Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La lune est morte ce soir

Publié le par Jean-Etienne ZEN

La lune est morte ce soir

Pleurez Pierrots, poètes et chats noirs,
La Lune est morte, la Lune est morte.
Pleurez Pierrots, poètes et chats noirs,
La Lune est morte ce s
oir...

Un homme marche sur le sol
De ce vieux miroir de vos rêves
Et c'est votre cœur que l'on crève.
La corde qu'on vous passe au col !
Il va falloir aller plus loin,
Par delà des millions d'étoiles
À la recherche de l'étoile
Qui vous fera rê
ver demain...( Les frères Jacques 1968)

______________

___Notre cher satellite, proche et lointain, familier et mystérieux, immuable et changeant: un sujet d'inspiration ambivalent mais inépuisable.

" ... Elle règne sur les nuits des Hommes, inspirant les poètes, nourrissant les rêves de générations d'enfants. Source d'innombrables histoires, croyances et superstitions, elle est le centre d'une culture populaire aussi vieille que le monde.

Point de mire de tous les regards, elle est également l'objet de l'intérêt des scientifiques. Peu à peu, la Lune quitte la sphère de la mythologie pour devenir sujet d'étude et l'astronomie prend le pas sur l'astrologie. Mesurée, observée, elle est enfin l'objectif du rêve le plus fou que l'Homme ait jamais réalisé : marcher sur la Lune."

Il l'a fait : ce fut la fin de l'imaginaire sur la lune.

Source de poésie, elle a longtemps régné au coeur des mythes et des religions traditionnelles.

Elle a inspiré des chanteurs, des musiciens (comme Django)...

_C'était, dans la nuit brune,

Sur le clocher jauni,

La lune

Comme un point sur un i.

Lune, quel esprit sombre

Promène au bout d'un fil,

Dans l'ombre,

Ta face et ton profil ?.. (A de Musset)

_...Et dans le soir, tu m'es en riant apparue

Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté

Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gaté

Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées

Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées... (Mallarmé)

Elle n'est pas près de déserter les rêves éveillés des enfants...que nous sommes restés.
________________
-Merci à Lunamoon et à Neil Armstrong (Quand même!..

Partager cet article

Repost 0

Points du jour

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Points du jour
__ Comprendre la crise laitière

Pourquoi les éleveurs s'en prennent à Lactalis
Perdre 300 euros/jour...
Les lois
du (seul) marché, comme pour le reste..
" ...Les difficultés rencontrées par les producteurs laitiers français sont historiquement inédites et la crise actuelle va conduire à la disparition de nombreuses exploitations sur l’ensemble du territoire national. Sans une prise de conscience politique de grande ampleur, seules les très grandes exploitations laitières branchées sur les cours mondiaux vont perdurer (les fameuses fermes de mille vaches).
En complément des drames humains et des faillites, la disparition des petites exploitations ancrées dans leurs territoires va conduire à une perte de l’indépendance alimentaire de la France qui à l’avenir consommera un lait majoritairement produit en dehors de ses frontières.
L’agriculture parce qu’elle permet l’indépendance alimentaire est un secteur stratégique pour la France qui a réussi à conquérir sa souveraineté alimentaire au prix de très nombreux efforts. L’abandon brutal de la Politique agricole commune et la libéralisation rapide des marchés agricoles sont en passe d’anéantir le travail de plusieurs générations sans aucun bénéfice pour la société française..."

__ Le Tafta inquiète depuis longtemps.
Il semble aujourd'hui moribond.
La France réclame l’arrêt des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique:
La libéralisation tous azimuts n'aura pas lieu.
Mais la Ceta menace

__ Les algorithmes, c'est pas mal,
Mais certains de leurs usages peuvent creuser les inégalités et saper la démocratie.
Mais aussi le domaine de la finance, dans la pratique du Trading haute-fréquence.

__ Le drame d'Alep, fardeau d'Obama, et pourtant héritage de la guerre d'Irak.
Une gestion critiquée.
Tout se complique.
_________________

Partager cet article

Repost 0

Rigueur ou "responsabilité budgétaire"?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Rigueur ou "responsabilité budgétaire"?

(C'était hier...)

__________"Trouver de l'ordre de 33 milliards d'euros pour 2013"?

_________C'est ce que l'on retient surtout du rapport de la Cour des Comptes...
__Facile à trouver. Du moins si on s'en donne les moyens et si on ne veut pas seulement rassurer les marchés ou le spéculation, ou ponctionner une proie facile: les fonctionnaires...

SI on cherchait ICI , SI on arrêtait la grande évasion, SI on instaurait enfin la taxe compromise sur les transactions financières, une sérieuse régulation des banques, comme promis naguère...SI on traitait enfin les causes et non les conséquences? Pourquoi l'économie est-elle dégradée, comme le dit le rapporteur?

___Il y a la Suisse, mais pas seulement...

__La lenteur et la silence de Paris et de Bruxelles sont remarquables

Pourquoi les caisses sont-elles vides?

____Selon l'Express, "Algirdas Šemeta, le commissaire européen à la Fiscalité et à l’Union Douanière, indique que : « (...) 35% des dépôts non bancaires des pays de l’UE sont détenus par des sociétés-écran à l’étranger, dont 20%, soit 1.400 milliards d’euros seraient placés en Suisse et aux Iles Caïman, un territoire britannique ». Algirdas Šemeta n'oublie pas dans sa liste l'île de Jersey qui s'impose de plus en plus en plus : « (...) comme paradis fiscal et centre de placement non bancaire (...) »

Il semble que les britanniques eux même commencent à être excédés par la facilité avec laquelle cerains contribuables pratiquent l'évasion fiscale. En effet, cette évasion représente 5,6 milliards d'euros par an !..

Jersey est dans le collimateur des autorités britanniques, qui ont de plus en plus de mal à justifier une rigueur accrue à la population, alors que des particuliers et des entreprises profitent du statut de paradis fiscal pour échapper au fisc.

Face à cette situation, la Commission européenne devrait : « (...) s'atteler à donner forme aux idées exposées (...) Avant la fin de l'année, elle présentera un plan d’action pour lutter contre la fraude et l’évasion fiscales, contenant des mesures spécifiques qui pourraient être mises en place rapidement. Parallèlement, la Commission présentera également son initiative sur les paradis fiscaux et la planification fiscale agressive (...) »

Autrement dit, vu le temps nécessaire à à la Commission pour présenter son plan d'action et, celui que l'ensemble des pays adhérents à l'union européenne mettra pour se mettre d'accord, il est assez vraisemblable que l'évasion fiscale a encore de longs et beaux jours devant elle.

Pendant ce temps là, les gouvernements continueront d'appliquer à leurs populations toujours plus de coupes budgétaires et de mesures d'économies drastiques ! "
___Cette lutte contre la fraude devrait être prioritaire. Le contrôle fiscal paie. Ce qui n'exclut pas celle contre les gaspis, les gestions dispendieuses et souvent inutiles, la réforme profonde de l'impôt ("Les revenus du capital bénéficient de privilèges exorbitants...ils échappent à 80% à l'impôt progressif en raison de multiples régimes dérogatoires" et le CSG "reste un prélévement dont la base est composée à près de 90% de revenus salariaux"), la régulation bancaire, à l'origine de la crise, et la réorientation de l'épargne...Mais geler des investissements d'avenir est une erreur. Le Rapport de la Cour des Comptes reconnaît que « Une stratégie de réduction rapide des déficits est susceptible d'exercer un effet négatif à court terme sur l'activité économique ».

Dans le même rapport, on peut lire, sans qu’aucun média n’en tire la moindre conséquence, que l’on évalue la fraude fiscale à 50 milliards d’euros par an !

Fraude sur la TVA près de 12 milliards par an ! Fraude sur l’impôt des sociétés : 5 milliards par an ! Travail au noir : 12 milliards par an !

______L'équilibre budgétaire à tout prix, comme seule priorité, sans croissance (d'où viendrait-elle?), risque bien d' être un facteur de récession renforcée et de perte de souveraineté et le fameux Pacte, une supercherie.

_Le fédéralisme à marche forcée est une fausse solution, une fuite en avant sans horizon démocratique et pratiquement sûre d'échouer...
Comme dit l'adage: « Les choses nous échappent, faisons semblant d’en être les instigateurs »
Décidément le système financier est son pire ennemi. ____________________
- Une politique d’austérité avec l’ISF pour cache-sexe__- Une rigueur qui ne porte pas son nom

_________________

Partager cet article

Repost 0

So smart!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

So smart!

A vendre
___ Smartphone ayant beaucoup (trop) servi.
____ J'avais envie de le jeter, comme Bernadette, mais je vais le brader sur le Bon Coin pour quelques euros.

__ Pourtant j'étais content au début: les mails, les SMS des copains, fesse-bouc, mais aussi twitter, wiki, tout ça..
__ Des journées pleines et des nuits écourtées. Pas de temps mort. J'en oubliais de dormir et je mangeais distraitement, l'oeil sur l'écran plus que sur mon assiette.. Je digérais mal, je marchais comme un robot rivé sur son écran dans la rue, pouce en action.
__ Je perdais du poids. Ma mémoire me trahissait. Mon humeur se dégradait.
__ Mon médecin, au vu mon état, m'a appris que j'étais devenu nomophobe,.complètement addict à cet instrument chronophage, enfermé dans cette bulle numérique sans limites.
__ J'avais une armée de followers, mais plus un seul ami. .Le lointain m'était proche, mais les proches, bien lointains.
___ J'étais perturbé
_ Et puis, l'impression d'être un jouet de ces messieurs de la Silicon Valley, par mon attachement inconsidéré à cette prothèse du moi...
__ Piégé! Il était devenu temps de vivre...
____________

Partager cet article

Repost 0

Amazon, par l'aide publique alléché...

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Amazon, par l'aide publique alléché...

___________Succès pour Montebourg, mais menaces pour le livre...

________________________________________________"Défendre la librairie indépendante est plus qu’un choix de société, c’est un choix de civilisation. Il s’agit de choisir entre l’âme et le commerce, entre l’intelligence et la vacuité, entre la pensée et les marchands du Temple." (Vincent Monadé)
_____________________

___ Amazon vend de tout, même des livres.
Beaucoup de livres. Toujours plus de livres.

La firme américaine grignote rapidement des parts de marchés de plus en plus importantes au quatre coins du monde.

Commode Amazon! A domicile, vous pouvez commander ce que vous voulez, le dernier ouvrage paru, et télécharger à la vitesse de la lumière sur votre Kindle l'ouvrage ou le journal qui vous intéresse. C'est pratique et avantageux (pour l'instant), mais c'est à double tranchant.

Un vrai service dans la durée ou un piège?

__A vrai dire, la firme de Seattle n'est pas une oeuvre caritative, ni un service public, ni particulièrement soucieuse de culture, ni vraiment exemplaire.

Pourquoi son siège européen est-il fixé au Luxembourg? Bonne question...

_Même si sa marge est pour l'instant réduite au regard de ses investissements, on peut voir la firme comme un prédateur rampant, qui commence à déstabiliser l'industrie du livre et qui risque de se trouver en situation de monopole ou de quasi monopole, finissant par dicter sa loi aux éditeurs, peser sur les ventes et orienter le choix des lecteurs. Logique marchande imparable...
Mais le livre est-il une marchandise comme une autre?

Amazon avance ses pions, sans se presser, tendu vers un avenir sans doute prometteur.

On parlait de risque de googelisation. Faut-il évoquer le danger d'amazonisation?

______________Arnaud Montebourg est satisfait dans sa nouvelle fonction et de cette aubaine régionale en termes d'emplois:" L’implantation de cette plate-forme logistique de 40 000 m2 doit permettre la création de 500 à 1000 emplois dans la région, dont 400 contrats à durée déterminée maximum et 600 emplois d'intérimaires."

Mais ce n'est pas gratuit: " Le montant de l'aide publique versée pour chaque emploi créé sera d'environ 20 000 euros. « Aujourd’hui la Saône-et-Loire conforte son industrie et investi aussi dans l’économie de loisirs et la culture. Après la tempête voici le printemps et le renouveau, » a déclaré le ministre du redressement productif.

Vraiment productif à long terme, sans compter les cadeaux?...

_" Le développement croissant des activités d’Amazon en France n’augure rien de bon pour l’emploi et « la culture », chers à Arnaud Montebourg. Car, derrière les emplois crées par Amazon qui, rappelons-le, bénéficiera d’aides publiques en échange de sa bienveillance, il y a la face cachée. Celle d’une entreprise que rien n’arrête dans sa course à l’hégémonie.... son activité principale demeure la vente de livres en ligne. Et à ce jeu là, Amazon écrase tout sur son passage. Aux Etats-Unis, où le premier site est mis en ligne en 1995, les acteurs de l’industrie du livre savent de quoi il retourne. A titre d’exemple, la grande chaîne américaine Borders a fermé plus de 200 grandes surfaces en 2010 avant de faire faillite. En France, c’est la librairie en ligne française Bibliosurf qui a jeté l’éponge, cinq ans après son lancement, fin 2011. En cause : les prix pratiqués par Amazon.

Désormais, ce sont les libraires qui se sentent menacés. Ce sentiment tient à un constat simple : les librairies en ligne se sont emparées de plus de 11 % du marché du livre français en 2010 et s'imposent de plus en plus dans le circuit de l'occasion; or les professionnels considèrent qu'Amazon totalise 80% au moins du chiffre d'affaires de la vente en ligne. En intégrant les frais de livraison dans le prix de vente et en proposant à ses clients systématiquement des livres d'occasion à prix cassés Amazon pratique selon eux une concurrence déloyale. Beaucoup de librairies ont ainsi dû mettre la clé sous la porte ces dernières années, comme le laisse entendre Vincent Monadé, président du MOTif, dans une tribune publiée en 2011, intitulée « Amazon m’a tuer ».

Il y aurait danger à ce que les librairies disparaissent les unes après les autres de nos villes car, en effet, celles-ci sont indispensables à la diffusion du livre et participent à faire découvrir de nouveaux auteurs ainsi qu'une littérature exigeante, soigneusement selectionnée par les libraires eux-mêmes."

___Heureusement, pour l'instant, Amazon se plie au prix fixé par l'éditeur, même pour son Kindle, au prix garanti, évitant une concurrence sauvage. Il n'a d'ailleurs pas le choix. Le vrai livre résiste encore. Mais pour combien de temps, surtout quand on connaît la fragilité du marché du livre, si particulier, et les tentations locales d'aider à tous prix les entreprises qui promettent beaucoup sans toujours respecter leur contrat?

Amazon pourrait bouleverser l'édition et lui dicter sa loi.

Créer 1000 emplois, c'est bien, mais combien d'autres détruits en contre-partie?

_Toujours revient, en logique néo-libérale, le problème de la faiblesse des politiques face aux pouvoirs exorbitants de groupes financiers, aux dépens de l'intérêt général à long terme._____________________
- Amazon dicte sa loi et asphyxie les petits éditeurs__- Comment Amazon menace l'édition française
- Les libraires contre Amazon __- La machine Amazon

_________________

Partager cet article

Repost 0

La mort et le morbide

Publié le par Jean-Etienne ZEN

La mort et le morbide

Etranges dérives
_____On peut parler de la mort sans évoquer les aspects de morbidité qu'ils accompagnent parfois.
La mort est ce qu'elle est: naturelle et universelle.
Incontournable et implacable.
__Ce n'est pas la révolte qui peut nous guérir de sa perspective, mais la résignation et la sérénité. Comme dit Montaigne;: Il n'y a rien de mal en la vie pour celui qui a bien compris que la privation de la vie n’est pas mal.
Elle est même le principe du vivant.
__ Mais, historiquement, il n'est pas rare que la morbidité envahisse l'esprit des hommes, plus ou moins intensément, selon les individus, les cultures, les période historiques, de manière épisodique et légère ou prolongée et profonde.
Du point de vue de la raison, la mort n'est rien, comme le dit Epicure
_Le cimetière est un dortoir paisible: le mot vient du latin coemeterium, devenu cimiterium (Bas-Empire), issu du grec ancien κοιμητήριον, koimêtêrion (« lieu pour dormir, dortoir »).
Même si son acceptation sereine fait problème, du point de vue du désir et de l'imagination.
Celle-ci est conditionnée par les cultures, les époques, les croyances, les circonstances.
_ Les événements dramatiques favorisent parfois le développement du macabre, cette étrange valorisation, cette curieuse complaisance, cette fascination trouble pour tout ce qui touche à la mort et à ses conséquences, qui en vient parfois à se développer dans certaines circonstances particulières, au point de produire des formes de représentations, parfois artistiquement élaborées
__ La psychanalyse peut en partie expliquer pourquoi cette blessure nacissique qu'est la mort peut générer de tels fantasmes individuels..
_Pour ce qui est du collectif, les malheurs accumulés d'une époque peuvent produire des représentations hautement élaborées et partagées de scènes qu'on appellerait glauques aujourd'hui.
On pense aux cultes tournant autour de la mort au Mexique.
La danse macabre est une des manifestations culturelles les plus connues, sous ses formes les plus diverses.
_ Au milieu du XIV° siècle, une épidémie de peste décime environ un tiers de l’Europe : une personne sur trois meurt. La mort fournit matière à sermons : on exhibe des cadavres pour faire la morale. Puis… le contraire:
__ Au XVe siècle, le cimetière est une place publique : on y vend à boire, à baiser et à manger. On va s’y distraire ou s’y édifier. C’est un «espace de sociabilité intense, de processions, de foires, de commerce, de prostitution même», explique l’historien Philippe Kaenel, citant Le Journal d’un bourgeois de Paris au Moyen Âge qui rapporte qu’en 1429 : «le frère Richard prêcha pendant toute une semaine, aux Innocents, chaque jour, de 5 heures du matin jusqu’à 10 ou 11 heures, devant un auditoire de 5 à 6 000 personnes. Il prêchait du haut d’une estrade […] le dos tourné au charnier». Les cimetières sont des lieux privilégiés pour toucher un auditoire large. C’est donc dans les cimetières qu’apparaissent les premières danses macabres.
__ Diverses formes d'expression artistique exploitent ce thème à profusion, derrière lequel s'exprime aussi une critique sociale, l'occasion de fustiger les puissants. ..
La mort et l'amour s'y associent aussi.
__Le théâtre, mais aussi la poésie, plus tard, tourneront parfois autour de ce thème, dont certains romantiques s'emparent..
_ Ces thèmes morbides n'ont pas quitté certaines formes marginales d'expression musicale et cinématographique d'aujourd'hui.
____________________

Partager cet article

Repost 0

Vers une médecine standardisée?

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Vers une médecine standardisée?

_Entre exigence de rationalité et incontournable incertitude
" Tout ce qui peut se compter ne compte pas ; tout ce qui compte ne peut pas se compter " (Einstein)

_____Une nouvelle forme de médecine s'avance masquée, se réclamant de la rationalité, de l'efficacité et de la "Preuve".

___A première vue, rien à redire, au contraire. Depuis Claude Bernard notamment, héritier des Lumières, et la mise en évidence de la notion de déterminisme complexe, la médecine n'a pu faire les progrès que l'on connaît que parce qu'elle a suivi la voie de la méthode scientifique, avec son esprit, ses exigences, ses procédures et ses méthodes.

__Mais la médecine n'est pas qu'une connaissance rigoureuse reposant sur les sciences dures: chimie, physique et biologie, elle est aussi une pratique, c'est à dire qu'elle inclut un rapport clinique, individuel, avec un malade particulier, avec ses symptômes propres relevant d'une histoire spécifique, lié à un psychisme singulier (la médecine est psychosomatique dans beaucoup de ses aspects). Le corps du malade est un corps-propre, intégré à une conscience et une culture, non un objet inerte et aucun malade ne peut être comparé totalement à un autre, malgré les similitudes Par exemple, chacun développe un cancer de manière unique et en guérit ou non de manière souvent imprévisible, comme le savent les médecins qui savent rester modestes.

Ce qui est en question et qui fait problème, c'est une tendance venue du monde anglo-saxon, un néopositivisme discutable, une idéologie normative, qui au nom de la preuve, rigidement invoquée, d'une vision étriquée de LA science, sans réel esprit critique et recul épistémologique, est commandée in fine par des normes surtout financières: la pratique EBM, détournée de son sens premier.

____ L'esprit critique en médecine est fondamentale, comme la formation permanente, qui rend à la fois éclairé et modeste. Des organes médicaux prônent une médecine moins formatée, mieux formée, moins dépendante des labos, moins colonisée par l'industrie pharmaceutique dans la formation, l'information reçue et les prescriptions recommandées.

Les médecins expérimentés le savent: leur discipline est pleine d'incertitudes, de limites, qui existeront toujours, frontières du savoir qui reculent sans cesse dans l'éclairage progressif de l'hypercomplexité organique, toujours partiel, soulevant toujours plus de questions ardues au fur et à mesure que s'éclairent de nouvelles pistes. Et chaque malade est partiellement une énigme, chaque maladie est spécifique. Pourtant une certaine médecine, dites de pointe, entretient des mythes;

___" La pratique EBM ambitionne de se fonder sur les preuves disponibles à un moment donné ( preuve aujourd'hui, erreur demain ), et témoigne de la résurgence inquiétante d'une vieillerie idéologique : le néo-positivisme ou scientisme, qui invente des CODES de bonne ( au sens moral ?) pratique, début d'un formatage international à base américaine, délivré par des GUIDES ou RÉFÉRENTIELS élaborés par des experts : la médecine normative code-barrée, légitimée par LA science. Ces livres de recettes, concoctés par de " bons médecins " à l'usage de ceux qui ont de mauvaises pratiques, ne parlent que d'actes, d'agir ( définition même de la pragmatique ), car ils proposent bien un raccourci de la pensée. Un digest pour informati-que. Médecine, technique, marchandise, ou magie ? L'EBM participe du retour de l'obscurantisme. Dans tous les cas, LA PREUVE est le socle des arguments d'autorité, elle définit un espace de pouvoir, ici, idéologique...

__Le paradoxe de l'EBM, telle que sacralisée chez nous, c'est qu'elle contient indiscutablement de bons outils : les conférences de consensus, la méta-analyse, certains guides de pratiques, l'épidémiologie quand elle consent à être aussi quali-tative, et accepte un contre regard des sciences sociales et humaines. Mais nous ne maîtrisons sa sémantique, quand on constate effaré, le bredouillage approximatif que les français utilisent pour en parler, à coup d'euphémismes, ou de litotes honteuses ( médecine " factuelle "- évidences…) très éloignés des sciences exactes.

Quant à l'absence totale de toute référence à l'éthique, elle devrait nous alerter. Mais le package idéologique dont elle est enrobée, et que certains refusent de voir, constitue un repoussoir, car il dénote une volonté de globalisation de toutes les dimensions de la santé, proche du totalitarisme. L'EBM est le moteur de la mondialisation en santé, si justement dénoncée par J.P.DESCHAMPS dans Santé Publique N°3- sept 2003. C'est aussi la mort programmée de la promotion de la santé et de la démocratie sanitaire. Il est donc important pour les acteurs français de faire l'effort d'aller aux sources de ce nouvel obscurantisme, pour mieux en percevoir les enjeux, et juger par eux-mêmes si nous en avons vraiment besoin. Quand la pseudo modernité s'irrigue au vieux positivisme français, réécrit par les protestants d'Oxford, il y a problème…et risque grave pour la liberté, constitué par cette pensée opératoire si éloignée de la relation avec le patient.
__Les pays qui pratiquent cette doctrine ont tous un état de santé publique plus mauvais que le nôtre : pourquoi faudrait-il les imiter ? Parce qu'ils sont anglo-saxons, efficaces, pragmatiques, rentables, intrinsèquement supérieurs ?
Notre culture clinique a fait ses preuves. Pourquoi en importer une qui ne les fait pas ? Parce que s'exerce une DOMINATION idéologique insurmontable ?
Aurions-nous les médecins que nous méritons ? Hier, les Milliez, Bernard, Debré, Minkowski, Schwartzenberg, ou Koupernik, hommes de l'art et humanistes engagés ; aujourd'hui des MDEBM, rustiques applicateurs de recettes-guidelines. Après les artistes, les scientistes ?
Seraient-ce les " fameuses contraintes économiques " jamais explicitées ?
Est-ce le hasard si les chevaux de Troie français de l'EBM ont tous reçu une formation anglo-saxonne, et que la plupart sont des chercheurs ou des médecins de santé publique sans patients ? Qu'en pensent les généralistes qu'on aimerait formater en GROUPE HOMOGÈN
E DE SOIGNANTS" ?...Les supports conceptuels de cette pseudoscience et vrai scientisme sans conscience, sont issus des think tanks des universités anglo-saxonnes, financés par les géants pharmaceutiques, qui contrôlent la production mondiale de molécules, ET DONC DE PENSÉE universitaire, et participent, par la vente même des médicaments et la formation des chercheurs, à la diffusion de cette idéologie pragmatique libérale."

______________________Face à la standardisation du soin médical, les médecins doit conserver ou retrouver bon sens, ouverture critique et autocritique contre une "médecine de plus en plus procédurale, une pratique du soin de plus en plus encadrée par des protocoles, répondant à une volonté explicite des autorités de tutelle et des organismes assureurs, publics ou privés, de rationaliser les pratiques médicales par le biais de leur standardisation. Il apparaît aujourd’hui assez clairement que les objectifs n’étaient autres que la mise en place de dispositifs de gestion de la santé d’inspiration néolibérale empruntés au secteur industriel et aux théories du New Public Management . Pour gérer la santé au même titre que tout processus industriel, il fallait être en mesure de standardiser les pratiques en instaurant une approche procédurale du soin, et pour ce faire de disposer, vis-à-vis des soignants, d’une base solide et convaincante. Face à un système procédural reposant uniquement sur les données scientifiques validées très loin de couvrir l’ensemble du champ des pratiques soignantes, il fallait minimiser voire organiser la négation de l’incertitude attachée à l’utilisation du savoir scientifique en pratique clinique..."

________________________ La pure gestion comptable de la médecine,voire la mercantilisation des soins, fait fausse route et une certaine forme de normativité imposée est discutable

" À vouloir évincer l’artisan qui existe en chaque soignant pour ne garder de lui que l’agent evidence based, on change radicalement le visage du soin. Ce n’est plus d’un rapport entre deux individus qui cherchent ensemble l’option médicale la plus adaptée à une situation toujours singulière dont il est question, mais du rapport entre un soignant interchangeable transformé, suivant l’expression d’Amartya Sen, en « un idiot rationnel » qui applique des protocoles, et un malade réduit à des paramètres cliniques et paracliniques objectifs, et eux aussi standardisés, en somme à un point sur une courbe de Gauss..."_______________
T2A en question _____________

Partager cet article

Repost 0

Mélanges

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Mélanges

De Lisbonne à l'Italie, en passant par l'Equateur et le Japon
Malgré son apparente stabilité, notre bonne vieille terre n'en fait qu'à sa tête, poursuit toujours ses mouvements, imperceptibles à nos yeux. Elle s'agite, ici ou là, presque quotidiennement.
Les mythologies anciennes n'appelaient pas cela séismes.
Parfois, c'est un malheur après d'autres.:Mais il faut vivre avec.

__ La peur du loup est très particulier à la France
Un révélateur de la vie des hommes et de leurs fantasmes.
Canis lupus a servi de repoussoir.

__ Le formatage à l'anglais à tout-va ne faiblit pas.
L'anglomanie nous ridiculise.

__ France-Afrique: ce n'est pas terminé.
Mais finie la belle époque, les amis d'exception.
________________________

Partager cet article

Repost 0

Guyane: quand Shell rassure

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Guyane: quand Shell rassure

_________________Forages à trés hauts risques

____On connaît les risques importants des forages en eaux profondes, mal maîtrisés .

Le pétrole à tout prix, c'est la fuite en avant vers de possibles nouveaux problèmes majeurs.
A forage extrême, risque extrême et les réglementations sont défaillantes.
L'excrément du diable , on en a encore diablement besoin, tant que ne sera pas entamée une vraie transition énergétique...

_____________________En Guyane, le projet est alléchant, les investissements seront phénoménaux:

Le coût total du projet, qui réunit Shell (45 %), Total (25 %) et Hardman Petroleum (27,5 %), a été évalué entre 4 et 8 milliards d'euros. Le site de Zaedyus pourrait contenir jusqu'à 300 millions de barils de pétrole.

____Mais pourquoi dramatiser?

Patrick Roméo, le président de Shell France, lors de réunions publiques en Guyane portant sur ses projets de forages en haute profondeur, en juin dernier, s'est voulu rassurant, jusqu'au grotesque:

"En cas de marée noire, le pétrole répandu dans la mer ressemble à de la « mousse au chocolat ». D’ailleurs, les particules d’hydrocarbures se révèlent « extrêmement nourrissantes » pour l’océan. Quant aux tortues, étant sourdes, « elles sont merveilleusement équipées » pour supporter le bombardement des fonds marins à coup de sondes acoustiques qui servent à repérer l’or noir en eau profonde...", affirmait-il.

Les actionnaires de Shell sont pressés, les écologistes demandent un moratoire.

_____L'enjeu est d'importance, et les risques ne sont pas niés: « C’est un pari. On a la foi de l’explorateur », ajoute le pétrolier. Pour Total, c’est un forage à « haut risque et haut rendement » : « On accepte la probabilité de tomber sur un puits sec, mais on peut aussi décrocher la timbale. » Les investissements envisagés sont colossaux : entre 5 et 10 milliards d’euros. Le Stena IceMax, le bateau de forage tout droit venu de son chantier sud-coréen, coûte un million de dollars (790 000 euros) par jour. Pour ces multinationales, l’enjeu est énorme alors que la part du domaine minier mondial qu’elles exploitent recule au profit des compagnies nationales, comme la russe Gazprom ou la saoudienne Aramco. Le site guyanais recèle donc potentiellement le plus gros gisement pétrolier français..."

__C'est parti. Le projet est maintenant en route, comme un paquebot lancé à pleine vitesse. Après une valse hésitation, une cacophonie gouvernementale, un désaveu nié, les travaux préliminaires d'exploration vont commencer, malgré les incertitudes et les propos (faussement) rassurants.

" Et pourtant, la perspective d’exploiter ces hydrocarbures ne suscite presque aucun débat en France, alors que le pays vient de connaître une ample mobilisation contre les gaz de schiste. Parce que ces recherches exploratoires se déroulent en Guyane, loin des yeux et du cœur des métropolitains ? Ou parce que personne n’ose penser la sortie du pétrole ? Il a fallu la disgrâce de Nicole Bricq, alors que la ministre de l’écologie tentait d’imposer de nouvelles contraintes environnementales et financières au consortium pétrolier, pour que l’attention soit attirée sur les permis de Guyane. Même son cabinet n’imagine pas laisser ces fossiles dans le sol, annonçant une simple « remise à plat ». « Cela aurait été trop coûteux de suspendre ces permis, il aurait fallu indemniser les dépenses très importantes réalisées depuis 2001 », explique un conseiller ministériel. Même chez les écologistes, peu de voix s’élèvent contre les permis guyanais. Ministre du logement, Cécile Duflot juge impossible l’arrêt de ces forages..."

___Malgré la dangerosité avérée de ses opérations, puisqu’il s’agit d’extraction non conventionnelle, Shell bénéficient d’une latitude stupéfiante dans la conduite de ses opérations. Cette situation rend difficilement compréhensible la décision du gouvernement français de donner le feu vert administratif qui manquait à la multinationale pour démarrer dans les jours qui viennent cette nouvelle phase de travaux.

_On découvre aussi qu’au-delà de la perspective de refonte du code minier, c’est contre le risque de remise en concurrence que s’est sans doute mobilisée l’industrie extractive. « Le vrai sujet, c’est comment s’organise le partage entre les pouvoirs publics et l’exploitant, analyse un conseiller ministériel. On peut avoir toutes les discussions qu’on veut sur la loi de finances, s’il n’existe pas de dispositifs précis pour récupérer la rente pétrolière, il risque de ne pas y avoir de transition énergétique, par manque d'argent pour la financer. »
(" Les royalties que la France sera censée obtenir seront bien inférieures à celles que reçoivent d’autres pays en pointe dans les forages offshore, tels que la Norvège".)

____-La Méditerranée est menacée aussi par des forages pétroliers, malgré les démentis de campagne.

Partager cet article

Repost 0

Point d'histoire

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Point d'histoire


Les aventures de Tony the Warrior
______ Quel gâchis!
Retour sur une aventure qui a (très) mal tourné.
___Tout a fini pas se savoir, grâce au rapport Chilcot.
Il a menti honteusement, en bon caniche de Bush.
__ Lui qui a eu une action déterminante dans le chaos engendré dans le chantier du Moyen-Orient, relayant les mensonges sur l'Irak. Un chantier dans lequelle l'Angleterre avait pris une part majeure dès l'origine.
__ L'intention de Tony Blair était d'ailleurs, durant l'embargo, de ramener le pays à l'âge de pierre.
Pressé de toutes parts, il avait été contraint à passer à table.
___ Mais la critique dévastatrice de Tony Blair, par Steven Erlanger et David E. Sanger a fini par donner le coup de grâce.
_ On peut le résumer en 13 points clés.
C'est la honte pour à lui pour le restant de ses jours.!
__ Il regrette, mais un peu tard, le pôvre...comme le naïf Colin Powell.
_ Une repentance toute empreinte de duplicité sirupeuse:
« Il n’y aura pas une journée de ma vie où je ne revivrai et ne repenserai à ce qui s’est passé, » ... « Les gens me demandent pourquoi je passe tant de temps aujourd’hui au Moyen-Orient. Voilà pourquoi. C’est pour cela que je travaille à la paix au Moyen-Orient. » Quelle conversion!
__ Un mea culpa qui a vite trouvé sa limite : « Je crois que nous avons pris la bonne décision et que le monde est meilleur et plus sûr », Il fallait oser....
_Ce grand gâchis, à l'origine de l'enchaînement des problèmes tragiques d'aujourd'hui, en Irak et autour, n'a pas fini de manifester ses conséquences désastreuses.
___ L'intervention en Irak continue aujourd'hui à influer sur la politique britannique et explique les fortes réticences du Royaume-Uni à s'engager militairement depuis. Si le Brexit « est l'événement politique le plus important pour les Britanniques depuis la Deuxième Guerre mondiale, l'invasion de l'Irak en 2003 n'est pas très loin », soulignait mercredi The Guardian. « Ceux qui vivent sous le régime meurtrier de l'État islamique ou celui de Bachar el-Assad ont le droit de dire que c'est l'invasion intervenue il y a 13 ans qui a ouvert les portes de l'enfer », ajoute le quotidien....
__ "En détruisant le régime de Saddam, les États-Unis ont ouvert une boîte de pandore. Ce n’est pas une surprise car même aux États-Unis, des voix critiques s’étaient élevées contre l’aventure de George W. Bush en affirmant qu’il n’y avait pas vraiment de plan clair sur l’après-Saddam. Dit moins poliment, la conquête de l’Irak avait pour but de redonner aux États-Unis le contrôle de ce pays riche de pétrole et aux confluents du Moyen-Orient et de l’Asie, et non de rétablir la démocratie." (P.Beaudet)
_____ On ne peut mieux dire.
__________________________

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>