Dérives israëliennes

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Dérives israëliennes

Où va Netanyahou?.
___ Rabin, au secours, ils sont devenus fous!
De droitisation en extrême-droitisation, le gouvernement israëlien ne cesse d'inquiéter, même certains de son camp...
____ Le bon M Ayrault a pris son bâton de pèlerin pour prêcher la paix, ou du moins le début du commencement d'une négociation éventuelle pour sortir d'une situation sans issue, volontairement bloquée. A sa suite, le pauvre E.Valls fait semblant de hausser le ton, en proclamant, solennellement mais amicalement: La colonisation doit cesser, ... comme tant d'autres l'on dit avant lui, avec plus ou moins de conviction et avec l'insuccès que l'on sait..
Vox in deserto. Parti pris, résignation ou mauvaise conscience agitée?
____ Sur fond de profondes divisions internes, on observe, dès 2009 la montée des extrêmes...Vers le chaos?
Malgré les démentis constants, la colonisation continue et la droitisation de la société se confirme, effet notamment de la peur instrumentalisée et de négociations sans cesse repoussées. Les extrêmes s'attisent.
___ Les critiques envers le régime de Netanyahou et l'ascendant de plus en plus grand des groupes extrémistes, ne sont plus seulement le fait de cadres de l'armée, de la gauche ou d'une certaine presse encore critique, elles émanent maintenant du coeur du gouvernement:
__ La démission du dernier ministre de la défense l'amène à mettre les pieds dans le plat.
«Notre boussole morale pour les questions fondamentales a été perdue» a regretté Moshe Yaalon qui a décidé également d’une pause dans sa vie politique. Un départ qui laisse le Premier ministre libre de donner son coup de barre à l’extrême droite.
__ Des militaires font entendre leur voix
"Nous gagnons chaque bataille, mais nous perdons la guerre..."
___ Ce constat critique adressé aux gouvernements successifs d'Israël, surtout depuis l'époque Rabin, n'émane pas de quelque antisémite borné ou de quelque anti-israëlien notoire, ou même d'un journaliste de Haaretz, souvent critique à l'égard de la politique du Likoud et de ses alliances avec les sionistes les plus radicaux. Non.Il émane d'un ancien haut représentant duShin Beth, le pendant israëlien du FBI américain, aux méthodes discutées, qui, avec d'autres membres, plus que perplexes, s'en prend à la politique suicidaire menée par les différents gouvernements d'Israël, du Likoud en particulier, qui ont mené la politique du pire en prétendant défendre l'intérêt du pays, au mépris d'une démocratie pourtant revendiquée.
__ Un courageux plaidoyer pour la paix, un peu acide et parfois désespéré. La nostalgie de l'époque Rabin, assassiné pour ses efforts de paix, plane sur ces évocations, faisant allusion aux dégradations de la vie politique qui s'en suivent à l'égard du problème palestinien.
__ Le documentaire, diffusé par Arte, ravageur pour les dirigeants israéliens, ne manque pas de surprendre, étant donné la nature et l'activité passées des témoins. Six anciens chefs de service du service de sécurité parlent et ce qu’ils disent est terrible pour Israël et la politique de ses dirigeants.
____ Benjamin Netanyahu s'arrime à l'extrême-droite au nommant à un poste-clé Avigdor Lieberman, l'un des personnages les plus contestés, notamment pour des propos d'une rare violence. (*)
__ Netanyahu aura réussi, une nouvelle fois à son avantage, à créer un beau désordre:
Quels que soient les résultats de ces négociations, Benyamin Nétanyahou aura réussi à semer un désordre général. Dans le pire des cas, sa coalition ne bougera pas, mais ses membres comprendront la nécessité d’une discipline collective. Dans tous les autres, sa coalition sera élargie et le principal parti de l’opposition, les travaillistes, risque l’implosion.
« Il compte rester dans le système politique jusqu’en 2069 », avait dit Avigdor Lieberman en février. Ces tractations politiques ravissent Benyamin Nétanyahou. C’est le domaine où il excelle, où il déploie sa roublardise et sa maîtrise des faiblesses humaines. Benyamin Nétanyahou doit sa longévité exceptionnelle au poste de premier ministre à ces moments où le temps s’accélère, où la tension monte et les promesses sont aussi vite faites qu’oubliées, sous le regard électrisé de medias israéliens raffolant de ce feuilleton....
Le successeur de Moshe Yaalon à la Knesset sera automatiquement Yehuda Glick, le suivant sur la liste du Likoud aux élections de mars 2015. Cet activiste messianique à la barbe rousse milite depuis des années en faveur de la construction d’un nouveau temple juif sur l’esplanade des Mosquées (mont du Temple pour les juifs), à Jérusalem-Est. Victime d’une tentative d’assassinat en 2014, il trouverait ainsi une tribune inédite pour pousser en faveur de nouveaux droits d’accès à ce lieu saint pour les juifs.___
__
_________(*)- ... Ainsi, un politicien chassé du ministère des affaires étrangères en 2012 sous l’accusation de corruption, qui veut renforcer l’occupation de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est et étendre les colonies, qui tient les citoyens arabes d’Israël pour une « nuisance » et leurs élus à la Knesset pour des « traîtres », qui veut « réoccuper » la bande de Gaza, qui réclame la destruction de l’Autorité palestinienne et l’application de la peine de mort pour les « terroristes », et qui considère le président palestinien Mahmoud Abbas comme un « terroriste-diplomate », va devenir le responsable d’une armée surpuissante, dotée de la bombe atomique. Ainsi le tribun, résident d’une colonie de Cisjordanie qui tient pour un héros le soldat franco-israélien Elor Azaria, qui a tué de sang-froid un Palestinien gisant au sol gravement blessé, qui considère les soldats lanceurs d’alerte de l’association « Rompre le silence » comme des « mercenaires dont l’âme a été vendue à Satan », sera le chef de la puissante machinerie politico-militaire de l’occupation et de la colonisation.
« Il est difficile d’imaginer le premier ministre Benjamin Netanyahou prendre une décision plus imprudente et irresponsable que de choisir Avigdor Lieberman comme ministre de la défense », constatait jeudi le quotidien Haaretz tandis que, dans le même journal, l’éditorialiste Gideon Levy lançait cet avertissement : « Nous devons préparer les abris, car nous risquons d’en avoir besoin bientôt. »... (Mediapart)

__________________________

Commenter cet article