Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tremblement de terre à Lisbonne

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Tremblement de terre à Lisbonne

(C'était il y a quatre ans...)

On oublie un peu trop le Portugal

__Certes, le choc n'est pas tellurique et spectaculaire, il est presque invisible pour le touriste pressé (le tourisme et le Porto marchent encore à peu près), mais l'ébranlement qu'il produit, lentement mais sûrement, a des conséquences terribles sur la vie sociale, sur la vie elle-même.
__Un cauchemar éveillé?
___ Le premier ministre, dans son cynisme, conseille aux jeunes de partir...
Pas d'avenir pour eux! C'est un suicide national.
__Et cela se vérifie: beaucoup de jeunes et de moins jeunes se déclarent «prêts à partir n'importe où» pour fuir la crise.
La génération des valises en carton revient.
__Ceux qui ne peuvent pas partir, les plus défavorisés, les personnes âgées surtout, sont les premières victimes de la crise.
__ On va jusqu'à échanger travail contre nourriture
L'inimaginable arrive. On croit rêver.
__Pourquoi ne pas supprimer un tiers de la population, devenue inutile, se demande un journaliste, de manière ironique et cinglante, dans l'esprit de Swift?...
___L'ancien ministre Mario Soarez tient les marchés et l'absence de solidarité européenne pour largement responsables de la situation de son pays. certes spécifique, mais inscrite dans un ensemble.
__Un scénario à la grecque se prépare-t-il à Lisbonne?
____Les dernières mesures risquent seulement d'enfoncer le pays dans un puits sans fond...
_____"Sur le plan économique, c'est un échec : l'austérité a provoqué un recul du PIB de 3,3% au deuxième trimestre 2012 alors que le gouvernement avait prévu une contraction de 3% pour l'ensemble de l'année en cours. Dans le même temps, le chômage atteint les 15%. La récession a également entraîné une chute des recettes fiscales et donc l'impossibilité de ramener le déficit budgétaire à 4,5% PIB comme prévu. Suite au rejet par le Tribunal Constitutionnel de la suppression en 2013 des 13è et 14è mois de salaires des fonctionnaires, le gouverment vient donc de décider de porter à 18% les cotisations salariales, une ponction équivalente à une mois de salaire, et de baisser les cotisations patronales. De son côté, la troïka (FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne) a annoncé la révision de l'objectif de déficit public à 5 % du PIB en 2012 et 4.5% au lieu de 3% en 2013.

__ De nombreuses mobilisations syndicales, citoyennes et politiques sont prévues dans les jours qui viennent pour dénoncer cette politique qui "dans une situation d'urgence nationale, ne touche pas aux grands intérêts et s'en prend aux salariés et aux retraités" comme le souligne un éditorial de Público..." (Courrier International)
_____________________________

Partager cet article

Repost 0

Points du jour

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Points du jour

Saint-Dié-des-Vosges, la capitale des géographes, fut découverte l'Amérique. Mais pourquoi donc?
C'est en 1507 que le Nouveau Monde fut baptisé à Saint-Dié-des-Vosges par les savants du Gymnase Vosgien, groupe d'érudits réuni par le Chanoine Vautrin Lud. Ces savants dressèrent une carte du monde où le nouveau continent apparaît bien distinct de l'Asie, doté pour la première fois d'un nouveau nom : "America". Le Gymnase Vosgien expliqua dans un ouvrage baptisé "Cosmographiae Introductio" pourquoi ils donnaient le nom du navigateur florentin Amerigo Vespucci au Nouveau Monde. Au pied de la cathédrale, une carte des Amériques dessinée en grès rose au sol rappelle ce fait historique majeur. La Cosmographiae Introductio a été numérisée et est consultable à la Médiathèque Victor-Hugo. Chaque année, le Festival International de Géographie s'inscrit dans le droit fil du travail des géographes de 1507. Cette grande fête de la géo permet de mieux comprendre le monde.

__ Après beaucoup de contradictions, le FMI demande à nouveau un allègement de la dette de la Grèce
...Le Fonds monétaire international a de nouveau pressé les Européens de consentir un «allègement supplémentaire de la dette» publique grecque, et de réviser à la baisse les objectifs d'excédent budgétaire assignés au pays, dans son évaluation annuelle publiée aujourd'hui sur l'économie grecque.
«Même dans le cas d'une mise en oeuvre intégrale» des mesures d'austérité et réformes prescrites au pays, «la Grèce a besoin d'un allègement de sa dette calibré sur des objectifs budgétaires et de croissance crédibles», selon le FMI, qui juge «irréaliste» l'objectif d'un excédent budgétaire primaire (hors charge de la dette) de 3,5% du PIB assigné à la Grèce par l'eurozone pour après 201
8.

__ Les mauvaises manières des maisons de retraite

__ Un été impardonnable - 1936 : la guerre d'Espagne et le scandale de la non-intervention

__ Etats-Unis : mythes et réalités autour de la reprise industrielle

__ Changer son fusil d'épaule...
_____________

Partager cet article

Repost 0

TSCG (suite)

Publié le par Jean-Etienne ZEN

TSCG (suite)
______Le corset de fer du TSCG suscite des dissonances, même si certaines positions européennes semblent s'engager vers plus d'assouplissement sur la forme.sss

__L'Europe concède un peu de temps aux pays en difficulté _
" Derrière l’optimisme officiel, les critiques pleuvent pourtant. De plus en plus de voix, jusqu’au sommet des instances internationales, questionnent la stratégie de l’Europe de réduire à marche forcée les déficits budgétaires, au risque d’accroître la récession. Le retour à un déficit de 3 % dès 2013 pour tous les gouvernements européens est jugé intenable par beaucoup...Mais le plus inquiétant pour les dirigeants européens est l’hostilité croissante de l’ensemble des peuples de la zone euro à l’égard de tout ce qui s’apparente de près ou de loin à l’Europe. Les derniers sondages publiés par die Welt et Le Figaro lundi, montrant le rejet croissant, de part et d’autre du Rhin, du projet européen, et le regret de s’y être engagé, confirment les appréhensions. Le traitement de choc infligé à la Grèce et qui devait servir de démonstration à l’ensemble de la zone euro a eu l’effet inverse de celui escompté. Athènes est devenu un traumatisme pour les Européens, et l’Union européenne est désormais vue comme un repoussoir... "
________En coulisses, le gouvernement s’écharpe sur les contours de la future Europe et le flou reste de mise:
" Contrôler plus étroitement les budgets des États, renforcer les pouvoirs de la cour de justice européenne et de la commission, élire un président de l’Union au suffrage universel... Depuis le printemps, Angela Merkel tente d’imposer une « union politique » à ses partenaires. La France reste quasi muette sur l'Europe de ses rêves, tiraillée par des visions contradictoires, de Bercy au quai d’Orsay en passant par l’Élysée.
___« Pour l’instant, on n’a pas de ligne, concède d’emblée un conseiller français de premier plan. On a eu une campagne très pauvre et les positions et les stratégies ne sont pas arrêtées dans plein de domaines. C’est le cas de l’Europe : on n’a pas de vision post-TSCG. » Pendant la campagne, Hollande avait fait de la « renégociation » du Traité sur la stabilité, la consolidation et la gouvernance (TSCG), négocié par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, sa pierre angulaire sur l'Europe. Mais la promesse était restée très floue. « Le problème, c’est qu’on n’a pas de doctrine », a témoigné un membre éminent du cabinet de François Hollande à un de ses visiteurs du soir.
Le président de la République s’est, pour l’instant, contenté d’en appeler, lors du Conseil européen de juin, à une « intégration solidaire », un concept auquel François Hollande n’a jusque-là donné aucun contenu précis. La seule définition fournie à ce jour repose sur un principe vague : le chef de l’État accepte davantage d’intégration mais à condition d’obtenir davantage de solidarité au sein de la zone euro..."
________________Les points de vue de certains économistes se radicalisent, en revenant à quelques principes simples:
______"Définissons (d'abord) ce qu'est un budget d'État, dit Hosni Tekaya. C'est un programme gouvernemental de recettes et de dépenses. Les recettes sont les rentrées d'argent provenant des impôts, des taxes, des amendes et des profits éventuels des entreprises publiques. Les dépenses sont de deux types: les dépenses de fonctionnement (salaires des fonctionnaires, frais de chauffage des bâtiments publics, etc.) et celles consenties pour l'investissement dans de nouvelles infrastructures (ports, routes, etc.). On parle de déficit quand les dépenses sont supérieures aux recettes.
Depuis le traité européen de Maastricht en 1992, les États signataires dont la France se sont engagés à maintenir leur déficit au dessous de la barre des 3% du Produit intérieur brut (PIB). D'où provient ce chiffre de 3%?
__Scientifiquement, il n'a aucun sens. C'est un chiffre absurde et arbitraire. Le chiffre de 0,5% du Pacte budgétaire européen l'est tout autant.
Est-ce grave pour un État d'être en déficit?
__Non, pas du tout. C'est le discours libéral dominant qui fait dire cela à tout le monde, médias compris. On compare souvent le déficit d'un État à celui d'un ménage mais ça n'a aucun sens. Un État ne peut pas faire faillite. Creuser le déficit public peut permettre une relance de l'économie par la demande.
Qu'est-ce que ça veut dire «relancer l'économie par la demande»?
Il s'agit, lors des périodes de crise, de stimuler l'économie par la consommation et l'investissement. Si ça marche, les gens consomment, on crée des emplois, la croissance revient, les caisses de l'État se remplissent et le déficit se résorbe.
Et quand ça ne marche pas?
__C'est arrivé en France en 1981, lors de l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand. Le plan de relance n'a pas fonctionné. Mais nous connaissons bien les raisons de cet échec. D'abord, il n'a pas duré assez longtemps, rapidement les socialistes se sont tournés vers une politique de rigueur. Ensuite, à l'échelle nationale, il n'y a pas eu de grands travaux entrepris. Enfin, le Smic a été augmenté mais les Français en ont profité pour acheter des produits importés, qui provenaient souvent du Japon à cette époque. Le plan de relance n'a pas fonctionné car nous étions déjà dans un marché ouvert. Aujourd'hui, un plan de relance n'est envisageable qu'au niveau européen, et à condition d'instaurer des taxes aux importations.
Ce n'est pas le chemin qui est entrepris en ce moment...
___Non mais je suppose que l'on retournera à cette politique de relance par la demande. Il faudra du temps, peut-être quinze ans. Aujourd'hui, nous ne sommes qu'au début de la crise. Celle des années 1930 a bien conduit à des politiques de relance en Europe, mais entre le début de la crise et la relance, il y a eu la Seconde guerre mondiale. J'espère que l'histoire ne se répètera pas.
Approuver le Pacte budgétaire européen, c'est donc interdire toute politique de relance?
__Oui, il est même prévu des amendes conséquentes pour les pays qui creuseraient leurs déficits. Dans ce cadre, faire une politique de relance par la demande est du domaine du fantasme!
Et si un chef d'État était élu sur un tel programme? Quid de la démocratie?
__Historiquement, quand les contraintes économiques se font plus fortes, c'est la démocratie qui en pâti. Le Pacte budgétaire européen prévoit que le budget de la France, par exemple, soit d'abord validé par la Commission européenne [non élue, ndlr] avant de passer en France par le Sénat et l'Assemblée nationale.
La semaine dernière, le ministre des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve, est venu à Amiens pour expliquer que la relance économique était possible dans le cadre du Pacte budgétaire grâce à l'ajout par François Hollande d'un Pacte de croissance.
__Je vois mal comment c'est possible. Ce Pacte de croissance est de 120 milliards d'euros, c'est largement insuffisant. Barack Obama a injecté 700 milliards de dollars dans l'économie américaine et ça n'a pas suffit. On est vraiment loin d'un plan Marshall! Ou alors il s'agit d'une relance par l'offre.
Une relance par l'offre?
__Le principe de la relance par l'offre est d'abaisser le coût du travail pour être compétitif sur le marché mondial. Si l'on suit cette logique jusqu'au bout, il faut s'aligner sur les salaires chinois. Par ailleurs, le retour à la croissance n'est pas certain et s'il advient il sera probablement bref.
On est donc dans une impasse?
__Le principal problème est lié aux recettes fiscales. L'impôt progressif, qui augmente en fonction des revenus, a été inventé par la Révolution française. Cet impôt est découpé en tranches et c'est le nombre de tranches qui détermine la progressivité de l'impôt, qui permet la redistribution des richesses. Dans le passé, on a compté 14 ou 15 tranches. Mais depuis 30 ans, cette progressivité a été laminée. Aujourd'hui, il ne reste que 5 tranches. Cette architecture entraîne un assèchement des finances publiques. Donc les déficits se creusent.
Quel lien y a-t-il entre déficit budgétaire et dette publiqu

___eLe lien entre les deux est organique. Jusque dans les années 1970, la France utilisait l'emprunt uniquement pour les investissements publics, pas pour le fonctionnement. Depuis le milieu des années 1980, tout a changé, la France se finance systématiquement par l'emprunt.
Comment ça marche

__ La France émet des obligations, aussi appelées bons du Trésor, qui sont achetées sur les marchés financiers par des banques ou de grosses fortunes. Rembourser la dette de la France signifie donc rembourser aux banques et grosses fortunes ces obligations auxquelles il faut ajouter des intérêts. C'est absurde et cela coûte très cher. Au final, au cours des 30 dernières années, les plus riches ont payé de moins en moins d'impôts et se sont enrichis grâce aux intérêts des bons du Trésor donc grâce à l'argent public.
François Hollande avait dit qu'il s'attaquerait à la finance..
.
__ Il veut ménager la chèvre et le choux, les salariés et les patrons. C'est pour cela que son discours est creux. Lorsque Nicolas Sarkozy est arrivé au pouvoir, il a tout de suite soigné sa «clientèle» avec le bouclier fiscal, puis la baisse de l'ISF. Pour que François Hollande ait le courage politique de faire les changements nécessaires, il lui faudrait un mouvement social fort, pour le pousser. Comme c'est arrivé en 1936 avec le Front populaire. Mais vu qu'il n'y a pas de mouvements sociaux pour l'instant, je reste assez pessimiste."
_
_ Des économistes s'inquiètent d'un déficit ramené à 3% dès 2013" Ils ne sont ni “atterrés”, ni hétérodoxes, mais proches du PS et soutiens de François Hollande à la présidentielle. Et ils sont inquiets. En plein débat sur le traité européen et à un mois de la discussion sur le budget 2013, plusieurs économistes remettent désormais en cause l’objectif, défendu par l’Elysée et Bruxelles, d’un retour à 3 % du déficit l’an prochain. Un choix qui a conduit le président de la République à annoncer le plus important plan d’austérité depuis 50 ans, mais qui pourrait plonger la France dans la récession.« Nous sommes bien ici face au risque d'une spirale où le resserrement budgétaire et l'affaiblissement de la croissance s'alimentent mutuellement », écrivaient mi-août Philippe Aghion, professeur d’économie à Harvard, et Jacques de Larosière, président du think tank Eurofi. « La Commission doit tout remettre à plat : ce seuil de déficit à 3 % de PIB est beaucoup trop procyclique : quand tout va bien, il est facile à atteindre, quand tout va mal, il est impossible. Nous sommes en train de créer de toutes pièces une crise artificielle. Il est grand temps de désarmer ce piège dans lequel nous allons tous tomber collectivement en 2013 », affirmait la semaine dernière l’économiste Daniel Cohen, soutien de Martine Aubry durant la primaire, avant de se rallier à François Hollande..." ___________________
- Referendum ou pas?__- Sans croissance, point de salut !__- Le Traité expose l’Europe à « l’austérité perpétuelle » __- PS : l'aile gauche rompt la formation

__________

Partager cet article

Repost 0

Hillarant!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Hillarant!

Les aventures de Crooked Hillary et de Dangerous Donald... continuent

____ Comment l'espèce humaine, que l'on dit sapiens, a-t-elle fait pour en arriver là?...
...Se demande l'auteure de la fable: Killary, Trumpette et le prince Georgr...

____ Trump ne serait-il qu'un clown, un bouffon? Sans doute pas, dit Jean-Michel Quatrepoint
___Une défaite programmée?
Ouête énd scie...

___ Hillary rit jaune quand même.
Hillary Clinton, considérée comme une businesswoman, malgré ses dénégations, déborde de moyens..Visiblement, elle n'a pas relu Roosevelt.
_ Wall Street n'est pas loin...Le dollar mène la danse, dans l'indifférence aux hyperinégalités qui se creusent au pays du rêve américain.
__ Pendant ce temps,Trump amuse sciemment la galerie...
____ Mais que peut un président américain? Reconduire le système sous la tutelle des forces financières, opérer un virage salutaire (mais avec quel Congrès?), ou juste des inflexions à la marge?
_______________________________

Partager cet article

Repost 0

Paroles d' Israëliens

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Paroles d' Israëliens
__La vie en Israël n'est pas un long fleuve tranquille...

__Des tensions fortes traverse cette société très hétérogène, divisée, jusqu'au sein de l'armée.
Un société jeune, aux frontières non définies, toujours en quête d'une identité problématique, qui oscille encore souvent entre mythe et histoire.

____C'est dire que les historiens ont là-bas une tâche difficile, quand ils s'efforcent de mettre à jour les fondements historiques du peuple juif, de son exil, de son retour, des conditions de la constitution de l'Etat d'Israël et de sa légitimation. Notions sur lesquelles planent un brouillard entretenu, des confusions et des croyances qu'il n'est pas toujours bien vu d'éclaircir.
___Il faut du temps pour détruire un certain nombre de mythes nationaux. En France, nous sommes seulement en train de remettre en question l'image que nous avions de nos ancêtres les Gaulois, chère à Lavisse.
__Quand le nationalisme et/ou la religion interfère(nt), la pensée critique peine à se faire entendre.

_____C'est le cas de l'historien israëlien Shlomo Sand, et de quelques autres se situant dans le courant dit postsioniste, objet de vifs débats internes, reconnaissant la légitimité de l'Etat d'Israël, mais remettant en question un certain nombres de croyances fondatrices et de pratiques sociales partagées même par des dirigeants athées pour des raisons politiques, notamment l'invention de la terre d'Israël, qui sous-tend le traitement fait au peuple palestinien, à l'existence déniée dès l'origine. Comme citoyen, l'auteur ne met pas en cause l'identité israëlienne , mais il conteste les choix politiques de ses élites au double langage et prône une laïcisation de l'Etat, contre le retour de l'ultraorthodoxie religieuse et les tendances extrêmistes avec lesquelles joue dangereusement le pouvoir.(1). De nouvelles formes de racisme se font jour.
__En tant qu'historien, il n'échappe pas bien sûr à la critique dans sa discipline, comme c'est naturel, mais il est parfois contesté pour les remises en question dérangeantes qu'il suscite chez ceux qui ont renoncé aux engagement au moins formels d'antan.
"Continuant son entreprise de questionnement du lien entre les juifs et la “terre d'Israël”, Shlomo Sand décrypte « cette image mystifiante centrale » consistant à présenter la Palestine comme “une terre sans peuple” forcément destinée à “un peuple sans terre”. L'ouvrage s'attache à démontrer le rôle des chrétiens évangélistes dans la propagation d'une telle appréhension.
« En apparence, l'occupation, entrée dans sa cinquième décennie, prépare, au plan territorial, la constitution d'un État binational. La pénétration croissante de colons au sein de zones d'habitation palestiniennes densément peuplées apparaît comme un processus qui rend impossible toute tentative de séparation politique (...) Le grand compromis prometteur, reposant sur le retour d'Israël aux frontières de 1967, la création d'un État palestinien voisin (avec Jérusalem comme capitale commune), la fondation d'une confédération entre deux républiques souveraines et démocratiques appartenant à tous les citoyens qui vivent dans chacune d'elle, apparaît comme un rêve qui s'éloigne et s'évanouit dans l'obscurité du temps. »
__Dans ce pays pas comme les autres, engagé aujourd'hui dans un bras de fer avec l'Iran, contesté par certains Israëliens et, officiellement pour l'instant, par Obama, les voix de la modération peinent à se faire entendre.

_____________________

Partager cet article

Repost 0

Deutsche Bank: Achtung!

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Deutsche Bank: Achtung!

Sueurs froides pour Angela Merkel
_____ Qui se trouve comme dans une nasse.
Mais qui ne veut pas intervenir pour l'instant.
__ Mais ce sont aussi les marchés financiers, les banques, toutes interconnectées, qui se font du souci.
_ Cela fait quelque temps...
__ La Deutsche Bank est en effet dans le collimateur:
___" Deutsche Bank est l’exemple le plus criant : selon son rapport annuel, la fraction de ses activités concernant l’économie réelle (prêts à des entreprises, des ménages ou des Etats) représentait 18 % seulement de son bilan total, soit une partie très modeste. Cela veut dire que la Deutsche Bank est une sorte de hedge fund camouflé en banque de détail !"
__ A l'heure où l'horizon financier s'assombrit.
___ La politique allemande de stabilité est le ressort principal de ce phénomène, outre les pratiques douteuses de l'institution financière:
...__C'est toute l'ambiguïté du rapport allemand à l'Europe. D'un côté, la volonté affichée de transmettre à l'ensemble de la zone euro, la Stabilitätskultur, la « culture de stabilité » dont la presse conservatrice d'outre-Rhin ne cesse de regretter l'absence au sud du continent. Et de l'autre, cette culture a précisément donné naissance à des monstres financiers qui, régulièrement, mettent en péril régulièrement l'économie européenne. Car Deutsche Bank n'est pas un cas isolé : le secteur financier allemand - et européen qui dépend aussi de cet excédent - est un colosse aux pieds d'argile, et ce fait est en grande partie le fruit du modèle économique allemand dit de « stabilité. » Qu'est-ce donc que cette « culture de la stabilité » ? Elle repose principalement sur une inflation contenue, clé pour une croissance réduite des salaires. Ceci induit une demande intérieure faible et une amélioration de la compétitivité externe qui favorise la croissance des exportations. Autrement dit, la « culture de stabilité » se traduit dans les faits par une explosion des excédents commerciaux et des excédents courants. Car tout réemploi de ces excédents dans la demande intérieure risque de stimuler la demande intérieure, donc l'inflation. Ce modèle génère donc mécaniquement des excédents considérables. Aussi peut-on constater que l'application de ce modèle à la zone euro a conduit cette dernière à augmenter de 10 milliards d'euros l'excédent courant de l'union monétaire qui atteint désormais 3 % de son PIB
Merkel refuse de payer. Mais le risque est là:
_____ Si l'on en croit Zero Hedge, dans un article du 21 Septembre sur Veritaseum, Reggie Middleton, dans une analyse sur l’ effort de recapitalisation probable de Deutsche Bank , tout en demandant un renflouement (Bail out) par les contribuables ou un Bail-in par les Déposants allemands.

_Middleton a noté que la Deutsche Bank a plus de $ 2.5 billions de dollars en exposition aux dérivés auquels elle fera face cette année. (Les € 42 billions de dérivés (notionnels) connus à la Deutsche Bank restent sous une pression sévère. Sa capitalisation boursière est de 17 milliards $)

_Le 23 Avril, la Deutsche Bank a été condamnée à une amende de 2,5 milliards $ par rapport au trucage des taux LIBOR.
_ Le 16 Septembre, le département américain de la Justice a mis une amende de $ 14 milliards à la Deutsche Bank pour fraude en valeurs mobilières hypothécaires menant à la crise mondiale de 2007-2009.
_ Aujourd’hui, la chancelière allemande Angela Merkel a exclu toute Assistance (bail in ou bail out) pourla Deutsche Bank .
__ Quelques questions se posent :

Partager cet article

Repost 0

Stratégies absurdes

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Stratégies absurdes

Quand l'efficacité à tout prix ne paie pas...
_________Ou: comment faire le mieux quand on peut faire le pire?

____Evaluer, c'est bien. Quoique...
Mais tout est dans le pourquoi et le comment.
____On le sait depuis longtemps, on ne peut demander n'importe quoi aux hommes au nom de principes vertueux en droit, au nom du rendement exigé pour une tâche ou une action collective. Le mieux est l'ennemi du bien, disait-on.
Si on veut exiger une stricte discipline dans un bureau où l'on pense que l'on perd beaucoup de temps à discuter, on peut aboutir à l'effet inverse de ce qui est recherché: par réaction, une lenteur réactionnelle va s'installer et la productivité chuter. Si l'on tend à stimuler la productivité dans un atelier en attisant la concurrence entre les agents, il y a des chances pour que l'animosité développée compromette l'objectif assigné...
____Il existe des stratégies absurdes
__Dans cet ouvrage très sérieux, l'auteur met en garde contre les pièges du management par les indicateurs.
Des indicateurs qui peuvent tourner au fiasco, qui peuvent être de fausses pistes, ou masquer la réalité, si on ne prend pas d'abord le temps de l'échange avec les acteurs ou les partenaires.
_La motivation ne se décrète pas.
__On sait où mène le management brutal, le plus souvent conditionné par la recherche d'économies à tout prix en vertu des principes du lean management.
Comme chez Thierry Breton.
______Le lean management comme méthode de gestion purement utilitaire, financière des hommes, souvent critiqué dans le monde de l'industrie, s'invite aussi dans les services publics.
__Le Nouveau management public, qui nous vient du monde anglo-saxon, visant un désengagement de l'Etat et une financiarisation généralisée, investit même l'hopital et l'enseignement,.dénaturant leur mission essentielle. Le patient devient client, l'élève, apprenant. La déshumanisation des institutions n'est pas loin.
___La rationalisation managériale fait même son entrée dans le domaine judiciaire...jusqu'à l'absurde.____
________"... La première difficulté propre aux services publics, et plus particulièrement présente dans les secteurs les moins marchands, est de définir les objectifs et de construire un indicateur. En effet, la définition des objectifs est en elle-même problématique. L’exemple de la justice est particulièrement parlant. Avant même de chercher à préciser les indicateurs de la qualité de la justice, encore faut-il s’entendre sur la définition de la qualité. Dans le domaine judiciaire, la définition des objectifs de la justice s’est avérée très difficile et délicate. Par exemple, les TCPS, trial court performance standards, sont une expérience de mise en place d’indicateur dans le domaine judiciaire aux Etats-Unis, initiée en 1987 et étendue sur une décennie. Une commission de 14 personnes, composée de juges, de responsables administratifs et d’universitaires, a mis plus de trois ans pour établir la liste de ces indicateurs. Elle est arrivée à la conclusion qu’il n’existait pas de consensus sur les objectifs assignés au système judiciaire, ni sur les facteurs qui déterminent la production des juridictions, pas plus que sur ce que signifie la « performance » des juridictions et encore bien moins sur la façon dont il conviendrait de mesurer cette performance..."
____La langue de bois des gestionnaires peut masquer bien des effets pervers._______________________
- Le paradigme de l'évaluation.

____________

Partager cet article

Repost 0

Le ver est dans le chou

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Le ver est dans le chou

...De Bruxelles
_____ Il y a quelque chose de pourri au royaume Conseil.
Main sur le coeur, ils se disaient désintéressés, incorruptibles, dévouées à l'idéal européen dans sa pureté originelle..
Et qu'est-ce qu'on apprend?
___ On dit que c'est par la tête que le poisson pourrit.
___Super Mario, pris le doigt dans la confiture, a déclenché un "certain malaise" au sein des institutions, pour ne pas dire plus
___ Toujours prêt à rendre service, il s'était laissé séduire par les sirènes de la méga-banque Goldman Sachs. Une belle reconversion, moyennant un carnet d'adresses super-intéressant,
___ Il avait déjà fait les yeux doux aux multinationales qui arpentaient les couloirs de son bureau et des commissions.
__ Il faut dire qu'il était allé à bonne école.
Mais voilà qu'on apprend aussi que Mme Kroes avait un double emploi et est allée voir des employeurs plus rémunérateurs. On sait que les hauts-fonctionnaires européens sont mal payés.
__ Passer sans sourciller du service politique public aux affaires bien privées est devenu pratique courante, pas seulement dans la capitale belge.
__ Le conflit d'intérêt semble ne pas poser de problèmes aux consciences, d'autant plus émoussées que l'ambition et la cupidité les ont gagnées.
____ Un nombre croissant de commissaires acceptent des postes dans le secteur privé après leur mandat, ce qui soulève des questions sur les liens étroits entre la politique et le monde des affaires.
Un tiers (9 sur 27) des commissaires européens dont le mandat a pris fin en octobre 2014, travaillaient un an plus tard pour des entreprises privées, où ils cumulaient entre eux … 98 mandats, soit une moyenne de 10,8 par personne. C’est la conclusion d’une étude du Corporate Europe Observatory ONG (CEO), publiée en octobre 201
5.
_ Le Comité d’ éthique de l’UE n’avait averti de ces nominations que dans seulement 37 de ces 98 cas. Pourtant, l’UE émet rarement des objections. Elle n’en a formulé aucune dans le cas de ces 37 notifications, et ne s’est pas manifestée davantage lorsque l’ancien commissaire européen à l’environnement, le Slovène Janez Potočnik, est devenu président du Forum pour l’avenir de l’agriculture, un événement fondé entre autres par la société agrochimique Syngenta.
___ Ben ma foi! Où est le mal? Business first! C'est ainsi que Tony Blair, par des conversions réussies, a pu faire quelques modestes économies pour assurer ses vieux jours.
___ On le voit, dans les couloirs , les lobbies font la queue, souvent avec succès, juste pour donner quelques conseils...
__ On appelle cela conflits d'intérêts.
___Certains parleront de trahison des élites comme M.Jennar, ancien fonctionnaire européen,
__ Et après, on dira que l'Europe est injustement considérée, et Mr Junker, longtemps à le tête d'un petit paradis, ira se plaindre que le bateau prend eau..
_ C'est plus qu'un tournant qui est nécessaire, c'est une révolution.
____Mais on entend pas beaucoup le parlement européen...
_______________________________________

Partager cet article

Repost 0

Cacophonie climatique

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Cacophonie climatique

Alertez les bébés?

________Alors que certains climatologues annoncent une augmentation probable de prochains hivers plus rigoureux sous nos latitudes, d'un nouvel âge de glace , d'autres constatent une accélération rapide et inédite de la fonte des glaces au Pôle Nord et au Groënland, qui semble encore s'accentuer, si l'on en croit les dernières images de la Nasa. 2012 paraît être nouvelle année de fonte record.
Pourtant, il est bon de savoir que l'interprétation de ces données ne font pas l'unanimité ou font l'objet de commentaires n

__"Le Directeur du NSIDC (The National Snow and Ice Data Center)Mark Serreze déclare : « Alors que nous savons depuis longtemps que la planète se réchauffe, que nous savions que les changements seraient le plus prononcé dans l'arctique, peu d'entre nous ont été préparés à la rapidité du changement réelle en train de se produire. »

Aucun modèle climatique... n’a réussi à prévoir ce qui s’est passé cet été. C’est bien plus rapide que ce que les scientifiques ont envisagé. L’ouverture de la route commerciale maritime du Passage du Nord-Ouest par les îles arctiques canadiennes était effectives ce mois d’août comme le passage du Nord le long de la côte Russe.

Cette année la superficie couverte par la banquise arctique, à la date du 16 septembre, est la plus petite et la plus mince jamais connue.. Elle représente la moitié de la moyenne basse enregistrée sur la période 1979-2000. Son étendue a été la plus faible jamais mesurée cet été, tombant au-dessous du précédent record de 2007, soit 3,41 millions de km2..."
Comme on peut le constater ICI , LA ou LA
_________________________________Paradoxe et contradictions?
Non, seulement en apparence...
Car le "Gulf Stream se déplace d’une zone tropicale vers une zone de hautes latitudes. Il est chaud près des côtes de la Floride, puis se déplace vers le nord en libérant progressivement de sa chaleur dans l'atmosphère. C'est un mécanisme par lequel l'océan régule le climat, particulièrement à nos latitudes.
Mai
s la fonte de la banquise qui couvre l'Arctique pourrait perturber ou même stopper de grands courants qui traversent l'océan Atlantique. Sans la chaleur conséquente que ces courants océaniques délivrent - comparable à la production d'électricité d'un million de centrales nucléaires - la température moyenne de l'Europe reculerait ainsi de 5 à 10 ° C environ. La côte est de l’Amérique du Nord serait sensiblement moins affectée par le refroidissement. Une telle baisse du mercure ramènerait l’Europe occidentale aux mêmes températures moyennes que celles qui sévissaient à la fin de la dernière ère glaciaire, il y a environ 20.000 ans.."
___Cette hypothèse est cependant loin de faire l'unanimité, tant sont complexes et mal connues les interactions entre tous les paramètres à prendre en compte...
Il est déjà difficile de rendre compte de l'histoire relativement récente du climat.
Les controverses sont encore rudes entre spécialistes.
Le cas du Groënland, notamment, continue à susciter les débats.
Il n'est cependant pas exclu que nous assistions dans un proche avenir à la recrudescence d’épisodes extrêmes.

________________________

Partager cet article

Repost 0

Les marchands de doute

Publié le par Jean-Etienne ZEN

Les marchands de doute


[Note de lecture]
Distiller le doute.
____ Pour répondre aux critiques.
___Une désinformation plus ou moins subtile
_ La science, avec ses incertitudes, ses imperfections et ses limites n'est pas en cause.
_ Seuls le sont, dans certains domaines, certains scientifiques qui peuvent se faire propagandistes de puissants intérêts industriels. La savoir et le lobbying ne sont pas toujours en adéquation.
De l'art de biaiser et de nier les évidences
__ Au cours des dernières décennies, la science s’est transformée, à plusieurs reprises, en un instrument à double tranchant. D’un côté, elle sert à éclairer l’humanité sur le fonctionnement de notre univers et sur celui de notre corps. D’un autre, elle se met parfois au service de causes qui n’ont rien de scientifique. On a ainsi vu des chercheurs s’opposer aux résultats des travaux démontrant les dangers du tabac ou du DDT, établissant la réalité du trou d'ozone ou alertant sur les dégâts des pluies acides sur l’environnement. Aujourd’hui, certains scientifiques contestent la responsabilité des activités de l’homme dans le réchauffement climatique, voire la réalité même de ce réchauffement. Ils sont soupçonnés de servir, eux aussi, des intérêts économiques qui s’accommodent mal des contraintes dues à la limitation des rejets de CO2 dans l’atmosphère.
__ Telle est la thèse d’une historienne américaine des sciences de la Terre, Naomi Oreskes, professeur à l’université de Californie, qui vient de publier en France son livre intitulé Les "marchands de doute" , coécrit avec Erik Conway, historien des sciences au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa. Des années d’enquête leurs ont été nécessaires pour reconstituer le fil de ces débats en apparence scientifiques mais qui masquent le lobbying orchestré par de puissantes entreprises ou des secteurs industriels. Si ces affaires sont complexes et délicates à débrouiller, c’est bien parce que les lobbys instrumentalisent des scientifiques pour défendre leurs thèses. Pour atteindre leur objectif, c'est-à-dire souvent une absence de réglementation contraignante et coûteuse pour leur activité, les lobbys ont besoin des médias. Et Naomi Oreskes n’épargne guère la presse ni les journalistes accusés de complicit
é.
__ Comment la science s’est-elle laissée pervertir par les intérêts économiques et financiers depuis une cinquantaine d’années ?Quels sont les coupables ? Les scientifiques, les journalistes, les hommes politiques ?Comment détecter les impostures scientifiques et organiser des débats publics qui échappent aux pressions des lobbys ?Comment rétablir une indépendance des chercheurs mais aussi des journalistes pour éviter que ne se reproduisent des situations dans lesquelles les marchands de doute parviennent à leur fin sans, pour autant, éliminer le doute qui constitue l’un des moteurs de la recherche ?
___ Cela vaut dans de multiples domaines:
* En économie (comme ici)
* Dans l’industrie du tabac (ou de l'amiante)
* A propos du trou dans la couche d’ozone
* Au sujet du réchauffement climatique (en plusiseers périodes)
* En ce qui concerne les pluies acides; la tentative de réhabilitation du DDT, la « Guerre des étoiles », etc...
Qui doit-on écouter pour se forger un jugement?____
On peut lire aussi avec profit: 24h sous influences, de Roger Lenglet, La fabrique du mensonge, de Stéphane Foucart, ou Le monde selon Monsanto de M. Robin.

________________________

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>