englobant de l'anthropologue.
    Selon lui, l'humanité continue à oeuvrer à sa propre extinction, à la vitesse grand V.  Nous sommes comme des somnambules qui repartons vers de nouveaux désastres, d'une autre gravité.
 Les sociétés et les pouvoirs sont gangrenés par l'argent   depuis que la finance a pris le pouvoir et impose ses paradigmes à toutes les sphères, ligotant les politiques publiques, corrompant aussi les esprits.
  C'est peu dire que l'évolution des faits le conduit au pessimisme, Selon lui, les élites sont frappées de myopie et d'impuissance et ce monde passe en "mode cataclysmique”.
     Et pas seulement pour des raisons économico-financières:
  « Les scientifiques et climatologues, même les plus optimistes, estiment que même si nous maintenons une hausse de 2° d’ici la fin du siècle, ce sera une vraie catastrophe. Or nous semblons plutôt nous orienter vers une hausse de 3° ou 4°. Même en considérant qu’on tienne nos engagements, ce que l’on n’a jamais réussi à faire, les catastrophes semblent inévitables, et les prochaines générations connaitront des ouragans dans l’Atlantique , El Nino pourrait s’arrêter, le niveau des mers augmentera, etc. »
   Selon lui, nous allons collectivement au pire, sauf si...
             Il est urgent de changer nos modes de vie et de consommation. Mais qui nous y incitera vraiment? Les résistances sont faibles et souvent inaudibles, les esprits sont gagnés par le conformisme, l'aquoibonisme, la résignation. Sur le Titanic, on dansait peu de temps avant la catastrophe.
      Notre système s'est enfermé dans une vision à court terme où l’économie s’est faite phagocyter par la spéculation et la recherche sans bornes de profits. « Une finance bien gérée, c’est le système sanguin de l’économie, c’est vital. Une seule de toutes les fonctions de la finance est véritablement létale, c’est la spéculation. Or le pêché originel est d’avoir fait entrer la spéculation dans l’économie en 1885. Pour filer la métaphore, la spéculation est une ponction sanguine. Fatalement, si vous ponctionnez trop, vous risquez de faire face à quelques problèmes ».
   La porte de sortie est étroite, si elle existe.
     Rien de tel qu'une bonne cure de pesssimisme (ou de lucidité) pour se hisser vers les sorties de secours.
   Un nécessaire sursaut philosopho-éthique peut-il être suffisant?
____L'auteur n'est ni oiseau de malheur, ni décliniste, ni astrologue, ni omniscient, ni à l'abri de certaines erreurs d'appréciation qui fausseraient certaines de ses projections.
    Il est aventureux d'extrapoler, même sans vouloir jouer les Cassandre. Il n'en reste pas moins qu'il crée un électrochoc salutaire car certains scénarii décrits pourraient bien se réaliser.
    La question se pose crûment: où va-t-on?
Même si nous savons que notre civilisation est mortelle, aucune preuve ne peut être fournie sur la fin proche d'une humanité incapable de contrôler ses productions et ses orientations à l'échelle planétaire de commencer à se placer dans une perspective de long terme.
       Juste une forte présomption...
 Quand le bateau coule, il n’est plus temps de discuter savamment sur la théorie de la navigation : il faut apprendre à construire un radeau, même très rudimentaire »
_________________________

Partager cet article
Repost0

Fin du monde (1)

Publié le par Jean-Etienne ZEN

C'est foutu. No Future.
                        La fin du monde est à la mode.
                             Mais ce n'est pas la première fois.
    On dira qu'aujourd'hui cette thématique n'est plus liée à des croyances religieuses ou à des thèmes eschatologiques classiques.
   Sauf encore parfois ici et là. Les prédictions furent nombreuses et continuent dans certains milieux sectaires, qui en font leur miel.
    Certaines alertes semblent un plus sérieuses.
      On ne peut plus maintenant sous-estimer les risques majeurs nouveaux auxquels notre époque est confrontée, de plus en plus reconnus ou supposés notamment en ce qui concerne les évolutions climatiques majeures, à moyen terme ou à long terme.  L'irréversibilité semble difficile à envisager, du moins dans certaines parties de la planète. Mais on pouvait le savoir avant le dernier rapport de GIEC.
  Mais le pessimisme absolu, en alimentant la peur et en justifiant l'inaction, est contre-productif, même si la peur, raisonnée, peut être un stimulant pour la réaction.
   Le catastrophisme peut être éclairé. Hans Jonas, avec son principe responsabilité, ouvre des horizons qui nous libèrent de la tentation fataliste.
       Régulièrement, on nous annonce, avec le plus grand sérieux, l'imminence de la fin de notre monde.
   Cela fait la Xème fois depuis le siècle dernier.
    Les survivalistes y croient malgré tout, du moins les plus "orthodoxes", les plus radicaux, les plus convaincus.
    Malgré les démentis. Il ne s'est rien passé en 2012...année supposée fatidique.
  Mais les démentis n'arrêtent pas les croyants, même certains "scientifiques" prétendus.
   Le survivalisme, d'origine surtout américaine, qui a connu un regain pendant la guerre froide, s'est développé dans les pays protestants où l'eschatologie est très présente et où le public apprécie les romans et les films ayant pour thème une grande catastrophe de fin du monde. Bien que les Églises évangéliques intègrent dans leur prédication le temps de la « grande tribulation » et la nécessité de s'y préparer, ceci n'a rien à voir avec la notion de survivalisme. Aucune notion de préparation physique n'est promulguée. L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours donne consigne aux familles de stocker de la nourriture. La prédiction d'un changement radical en décembre 2012, issue d'une interprétation du calendrier maya, a ravivé également les préparatifs des survivalistes religieux. Plus généralement, cette peur d'une grande catastrophe est celle de la peur de la mort."
     Certains mouvements, même non religieux, issus de cette tendance, ont leur "Bible", avec ses dogmes, ses commandements, ses prophéties, ses conseils pratiques, qui donnent lieu à un marché plein d'imagination, parfois jusqu'au délire. (*)
           Etrange fascination que celle de la fin du monde,...régulièrement annoncée depuis que le monde existe. Il faudra attendre encore un peu...Le catastrophisme a de l'avenir...
 Il ne manque jamais d'arguments.

               Mais il y a des degrés dans ce qu'on appelle le survivalisme, des sens différents aussi.

  S'intéresser aux conditions de survie dans des conditions extrêmes, parfois catastrophiques, naturelles ou non, et s'y préparer le cas échéant, peut avoir un sens.
   Même le gouvernement a un site pour se préparer en toutes circonstances. 
Se préparer, faire face à certaines situations hautement prévisibles, est un signe de bon sens vital. même si le pire n'est jamais sûr.
    En France, des mouvements se développent pour préparer les esprits à s'adapter à des situations extrêmes et à faire preuve de résilience dans des conditions de pénuries aux causes diverses.
  Nos sociétés sont plus fragiles qu'on ne le croit et les périls majeurs peuvent être de tous ordres: crise économique majeure et soudaine, catastrophes technologiques, naturelles, etc...
________

Partager cet article
Repost0

Mangez des métaux lourds

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Mais vous êtes prévenus: 

           Ce n'est pas bon pour la sante. Mais vraiment pas. Et nous sommes plus ou moins touchés. Ils sont partout, même dans les organismes. C'est encore confirmé. Surtout le cadmium. Assez s'études et de rapports convergent sur ce point. La neurotoxicité de ces métaux ne fait plus de doute.                                                                                                                                        Cela fait déjà longtemps que l'on parle et que l'on met en garde contre les perturbateurs endocriniens, qui ne sont pas sans effet sut notre organisme, notre système hormonal. Une menace souvent ignorée, tue ou oubliée.  Il y a une chose qui perturbe: c'est le quasi-silence officiel et l'inaction remarquables des divers responsables sur une menace pourtant dénoncée depuis des lustres.

     Si les problèmes climatiques nous préoccupent beaucoup, les menaces hormonales et neurologiques progressent à bas bruit, dans la quasi indifférence d'un grand public laissé dans l'ignorance et des médecins généralistes, souvent pas ou peu préparés à un vrai travail d'information et de prévention, ou simplement à de vrais questionnements.
   Certes des alertes ont déjà été lancées au sujet des effets nocifs des métaux lourds, notamment du plomb, de l'aluminium, du mercure, des solvants et des multiples produits chimiques qui constituent notre environnement souvent quotidien. Marie Robin a fait un formidable travail sur la toxicité des produits phytosanitaires en agriculture et a bien souligné la force des groupes de pression qui s'exercent en faveur de leur développement.
 Les nanoparticules sont aujourd'hui aussi sur la sellette.
___Les perturbateurs endocriniens sont à l'origine d'anomalies, de dysfonctionnements, dont les causes sont parfois certaines ou parfois fortement soupçonnées. 
   Un problème majeur, dont on ne soupçonne guère l'ampleur et la portée, qui mériterait une plus grande mobilisation, avec prudence mais rigueur.
Les enjeux industriels et financiers sont considérables. Le lobbying et la contre-information s'exercent à tous les niveaux.
  Les rapports d'experts sont nombreux. La France est en retard dans la prise de conscience et les applications urgentes, malgré les connaissances acquises en la matière....
_______
(*)  Dans une enquête édifiante, "Intoxication"la journaliste Stéphane Horel raconte comment, en 2009, le Parlement de Strasbourg a chargé la Commission européenne de définir juridiquement ce que sont les perturbateurs. Car aucun pays ne peut interdire, ni même limiter, l’usage de choses qui n’existent pas dans les textes. Rien de plus simple sur le papier… Sauf que, rapporte la journaliste, les industries chimiques et les fabricants de pesticides ont sorti l’artillerie lourde en matière de lobbying pour contrer une définition qui pourrait leur coûter des millions d’euros. Un rapport très critique contre les perturbateurs est remis en 2012 à la Commission ? Il déclenche illico une contre-attaque : des pseudo-scientifiques prennent la plume dans des revues spécialisées pour le dézinguer, lui et "son approche 'anecdotique' qui ne permet pas d’offrir une 'analyse équilibrée'" de la question. Ces scientifiques œuvrent en réalité au service des grandes entreprises et sont rémunérés pour produire de la sound science ("science sensée"). Ce charabia d’apparence sérieuse ne sert qu’à semer le doute chez les politiques, et donc à retarder toute forme de régulation. Parmi les perles de déni relevées par Stéphane Horel, un texte produit par l’industrie chimique avance même que les perturbateurs n’ont pas plus d’effet sur l’homme que la caféine ou les films d’horreur… Le hic, c’est que ces "doutes" sont opportunément relayés par un certain nombre d’instances bruxelloises, plus désireuses de ménager les industriels que la santé de nos concitoyens. Et toutes ces gesticulations finissent par payer : la définition de ce qu’est un perturbateur endocrinien, qui aurait dû voir le jour en 2013, est restée au fond d’un tiroir.
_____
- Toxicité à la maison    _____________________________

Partager cet article
Repost0

Justice, donation, philanthropie

Publié le par Jean-Etienne ZEN

          Bien faire et n'en rien dire, disait ma grand mère.
                La vraie générosité du coeur devrait se faire discrète.
                         L'élan du coeur médiatisé fait naître le soupçon.
    Après la terrible blessure de l'édifice cher à son coeur,  Victor Hugo remercie...
                    ....tous les généreux donateurs prêts à sauver Notre-Dame de Paris et leur propose de faire la même chose avec Les Misérables»
     C'est vrai qu'il vaut mieux donner à cette cause que d'acheter un nouveau yacht, de spéculer en bourse, d'acheter à grand frais des oeuvres d'art ou de pratiquer un sport favori dans les hautes sphères: l'évasion fiscale...
       ..Aux USA, les grandes fortunes ont souvent le coeur sur la main
    Elles savent répondre à l'injonction Donate!
 Fondations diverses, campagnes de charité, alors que le système de santé est en déshérence et les soins parfois inabordables pour les plus modestes. C'est une longue tradition, depuis Carnegie et les autres.
     Mais ce n'est pas toujours désintéressé
        Les grandes fondations philanthropiques aux États-Unis sont en plein essor.  Ce sont des "pépinières d’idées nouvelles" et des fournisseurs de terrain d’essai pour justifier l’intérêt de ces idées avant de les appliquer à des programmes gouvernementaux et internationaux. Elles bénéficient de conditions favorables :
-Déductions fiscales accordées aux entreprises et aux personnes qui versent des contributions aux fondations, exemption de la taxe sur les sociétés pour les fondations et statut fiscal privilégié du personnel des fondations",
-Impôts sur la fortune et droits de succession qui incitent les personnes très fortunées à faire des dons de leur vivant à des organismes.
-Création de lieux de réflexion ou autres organismes chapeautant les fondations afin de débattre des idées nouvelles et des meilleurs moyens de s’en servir. 
         Leurs principales sources de croissance sont les richesses générées par les industries de pointe, la diminution des ressources pour les services publics, le financement privé des campagnes politiques et leur séparation avec les activités de lobbying. C’est dans ce contexte que des fondations se créent en restant discrètes sur leurs liens avec la politique. Cela leur évite souvent d’aborder des sujets à polémiques sans pour autant s’en désintéresser.
     La stratégie des grandes fondations philanthropiques au 21ème siècle a changé ; elle est essentiellement basée sur le retour à l’investissement, à l'entrepreneuriat social et au partenariat public-privé. Un bon exemple de ce type de philanthropie est la Fondation Robin Hood à New York. Aujourd’hui, leur mode de fonctionnement est "top-down", les bénéficiaires servant les donateurs. Les fondations embauchent des organismes existants ou en créent de nouvelles pour mettre en oeuvre leurs projets. En exerçant ce contrôle de haut en bas, les fondations d'aujourd'hui étouffent de plus en plus la créativité et l'autonomie d'autres organisations, ce qui affaiblit la société civile....et se font une publicité d'enfer, au pays des bons sentiments.
 La philanthropie, c'est la voie royale pour se faire une réputation, un nom.
      Et sa progression est spectaculaire. Toute une histoire.
          Nous sommes encore loin du Charity Business pratiqué Outre-Atlantique_____
           « Le milliardaire bienfaiteur », vous connaissez ? Cette simple accroche de biopic hagiographique suffit pour évoquer Bill Gates, longtemps l’homme le plus riche du monde (aujourd’hui dépassé par Jeff Bezos). Avec une fortune personnelle estimée à 90 milliards de dollars, le cofondateur de Microsoft (en 1975) est plus riche que quarante-cinq des quarante-huit pays de l’Afrique subsaharienne… Heureusement, le nabab sait partager : il promet qu’à sa mort 95 % de sa fortune iront à la Fondation Bill et Melinda Gates, lancée avec sa femme pour « améliorer la qualité de vie des gens du monde entier ». Un storytelling presque unanimement repris dans la presse, pourtant mis à mal par plusieurs enquêtes qui démontrent que les actions de la fondation font en réalité tout l’inverse. L’écrivain et journaliste Lionel Astruc, spécialiste de l’écologie, les a rassemblées dans un ouvrage intitulé L’Art de la fausse générosité. La Fondation Bill et Melinda Gates. « Les ultrariches comme Bill Gates considèrent que la philanthropie classique n’est pas efficace car trop axée sur la justice sociale, nous explique-t-il. Ils pratiquent une forme de bienfaisance en appliquant les méthodes du capitalisme, qui ont fait leur réussite financière, à leur action de don : les lois du commerce, du marché, du libéralisme… » (R. Jeanticou)
_______________________
 
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>